« La société patriarcale favorise l'homme »    Libye: des milices pro-gouvernementales prennent le contrôle d'une ville de l'ouest    Le Conseil constitutionnel, "pierre angulaire" de la vie politique en Algérie (responsable)    Trois morts et quatre blessés dans un accident de la circulation à Mostaganem    L'EXPERT MEBTOUL REPOND AU MINISTRE DU COMMERCE : ‘'Monsieur le Ministre, ne vous contredisez pas et ne vous trompez pas de cible''    Les Verts sans Kessaï et Abi Ayad    DEVELOPPEMENT SOCIAL : L'Union Européenne satisfaite du progrès social de l'Algérie    La Ligue des champions en ligne de mire    MOTS POUR MAUX : Le rêve des cancéreux deviendra-t-il réalité ?!    Khomri insiste sur l'implication des jeunes dans le développement économique    Transfert : l'entraîneur algérien Rouabah s'engage avec Al-Ittifak (Arabie Saoudite)    Sahara occidental: Hollande interpellé sur les violations des droits de l'homme commises par le Maroc    Le ministre qatari des Affaires étrangères, souligne le poids de l'Algérie et son rôle dans la stabilité de la région    Une centaine d'enseignants et d'inspecteurs de langue anglaise en formation à Sétif    Espagne: Valence laisse filer le derby et le podium    Le tribunal criminel près la cour d'Alger examine le 2 décembre prochain une affaire de massacres collectifs    Tunisie: la bataille du second tour engagée entre Marzouki et Essebsi    Soustara jubile mais Bab El Oued gronde    Trois soldats tués en 24 heures dans l'Est ukrainien    Sarkozy en piste    Une "grave dérive" pour Hanoune    Forte participation des Tunisiens de l'Est algérien    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Qatar    Ouverture du 7e Festival des musique et chanson du Souf    Le doyen des juges palestiniens salue les relations historiques    Medjani double buteur face à Galatasaray    Tahmi optimiste pour le dossier de l'Algérie    Le trafic d'enfants ne cesse de croître dans le monde    Matériaux pour l'énergétique et génie de l'environnement, thème d'un séminaire international à Alger    Le GSP et le CRBDB visent la qualification à la phase finale    «KBS, nouvelle génération» reçoit le prix du jury    «Massarat» reparaît après des années d'absence    «Aider les patrons de la pêche à renouveler leur flottille»    Lancement d'une campagne de sensibilisation à Blida    Ebola continue de passer les frontières    Vaine agitation    Il y a un mois décédait Amar Zeghrar, ancien secrétaire général à la présidence de la République : Chronique d'une Algérie «en quête d'une conscience nationale»    BOUMERDES: Le Dr Noureddine Melikchi honoré    Vente-dédicace : Kamel Daoud parle de «Meursault contre-enquête»    Un cerf-volant inquiet dans une tasse de café    Falcon Motors/Mitsubishi : jusqu'à 200 000 DA de remise    Plus d'un demi-million de comprimés psychotropes saisis en 10 mois : 1.796 personnes arrêtées    Iran-Etats-Unis : Peut-être une nouvelle situation géopolitique    Une soprano qui "soigne l'âme"    Les mises en garde des députés    France : L'économie plus robuste que prévu, mais l'humilité reste de mise    Une brèche dans le front    La réalisation du Centre culturel islamique de Ouargla en bonne voie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.