Edito: Le dialogue, la raison et le complot    USA : La machine à polémiques Trump se lâche sur l'Europe    Vie des clubs / MCA - Mouassa : «Les plus performants seront alignés»    Brésil : nouvelle émeute dans une prison, au moins 26 détenus tués    Transfert illicite de devises : Le dispositif renforcé    L'ARAV met en garde contre «l'abrutissement de la société»    Les doutes des partis de l'opposition    La paix en danger    Les lois et les programmes sans résultats pour le monde des PME    Un nul arraché à la peine    Groupe A : Egalité parfaite pour commencer    Bouchouareb exhorte Total à accélérer son projet    Circulation difficile sur plusieurs axes routiers    Une famille intoxiquée au CO    Les syndicats mécontents    ALI BENFLIS AU SOIR D’ALGÉRIE :    Groupe C    CR Belouizdad    LIRF    Cinéma algérien, quelle voie de salut ?    Vallée du M’zab    Nucléaire iranien: l'UE se conformera à l'accord    Secousse tellurique de 3,3 degrés à Boumerdes    De bons présages pour le rendez-vous d'Astana    Marché du travail et taux de chômage: Les précisions de l'ONS    Législatives de 2017 : Le FLN lance aujourd'hui ses préparatifs    Transfert illicite de devises : La lutte affiche une nette amélioration    Chine : Deuxième année de baisse des exportations    Blida: Quatre gendarmes tués dans une explosion accidentelle    Constantine - Lotissement El Berda: Le gaz butane introuvable !    Importation céréalière : La facture poursuit sa tendance baissière    Sommet Afrique-France: Hommage à l'Algérie pour ses efforts dans la lutte contre le terrorisme    Tlemcen: Télévision : cap sur la TNT    Décès du réalisateur Hadj Rahim    "Impliquez-vous dans les prochaines élections!"    Une ambiance de groupe à Tizi Ouzou    L'ivresse de l'urne    Promotion de l'investissement: quel rôle pour la Protection civile?    Du son frais et multiculturel    A vos plumes    Bamako dément avoir signé un accord avec l'UE    De nouveaux textes "bientôt soumis au Parlement"    Ghardaïa : le pouvoir va-t-il renouveler l'état d'urgence ?    Ghoulam : "Pas d'excuses, nous n'avons pas fait un bon match"    M. Boutarfa aux Emirats arabes unis    Gambie : fortes pressions sur Yahya Jammeh    L'Emev dénonce la suspension de ses activités culturelles    La monographie sur l'assassinat de Abane Ramdane paraîtra cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.