La rentrée sociale et politique sera « ordinaire »    L'afrique à l'écoute de l'Algérie    « Les partenaires politiques doivent s'accorder autour d'une Constitution consensuelle »    L'Israélien ZIM fera escale à Tanger    L'Algérie et les conflits en Afrique    Le FFS défendra son Consensus national    "L'Armée reste mobilisée contre les résidus du terrorisme"    Des projets en cours de concrétisation    Le processus va bon train    Quelle formule pour freiner la menace?    Une élue espagnole expulsée de Laâyoune    Les marchés à bestiaux seront bientôt rouverts    Les extraits de naissance en vente en dehors de l'APC de Ouled YAïch    Vous pourrez faire établir vos papiers d'état civil jusqu'à 23h    "L'Algérie doit avoir de nouvelles ambitions"    Schweinsteiger nouveau capitaine    Cadamuro dispensé du stage    L'image instruit...    Le grand intérêt des Algérois    Le "Motor Show"à Alger en septembre    Irak : Les opérations s'intensifient contre les djihadistes    Libye : Le gouvernement ne contrôle plus les ministères, le pays à la dérive    Ukraine : Les appels à la paix ne suffisent plus    L'Anexal et le FCE participeront au Salon de la céramique de Rimini    Une compagnie dans la tourmente    "Le phénomène de la violence est inquiétant"    La police durcit les mesures    62 morts en une semaine    Pellicules : comment s'en débarrasser ?    62 morts et 2098 blessés en une semaine    «Toute attaque terroriste contre un pays africain est considérée comme une attaque contre tout le continent»    Les partis aiguisent leurs armes    L'UGTA ouvre le débat    TF1 affiche sa prudence    Finalisation des textes d'application    Air Algérie : Lancement d'un audit pour la mise à niveau de la compagnie    Décès d'un ressortissant algérien en France : Le secrétaire général par intérim du MAE reçoit l'ambassadeur français    Selon les chiffres fournis par l'EPAL : Hausse du nombre de conteneurs au port d'Alger    Deux tragédies en résonance avec le fracas du monde...    Isabelle Adjani, Carole Bouquet et Marie Gillain de retour sur les planches    Succès des livres pour enfants    Mobilis prolonge son partenariat avec le COA    Raouraoua veut éviter le scénario de 2010    Finalisation des textes d'application    «Leilet Ghadab» met en avant le talent des comédiens    La déprédation politique (IV)    Crise malienne: la Mauritanie convaincu du succès des négociations (chef de la délégation mauritanienne)    Algérie:Les projets de santé feront de Sidi Bel-Abbes un pôle médical d'excellence (ministre)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.