Les drones passent à l'attaque    Le début de la fin ?    L'escalade !    Kerbadj écarte son retour    Réunion mercredi pour aborder l'organisation    Enlèvement d'un citoyen algérien au Soudan (porte-parole MAE)    Reprise des échauffourées entre jeunes et forces de l'ordre à Tizi-Ouzou    Les Verts s'envoleront pour le Brésil le 7 juin    Necira Nounou et l'AS Sûreté nationale se distinguent    VERONE QUEEN, SUR SA LANCEE    45 kg de corail saisis par les Douanes à El Ayoune    Tizi Ouzou: "Tkesna N Massensen", une pièce à effets techniques pour une tragique histoire d'amour    Henkouche : «La trêve a complètement démotivé les joueurs»    Attentat terroriste à Tizi-Ouzou: onze militaires tués, cinq autres blessés et trois terroristes abattus (officiel)    Lamamra préside une réunion d'évaluation du déroulement de l'élection présidentielle    Le FNI sera actionnaire d'OTA lorsque cette dernière s'acquittera de son amende (DG)    Trois cas de noyade enregistrés à Médéa depuis le début de l'année    Présidentielle: El Ghanouchi félicite le président Bouteflika à l'occasion de sa réélection    Le président chinois félicite le président Bouteflika après sa réélection    Algérie:formation et réhabilitation de l'architecture de terre au menu du 3ème Archi Terre à Alger    Blida: des marchés organisés boudés par des commerçants prisant toujours l'informel    Formation professionnelle: signature de 12 conventions de partenariat avec des entreprises économiques de la wilaya d'Alger    Ils les rappellent à leurs promesses    34e anniversaire du Printemps berbère    Printemps amazigh    En bref...    A l'étranger/ Coupe de la Ligue    37 terroristes éliminés et un important lot d'armes de guerre récupéré le premier trimestre de 2014 (ANP)    On remarchera sur le Pont Romain    Sidi El Houari: le quartier-mémoire d'Oran se meurt…    Le chanteur Rachid Taha aux Francofolies de Montréal en juin prochain    CONFERENCE DE PRESSE D'ABDELMALEK SELLAL : Bientôt, la mise en œuvre du projet de renouveau politique, économique et social    Election présidentielle    À la suite de bons résultats, la Banque mondiale accorde un prêt supplémentaire    Mondial 2014    Béjaïa    Libye:premières élections municipales    La question du réacteur à eau lourde d'Arak "pratiquement réglée"    Au ministère des Affaires étrangères : Lamamra a reçu le président de la mission d'observation de l'OCI    L'Algérie compte 35 milliardaires    Le Conseil constitutionnel reçoit 94 recours    Angola : Des méga-contrats pour développer le gisement de Total    Syngenta : Les ventes en hausse malgré la météo maussade aux USA    Tamanrasset : Plusieurs projets à lancer dans la localité de Tahifet    Des universitaires algériens au Maroc    Le syndrome de fatigue chronique ou l'asthénie prolongée    Sortir de la rente pétrolière et bâtir une économie productive    Défis et priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.