L'Algérie prend part au Forum mondial de lutte contre le terrorisme    CAN-2017 : la Zambie ne sera pas candidate à l'organisation du tournoi    Algérie:Ouverture de la 11ème édition du Salon international des technologies de l'information (Med-IT)    La loi finances prévisionnelle pour 2015 : de grandes ambitions et une rente de plus en plus incertaine (opinion)        Maroc:Le taux de collecte professionnalisée des déchets atteint plus de 80 pc (rsponsable)    L'Etat islamique menace la France, les USA et leurs alliés    Le président Bouteflika: le partenariat et la concertation algéro-maliens favoriseront le succès du dialogue inter-malien    Espagne: le Barça flambe, Messi le buteur se fait passeur    Bouchouareb reçoit une délégation française du groupe parlementaire d'amitié "France-Algérie"    Un chef terroriste éliminé dans la région de Tizi-Ouzou (MDN)    L'ONU appuie l'Algérie dans son rôle de médiation pour la paix en Libye et au Mali (Ban Ki-moon)    Championnat du Portugal (J 5) : deuxième but de la saison pour Slimani, Brahimi et Porto accrochés    D'importantes chutes de pluies enregistrées à Tindouf    L'Instance de consultation et de suivi vue par le Pôle DES FORCES du changement    Chambre algérienne de commerce et d'industrie    Miloud Chorfi à la tête de l'ARAV    Priorité à l'allégeance    Nourredine Bedoui, ministre de la Formation et de l'enseignement professionnels, hier au forum de "Liberté"    Plus de 1.250 commerces fermés dans la seule commune d'Alger-centre (maire)    Tunisie:Le collectif JID lance la plate-forme «Ikhtiar tounes» pour aider les électeurs à faire le bon choix    Mokri, la révolution et la politique    Industrie automobile ; La première Symbol «algérienne» sortira le 10 novembre    Football - Ligue 1 : Fin de série pour l'USMA    Commémoration : Il y a 20 ans, le Pr. Fardeheb était assassiné    Colonisation : Les Sahraouis accusent les Nations unies de complicité    Le RND restructure sa base    Benflis dévoile sa démarche et celle du pôle du changement    Mouton de l'Aïd : La fièvre aphteuse plane toujours sur les marchés    Relizane : Les habitants de Merainia réclament le transport scolaire    Alger : L'assassin d'une femme à Baba Hassen arrêté    Hommage à Sidi Mohamed Dib    Ouverture en fanfare avec l'Américain Eric Sardinas    Des pseudos supporters enfoncent l'ESS!    Reprise des négociations indirectes cette semaine    28 exposants au Salon international du véhicule industriel    Les Kurdes de Syrie fuient en Turquie    26 joueurs malawites en stage    Plus d'une dizaine de troupes au menu    Un séisme de 3.6 à Alger    Les Verts en stage à partir d'aujourd'hui à Sidi Moussa    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle : Titularisation de 36.000 bénéficiaires    G20 : Il faut plus d'efforts pour davantage de croissance    Un supporter du RC Arbâa décède d'un arrêt cardiaque    Benjamin Stora, pour donner un nouvel élan    Aménagement de locaux pour activités culturelles à Ali-Mendjeli    Jeux vidéo : Disney Infinity se relance avec les héros de Marvel    Résidence universitaire : Belgaïd à Oran 56 étudiantes hospitalisées pour intoxication alimentaire...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«La rose de Blida» de Yasmina Khadra
Amours d?adolescent
Publié dans Info Soir le 28 - 04 - 2006

Evocation n Le dernier livre de Yasmina Khadra, paru aux éditions Après la Lune (France), est une écriture de l?instantané.
Ce texte s?appuie sur l?évocation d?images et notamment d?impressions, car tout est construit d?un simple coup de c?ur ; et même si le texte est court, il est néanmoins dense et approprié.
C?est dans un style simple et juste que l?écrivain nous entraîne dans son passé, lointain et intime. Il nous raconte sa prime jeunesse, seulement un épisode de son adolescence.
Dans ce livre, Yasmina Khadra nous raconte ses premières amours : des amours d?enfant, spontanées et même naïves qu?il avait ressenties lorsqu?il était à l?école des cadets, un établissement militaire de Koléa.
Tout commence lorsque son regard s?accroche à une femme qui «devait avoir la trentaine mais en paraissait beaucoup moins, avec ses traits juvéniles et sa silhouette frêle, et ce regard lointain qui semblait puiser son éclat au fin fond de l?horizon». Ainsi, l?adolescent qui peine à apprivoiser ses sentiments, s?émerveille ingénument devant une créature jamais vue, une apparition féerique qui l?éblouit. «Je ne me souviens pas d?avoir vu créature plus fascinante avant (?) Elle était belle comme un rêve impossible, presque irréelle dans son tailleur blanc, les mains croisées sur la poitrine et le regard insaisissable», écrit-il. Depuis, l?image de cette créature qu?il n?a vue qu?une seule fois, que son regard n?a rencontrée qu?un court moment, l?obsède, l?habite et hante ses pensées. Il fait tout pour la retrouver, la revoir, jusqu?à aller à Blida, là où elle habite? Il en est tombé amoureux et il continue à l?aimer jusqu?au jour où il prend conscience de son «égarement» sentimental, «d?une fabulation de galopin en mal de tendresse» et se demande «comment une femme à peine entrevue était-elle devenue, dans mon esprit, plus intense qu?une obsession, aussi vaste que l?horizon».
Aujourd?hui, près de quarante années après l?avoir vue pour l?unique fois, Yasmina Khadra s?interroge : «Tandis que je [vais] à la rencontre de mon lectorat, alors que je découvre de nouveaux visages dans les salles qui m?accueillent, je me surprends à chercher celui de Hawa. Malgré les décennies qui séparent notre première et unique rencontre ? notre première éclipse ?, je suis absolument certain de le reconnaître du premier coup. Qu?est-elle devenue ? Où est-elle ? Est-elle encore de ce monde, dans ce pays, ou bien a-t-il mis le cap sur d?autres contrées ? Je l?ignore (?)
Parfois, à la fin d?une séance de signature ou bien après un entretien avec mon public, à Toulouse, à Lamballe ou ailleurs, en entendant une lectrice retardataire se dépêcher pour me rattraper, son bouquin à dédicacer contre sa poitrine, je m?arrête et me retourne. L?espace d?une fraction de seconde, aussi absurde que cela puisse paraître, mon c?ur frémit plus fort que d?habitude, et je m?entends me demander? et si c?était elle ?»
Malgré les années passées, l?écrivain, ce jeune adolescent qu?il fut, semble ne pas vouloir se faire à l?idée que cela relève de l?histoire ancienne. «Pour rien au monde je ne souhaiterais tourner une page que je n?avais pas eu le temps d?écrire et dont la blancheur symbolise la virginité de mes plus violents désirs.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.