La science pour traquer le crime    La classe politique transmet les virus    Plan d'action du gouvernement : Un modèle à promouvoir les acquis sociaux    La BEA maintient le cap    Annaba prépare la saison estivale    Remise du Prix du concours "Ma vie étudiante"    Une économie libérée de l'hégémonie des hydrocarbures    Pendant le mois de Ramadhan : Saisie de plus de 19 tonnes de marchandises    Conseil exécutif de l'Union africaine : Messahel à la tête de la délégation algérienne    Doha rejette les accusations de Riyadh    Afrique: une base militaire étrangère    3 militaires tués par balles dans le Sud-Est    Mouassa : «Le MCA a été toujours victime de l'arbitrage, mais cette fois-ci c'est un peu trop»    Pas de stage de l'ES Sétif à Sidi Moussa    Les Rouge et Noir en conquérants à Sfax    Le Doyen veut sceller sa place en quarts    Taux de réussite au BEM : Plusieurs facteurs responsables de la faiblesse des résultats    Dans plusieurs régions du pays : Des dizaines d'hectares ravagés par les feux    4 marins portés disparus à Mostaganem    Skikda submergée par les touristes    Tizi ouzou a soif    Durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Mohamed Boudiaf a eu à accomplir quatre grandes missions    Prochaine création d'un Centre de ressources à Oran    Websérie "Wesh derna?"    Calligraphies berbères    Le MJS impute «toute la responsabilité» au président de la Fédération    Terrorisme et vigilance    Les proches et les amis du défunt s'expriment    Le koctail de Jeudi    La «plateforme-piège» des alliés !    10 vols programmés à partir de l'aéroport d'Ouargla    Une femme arrêté a Tizi-Ouzou    Les missions du comité national    Spectacle "Rêve d'une ballerine" à l'Opéra d'Alger    Lancement d'un laboratoire de recherche typographique    Le conseil de Ronaldo pour Verratti    Bordeaux : Ounas à Naples, Gourvennec justifie son départ    CONSEIL DE LA NATION : Tebboune annonce un nouveau découpage administratif    Algérie- Le bac des "retardataires": Benghabrit stoïque, les syndicats plus indignés qu'approbateurs    Chypre : 40 ans de division : De délicates négociations    Coupe d'Algérie : Le trophée à Sétif le 1er juillet et au Caroubier le 2 juillet    Bousaâda : L'empreinte indélébile et omniprésente d'Etienne Dinet    Communiqué de la famille Sadi    La question de tamazight n'est toujours pas réglée    Pourquoi ne parlez-vous pas ?    Réfugiés subsahariens : L'Algérie n'utilise pas les migrants à des fins politiques    Le scepticisme de l'opposition    Le musée national Ahmed-Zabana s'invite à Ouargla en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FESTIVAL D'ORAN : Merzak Allouache agresse les journalistes
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 12 - 2011

Critiqué pour son film « Normal », le réalisateur Merzak Allouache a eu un comportement désagréable et ignoble avec la presse.
Oran
De notre envoyé spécial

Il est connu que Merzak Allouache, qui tourne en rond depuis plus de vingt ans, n'aime pas être critiqué pour son travail. Mardi soir, à la salle Saâda à Oran, ce cinéaste algérien a voulu faire un show au lieu de débattre sur son dernier film, « Normal », une fausse fiction complètement ratée.
Pourtant « Normal » a été sélectionné pour le cinquième Festival d'Oran du film arabe (FOFA). « Il y a des journalistes qui travaillent sur les ordres qu'on leur donne. On leur dit tel film laissez le de côté, on laisse sortir mais n'en parlez pas trop », a-t-il accusé. Des preuves ? il y en a pas.
Merzak Allouache, 67 ans, prétend vouloir combattre « la censure » et « l'autocensure » dans le cinéma. Mais, il n'a pas hésité à pratiquer lui-même la censure, en direct et devant le public d'Oran, mardi 20 décembre 2011.
Il a attaqué avec une rare virulense Mounir Lâaradj, journaliste à Canal Algérie, qui l'a interpellé sur un mensonge relatif à des « plages de passe » du côté de Tipaza montrées dans le film et d'exagérer la vérité. Merzak Allouache n'a pas trouvé mieux que d'accuser le journaliste de…jalousie, de haine et de dépit.
Et, bien sûr, il a profité du micro qui lui était tendu pour régler ses comptes avec la télévision algérienne. Nabil Asli, un comédien encore peu connu, a, lui aussi versé dans le discours à la petite semaine, en accusant la presse d'avoir été complice du pouvoir lors des émeutes de janvier 2011.
Selon son analyse, les médias ont relayé l'idée d'« émeutes du sucre et de l'huile » pour diminuer de la contestation des jeunes. Nabil Asli, un nouvel opposant ? On ose à peine le croire. « Notre film, « Normal », fait connaitre l'Algérie et son histoire », a-t-il dit sûr de lui.
Ce n'est pas ce que nous avons vu à l'écran ! Mounir Lâaradj de Canal Algérie a déclaré que grâce aux médias algériens la comédienne algérienne Adila Bendimerad, castée dans « Normal » également, est aujourd'hui plus au moins connue. « Lorsqu'elle était installée à Paris, personne n'entendait parler », a-t-il dit.
Adila Bendimerad a, elle aussi, attaqué la presse lui reprochant de ne pas soutenir les artistes « algériens ». Empêchant l'envoyé spécial d'El Watan de poser ses questions sur le film, Merzak Allouache, entouré de ses « comédiens » préférés, a eu cette réflexion : « Je n'aime pas vos écrits, je sais pourquoi vous écrivez et je sais pour qui vous travaillez ».
Protestant contre cette attitude hautaine et scandaleuse, tous les journalistes présents ont quitté la salle, laissant l'agresseur face à un public médusé. En dehors de la salle, les nombreux spectateurs sont venus soutenir les journalistes et dénoncer l'arrogance d'un cinéaste dépassé par la marche du monde.
« De toute façon, nous n'avons pas aimé ce film. C'est l'importe quoi. Ils insultent gratuitement les algériens »,nous a confié un jeune comédien oranais. Qui ose contre dire cet avis ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.