Ghezzal et l'OL s'imposent face à Dijon    Colère à la faculté des sciences politiques "Alger 3" : les enseignants décident une grève de 3 jours    POUR RENFORCER LES AXES DE LA COOPERATION ECONOMIQUE : Merkel aujourd'hui en visite officielle en Algérie    PROJETS D'HYPERMARCHES : Le walis instruits de dégager des assiettes foncières    AIR ALGERIE : Talai révèle de grands problèmes d'organisation    BOUIRA : Six casemates pour terroristes détruites    Somalie : au moins 30 morts dans un attentat à la voiture piégée    TLEMCEN : 20 ans de prison pour les assassins d'un policier    EL-BAYADH : Arrestation de trois narcotrafiquants    7 militaires tués et 10 autres blessés    Le réalisme d'Angela Merkel    Décès de M'hamed Boucetta    Le discours foncièrement mystique de Bouteflika    Rahmouni : "La JSK est résolue à jouer son va-tout"    Ligue 2 Mobilis (21e journée)    Ould Ali : "L'assemblée générale est souveraine !"    FFS : "Nous n'avons pas de leçons à recevoir"    23 604 postes d'emploi créés en 2016    Les réserves intactes mais forte dépendance à la rente    Des chefs d'entreprise algériens en mission d'affaires en mars    106 structures privées mises en demeure    Plus de 1 900 affaires traitées par la police en 2016    Regardons en face le passé colonial de la France    Une discipline à l'agonie    Une nouvelle chance pour faire taire les armes en Libye    Brèves...    LG Electronics dévoile ses produits high-tech    «La France coloniale est venue pour nous effacer»    Benflis plaide pour un gouvernement d'union nationale    Le président du RCD, Mohcine Belabbas, accuse «L'administration veut freiner la mobilisation des citoyens»    La somme de 1,8 milliard réunie    Nouvelles de l'ouest    La Saoura face à un défi historique    » Plus de 500 candidats aux épreuves préliminaires    Début d'une opération pour reprendre l'ouest de Mossoul    Khartoum salue la déclaration de la Troïka sur le Soudan    MCA 4 - Bechem United 1 : Le Mouloudia, puissance quatre    Ligue 1 : ESS 1 USMBA 0 - L'Entente provisoirement leader    Algérie-France : Les relations conditionnées par les question de la mémoire    Amar Belani répond aux attaques marocaines    Les islamistes s'invitent à la course    Plus de 10.000 extincteurs saisis    Le plan anti-boycott mis en route    Benjamin Stora soutient Macron    L'Algérie lauréate    "Le Retour en Algérie" le documentaire qui dénonce la guerre    Baby Boss, Lego Batman et Logan bientôt à Alger    Babel à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.