Décès des membres de l'équipage    Les chefs de parti restent ministrables    Désindustrialisation de l'Algérie ces trois dernières décennies    Le dispositif de rééchelonnement des dettes présenté    Les résultats du jumelage avec l'UE présentés aujourd'hui    La réouverture de l'ambassade de France à Damas "pas à l'ordre du jour"    "Nous sommes sur une ligne de progrès"    Les réformateurs de Rohani confortés    L'Algérie termine en 6e position    Le Mouloudia veut refaire le coup de 2005    Zidane : la Liga sourit à l'audacieux    "Des mesures ont été prises pour sécuriser l'examen du bac"    La gendarmerie confirme la thèse d'un enlèvement suivi de meurtre    Le "raqi" Belahmar condamné à six mois de prison avec sursis    Algérie Poste rassure: Il n'y aura pas de problèmes de liquidités    Le football algérien pris en otage: De l'insolence des présidents de clubs au dopage des joueurs    MO Béjaïa: Un parcours en deçà des attentes    Obligation d'afficher les prix, la qualité et l'origine des viandes: Les bouchers ne jouent pas le jeu    L'inflation à 7% au mois d'avril    Sur insistance de militants du parti: Soltani revient sur sa démission    Ramadhan : la Solidarité se met en place    Pour une prise en charge a l'étranger de sa fille: Une mère entame une marche à pied vers Alger    Travaux de restauration du Palais du Bey: Une trentaine de familles qui squattaient le site, relogées hier    Tlemcen: Retrouvailles pour les anciens élèves de l'Ouest    Incompatibilité et non pas seulement différence    La candidature de Sid Ali Lebib très attendue    Les finales seniors auront lieu vendredi    Manchester City et Liverpool en Ligue des champions    Trump salue Bouteflika...    La diplomatie du chéquier a payé    Trump aura un entretien avec Abbas    L'UDS s'invite aux locales    15 entreprises algériennes présentes    On s'accroche aux traditions    Le réquisitoire du FFS    Le grand revirement de Soltani    drôle de nostalgie    "Le Redoutable"... ou bien le mépris?    Le "bartering" s'impose dans le paysage audiovisuel algérien    Lancement d'une caravane médicale pour le dépistage du cancer du col de l'utérus    «elle sera réalisée selon les capacités financières de chaque Etat»    Journées du théâtre comique d'Annaba    L'étreinte solide du Minotaure    De sas en sas projeté à Alger    Ligue arabe : qui est responsable de sa sclérose ?    Faut-il lever les sanctions antirusses? : Des membres de l'UE proposent un référendum    Gaid Salah assiste à un exercice de tirs réels    Un séisme de 3,1 enregistré    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art de la broderie
3e édition du Festival de la création féminine
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2011

Pas moins de dix stylistes algériennes, italiennes et turques se sont disputées, mardi soir dernier, le podium du palais de la culture Moufdi Zakaria de Kouba, pour dévoiler quelques pièces précieuses de leur dressing.
Comme il est de tradition à chaque clôture du Festival de la création féminine, un défilé de mode a été initié par les organisateurs. Si l'année dernière, les présents ont pu découvrir la maison de couture Menouba, à travers la collection de la jeune styliste Rym Wided Méniafi, cette année, le concept a changé, puisque les invités de marque ont pu apprécier le talent de plusieurs stylistes et artisanes.
Le défilé en question baptisé «Les fils sur l'estrade» peut se targuer d'avoir exhumé des broderies anciennes, d'une part, et de découvrir de nouveaux motifs, d'autre part.
Les mannequins, à la taille filiforme, à la démarche irréprochable et au maintien parfait, ont déambulé dans des tenues magnifiques. Faïza Antri-Bouzar, Mouni Benrabah, Halima Boursas, Gouadfel, Mabrouka Saouli, Wardia Sokri, Angela Lipomi, Anna Bonaffini, Raziye Onar et Sevim Yildiz ont dévoilé à l'assistance une facette de leur don.
