La liberté de la presse a reculé en 2016    Le pétrole rebondit en Asie    L'émissaire de l'ONU à Khartoum pour évoquer la crise libyenne    Affrontements entre soldats turcs et kurdes de Syrie    Iran: Washington exige la libération d'Américains détenus    Belfodil : «On est des êtres humains, on ne peut être tout le temps ....»    Naples propose 2ME pour convaincre Ghoulam !    Reconduction de l'accord OPEP: le SG de l'OPEP exprime son optimisme    Nécessité d'opérer un changement radical qui servira les intérêts du citoyen (PL)    Oran: lancement prochain de la 2e phase de l'investissement Renault-Algérie    Sous-traitance industrielle : Le spécialiste des joints d'étanchéité Sealynx s'installe en Algérie    Louisa Hanoune à Béjaïa : «Ce régime est un danger pour le pays»    Ghoul appelle à ne pas toucher aux symboles de l'Etat et de la Révolution    En bref...    Sonatrach : Les salariés titulaires du DUEA et de la licence reviennent à la charge    Justice : 10 ans de réclusion pour homicide    Mascara : La détresse des malades cancéreux    Voici venu le temps des imposteurs !    Amnesty International Belgique réitère son engagement à défendre les droits de l'Homme au Sahara occidental occupé    Sellal inaugure une usine de traitement de gaz à Hassi-Moumène    Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim : Allumage de bougies à l'ambassade de Palestine à Alger    Tiaret : 6 morts et 14 blessés suite au renversement d'un bus de voyageurs    L'USMA et le MCA connaissent leurs adversaires    L'USMBA, le MCA et l'USMA peuvent-ils encore détrôner l'ESS ?    Les Annabis ne décolèrent pas    Y a-t-il réduction des approvisionnements des laiteries en poudre de lait ?    Mohcine Belabbas : "Le train de vie de l'Etat doit être réduit"    L'Algérie recule de cinq places    "Ni délestage ni hausse des tarifs cet été"    La police et le rectorat diligentent des enquêtes    Bréves du Centre    Le ministère du Commerce lance une opération de contrôle    Sellal préconise un programme d'urgence pour l'Afrique    L'Europe boursière dans le rouge avant la BCE    La situation est sous contrôle !    Le ministre des Affaires étrangères se confie à la presse: Les attaques marocaines, l'Elysée et le dossier libyen    Une ambiance de bla-bla-bla    Béni-Saf: Un ancien condamné à mort chez les jeunes des CFPA    Rail, rail    Une SPA pour gérer les ordures    Le Doyen boudé par ses supporters    Les espaces électoraux désertés    Le RCD choisit la place des Martyrs    Lucas Alcaraz convoque 27 joueurs    Hommage au sourcier des convergences    Appel à candidature pour le "Laboratoire d'Alger"    L'ambassade de Suisse en Algérie lance un concours photo    Concert du quartet Festen le 30 avril à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage franco-algérien au château royal d'Amboise
Bicentenaire de la naissance de l'émir Abdelkader
Publié dans El Watan le 26 - 05 - 2009

Le souffle de Abdelkader animait, il y a quelques jours, le château d'Amboise (Indre-et-Loire France), lors d'une rencontre extraordinaire initiée par Mohamed Bouderbala, président de l'association France Algérie Centre avec le concours sensible et généreux de Jean-Louis Sureau, directeur du château et le soutien actif de la mairie de la ville.
Cette réception, en hommage à l'Emir pour le bicentenaire de sa naissance, a été honorée par la présence de M. Boutaleb, président de la Fondation Emir Abdelkader à Alger, de M. Benchehida, directeur de la communication, de l'information et de la documentation du ministère algérien des Affaires étrangères, de Mme Claude Roiron, présidente du Conseil régional d'Indre et Loire, Mme Bariza Khiari, vice-présidente des amitiés franco-algériennes du Sénat français, l'écrivaine Karima Berger, auteure de l'ouvrage intitulé Eclats d'Islam, (éd. Albin Michel 2009), l'historien Ahmed Koulakssis, auteur de L'Emir Khaled (éd. L'Harmattan 1987), descendant de Abdelkader et première figure du nationalisme politique algérien. Les dignitaires locaux le pressentaient depuis quelques années : la personnalité exceptionnellement riche de l'émir, son intégrité morale et son ouverture d'esprit allaient faire de lui l'ambassadeur nécessaire de la fraternité et du respect d'autrui, dans la société française et par-delà les frontières.
