Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chemins de Damas
Repère
Publié dans El Watan le 22 - 08 - 2017

Les plus hauts dirigeants syriens n'ont jamais annoncé la fin de la guerre, mais la réouverture de la Foire internationale de Damas avec une participation étrangère jugée appréciable constituait, en quelque sorte, un état des lieux, jusqu'à ce qu'une roquette s'abatte à l'entrée même de cette foire, faisant cinq tués et des blessés. Nul doute que les auteurs de cette attaque voulaient démentir ce sentiment.
A cela, s'ajoutent de nouvelles pertes civiles lors de frappes de la coalition antidjihadiste. Les 18 victimes se trouvaient dans une mosquée et des maisons environnantes, selon l'OSDH. Quant à la foire, ouverte il y a quelques jours, elle apparaît comme un défi, voire une assurance. Non pas que les affaires se portent bien, mais que la Syrie redevient une destination avec ce que cela suppose comme retour de la sécurité, bien plus important que ne l'a été la Foire de Damas, et le Salon du livre qui a réuni pas moins de 150 maisons d'édition, avec 50% de fréquentation de plus par rapport à celui de 2016. Tout laisserait donc penser que le processus de reconquête par les forces gouvernementales se poursuit et serait même en voie de se conclure par la victoire de ces dernières, et ouvrant de ce fait la voie à la reconstruction de la Syrie, détruite par des années de guerre impliquant des centaines de groupes, selon l'ONU.
Tout laisserait alors croire à un processus de normalisation, la foire en question rouvrant ses portes qu'elle avait fermées en 2011. Cette 59e édition a attiré la participation d'entreprises étrangères venues de 43 pays arabes et autres, dont la Chine, la Russie, l'Iran, la France, le Royaume-Uni et la Belgique. Le gouvernement a fourni des préparatifs massifs et a procédé à de nombreuses rénovations dans la capitale pour cet événement, que les dirigeants considèrent comme un signe de reprise économique de la Syrie. Mais autant parler de la reconstruction de ce pays qui a subi des pertes évaluées par la Banque mondiale à 226 milliards de dollars. En 2016, le président syrien, Bachar Al Assad, avait assuré que ses alliés allaient recevoir la part du lion dans le futur processus de reconstruction. Il reste que des entreprises étrangères, provenant parfois de pays qui ont imposé des sanctions à la Syrie, prennent part à cette manifestation.
A titre individuel, ne manque t-on pas de préciser. «Nous sommes revenus en Syrie, car c'est un pays prometteur», affirme le représentant d'une entreprise allemande spécialisée dans les canalisations d'eau.
Il reste que le discours se veut encore plus global et même empreint d'optimisme après les récents succès de l'armée syrienne, malgré l'attaque d'hier. Certains y voient même une fin prochaine de la guerre en Syrie. Et beaucoup s'y prépareraient et la Foire de Damas constitue ce fameux baromètre, qui serait dans ce cas-là celui de la normalisation, avec toutefois des conditions fixées dimanche par le chef de l'Etat syrien, en affirmant que les pays qui envisagent de rouvrir leurs ambassades en Syrie doivent rompre avec les rebelles.
Et d'assurer : «Nous ne sommes pas isolés.» Est-ce là une réponse aux propos de certains dirigeants étrangers affirmant désormais qu'ils ne considéraient plus le départ de Bachar Al Assad comme un préalable, ou encore qu'ils envisageaient de rouvrir leurs représentations diplomatiques dans la capitale syrienne ? Ce qui n'est pas improbable, tant ce qui se passe en Syrie, surtout depuis l'engagement militaire russe aux côtés des forces gouvernementales, a fondamentalement changé. Un véritable bouleversement jusqu'au plan international. Ce n'est pas encore la paix, «la bataille continue», a affirmé le chef de l'Etat syrien tout en évoquant l'avenir. Beaucoup justement s'interrogent sur l'après-guerre, envisageant d'ores et déjà des ruptures. Ou une reconfiguration des relations internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.