Avant chaque passage d'une collection, le public était invité à découvrir, sur deux écrans géants, un mini-documentaire, retraçant le parcours de chaque participante.
Ce défilé, bien encadré par l'agence de mannequinat professionnel Dzeriet, a été ouvert par la collection de la styliste Halima Boursas. Une collection magnifiant le raffinement de la tenue algéroise.
Soucieuse de la conservation et de la transmission, cette dame détient à coup sûr les secrets de la broderie ancienne. Comme peuvent en témoigner un seroual doré rehaussé d'un karako cintré finement brodé au fil de soie et paillettes, ou encore cette tenue en guise de robe de mariée se déclinant en un seroual bouffant blanc porté sur un karako, d'où un long voile descend à partir de la coiffe. Pour sa part, la styliste et designer de
Tizi Ouzou, Ouardia Sokri, présentera une collection entièrement dédiée à la femme berbère. Elle a livré, là, une double robe orangée, ornée de broderies traditionnelles et modernes d'inspiration berbère égayant le corsage, les manches et les pans de la tenue et, par-dessus, comme touche finale, un gilet noir aux découpes étroites. Elle mêle à ses broderies des noyaux d'olives traités, de la vannerie, des écorces de potirons séchées… Des matériaux, selon elle, indispensables à ses créations.
La créatrice de bijoux et de prêt-à-porter féminin, Faïza Antri-Bouzar, s'est surpassée en originalité et en création. Ayant grandi dans un milieu d'artisans, elle a commencé à dessiner des bijoux en 3D, avant de se lancer dans les vêtements en 2D. Elle s'amuse également à dessiner des sacs.
Place au raffinement.
La palette se veut traditionnelle avec un glissement vers le baroque. La créatrice joue à outrance avec les découpes et les volumes. Ses couleurs de prédilection sont le rouille et le vert. Les éléments de sa garde-robe sont inscrustés de dentelles, de pierres semi-précieuses et de broderies.
Pour la créatrice bônoise, Mabrouka Saouli, envoûter et intriguer le public est sa seconde nature. Une présentation avant-gardiste avec un mélange captivant de traditionalisme, de féminité classique dans un style majestueux, voire parfois extravagant, mais propre à elle. Elle excelle dans les karakos, les longues robes traditionnelles, les jabadoris, les pantalons style Aladin, les gandouras, les boléros échancrés. La tenue folk qui a suscité l'émerveillement est sans conteste cette mini-jupe évasée décorée de rosace et de broderie, rehaussée d'un boléro court sans manches, d'un chevrefeuil et de longues guêtres en velours. Les perles et les pierres semi-précieuses sont utilisées à outrance.
Les deux stylistes italiennes, Marianna Bonafini et Angela Lipomi, ont travaillé sur une collection maîtrisée, très little couture, avec des robes tailleurs courtes sur des manteaux simples ou encore des robes évasées en mousseline aux différents tons.
La broderie turque a brillé grâce aux créatrices, Raziye Onar et Sevim Yildiz.
Elles ont redonné vie à des héroïnes mythiques en travaillant sur des coupes inspirées de la période ottomane. Un air de jouvence plane sur modèles simples et modernes à la fois. Le clou de la soirée a été, incontestablement, la présentation d'une authentique tenue algéroise blanc cassé datant du
XVIIIe siècle, composée d'un seroual en soie sauvage, d'une «guellila», d'un gilet, d'un foulard «ftoul», le tout finement brodé au point de Nabeul.
Cette tenue a été confectionnée et brodée par cinq élèves du CACVA, établissement des centres d'apprentissage de couture de la wilaya d'Alger.
La broderie est enseignée dans ce centre selon les techniques manuelles ou sur machine. Le programme accorde une grande importance à la broderie traditionnelle, notamment à la fetla, au madjboud. Le CACVA s'efforce de contribuer à la préservation de l'héritage algérois en la matière. Il est à noter que le 3e Festival de la création féminine, qui s'est tenu du 25 au 31 mai, au niveau du palais des Raïs, à Alger, a réuni 31 brodeuses algériennes et étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.