Bedoui veut associer les citoyens aux efforts de lutte contre le terrorisme    Le monde doit « changer son regard sur l'Afrique »    L'autre guerre contre Daech    Arturo Vidal s'engage pour 4 ans    Plus de 2,7 millions d'estivants sur les plages    Tourisme: Ghoul appelle les instituts de formation à la signature de contrats de performance    Ligue des champions (4e journée) MC El Eulma- USM Alger: un arbitre gabonais au sifflet    Boston retire sa candidature    Lamamra rencontre les membres de la communauté algérienne établis au Niger    19 poètes à Constantine    Amel Zen dévoile son nouveau vidéoclip « Al warda »    La semaine culturelle du Soudan enchante le public    Des troupes de la rive nord de la Méditerranée au 7eme festival maghrébin de musique andalouse à Koléa    Système de la double vacation contre la surcharge scolaire    Plus de 56 % des bacheliers affectés vers leurs premiers choix    Grand ménage et rappel à l'ordre dans le secteur de la santé    L'abandon de la subvention des carburants n'est pas à l'ordre du jour    Abid signe son contrat en attendant Derrardja    Gaïd-Salah installe le nouveau commandant de la Garde républicaine    Ain Temouchent : Un enfant mortellement percuté par une voiture    Promotion et encouragement de la production journalistique    Atletico Madrid : Filipe Luis livre ses premiers mots    Palestine : nouvelles violences israéliennes contre la mosquée al-Aqsa    L'Algérie ne reviendra sur ses décisions souveraines    Un militaire tué dans une attaque en Turquie    Le Conseil de l'Europe condamne le verdict de Seif al-Islam El Gueddafi    La coalition reprend ses raids au Yémen    L'Algérie prend part au Caire à la réunion du réseau des femmes parlementaires arabes    Chelsea-Mourinho: "Hazard a été meilleur que Ronaldo"    Arrestation de 9 contrebandiers et saisie de matériel divers destiné à la contrebande au Sud (MDN)    Convergence de vues entre Alger et Khartoum sur les questions régionales et internationales    Des actions de proximité par les banques pour drainer les capitaux informels    Constantine 2015 : des conteuses tiennent en haleine l'assistance avec le spectacle "Sol Fa"    Le nouveau wali de Relizane installé dans ses nouvelles fonctions    13 corps de migrants récupérés et 1810 autres secourus en une journée en Italie    Le procès de l'affaire Algérie Télécom sera repris jeudi à Alger    Accidents de la route: 13 morts et 49 blessés en une journée    Schurmann espère le renfort des binationaux    La guerre des douanes et des banques    Sidi Bel-Abbès : 1,5 milliard DA consacré au projet d'une usine de montage de moissonneuses batteuses    Le vieux parti ne répond plus    "Les subventions doivent être ciblées"    Plus de 40 artistes de 11 pays prendront part au programme    Gourcuff effectuera en septembre une tournée en Europe ...    Maroc:les prochaines échéances électorales vont se dérouler dans "la transparence totale" (ministre)    Entre lecture des uns et des autres    La troupe oranaise «Masrah El Madina» s'invite au TRC    Afin de préparer la prochaine Tripartite : Bouchouareb présidera une réunion demain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.