FC Barcelone : Arda Turan prend une décision    France, après les attentats terroristes : Danger sur l'unité du pays    AADL 2013 / Logements plus chers et retard dans les versements : Souscripteurs patientez !    fraude au bac / Vers une pénalisation ?    Coupe de la CAF / Défaits hier (1-0) par le TP Mazembe : Les Crabes y croient encore    Tomber de rideau sur la 9ème édition du FIOFA    Equipe nationale / Il entamera son travail le 1er août : La nouvelle ère Rajevac    Omnisports / AfroBasket U18 (5e journée) : L'Algérie battue mais qualifiée    Messahel reçu à Pékin par le vice-président chinois    Les revenus d'Ooredoo Algérie en hausse de 2% sur un an grâce à la G3 (communiqué)    FIOFA: le long métrage égyptien "Nouara" remporte le "Wihr d'or"    Festival du théâtre pour enfants: la troupe "loulou'a saoudae" lauréate de la 13e édition    Les déclarations du Maroc au sujet de son retour à l'UA: "une manœuvre vaine"    Le président Bouteflika nomme trois nouveaux membres    L'USMH, le RCA, le RCR, l'USMB et l'OM interdits de recrutement !    Opposition : une conférence contre la nouvelle loi électorale    Un mort et deux blessés    Eradication du dernier bidonville de l'époque coloniale    Un accès difficile aux estivants    Vers la révision de la loi 83-12    Plus de 5 400 produits remboursables    PME : le soutien sera en fonction du besoin    JO 2016: départ de la délégation algérienne pour Rio    Skikda: Des vendeurs de fruits et légumes squattent une artère principale    Le passeport rouge ou être ministre    Saisie d'anabolisants à l'aéroport    Constantine - Boudiaf à Constantine: L'ouverture de la maternité du CHUC au menu    Les zombies et les vivants    Verts d'Europe : Soudani buteur, Zagreb domine Tbilissi    Postes de hautes responsabilités : La nationalité algérienne exclusive exigée    La sûreté de wilaya de Constantine honore plusieurs journalistes    H. Clinton pas aussi "nickel" qu'on le présume!    La filière détenait un arsenal de propagande    Un second vote informel le 5 août    Convention avec l'Agence de wilaya de l'emploi    Le Chabab demain au Maroc    Le président Bouteflika exprime la solidarité de l'Algérie    Le Sud-Est sans relais téléphonique    Classe politique: l'impératif débat d'idées    La femme, cette héroïne au cinéma    Fin de formation pour 770 nouveaux enseignants    L'étau se resserre sur les groupes terroristes à Alep    La police tue 9 islamistes et déjoue une attaque d'envergure    Un adolescent né en Algérie arrêté    Des mesures de facilitation    Le chef de l'Etat tacle l'opposition    Clap de fin pour Mohamed Khan    L'AARC n'existera plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.