Rencontre de concertation entre le FFS et Ali Benflis    Subventions, pouvoir d'achat, principales préoccupations exprimées    Les cinq nouveaux sont des amis du peuple sahraoui    Les Kurdes contrôlent une bonne partie de Kobané    Le torchon brûle entre la FAA et Sport Events    Le leader et son dauphin sur du velours    Gaïd Salah réaffirme l'engagement de l'Armée à défendre les frontière    Grine plaide pour «une presse responsable»    La Tunisie aux urnes pour pérenniser la démocratie naissante    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    L'appel du Sud    17 milliards de dinars pour 4 usines de préfabrication de logements    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    Ubari : les Touareg en guerre contre les milices Ikerdaten    Balle au centre    L'ESS récupère tous ses joueurs blessés    EN BREF    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    On veut coûte que coûte l'artificialité de l'artisanat    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    Inauguration de plusieurs projets d'embellissement de la baie d'Alger    30 000 emplois créés dans l'agriculture à Jijel depuis 2008    Pétrole: le brut chute après la hausse plus marquée que prévu des stocks US    Le wali de Mostaganem honore la corporation journalistique locale    Deux morts et un blessé dans un accident de la circulation à Tsabit (Adrar)    Le Conseil de la nation se réunit aujourd'hui en séance plénière    La CAF réfute encore l'alibi Ebola et fustige Platini    L'ANP saisit 2600 litres de carburant    «Les dernières fluctuations des marchés pétroliers n'impacteront pas l'économie nationale»    «L'Algérie est directement exposée aux retombées de la crise libyenne»    JOURNEE NATIONALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE : Hamid Grine plaide pour le professionnalisme de la corporation    Tlemcen : une énorme saisie de 3 tonnes de kif    Oran : Un mort suite à l'explosion d'une bouteille de gaz à Eckmühl    Equipe Nationale A' : "Le stage s'est déroulé dans d'excellentes conditions" (FAF)    Gaïd Salah inaugure un colloque historique sur l'Armée de Libération Nationale    Algérie: Le président Bouteflika reçoit des représentants qataris puis argentins    Algérie: Sellal évalue l'état d'avancement du projet algérien d'accession à l'OMC    Dans un message à l'occasion de la journée du 22 octobre    Impression, distribution des journaux et publicité    La grève de l'UNPEF largement suivie hier, selon le responsable de la communication    Conflit malien: Alger propose un avant-projet de paix aux parties concernées    Ligue des champions (3e j) : Slimani se blesse, Brahimi passeur décisif    A quoi sert un pays aujourd'hui?    15 morts dans un attentat suicide    Grine : "Une question de souveraineté"    Fury détrône Gone Girl    On ne vous oubliera jamais !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.