La préparation des listes a commencé à Béjaïa    Branle-bas de combat au sein des partis à Oran    Réhabilitation de la raffinerie d'Alger : Le projet livré en octobre 2018    Reconduction de l'accord de production : L'Opep statuera en novembre    Algérie, un patrimoine culturel à l'abandon    L'instabilité au niveau des clubs persiste    USMA-Ferroviario da Beira décalé d'un jour    Une distribution de logements sociaux sous tension    Elargissement des points de vente des moutons    Neuf heures de lutte contre les flammes    «On ne doit pas cesser notre combat»    AccÚs aux soins et amélioration de la couverture sanitaire    AÏN-TEMOUCHENT    SOIT DIT EN PASSANT    MC Oran    10e édition du Festival de la chanson oranaise    Le Pakistan pourrait perdre son statut d'allié privilégié de Washington    Algérie: Les banques ne peuvent plus faire des saisies à l'encontre des micro-entreprises défaillantes (Zemali)    Les bureaux de poste pris d'assaut    Constantine - Huit blessés dans trois accidents de la route    Selon le ministère des Affaires religieuses: L'Aïd El-Adha vendredi 1er septembre    Constantine - Ligne Constantine - Ali Mendjeli Grogne des chauffeurs de taxi    Constantine - Les élections locales au menu      Tunisie : Coup d'envoi officiel du processus de formulation de la stratégie nationale pour l'emploi    Les négociations d'Astana reportées    Al Qaïda résiste à Daesh en Afrique    De la frustration chez Hanni    Paris fonce sur le duo Mbappé-Fabinho    Fin du feuilleton Oblak    "Pourquoi on n'a pas opté pour des Canadairs"    Les arbitres algériens Abid Charef et Etchiali retenus par la Fifa    L'avenir du travail dans le monde à la loupe    Cinq artistes représenteront l'Algérie    Le film est projeté au Cosmos    Karim Sayad sur les traces de Merzak Allouache    Livraison de 227 véhicules de marque Mercedes    L'ultimatum de Zaalane    Menace de produire de l'uranium hautement enrichi    L'EI attaqué sur ses flancs est et ouest en Irak,    Formation professionnelle à El-Oued : Plus de 7.340 postes pédagogiques prévus pour la prochaine rentrée    42 civils tués dans de nouveaux raids de la coalition à Raqa    Inexplicable    Anniversaire de l'incendie d'Al-Aqsa pour dénoncer les violations israéliennes    Bouteflika salue le dévouement exemplaire des éléments de l'ANP au service de la patrie    Les bons points de l'ANP    Une histoire originale et interactive    Ecole des sables du Sénégal    Khaled en concert à Ouargla    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.