"Vous êtes les gardiens de l'ordre social"    La liberté de la presse mondiale : L'Algérie confortée par la Constitution amendée    Quelle place pour le correspondant local?    Quand les plumes font l'Histoire    L'Affaire El Khabar reportée à mercredi prochain    Accord de trois milliards de DA pour financer les études de faisabilité    C'est la débandade à Tizi Ouzou    Il pourvoit près de 1 000 nouveaux emplois    Assurance-vie : 5,4 milliards d'euros non réclamés    Pétrole : Les cours se replient légèrement    Abdelkader Messahel : Résolution des conflits par le dialogue et pas d'intervention hors des frontières de l'Algérie    Les chefs des diplomaties française et allemande en tournée conjointe    Le peuple sahraoui dans l'attente d'une résolution du Conseil de sécurité    Un mort et 23 blessés dans un attentat contre l'armée    France : Hausse des actes antimusulmans    Bab El Oued jubile et Soustara reste de marbre    Coupe d'Algérie 2016 : Les Algériens de Londres renouent avec l'ambiance sportive d'Alger    Ooredoo présente ses meilleurs vœux à la presse algérienne    Domination totale des Ethiopiens    Slimani bat l'un des records de Messi    Mise à la retraite des professeurs de CHU : Boudiaf :" une décision qui s'inscrit dans le cadre des lois en vigueur sur les plans national et ...    Au profit de 359 veuves : Formation sur les métiers de l'artisanat à Constantine    Transplantations d'organes: Boudiaf mène campagne    Atelier national sur la pêche artisanale : Un plan d'actions pour la mise en œuvre des directives volontaires de la FAO    Les adjoints de l'éducation renouent avec la "protesta"    700 agressions perpétrées contre l'environnement    "El Ghalta" gagne les faveurs du public    Deux pièces théâtrales algériennes au menu    Clôture en apothéose du concours de la meilleure chanson chaouie    "Oummou Mohamed" ou l'autre voile    La presse électronique s'impose    32 morts dans un double attentat à la voiture piégée    Renault Pro+ présente Renault X-Track et Master 4x4    1 atelier et 20 bombes détruits    Un homme d'affaires russe rachète le Nürburgring    Volkswagen numéro 1 mondial au 1er trimestre 2016    Bientôt équipés de scanners mobiles    Un long chemin de luttes et de sacrifices !    L'Onda menace les chaînes privées    « Le Président se porte bien, l'Algérie aussi »    3 MAI, JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE : Réflexion et le monde du journalisme en fête    Musique : Paco Séry célèbre le jazz à Alger    Volleyball - Coupe d'Algérie: Le GSP et le NRBBA en finale    Message de Bouteflika, à l'occasion du 1er mai: La générosité de l'Etat «au passé», place à la compétitivité    Lutte contre le cancer: L'Algérie abritera la 17ème édition panarabe d'oncologie    Naâma: Langues étrangères, cette plus-value    Hannachi : «On ramènera les meilleurs joueurs du marché et je vais me rendre en France pour...»    Le maestro qui veut hisser "très haut" l'OSN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.