Maroc : La marche d'Al Hoceima violemment empêchée par les forces de sécurité, un militant grièvement blessé    UE: plus de 41 millions de produits contrefaits saisis en 2016    Recul du nombre de faux billets d'euros saisis    Entretien téléphonique Messahel- Jean-Yves Le Drian    Audi rappelle jusqu'à 850.000 véhicules diesel    Mise en place d'une Cour d'appel pour les affaires pénales    Bayern Munich : Le Milan AC fait une nouvelle offre pour Sanches    Tizi-Ouzou : 490 migrants transférés dans un site aménagé    Elle tentait d'enlever un nouveau-né : une femme de manage sous les verrous    Tunisie- Les prix de voitures ont augmenté de 20% en quelques semaines, suite à la chute du dinar    Service national :241726 jeunes régularisés    Session de formation pour les magistrats sur les droit droits de l'homme    Redha Malek admis à hôpital militaire de Aïn Naâdja (Alger )    Boumerdès : Une lettre anonyme sème le doute    La culture de l'assurance n'est pas inexistante, mais elle a encore des marges importantes d'ancrage    En bref...    Il serait temps de penser à mettre en place une politique pragmatique pour accompagner le passage de l'informel vers le formel    Le NAHD pour jouer les trouble-fête    Les Algériens pensent déjà à l'Arabie Saoudite    Handisport : Les frères Baka dominent le 1500m    OL: Ghezzal, l'étrange rumeur    Leicester City : l'offre de l'AS Rome pour Riyad Mahrez refusée    ETRHB-Haddad : plusieurs projets structurants inachevés à Bouira    Une plainte déposée pour l'«achat» de voix lors des sénatoriales de 2015    MPA : Les «démissionnaires» apporteront leurs preuves demain    Béjaïa : Au moins 40 syndicalistes du Snategs arrêtés    Université de la formation continue (UFC) : La coordination des diplômés DEUA réclame le respect des lois    Tizi Ouzou : «Les moyens d'intervention sont insuffisants»    Blaoui El Houari : Ses amis et ses disciples en parlent !    Ce cancer de l'argent sale, qui ronge aussi bien la société que l'école, remonte au début des années 1990    Les maisons de la mer projeté en avant-première à Annaba    Algérie - Coûts de l'Interconnexion : Djezzy réclame une "symétrie tarifaire juste" (vidéo)    Tunisie-Chahed s'explique sur l'opération "mains propres" : "Nous devons protéger notre démocratie naissante"    Tourisme- Près d'un million de Marocains de l'étrangers ont rejoint le pays pour les vacances d'été    ESS : Zoom sur l'effectif 2018    13e édition du Festival arabe de Djemila jeudi à Sétif    Célébration du « Nelson Mandela Day » à Alger (VIDEO)    31 films en compétition    Sahara occidental - Maroc : Détenus de Gdeim Izik : des peines iniques    Chanson oranaise : Valoriser et protéger l'œuvre léguée par Blaoui Houari    Disparition : L'artiste Rachid Zeghimi n'est plus    Constantine: Un homme abattu de trois balles par un policier    Victoire algérienne bonne pour le moral    Gaïd Salah remet le prix de l'ANP pour la meilleure œuvre scientifique, culturelle et médiatique 2017    Benghabrit rassure les candidats retenus pour l'examen oral    Près de 70 milliards de DA de transactions commerciales sans factures au 1er semestre 2017    «Mettre les potentialités touristiques pour pérenniser un savoir-faire ancestral»    "C'est un rappel à l'ordre"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.