Algérie:la gratuité des soins, une constante de la nouvelle loi sur la santé    Algérie : Le HCA et la Fondation Euro-arabe des hautes études signent une convention de partenariat    JMP-2015: l'Algérien Nedjar remporte la médaille d'or du 2 km nage bi-palmes    Crise libyenne: nouveau round de négociations à Genève en vue d'un accord politique    Arrestation de deux contrebandiers et saisie de produits destinés à la contrebande    CAN-2017 (qualifications) Algérie : Slimani opérationnel dimanche face au Lesotho    Chelsea : Pedro charmé par Mourinho !    Opération réhabilitation    Modalités d'application de la loi de finances : Bientôt des rencontres de wilaya    Algérie:rencontres de wilaya à partir du 10 septembre pour la mise en œuvre des dispositions de la LFC 2015    Arsenal : Wenger se moque de MU pour Martial    Italie : le sélectionneur compte sur...Pirlo    RND : Il a réuni ses parlementaires    La police de Téhéran confisquera les voitures de femmes mal voilées    BLIDA    Tarte gourmande, ganache au chocolat    SELLAL RÉPOND À MADANI MEZRAG :    Berraf: "L'Algérie n'a dépensé que 100.000 euros"    Algérie sublimée de Kitova Vera    Chanson raï : Belkacem Bouteldja inhumé hier à Oran    Boudjemâa El Ankis n'est plus : Le chaâbi est en deuil    C'est la déferlante des migrants sur l'Europe    Ces Algériens de France privés de vacances au pays    Des habitations inondées et des dégâts matériels    Une rentrée universitaire sans difficultés    Réunion entre diplomates algérien et allemand à Berlin    Belaïb prend part à la réunion ministérielle    Renforcement des liaisons aériennes    La CIA et les forces spéciales US à l'œuvre contre Daech    Ould Khelifa craint un "affaiblissement intérieur"    "Je suis enthousiasmé par mon retour"    L'ARB El Marsa s'adjuge le trophée à Bel Abbès    Un mort et des blessés dans une rixe à Mechtras    Le baril sur une corde raide    Algérie:le ministre des transports écarte toute idée de privatisation d'Air Algérie    Quelques conseils pour sortir de la crise    Logements AADL: les souscripteurs de 2001-2002 appelés à choisir les sites dès samedi    En l'absence d'un pouvoir, les pouvoirs se déchirent    Qui veut devenir président doit attendre !    Le socle de la paix    L'individu, le citoyen et la société    COEURS BRISES    Tunisie : Les Etats-Unis s'engagent pour aider le pays à renforcer sa sécurité    Libye : La mort de Kadhafi aurait pu être évitée    ANEP : Grine assume sa responsabilité concernant le fonctionnement de l'agence    Le débat n'est pas étranger à notre société    Un défilé à la gloire du Parti : La Chine fête aujourd'hui sa victoire contre le Japon    Skikda : La bibliothèque centrale réceptionnée en janvier 2016    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.