Vers la création d'un conseil national des associations de jeunes    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Pour l'ambassadeur des Etats-Unis à Alger : Les relations algéro-américaines n'ont jamais été "aussi bonnes"    La France retarde la livraison du Mistral à la Russie    Ukraine : Règlement impossible sans un compromis avec la Russie    Equipe nationale : Match amical contre la Tunisie le 10 ou le 11 janvier 2015    Ligue des champions : Manchester City-Bayern Munich (3-2)    Projet de loi relatif à la création du fonds de la pension alimentaire : Les députés adoptent le texte à l'unanimité    Prix du pétrole : Le brut accentue ses pertes    Aménagement des parcs industriels : Sélection prochaine des bureaux d'études    Bourses : Les places européennes en hausse soutenues par la croissance américaine    Nul n'affectionne l'euthanasie politique    Saisie de plus de 40 kg de kif traité    Attention aux gaz !    Boudiaf promet une « excellente nouvelle »    Bejaia : La fermeture de la décharge intercommunale de Biziou au centre d'une enquête    « Les relations algéro- américaines n'ont jamais été aussi bonnes »    en bref    «Un des assassins du Français Hervé Gourdel a été éliminé par l'ANP»    300 000 enfants travaillent en Algérie    La formation est «bénéfique» pour les maires    Le partenariat d'exception plaide pour un traité de fraternité    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    Constantine projette une exploitation optimale de ses infrastructures    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    El Anka, phénix du chaâbi    Le Caire veut conforter son rôle régional    Pari ou péril jeunes    Saâdani tente de contenir la protesta de ses députés    « Ce que met la FAF à la disposition des Verts est exceptionelle »    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Le tort des uns et des autres    Restructuration du Val d'Hydra    Le Barça cartonne, Chelsea pulvérise Schalke, Agüero et City coulent le Bayern    Ouverture d'un Colloque à Alger sur "les régimes militaires au Maghreb: de l'antiquité jusqu'à la fin de l'ère ottomane"    La fête de la S'beiba de Djanet classée au patrimoine immatériel de l'humanité (Unesco)    Lutte au finish pour le titre de champion d'hiver    «Rien n'est laissé au hasard»    Moines de Tibhrine: La justice algérienne œuvre dans le cadre de la loi (Louh)    L'Egypte rouvre mercredi le point de passage avec Gaza    Ferguson sous surveillance, manifestations à travers les USA    Quelle sera la riposte de l'Opep?    Du nouveau dans le corps de la Sûreté nationale    Réactions mitigées des députés    Des villageois refusent sa délocalisation    Le Festival du film arabe est maintenu à Oran    Un duel plus serré    Près de 7000 femmes victimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger" class="city">Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger" class="city">Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam" class="city">Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger" class="city">Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris" class="city">Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.