Ils étaient présents déjà en 2005 aux côtés de S.E Idriss Jazaïri, parent d'Abdelkader, lors de l'inauguration du jardin d'Orient réalisé par l'artiste algérien de renommée internationale, Rachid Koraïchi. Un cimetière musulman dans l'enceinte du château royal d'Amboise, l'un des joyaux du Val de Loire ! Oui, vingt-cinq stèles porteuses d'un verset coranique dédiées aux membres de la suite de l'Emir, ensevelies trop vite entre 1848 et 1852. Oui, dans un château renaissance, le sens du mot éclate aujourd'hui. La sève circule dans son grand cèdre, les racines et les branches ont repris leur pousse et s'étirent irrésistiblement dans la lumière spirituelle d'Abdelkader. La même lumière éclaire l'œuvre de Koraïchi qui a réuni le Jardin des artisans d'Alger, d'Amboise et de Damas où l'Emir a fini ses jours. Un peu de pluie, dimanche, ne pouvait rien contre elle.
Après un moment de recueillement, les hôtes de château ont suivi ses pas dans le parc du château jusqu'à sa représentation fidèle, par l'artiste Michel Audiard, debout contre le ciel, tout près du lieu où l'Emir avait pris l'habitude de se retirer pour prier. La réussite de la rencontre du 17 mai résulte bien de la lucidité et du désir : la conscience du passé que l'on affronte pour l'assumer et la joie, déjà, d'une confiance que l'on travaille à restaurer à la source de l'âme. Le cœur n'est pas mièvre, c'est une forge, les artistes le savent. Une foule dense était venue de diverses régions d'Algérie et de France saluer le fondateur de l'Etat algérien et le mystique exemplaire dans le combat des armes et celui de l'esprit, dont la présence vivante irradie l'Orient et l'Occident. Le soleil du cœur touche au centre et ne meurt pas : Amboise, hier, n'avait plus de coordonnées sur nos cartes. Nous étions suspendus au seuil d'une terre de lumière. Quelques cadeaux ont été échangés.
En tant que marraine du bicentenaire, j'ai offert à M. Boutaleb, pour la Fondation d'Alger, un portrait de l'Emir combattant que j'ai réalisé à l'encre, où l'on voit Abdekader, dans une bourrasque, se retourner et recevoir l'éclat divin. Ensuite est venu le temps simple et chaleureux de la collation traditionnelle sur une table dressée près de la formidable statue d'Abdelkader, d'1,86 m de haut, réalisée en métal par l'artiste amboisien Fernand Martin Dumagny, puis M. Sureau nous a guidés vers la salle où l'Emir avait vécu, deux fois majestueuse désormais et Nassima a chanté, accompagnée de ses musiciens. Des textes soufis qu'elle a mis en musique, des chants de l'exil et ceux de l'amour, d'une voix pleine et pure. Quelqu'un a soufflé alors le mot de « communion », il était juste. La voix inouïe de Nassima nous a ravis, bouleversés et étonnés d'être invités à cette hauteur.
La réconciliation entre l'Algérie et la France peut se vivre maintenant. Oui, peut-être, hier nous le sentions, nous le savions, mais à une condition : de nous engager à la vivre jusqu'aux profondeurs. Dans l'aire authentique où les stratégies n'ont plus leur place, où les intérêts sont annulés par la force de la grâce. Or, l'Algérie est un trésor spirituel, artistique et littéraire. Les soldats français ont eu la grossièreté de déchirer les livres merveilleux de l'Emir pour les jeter aux vents du désert, cette image ne me quitte pas. Les feuilles des livres de la science et de la philosophie, les poèmes persans, les enluminures dont le secret du bleu est perdu, le mystère admirable de l'Orient bafoué, piétiné, éparpillé. Réparer cela, maintenant ? Témoigner, en tout cas. Et de toutes les forces du cœur, avec une énergie sans réserve. Pour que nos amis algériens soient reconnus dans leur dimension essentiellement belle et subtile, et qu'ils puissent être heureux de leur culture, puisqu'ils sont la science et la philosophie, la poésie, l'art d'écrire et de bâtir. Les penseurs et les artistes français doivent être les premiers à fêter avec eux reconnaissance et retrouvailles. Veuille le ciel féconder entre nous les voies ouvertes hier lors d'une rencontre résolument porteuse de germes d'avenir.
Martin Le Coz : Auteur de deux ouvrages sur Abdelkader : Le Jardin d'Orient (Ed. Michalon 2008) et La Couronne de vent (Ed. Al Manar 2009) le 18 mai 2009, à Amboise.(intervention au centre culturel d'Alger, dimanche 24 mai à 17 h)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.