Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Poste restante : Alger-Lettre de colère et d'espoir à mes compatriotes »
EDITION Le livre de Boualem Sansal censuré
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2006

Le dernier essai de Boualem Sansal, Poste restante : Alger. Lettre de colère et d'espoir à mes compatriotes, paru en mars 2006 chez Gallimard en France dans la collection Connaissance, est interdit de vente en Algérie.
Le ministère de la Culture a, selon des sources informées, refusé de délivrer le visa de distribution à ce livre. L'éditeur et distributeur Edif 2000, qui a déjà importé par le passé des romans de Boualem Sansal dont l'avant-dernier Harraga, ne peut plus, faute de cette autorisation, mettre en vente Poste restante : Alger. Le ministère de la Culture n'a pas motivé sa décision. Il est d'usage en Algérie que l'interdit ne soit pas porté par écrit. Un éditeur nous a certifié, hier, qu'aucune publication ne peut être en circulation en Algérie sans « le visa » du ministère de la Culture et nous a confirmé que plusieurs livres ont été interdits par le passé sans que l'opinion publique ne soit mise au courant. Contacté, Boualem Sansal s'est déclaré surpris. « Il n'y a rien de choquant dans ce livre. Je m'adresse à mes compatriotes avec mes états d'âme d'Algérien. Il n'y a aucune attaque contre qui que ce soit », nous a-t-il dit. L'auteur semblait ne pas trouver ses mots pour expliquer la censure. « Ils autorisent et interdisent comme ils veulent. Cela ne m'étonne pas », a-t-il relevé. Sur 64 pages, dans Poste restante : Alger, Boualem Sansal, qui s'est fait connaître en 1999 par le roman Le Serment des barbares qui a suscité critiques et approbations, raconte l'Algérie d'aujourd'hui autant que la France. « En France, où vivent beaucoup de nos compatriotes, les uns physiquement, les autres par le truchement de la parabole, rien ne va et tout le monde le crie à longueur de journée, à la face du monde, à commencer par la télé. Dieu, quelle misère ! Les banlieues retournées, les bagnoles incendiées, le chômage endémique, le racisme comme au bon vieux temps, le froid sibérien, les sans-abri (...), l'article 4 et ses dégâts collatéraux (...). Mon Dieu, mais dans quel pays vivent-ils ces pauvres Français ? Un pays en guerre civile, une dictature obscure, une République bananière ou préislamique ? A leur place, j'émigrerais en Algérie, il y fait chaud, on rase gratis et on a des lunettes pour non-voyants », est-il écrit dans ce livre. Boualem Sansal, qui use d'un peu de cynisme et revendique une certaine violence dans ses écrits, évoque également « les constantes nationales » avec une manière, sur le fond, discutable et non consensuelle. « Le peuple algérien est arabe. Cela est vrai, mes frères, à la condition de retirer du compte les Berbères (Kabyles, Chaouis, Mozabites, Touareg, etc., soit 80% de la population) et les naturalisés de l'histoire (mozarabes, juifs, pieds-noirs, Turcs, coulouglis, Africains... soit 2 à 4%). Les 16 à 18% restants sont des Arabes, personne ne le conteste. Mais on ne peut jurer de rien, il y eut tant d'invasions, d'exodes et de retours dans ce pays, hors la couleur du ciel, rien n'est figé. Nos ancêtres les Gaulois et nos ancêtres les Arabes sont de ce mouvement incessant de l'histoire, et ça laisse des traces », est-il écrit dans ce livre-pamphlet. Livre qui, selon les critiques de la radio publique France Inter, une dénonciation virulente des mythes fondateurs de la République algérienne. « Avec colère, mais aussi avec beaucoup d'humour, il s'en prend au pouvoir comme aux islamistes, à la prétendue ‘'arabité'' et à l'amnistie qui est censée calmer tout le monde », ont-ils observé. Les critiques littéraire de Gallimard ont estimé, eux, que Boualem Sansal a une certaine « verve rabelaisienne » et saluent sa « vitalité » dans l'écriture. Gallimard a, depuis 1999, édité cinq livres de Boualem Sansal : Le serment des barbares, L'enfant fou de l'arbre creux, Dis-moi le paradis, Harraga et Poste restante : Alger. Qui a lu le livre et qui a décidé de le censurer ? Aucune possibilité d'avoir une réponse précise. Nous avons, à plusieurs reprises, tenté de contacter Mme Zahia Yahi, directrice de cabinet de la ministre de la Culture, sans résultat. La réponse de la secrétaire était que Mme Yahi est « en réunion ». Difficile de savoir donc si le ministère de la Culture a prérogative de décider de ce qui peut être lu ou pas en Algérie. Le dernier cas de censure littéraire en Algérie remonte au début des années 1990, lorsque la justice avait décidé d'interdire le pamphlet de Rachid Boudjedra, Fis de la haine, dans lequel l'auteur s'attaquait au parti islamiste, dissous en 1992. Cependant, ces derniers mois, plusieurs publications étrangères ont été interdites de vente en Algérie dont Le Monde diplomatique, l'Intelligent et l'Express. Peu de voix s'étaient élevées pour dénoncer ce retour à petits pas de la censure. « Entre les difficultés persistantes de la presse locale et les censures croissantes de la presse internationale, il devient de plus en plus difficile pour la population algérienne de s'informer correctement. Nous demandons que cette vague de répression cesse », a relevé, en 2005, Reporters sans frontières (RSF). Ingénieur de formation et diplômé en économie, Boualem Sansal, 57 ans, a enseigné à l'université et a occupé le poste de directeur au ministère de l'Industrie. Il a été prié de quitter ce poste en 2003 à cause de ses écrits jugés dérangeants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.