Algérie: La durée du service national passe à 12 moins    Benflis dépose le dossier d'agrément de son nouveau parti politique    Election présidentielle: Paris salue "le rôle historique" de la Tunisie    Le pétrole prend un peu de hauteur en Asie    L'euro tente un rebond face au dollar lors des échanges asiatiques    "On l'accueillera comme un frère"    Le PSG prêt à payer 50 millions d'euros pour Brahimi    Les sillons de la 3e voie    La paix au Proche-Orient commence en Algérie    Une preuve de l'inefficacité des sanctions    Forte participation des Tunisiens de l'Est algérien    L'USMA conforte sa position de leader    Un métro aérien pour désengorger Alger    Procès aujourd'hui de 41 terroristes, dont le chef d'Aqmi Abdelmalek Droudkel    Plusieurs enseignants agressés à Tizi Ouzou    7373 morts sur 19.031 cas de contaminations    Ambiance festive et communion    Le ministre chargé des relations avec le Parlement : L'augmentation des salaires des députés, pas d'actualité    L'excédent commercial a baissé de près de 40%    SNTA : 6,9 milliards de dinars pour le renouvellement des équipements    Ijtihad et mise au point    Le président de Donald W. Reynolds en visite au Quotidien d'Oran    MC Oran : Cavalli dénonce l'arbitrage    Que de temps perdu !    Après les démolitions des immeubles et le classement de Sidi El Houari : Révision des plans d'occupation des sols    CHLEF: Mentir comme un arracheur de dents    JSK - Cicollini poursuivra sa mission : La sérénité retrouvée    Du fabuleux destin de l'homme-squale !    TLEMCEN: Les élèves de l'école Tebbal à la découverte du musée d'art et d'histoire    Trop splendide Picasso    Oran abritera la future école régionale    Etat Islamique : Nouvelle offensive kurde en Irak et en Syrie    Les Farc tuent huit soldats et policiers    4 détenus afghans de Guantanamo renvoyés dans leur pays    Collecte de fonds via SMS pour lutter contre Ebola    "Journée de secours" en direction des SDF à Oran    10ème édition d'AFRICA TELECOM PEOPLE AWARDS 2014 : Ooredoo Meilleur Opérateur d'Afrique du Nord pour la cinquième fois    En vue d'adhérer à l'OMC : L'Algérie accélère le processus des négociations    Libye : Cinq pays du Sahel appellent l'ONU à intervenir en accord avec l'UA    Mondial de Handball 2015 : Les Verts sont en Slovénie    "L'Algérie et les mouvements de libération"    L'expérience d'écriture collective dans le 4e art national    Le COA accorde un intérêt particulier à la reconversion des anciens    Les inquiétudes des producteurs de la wilaya d'El Tarf    Le Real c'est vraiment royal !    Messahel réaffirme l'attachement de l'Algérie pour une solution    La scène théâtrale d'Aïn Témouchent se dédie aux enfants    Gestion du Hadj et de la Omra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.