Constantine: le film "Tales Of Africa" capte le public    Oran: clôture de la session de formation et de l'opération de réorganisation des réserves du musée Ahmed Zabana    OL : Fekir donne des nouvelles de son genou    NETCOM: les déchets ménagers augmentent jusqu'à 40% durant le Ramadhan    Première réunion consacrée au plan d'action à venir    vérités et interrogations    De quelques incidences de la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne    La cartographie sanitaire en révision    Blida : huit blessés dans l'incendie d'un centre commercial    Abdelmalek Sellal déterminé à doter l'Algérie d'une base industrielle : « C'est un point d'honneur et un devoir sacré »    Football/Classement FIFA dames: l'Algérie perd sept places (81e)    Arsenal : Wenger parle de la non venue de Vardy    Les éléments de l'ANP réussissent de nouvelles opérations    MINISTRE DE L'HABITAT : Vers l'interdiction aux notaires de rédiger tout acte relatif aux logements AADL    Le Brent en baisse à 48,71 dollars    PROJETS DECISIFS POUR LE PAYS AU PARLEMENT : Des partis politiques rejettent la manière de débattre    Affaire KBC: Trois personnes mises sous mandat de dépôt    Baccalauréat: "changements radicaux" dans l'organisation de l'examen dès l'an prochain (Ministère)    TLEMCEN : Saisie de 150 kg de kif à El Aricha    AIN FEKAN : Arrestation de 2 personnes pour vente de psychotropes    Gaïd Salah poursuit sa visite à la 4e RM par l'inspection d'unités relevant du secteur opérationnel de Biskra    Le CPP fait le procès de Khelil et met fin à la fraude au baccalauréat    ORAN : Le wali lance les travaux de réalisation d'un port sec à El Hamoul    MOSTAGANEM : Un nouveau centre-ville à l'horizon    Comment pensent les algériens en cas de difficultés ?    En bref...    L'engagement du Créad pour les réfugiés et les migrants    En bref...    Brexit : Merkel convoque un mini sommet    L'objectif du pouvoir est de récupérer l'opposition    Rappel des événements    Loi portant sur le droit de réserve des militaires : La réplique de Nezzar    Question de la semaine : La coupure du Net sera-t-elle remboursée ?    Professionnalisme : Quand les clubs tournent le dos aux jeunes    La réalisation a été décidée par le ministère de l'Environnement    Aïd : La SNTF lance un programme spécial    Matoub Lounès Devoir de vérité    Qalb Elouz : Sur la route de la gourmandise    Dans la création, je n'aime pas cette espèce de conceptualisation constante de ce qui est réalisé    L'ES Sétif disqualifiée !    Quintescope    Rupture consommée    Frappes aériennes contre Daech à Syrte    Messi : « Heureux d'aider le Barça à réaliser de nouveaux défis »    Ali Saïdi-Sief ou l'élan brisé du digne successeur de Morceli    Un important lot d'armes découvert à Bordj Badji Mokhtar    Une tornade en Chine fait au moins 98 morts    Turquie: un mort dans un attentat à la voiture piégée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.