Sellal ordonne l'assainissement de l'audiovisuel: Des TV privées menacées de fermeture    Téléphonie: Attribution provisoire de la licence 4G aux trois opérateurs    L'inflation à 4,8%: Les prix à la hausse tirés par les fruits et légumes    Valls est rentré d'Israël les mains vides mais soumis    Basket-ball - Finale aller du tournoi des As: Le CRBDB pour forcer le destin face au GSP    MC Oran: Club glorieux à la recherche de son passé    ASM Oran: Vers le plébiscite de Mohamed Saâdoun à la tête de la SSPA    Education: Plus de 20.000 candidats aux épreuves du BEM aujourd'hui    Ramadhan et saison estivale: 140 brigades pour le contrôle de la qualité et des prix    M. Saci Ahmed Abdelhafid, wali de Tlemcen, au «Le Quotidien d'Oran»: La contrebande, le logement et des déficits    Bouihi: Fantasia et courses de chevaux à Magoura    La derbouka    "Mon objectif est de préserver la continuité"    Makhloufi 2e sur 800m    Malaga veut Mandi    Eliminatoires CAN-2017 (Seychelles-Algérie) : Hanni autorisé à retarder son arrivée au stage des Verts    chaînes de télévision privées: Sellal décide de faire le ménage    Le pragmatisme l'emporte sur la politique    Sortie de quatre promotions d'officiers    La CTE se fâche    Partis de blocage...    De tout un peu le mercredi    Une rencontre d'affaires aujourd'hui à Milan    Haro sur le néolibéralisme!    Sellal veut mettre un terme à l'anarchie audiovisuelle    Accolade historique    Moins de croissance gaspilleuse    Grèce : Athènes adopte les mesures de rigueur exigées par les créanciers    En visite de travail a Bechar : Ahmed Gaïd Salah a mis en exergue les efforts de l'ANP et ses capacités à accomplir son devoir national    Tamanrasset : Nouvelles espèces de poissons d'eau douce projetées    Minimisation des écarts idéologiques ?    Nigeria : Les syndicats mettent fin à leur grève    Yémen : Double attentat à Aden revendiqué par l'EI    Thaïlande : La plus importante manifestation d'opposants depuis le coup d'Etat    Mundiavocat : Oran accueillera la 19ème édition    Tizi-Ouzou : Le village d'Ath Kaïd, dans un état de dégradation    Suzuki avoue des "irrégularités"    L'opération lancée    Les organisateurs à pied d'oeuvre    Peugeot 208 et 308 : meilleure citadine et meilleure compacte de l'année    Discret renoncement à une mesure    Une seule opération bancaire pour tout le quota    Plus que 10 jours    Hamel défend son programme    Les deux candidats à la présidentielle au coude à coude    Alger à travers l'objectif de jeunes photographes    Trois films algériens en compétition    Contribution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.