Mémorandum entre l'Idri et l'Institut diplomatique roumain    ESS : Le coach soulagé de la programmation et l'Entente jouera sur tous les fronts    L'Algérie prend part à la 11e édition du Ditex en France    Les relations bilatérales algéro-canadiennes sont "profondes" et "étroites" (ambassadeur)    Sortie prochaine de la deuxième promotion LMD de l'Ecole supérieur de l'air à Tafraoui    Accorsi revient en sauveur    Les Usmistes privés des services de 7 joueurs contre l'AS Pikine    Deschamp le remet à sa place !    Seulement 20% des personnes exerçant une profession libérale paient leurs cotisations à la CASNOS    «Doctrine Brejnev» saoudienne et rivalités régionales ethnicisées    Mise en vente jusqu'au 30 avril 2015    Le président Zuma pour une impulsion nouvelle des relations entre Alger et Pretoria    La LFC 2015 prévoit des mesures pour une meilleure maîtrise du commerce extérieur    Appel à soutenir la Palestine matériellement et à poursuivre les efforts pour la fin de l'occupation israélienne    Real Madrid: Chicharito frustré    L'émir Djaafar déplore que le film sur l'Emir Abdelkader ne soit pas encore réalisé    Deux concerts en perspective    Les douaniers à pied d'œuvre    Bayern: 100 millions d'euros sur un joueur ?    Trois Européens à Tunis pour parler de terrorisme    FAUTE DE PERMANENCES DANS LES CENTRES DE SANTE DE PROXIMITE : Les UMC de Tigditt totalement dépassées !    Arzew : Un jeune homme fait une chute de 7 mètres    Ain Témouchent : 11 kg de kif rejetés par la mer    Boudjemaa souligne l'importance de former les journalistes dans le domaine de l'environnement    Algérie:relogement de 1500 familles "début avril 2015" à Constantine (OPGI)    Le dessin animé "En Route" recueille 54 millions de dollars    La lutte contre Ebola n'est pas finie    Relizane    Basket-ball – 23e journée du championnat de Superdivision A    Des procÚs et des hommes    Kiosque arabe    Bouira    AUX ORIGINES DU MALG. TÉMOIGNAGE D’UN COMPAGNON DE BOUSSOUF DE ABDERRAHMANE BERROUANE    Tunisie:arrestation à Bizerte de trois individus suspectés d'avoir des liens avec un groupe terroriste    En présence de chefs d'Etat et de gouvernement étrangers : La Tunisie a marché contre le terrorisme    Bouira : Destruction de 5 casemates    Amical - Aujourd'hui à 15h00 Algérie-Sultanat d'Oman : Les Verts en quête de rachat    Nod nod    Ecole supérieure de l'air de Tafraoui : Une formation de pointe pour devenir un pôle d'excellence    Algérie:les délais de livraison du passeport biométrique seront bientôt réduits à une semaine    Création d'une association de malfaiteurs, vol et recel : Six individus placés sous mandat de dépôt    Tout, sauf la démocratie et l'islamisme    Emploi : Le projet Alice, une exploitation qui doit s'étendre en Algérie    Wendel : Bénéfice net 2014 divisé par 17 en raison d'exceptionnels    Pas moins d'une quarantaine d'exposants au rendez-vous    Une dizaine de morts dans l'attaque d'un hôtel    Un arrêt des cours dominé par des... activités artistiques    L'émir Abou Sakhr abattu avec huit autres terroristes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.