Quelle quantité de pain peut-on manger à chaque repas ?    Réunion informelle de l'Opep    Plus de 600 exposants au Salon de l'élevage et de l'agroéquipement d'Alger    Un responsable houthi propose une trêve à la frontière avec l'Arabie saoudite    Un écrivain jordanien lâchement assassiné    L'armée libère la province de Salah Eddin, dernier fief de Daech    «Affronter le TPM m'arrange mieux que l'ESS»    Evolution est contraction des cours    Deux réseaux de malfaiteurs démantelés et des barons de la drogue arrêtés    Mebarki : «Le secteur nécessite une formation de qualité»    Un concours national avant la fin de l'année    Le 11e Festival national du théâtre comique reporté à l'année prochaine    Un projet de recueil lancé à Oran    L'Algérie exposée à Hambourg    RESIDENCE UNIVERSITAIRE 2200 LITS A MOSTAGANEM : Le wali installe la nouvelle directrice    RENCONTRE INFORMELLE OPEP A ALGER : Un succès pour la diplomatie économique de l'Algérie    Turquie: 10 morts dans deux attaques attribuées aux rebelles kurdes    Deux terroristes abattus par les forces de l'ANP à Médéa    Real : La pire entame de Cristiano Ronaldo    Un mort et 196 blessés    Une famille décimée par un raid aérien au Yémen    Quel avenir pour le Gabon ?    Ségolène Royal en guest-star à Alger    Air France officialise son retour à Oran    Cinq personnes décédées après inhalation de gaz toxique    134 personnes intoxiquées    Nigeria - Algérie aura lieu à Port Harcourt    Report de la 3e édition    Le CS Sfax obligé de négocier avec le MO Béjaïa    Italie (6e journée)    Lutte anti-dopage    ACCIDENT DE TRAIN DE BOUDOUAOU    Kiosque arabe    ACTUCULT    Viande ovine putréfiée: Les résultats de l'enquête avant la fin de la semaine    Coups de gueule, rappels à l'ordre: Le gouvernement parle-t-il d'une même voix ?    Douze enseignants assassinés il y a dix-neuf ans: L'Algérie ne veut et ne peut pas oublier    Des violons mal accordés    Exportation: Le poids de la bureaucratie    Nigeria : "Je vais parfaitement bien", annonce le chef de Boko Haram    Algérie-Royaume du Lesotho : Letsoa reçu par le Premier ministre    Sport : Les médaillés aux jeux Olympiques et Paralympiques 2016 honorés    Dans l'application du programme du président : Grine affirme qu'il y a une discipline gouvernementale    La police publie des vidéos de la mort de Scott    Les députés vont trancher aujourd'hui    La mauvaise gestion des établissements    Lors de l'Assemblée constituante, Ferhat Abbas proclame officiellement, à Alger, la «République algérienne démocratique et populaire»    La culture est le meilleur ambassadeur du tourisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art de la broderie
3e édition du Festival de la création féminine
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2011

Pas moins de dix stylistes algériennes, italiennes et turques se sont disputées, mardi soir dernier, le podium du palais de la culture Moufdi Zakaria de Kouba, pour dévoiler quelques pièces précieuses de leur dressing.
Comme il est de tradition à chaque clôture du Festival de la création féminine, un défilé de mode a été initié par les organisateurs. Si l'année dernière, les présents ont pu découvrir la maison de couture Menouba, à travers la collection de la jeune styliste Rym Wided Méniafi, cette année, le concept a changé, puisque les invités de marque ont pu apprécier le talent de plusieurs stylistes et artisanes.
Le défilé en question baptisé «Les fils sur l'estrade» peut se targuer d'avoir exhumé des broderies anciennes, d'une part, et de découvrir de nouveaux motifs, d'autre part.
Les mannequins, à la taille filiforme, à la démarche irréprochable et au maintien parfait, ont déambulé dans des tenues magnifiques. Faïza Antri-Bouzar, Mouni Benrabah, Halima Boursas, Gouadfel, Mabrouka Saouli, Wardia Sokri, Angela Lipomi, Anna Bonaffini, Raziye Onar et Sevim Yildiz ont dévoilé à l'assistance une facette de leur don.
