L'Algérie n'a pas de problème de gaz de schiste, mais un problème de gouvernance (analyse)    Progression de l'euro face au dollar sur le marché européen    Un terroriste arrêté par l'armée à Lakhdaria    Justice: Procès des auteurs d'un attentat terroriste en 2008 à Béni Amrane    Adoption du projet de loi de règlement budgétaire 2012    Algérie:Plus de 215 millions DA pour le plan de développement agricole et rural de Ghardaïa    Le ministère de l'Environnement lance l'opération "l'administration contribue à la récupération"    Libye: situation sécuritaire inquiétante, poursuite du dialogue à Genève dans un esprit positif    Mondial-2015 messieurs-Coupe du président IHF : défaite de l'Algérie face au Chili 30-28 après tirs au but    Les chutes de neige ne faiblissent pas à Sétif    Les crises malienne et libyenne au centre des discussions    CAN-2015-La RD Congo et la Tunisie se qualifient pour les quarts de finale    CAN-2015/Gr "C" (3e J) Sénégal-Algérie : "Une finale qu'il faudra gagner"(Gourcuff)    Révision à la baisse de la tarification des médicaments annoncée dans les prochains jours (ministre)    Bechar: 4 milliards DA pour la prise en charge des dégâts causés par les intempéries (ministre)    Lutte antiterroriste: L'Algérie se doit de combler les vides juridiques contenus dans sa Législation (Louh)    Le syndicat des acteurs d'Hollywood décerne ses prix    Passage lundi d'un astéroïde à une distance de 1,2 million de kilomètres de la Terre    Coordination sécuritaire entre l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie pour contrer le trafic de pétrole en Libye    Le pétrole en hausse en Asie    Tunisie:Nouvelles discussions pour former un gouvernement    «Il se fait suivre chez lui par ses médecins»    Les forces kurdes contrôlent 90% de la ville de Kobané    Barack Obama appelle l'Inde à s'"engager pleinement" dans la lutte contre le changement climatique    Affaire Saïd Sadi : Le parquet maintient les poursuites judiciaires    L’Algérie disputera son 63e match en phase finale de la CAN    CHUTES DE NEIGE    LE TRAFIC AÉRIEN FORTEMENT PERTURBÉ HIER    A fonds perdus    Algérie:l'action de protestation contre l'exploitation du Gaz de schiste se poursuit à In-Salah    Coupe d’Afrique des Nations (3e journée, groupe C) : Ce soir (19h) : Sénégal-Algérie    Un seul mot d’ordre chez les Verts :    Kamel Daoud reporte sa conférence à Tizi-Ouzou et déclare :    Cinéma    ACTUCULT    Tunisie: démission de Mehdi Jomaa et report du vote de confiance sur le nouveau gouvernement    Grippe saisonnière : Quatre décès sur sept nouveaux cas enregistrés dans la wilaya d'Alger    Des hommes armés encerclés dans un immeuble au centre-ville de Batna    En programmant une protestation en février prochain : La CSE revient à la charge    CAN 2015 : Premier entraînement des Verts à Malabo    Alors que les spécialistes appellent à encourager la production locale : Hausse de la facture des importations de médicaments en 2014    Grèce : Syriza plébiscité pour dire non à l'austérité imposée par l'Europe    Areva : Coupes inédites dans les effectifs à La Hague    Afin de réclamer la réouverture de l'université : Marche des enseignants à Béjaïa    Les Hébrides et la Symphonie italienne de Mendelssohn au programme    La victoire ou l'avion!    Le président bouteflika s'entretient avec le président issoufou    Les musées régionaux du moudjahid seront ouverts aux jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.