Un état des institutions    Les dangers de la surenchère    Thon rouge : Lancement de 3 fermes d'engraissement en Algérie    Conscientisation    Hausse des prix des fruits et légumes : A quelques jours de l'Aïd el Adha....    Attentats terroristes : Barcelone, Paris, et les fondements culturels du terrorisme    Des logements vides dans des anciens sites de l'Aadl    Que se passe-t-il à la Conservation foncière de Boumerdès?    Le Maroc en ébullition    Début des manoeuvres Séoul-Washington    Temporairement suspendu par Washington    Médaille d'argent pour Belkadi    Bennacer s'engage quatre saisons avec Empoli    Trois Algériens qualifiés pour le tableau final    "Nous voulons être associés"    Et si on s'inspirait de nos ancêtres?    15 blessés dans un accident de la circulation    304 logements sociaux seront attribués    Il était une fois...!    Ali Amran explose la scène    Le théâtre de rue fait son grand retour    Les fêtes traditionnelles attirent du monde    "Le consensus politique entre partis est difficil"    Net recul du déficit commercial    Plus de 70 foyers d'incendie enregistrés    Les syndicats en rangs de bataille    Un hôtel de la mecque évacué aprés un incendie    Les éleveurs de bétail dans la tourmente    Des clubs sans siège, d'autres sans stade...    Damas combattra le terrorisme jusqu'à son éviction totale    Autoval ouvre son nouveau showroom Seat à Béjaïa    Jean Chamoun s'en est allé sur la pointe des pieds le 9 août    Un sondage de RAJ confirme l'ampleur de la désaffection des jeunes Algériens à l'égard de la politique    Toxicomanie : Chiffres et statistiques    ESS : Hamar veut rester au 8-Mai-1945    CAF Champions League : USMA - Ferroviario da Beira fixé au 22 septembre    Littérature : Mouloud Mammeri Appel à inclure ses œuvres dans les programmes scolaires    Le ministère des Affaires étrangères commémore la Journée nationale du Moudjahid    Le Conseil de l'ordre des médecins revient à la charge    Assaut contre Daech sur Tal Afar en Irak    Grande manifestation antiraciste à Boston    Hommage et recueillement à Ifri    LUTTE ANTITERRORISTE    Coupe de la CAF, (quarts de finale/aller)    USMH: Bensemra prend les rênes du club    Production des céréales saison 2016-2017 : Plus de 35 millions de quintaux enregistrés en Algérie    Selon Pyongyang : Séoul et Washington "mettent de l'huile sur le feu"    Bouteflika félicite Mohamed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FESTIVAL D'ORAN : Merzak Allouache agresse les journalistes
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 12 - 2011

Critiqué pour son film « Normal », le réalisateur Merzak Allouache a eu un comportement désagréable et ignoble avec la presse.
Oran
De notre envoyé spécial

Il est connu que Merzak Allouache, qui tourne en rond depuis plus de vingt ans, n'aime pas être critiqué pour son travail. Mardi soir, à la salle Saâda à Oran, ce cinéaste algérien a voulu faire un show au lieu de débattre sur son dernier film, « Normal », une fausse fiction complètement ratée.
Pourtant « Normal » a été sélectionné pour le cinquième Festival d'Oran du film arabe (FOFA). « Il y a des journalistes qui travaillent sur les ordres qu'on leur donne. On leur dit tel film laissez le de côté, on laisse sortir mais n'en parlez pas trop », a-t-il accusé. Des preuves ? il y en a pas.
Merzak Allouache, 67 ans, prétend vouloir combattre « la censure » et « l'autocensure » dans le cinéma. Mais, il n'a pas hésité à pratiquer lui-même la censure, en direct et devant le public d'Oran, mardi 20 décembre 2011.
Il a attaqué avec une rare virulense Mounir Lâaradj, journaliste à Canal Algérie, qui l'a interpellé sur un mensonge relatif à des « plages de passe » du côté de Tipaza montrées dans le film et d'exagérer la vérité. Merzak Allouache n'a pas trouvé mieux que d'accuser le journaliste de…jalousie, de haine et de dépit.
Et, bien sûr, il a profité du micro qui lui était tendu pour régler ses comptes avec la télévision algérienne. Nabil Asli, un comédien encore peu connu, a, lui aussi versé dans le discours à la petite semaine, en accusant la presse d'avoir été complice du pouvoir lors des émeutes de janvier 2011.
Selon son analyse, les médias ont relayé l'idée d'« émeutes du sucre et de l'huile » pour diminuer de la contestation des jeunes. Nabil Asli, un nouvel opposant ? On ose à peine le croire. « Notre film, « Normal », fait connaitre l'Algérie et son histoire », a-t-il dit sûr de lui.
Ce n'est pas ce que nous avons vu à l'écran ! Mounir Lâaradj de Canal Algérie a déclaré que grâce aux médias algériens la comédienne algérienne Adila Bendimerad, castée dans « Normal » également, est aujourd'hui plus au moins connue. « Lorsqu'elle était installée à Paris, personne n'entendait parler », a-t-il dit.
Adila Bendimerad a, elle aussi, attaqué la presse lui reprochant de ne pas soutenir les artistes « algériens ». Empêchant l'envoyé spécial d'El Watan de poser ses questions sur le film, Merzak Allouache, entouré de ses « comédiens » préférés, a eu cette réflexion : « Je n'aime pas vos écrits, je sais pourquoi vous écrivez et je sais pour qui vous travaillez ».
Protestant contre cette attitude hautaine et scandaleuse, tous les journalistes présents ont quitté la salle, laissant l'agresseur face à un public médusé. En dehors de la salle, les nombreux spectateurs sont venus soutenir les journalistes et dénoncer l'arrogance d'un cinéaste dépassé par la marche du monde.
« De toute façon, nous n'avons pas aimé ce film. C'est l'importe quoi. Ils insultent gratuitement les algériens »,nous a confié un jeune comédien oranais. Qui ose contre dire cet avis ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.