Justice: Des bracelets électroniques algériens à la fin de l'année    Chlef: 175 promotions dans le corps de la police    Y a-t-il encore un avenir pour l'opposition ?    Développement local : Bedoui insiste sur une gestion participative des walis    Importations de véhicules : Chute de plus de 67% au 1er semestre 2016    Hausse de près de 8% des prix à la consommation : Le rythme d'inflation annuel à 5,2% en juin    Optimisation fiscale : Des pays du G20 veulent se coordonner et durcir les règles    Nouvelle loi sur l'Investissement: Plus d'entraves pour les porteurs de projets    Entretien Lamamra-Blinken : "Un temps fort" dans la dialogue stratégique entre Alger et Washington    France-Algérie : dérapage ou coup bas délibéré ?    Des conflits interminables    Verts d'Europe : Superbe but de Mahrez contre le Celtic    Réunion FAF - clubs des Ligues 1 et 2: Retrait de la police des stades, prix du billet d'entrée à 500 dinars… à l'ordre du jour    JS Kabylie: De bon augure pour l'avenir    US Tébessa: Une situation instable et inquiétante    Promotion de l'artisanat traditionnel : Appel à l'exploitation des structures existantes    4e phase de la 21e opération de relogement : Lancement prévu pour septembre prochain    Tlemcen: Cinq membres d'une même famille tués dans un accident de la route    Bouira: Des citoyens marchent pour réclamer l'amélioration de leur cadre de vie    L'Algérie refuse d'être partie prenante dans le conflit intercommunautaire    Tizi Ouzou: La stèle de Mouloud Mammeri inaugurée à Ath Yenni    Le cinéma arabe veut casser les frontières    Pour une émission "tendancieuse": Bolloré réclame 50 millions d'euros à France 2    Clic et claque    Equipe Nationale : Mahrez opte pour Arsenal    Les Etats-Unis avec 555 sportifs au Brésil    "J'ai très envie de rejouer en Europe"    Les Arabes plus que jamais affaiblis    L'attaque de l'EI a fait 80 morts    Tueries de masse et terrorisme    Tassili Airlines lance la ligne Constantine-Strasbourg    Le marché algérien attire les entreprises américaines    Ath Ouacif sous le choc    Le MSP donne le coup de grâce à l'Icso    "L'injure et la diffamation sont en recul"    Le tourisme arabe se prend au sérieux    Les Olympiques algériens ce mercredi à Rio    Soirée maghrébine à l'ouverture    Concert de Souad Massi    "La route d'Istanbul" de Rachid Bouchareb primé    3 militaires français tués    Le défi de Hamel    Bedoui insiste sur une "gestion participative des walis"    Des produits cancérigènes sur nos étals    8 morts et 28 blessés en 24 heures    1 mort et des blessés par balle lors d'une manifestation    Deux courts métrages algériens projetés en compétition    La Sûreté nationale poursuit l'œuvre de construction d'une police forte et parie sur la qualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.