Le Polisario appelle l'UE à agir pour mettre fin aux atteintes du Maroc    ONU: la Palestine demande la fin de l'occupation israélienne avant novembre 2016    Le général-major Hamel s'entretient avec un haut responsable du MAE français    Ligue des champions d'Afrique/Finale aller (préparation) : l'AS Vita Club reprend les entraînements ce jeudi    Ligue 1 de football/RC Arbaâ : Amani "finira par revenir sur sa décision de partir" (vice-président)    Ligue 1 Mobilis (6e j) : défaite de la JS Kabylie face à la JS Saoura (1-0)    Des horizons plus qu'encourageants pour l'agriculture à Tlemcen    Création prochaine d'un organe consultatif pour la modernisation du secteur de l'habitat (ministre)    Aïd El Adha: Hausse de 54% du nombre de commerçants réquisitionnés    Deux morts et quatre blessés dans un accident de la circulation à Saida    Plus de 9,5 quintaux de kif saisis dans un domicile à Maghnia    Atteindre un taux de recyclage de plus de 40% à partir de 2016    Le résultat du 4e appel d'offres traduit l'échec de la nouvelle stratégie énergétique-N.Zouiouèche sur RadioM (audio)    Assassinat d'un ressortissant français: certains membres du groupe terroriste identifiés (Louh)    M. Lamamra rencontre à Montréal, les responsables de l'Organisation de l'aviation civile internationale    Il a de nouveau boycotté hier la séance de la CD de la LFP    Des ressources humaines qualifiées : au cœur du challenge énergétique et industriel du pays    en Bref    CONCERT-HOMMAGE à LA SALLE ATLAS    Tunisie    GUELMA    Le Franco-Algérien de l'OL dans le viseur de l'EDF    Ali Benflis dévoile son "Livre blanc sur la fraude"    Une première rencontre jugée "positive" s'est tenue sous l'égide de l'ONU    Ligue 1    Bréves de l'Ouest    Commerce : Des licences d'importation revues et corrigées    Un jeu de massacre sans fin    Le chantier bientôt lancé: Extension du tram vers l'aéroport    Relizane : Cinq personnes sauvées des crues    De plus en plus de vieillards retrouvés morts en état de décomposition avancé : Quelle prise en charge pour les personnes du 3ème âge ?    Djaâfar Haddad    Diamal    Deux matchs de suspension pour Belaà ̄li (USM Alger) et trois pour Meklouche (USM Blida)    "On ne gère pas un football pro avec des amateurs"    Le coup de bill’art du Soir    ACTUCULT    Coopération Algéro-Chinoise    "Préservons la quiétude dans notre vallée"    Hommage à l'acteur Nino Manfredi    Â«Camion de l’année 2015»    Ali Benflis dévoile son "livre blanc"    "La drogue et le terrorisme menacent le pays"    Saâdani écrit à l'ambassadeur de France    Téhéran va fournir des équipements à l'armée libanaise    Le Norvégien Jens Stoltenberg à la tête de l'Otan    Elle sera au Parlement en janvier    Entre fièvre aphteuse et... fièvre acheteuse!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.