Le congrès extraordinaire du RND ne saurait se limiter à l'élection du SG    PSG : Zlatan Ibrahimovic de retour au Milan ?    Le joli cadeau offert par le président Leicester    Syrie / Une trêve a été conclue hier : Alep, le silence des armes    Plus de 460 millions d'élèves dans le monde vivent dans des pays en crise    Repères    Pomme de terre : Un programme pour réduire les importations de semences    MOB : Ultimes réglages avant l'ES Tunis : Les défections inquiètent Amrani    MCA : Changement au niveau du staff technique : Amrouche et Menad pour la nouvelle saison ?    Alger / Relogement : Bientôt une autre opération    Tabagisme : 45 Algériens en meurent chaque jour    Le Salon Batimatec fermé jusqu'à l'arrivée du ministre    10% de prélèvement sur la fiscalité pour l'équipement et l'investissement    "Personne ne prépare Chakib Khelil à la présidence"    L'Atletico en finale, 3e échec pour Guardiola    Malek songe à partir    "El Hayat", vainqueur du trophée    Un terroriste blessé arrêté    Elan de solidarité en faveur d'"El Khabar"    10 morts et 22 blessés en 24 heures    Un médecin tué et un infirmier blessé à Sidi Ouadhah    Cri des hommes libres pour défendre l'Algérie des libertés    Le rôle des Oulémas dans la préservation de l'unité du référent religieux au Maghreb et en Afrique souligné à Biskra    EN TOUTE FRANCHISE, à Monsieur l'Ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié.    Maladies saisonnières: Le dispositif d'alerte activé    Constantine - Les candidats au bac attendent toujours leurs cartes biométriques    Aïn-Temouchent: La police se redéploie    Photo de Bouteflika: Valls plaide sa bonne foi auprès de Sellal    Ligue 2: Quatre menacés dans l'attente du verdict    Conflit syrien: Paris rameute d'infréquentables soutiens    A l'invitation du président Bouteflika : Le président Ivoirien en Algérie    Feu vert de la Cour suprême au référendum contre la relocalisation de réfugiés    Valls s'excuse auprès de Sellal    Le scrutin fixé aux 23 avril et 7 mai 2017    Maduro prêt à autoriser un référendum    France : Les cinq points noirs qui menacent le nucléaire français    660 avocats prêtent serment    L'Algérie n'est pas prête    Selon Tebboune : L'interdiction du recours aux produits d'importation a favorisé la relance de la production locale    Les petites bourses à rude épreuve    Les orientations présidentielles : Le président Bouteflika incite les entreprises à contribuer au développement du pays    Le président Bouteflika reçoit le diplomate Lakhdar Brahimi    Le RND s'essaie à la démocratie    Le Keblouti, source de la littérature révolutionnaire    Une méditation romanesque sur le deuil    Pari réussi par de jeunes comédiens    Desquels faisons-nous partie?    Colloque national sur le Coran à Chlef : Plus d'une trentaine de penseurs et chercheurs nationaux attendus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.