Avant chaque passage d'une collection, le public était invité à découvrir, sur deux écrans géants, un mini-documentaire, retraçant le parcours de chaque participante.
Ce défilé, bien encadré par l'agence de mannequinat professionnel Dzeriet, a été ouvert par la collection de la styliste Halima Boursas. Une collection magnifiant le raffinement de la tenue algéroise.
Soucieuse de la conservation et de la transmission, cette dame détient à coup sûr les secrets de la broderie ancienne. Comme peuvent en témoigner un seroual doré rehaussé d'un karako cintré finement brodé au fil de soie et paillettes, ou encore cette tenue en guise de robe de mariée se déclinant en un seroual bouffant blanc porté sur un karako, d'où un long voile descend à partir de la coiffe. Pour sa part, la styliste et designer de
Tizi Ouzou, Ouardia Sokri, présentera une collection entièrement dédiée à la femme berbère. Elle a livré, là, une double robe orangée, ornée de broderies traditionnelles et modernes d'inspiration berbère égayant le corsage, les manches et les pans de la tenue et, par-dessus, comme touche finale, un gilet noir aux découpes étroites. Elle mêle à ses broderies des noyaux d'olives traités, de la vannerie, des écorces de potirons séchées… Des matériaux, selon elle, indispensables à ses créations.
La créatrice de bijoux et de prêt-à-porter féminin, Faïza Antri-Bouzar, s'est surpassée en originalité et en création. Ayant grandi dans un milieu d'artisans, elle a commencé à dessiner des bijoux en 3D, avant de se lancer dans les vêtements en 2D. Elle s'amuse également à dessiner des sacs.
Place au raffinement.
La palette se veut traditionnelle avec un glissement vers le baroque. La créatrice joue à outrance avec les découpes et les volumes. Ses couleurs de prédilection sont le rouille et le vert. Les éléments de sa garde-robe sont inscrustés de dentelles, de pierres semi-précieuses et de broderies.
Pour la créatrice bônoise, Mabrouka Saouli, envoûter et intriguer le public est sa seconde nature. Une présentation avant-gardiste avec un mélange captivant de traditionalisme, de féminité classique dans un style majestueux, voire parfois extravagant, mais propre à elle. Elle excelle dans les karakos, les longues robes traditionnelles, les jabadoris, les pantalons style Aladin, les gandouras, les boléros échancrés. La tenue folk qui a suscité l'émerveillement est sans conteste cette mini-jupe évasée décorée de rosace et de broderie, rehaussée d'un boléro court sans manches, d'un chevrefeuil et de longues guêtres en velours. Les perles et les pierres semi-précieuses sont utilisées à outrance.
Les deux stylistes italiennes, Marianna Bonafini et Angela Lipomi, ont travaillé sur une collection maîtrisée, très little couture, avec des robes tailleurs courtes sur des manteaux simples ou encore des robes évasées en mousseline aux différents tons.
La broderie turque a brillé grâce aux créatrices, Raziye Onar et Sevim Yildiz.
Elles ont redonné vie à des héroïnes mythiques en travaillant sur des coupes inspirées de la période ottomane. Un air de jouvence plane sur modèles simples et modernes à la fois. Le clou de la soirée a été, incontestablement, la présentation d'une authentique tenue algéroise blanc cassé datant du
XVIIIe siècle, composée d'un seroual en soie sauvage, d'une «guellila», d'un gilet, d'un foulard «ftoul», le tout finement brodé au point de Nabeul.
Cette tenue a été confectionnée et brodée par cinq élèves du CACVA, établissement des centres d'apprentissage de couture de la wilaya d'Alger.
La broderie est enseignée dans ce centre selon les techniques manuelles ou sur machine. Le programme accorde une grande importance à la broderie traditionnelle, notamment à la fetla, au madjboud. Le CACVA s'efforce de contribuer à la préservation de l'héritage algérois en la matière. Il est à noter que le 3e Festival de la création féminine, qui s'est tenu du 25 au 31 mai, au niveau du palais des Raïs, à Alger, a réuni 31 brodeuses algériennes et étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.