Le Brent à plus de 46 dollars    Real : La pire entame de Cristiano Ronaldo    Vie des clubs / JSK - Hannachi revient sur sa décision et parle de recul : Azlef prend l'intérim    Coupe de la CAF / Demi-finale (retour) - FUS Rabat 1 – MO Béjaïa 1 : Historique pour les Crabes !    Une famille décimée par un raid aérien au Yémen    Quel avenir pour le Gabon ?    "Il y a consensus sur la nécessité de stabiliser le marché"    Un mort et 196 blessés    Ségolène Royal en guest-star à Alger    Nigeria - Algérie aura lieu à Port Harcourt    Report de la 3e édition    Le CS Sfax obligé de négocier avec le MO Béjaïa    Dix-sept nouvelles spécialités lancées à Tizi Ouzou    Cinq personnes décédées après inhalation de gaz toxique    134 personnes intoxiquées    Kiosque arabe    Ammar Bouras dément Ãatre le président de la commission juridique du COA et précise :    SOIT DIT EN PASSANT    USA: levée du couvre-feu à Charlotte    ACCIDENT DE TRAIN DE BOUDOUAOU    Ail confit    ACTUCULT    L’Art dans la rue    Air France: Un vol quotidien Oran/Paris dès mars 2017    Exportation: Le poids de la bureaucratie    Coups de gueule, rappels à l'ordre: Le gouvernement parle-t-il d'une même voix ?    Douze enseignants assassinés il y a dix-neuf ans: L'Algérie ne veut et ne peut pas oublier    Viande ovine putréfiée: Les résultats de l'enquête avant la fin de la semaine    Détenteurs de pré-affectations de Hai Derb: Relogement ce mercredi de 208 familles à Gdyel    Constantine - Rentrée universitaire: Une «coordination» pour quatre universités    Des violons mal accordés    54 pays au Forum international de l'énergie    Nigeria : "Je vais parfaitement bien", annonce le chef de Boko Haram    Portugal: Déficit public réduit à 2,8% du PIB au premier semestre    Le remplaçant par une structure de proximité: Le marché des Trois horloges de Bab el Oued bientôt fermé    Sport : Les médaillés aux jeux Olympiques et Paralympiques 2016 honorés    Algérie-Royaume du Lesotho : Letsoa reçu par le Premier ministre    Dans l'application du programme du président : Grine affirme qu'il y a une discipline gouvernementale    Avant un big bang sur ses tarifs : Canal+ renonce à crypter son "Grand Journal"    La Turquie prête à participer à l'offensive contre l'EI à Raqqa    Les députés vont trancher aujourd'hui    La police publie des vidéos de la mort de Scott    La mauvaise gestion des établissements    Lors de l'Assemblée constituante, Ferhat Abbas proclame officiellement, à Alger, la «République algérienne démocratique et populaire»    La culture est le meilleur ambassadeur du tourisme    En tournée dans 4 grandes villes    La Cour suprême autorise une enquête sur le président Michel Temer    Plus d'un tiers des bombardements saoudiens auraient visé des cibles civiles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.