«Il existe une grande confiance, une belle amitié et une volonté partagée de faire les choses ensemble»    Les Palestiniens soumettent une résolution qu'ils acceptent d'amender    L'audace de Barack Obama    Hannachi répond aux Camerounais    Un match plein de promesses    Les Verts terminent 2014 en beauté    Les Bafana Bafana dévoilent leur programme    Célébration de la Journée de la police arabe à Chlef    Boudiaf : «Les relations algéro-cubaines hissées à un véritable partenariat»    Pour l'unification des rangs des militants    Benflis accuse l'administration    Louisa Hanoune exprime son "niet"    Benyounès : «Aucune des subventions ne sera revue»    Le tourisme international en passe de battre des records en 2014    Sellal se recueille à la mémoire des victimes algériennes du crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie    Grine apporte son soutien à Kamel Daoud    Le Grand Prix revient au film canadien Gabrielle    L'étau se resserre sur les trafiquants    Une femme et son fils blessés    ES Sétif : Quatre joueurs convoités par des clubs étrangers    Election présidentielle tunisienne : Beji Caïd Essebsi incontournable ?    Tuez le, ce chroniqueur !    Sonatrach 1, autoroute Est-Ouest, Khalifa : Les procès au début 2015    OULED MIMOUN : 1024 agents de douane formés depuis 2009    Blida : Séisme de 4,7 degrés sur les hauteurs de Bouinan    CHLEF: Deux collégiens simulent leur enlèvement    Bordj Bou Arreridj : Un véhicule dérape, 8 morts    USM Alger    Comme le vent projeté au FICA    ACTUCULT    MC El-Eulma    EnquÃate-Témoignages    De la charte de l’impunité à «la peine de mort» de Kamel Daoud    L’hiver en lumiÚres de Bab-El-Oued    Naples s’impose face à Parme    Filet de veau en papillote    Quand les médias s'en mêlent    Marché mondial des produits agricoles : Café, cacao et sucre pénalisés par leur disponibilité    Petrobras : Fin d'année noire pour la compagnie phare du Brésil    Au moins 11 morts    Libye : Les pays africains exhortent les occidentaux à agir    Le Parlement échoue à élire un chef d'Etat dès le 1er tour : La Grèce au seuil d'une crise politique    USA : Baisse inférieure aux attentes des stocks de brut    Crédits sans intérêts : 28 % ont été remboursés à l'échelle nationale    Wilaya d'Alger : Le budget primitif 2015 arrêté à plus de 35 milliards DA    Timbuktu : l'intégrisme source de tous les maux    Beaucoup d'avancées    Un programme de formation en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.