Gaïd Salah : La tentation totalitaire    «Où va l'Algérie ?»    Château de cartes    Un chef de Daech s'infiltre en Tunisie pour perpétrer des attentats    L'Algérie dans un groupe explosif    LDC : L'Entente de Sétif disqualifiée    JSMB : Latrèche et Haddef arrivent    La police judiciaire dresse son bilan de la première moitié du mois sacré    Un chant spirituel au rythme de la poésie populaire    Un des plus anciens rituels du soufisme    Les citoyens soulagés    Un débat sur fond de tension    Brexit: et maintenant?    12 ONG appellent à accroître "l'aide financière"    Le Groupe Tahkout s'engage avec Hyundai    Sécurité collective arabe inexistante    Une baisse de 68% enregistrée    L'Ecole supérieure de la sécurité sociale inaugurée le 5 juillet    La potion miracle    Mondial-2018 : Réactions algériennes après le tirage au sort    Le miracle aura-t-il lieu?    "Grande confiance en Mahrez et en les Verts"    "Douter de nous? Certainement pas!"    Brexit : Un coup dur pour les marchés, mais ne semble pas menacé    15 harraga interceptés au large de Cap Rosa    "S'il vous plaît M. Google..."    Des doctorants en colère    En préparant le "Takerwait" : Les Ghardaouis ont leurs astuces pour lutter contre la soif    Ramadhan, Aïd el Fitr, vacances, rentrée scolaire et Aïd el Adha : Le porte-monnaie des citoyens mis à rude épreuve    Afin d'éviter un autre scandale : Le ministère de l'Education prévoit des mesures sévères pour 2017    Depuis son lancement : L'Emprunt obligataire a collecté 251 milliards de dinars    Sans les collectivités locales : Pas de refondation possible de l'économie    Une très belle quaâda chaâbie    Bijouterie kabyle : Tout pour lutter contre la contrefaçon et les fluctuations du marché    L'animation débute avec Chenane et les Bermudes    Le souhait des boulangers    Quel avenir pour les Crabes ?    17 qx de kif traité saisis à Tlemcen, Chlef et Béchar    Les "explications" de la wilaya d'Alger    Ouyahia mis à l'index    Deux dépouilles découvertes à Bouira    Les signatures validées pour un référendum anti-Maduro    Poursuite des combats pour la reprise d'Alep    Nordine Aït Hamouda, Malika Matoub et les autorités huées    Hommage à Hadj Mohamed Tahar Fergani    Voyage au coeur de l'Andalousie    Deux tentatives de reconstruction du discours religieux musulman    Gaïd-Salah supervise la disponibilité opérationnelle des unités de combat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.