Le Royaume-Uni prêt à accueillir des milliers de réfugiés syriens    Le chômage au plus bas aux Etats-Unis    Situation en Libye : Rencontre tripartite entre l'Algérie, le Niger et le Tchad dimanche à Alger    Premier League : Ayew désigné meilleure recrue    L'équipe nationale en stage dès demain    Entraînements sous haute sécurité    Médaille d'argent pour l'Algérien Romane Djitli    La culture est une arme contre toute forme d'extrémisme (ministre)    L'Algérie est un membre "influent" de l'OCI (Iyad Amin Madani)    30 migrants portés disparus au large de la Libye    Arrestation de deux contrebandiers et saisie de produits destinés à la contrebande à El-Oued    Guatemala: Ban Ki-moon appelle au respect de la constitution    Ligue de diamant/Zurich : l'Algérien Makhloufi 2e sur 800 m    Tunisie:des partis politiques mettent en garde contre un retour au despotisme sous couvert de l'état d'urgence    Pays-Bas : pour Blind n'y croit plus    Décès de Bouteldja: la scène artistique perd un artiste qui a contribué à l'enrichissement de la culture nationale (Bouteflika)    Pays de Galles : Bale est aux anges !    La scène artistique perd un des monuments de la chanson châabi (Bouteflika)    Aéroport de Sétif : Bus difficiles et carrousel à bagages limité    Maroc-Elections:interruption momentanée du vote au Douar Lkssama (province de Rhamna) après le saccage de l'urne    Algérie:le wali d'Oran appelle les présidents d'APC à constituer des réserves foncières    L'impact du ralentissement chinois plus important que prévu    Les cendres de charbon sont hautement radioactifs    Manœuvres amricano-ukrainiennes en Mer Noire    Réforme du veto à l'ONU : Moscou rejette une proposition française    Egypte:six soldats de la Force multinationale et observateurs blessés par des mines dans le Sinaï    Maroc:ouverture des bureaux de vote pour les élections communales et régionales    Le Maroc classé premier au niveau africain en termes de qualité de l'infrastructure ferroviaire    Libye:les garde-côtes portent secours à 110 migrants    Libye-Migrants:le gouvernement non reconnu de Tripoli veut une conférence régionale    Maroc:le Trésor place 2,3 MMDH des excédents de trésorerie    Algérie-Turquie:accord de partenariat portant sur la réalisation d'un complexe intégré des textiles à Relizane    Chute des cours de pétrole : La pression sur l'OPEP s'accentue    Batna : Saisie de 1300 téléphones mobiles    «Davantage d'audace, d'éthique et de professionnalisme»    Ghardaïa retrouve son calme    Autour de «Retour aux sources, El-Bahia en fête» et le FIOFA    Boudjemâa El Ankis inhumé à Alger    Algérie : Le HCA et la Fondation Euro-arabe des hautes études signent une convention de partenariat    Arrestation de deux contrebandiers et saisie de produits destinés à la contrebande    CAN-2017 (qualifications) Algérie : Slimani opérationnel dimanche face au Lesotho    Algérie:le projet de révision constitutionnelle "pratiquement prêt" (Sellal)    Assurance scolaire    RND : Il a réuni ses parlementaires    Chanson raï : Belkacem Bouteldja inhumé hier à Oran    Festival national du théâtre amateur : Richesse et diversité    Ould Khelifa craint un "affaiblissement intérieur"    Skikda : La bibliothèque centrale réceptionnée en janvier 2016    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.