Le FFS reçoit Hamrouche    Reprise du dialogue le 15 novembre    Une délégation d'hommes d'affaires britanniques attendue à Alger en novembre    « L'optimisme est permis »    Zone euro : Légère progression de l'activité privée, mais voyants au rouge    Tunisie 6 personnes, dont 5 femmes, tuées dans l'assaut contre la maison assiégée    Irak : Raid massif de la coalition anti-EI    Real Madrid : Zinedine Zidane sort de sa réserve pour se défendre sur l'affaire des diplômes    Juventus : Et si Paul Pogba avait ouvert la porte à un départ d'Arturo Vidal ?    USA : Hausse des stocks de brut    Affaire Tibhirine : Bonne collaboration entre les autorités judiciaires algérienne et française    Les investissements de la BERD atteindront "pas moins de 120 millions d'euros" en 2015    Jijel : 30 000 emplois créés dans l'agriculture depuis 2008    Mascara : Un institut national spécialisé en techniques agricoles    Ouargla : Plus de 160 millions DA pour l'aménagement du lac de Hassi-Benabdellah    Vita Club - ESS : Sétif face à son destin    L'Aigle Noir ne doit pas laisser des plumes à Kinshasa    Préventif Vs curatif    Succès militaire favorisé par l'Algérie    Tunisie : rendez-vous avec l'histoire    Qui a tué qui ?    Le PT appelle Bouteflika à accélérer les réformes politiques    «Dikra 60» pour la commémoration du 1er Novembre 1954 au Musée du Bar    Des Britanniques en quête de bisness à Alger    Le calvaire au quotidien dans les bureaux de poste    Rousseff ou Neves : le Brésil à l'heure du choix    Est-ce le grand retour du foot algérien ?    Le CLA appelle à une journée de protestation le 10 novembre prochain    Un mal à en perdre la voix    Sinusite aiguë ou chronique : la prévention est impérative    Confiscation des preuves sur l'assassinat des sept moines    Les dessous d'un partenariat préjudiciable aux Algériens    François Ciccollini nouvel entraîneur    Mouvement national algérien: Naissance, évolution et maturation    Algérie-PLF 2015 : Les députés expriment leurs inquiétudes sur la baisse du prix du pétrole    Egypte-Au moins 28 membres des forces de sécurité tués dans des attaques dans le Sinaï    "Déterminée à accompagner le processus de transition"    Une soirée au ryhtme de la musique arabo-andalouse    Elle critique le lancement de nouvelles consultations sur la constitution    BELAIZ N'ECARTE PAS L'IDEE    Un cas détecté et 43 personnes sous surveillance dans le pays    Les enfants des nuages, derniÚre colonie au festival des libertés de Bruxelles    5e Festival international du théâtre de Béjaà ̄a    Lettre de province    JS Kabylie : Il devrait succéder à Hugo Broos    Le coup de bill’art du Soir    Patrimoine : la ministre de la Culture s'engage à rattraper les retard    Au pays de Boubagra, ce n'est toujours pas le raz-de- marrer !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.