Des avions de chasse français en direction de Mossoul    Accord de l'Opep sur le pétrole : la Russie reste "prudente"    Syrie : le désaccord russo-américain arrange les terroristes    Des civils pris au piège à Benghazi dans des conditions désespérées    Le virus Zika peut-être transmis par la sueur ou les larmes    La Tunisie est "en état d'urgence économique"    5 terroristes abattus à Batna    Le taux des projets reportés dans les wilayas du sud est faible    Maroc - Réforme et privatisation pour stimuler les transactions boursières (OGB)    FC Barcelone : Neymar a encore pété un plomb    Bayern : Douglas Costa devra encore patienter    Man Utd : Mourinho pas tendre avec un de ses adjoints !    "Nous voulons digitaliser le secteur privé de la santé"    5 casemates et 3 bombes artisanales détruites à Batna et Saïda    Les algériens et les langues étrangères    L'Algérie dispose de trois à quatre ans pour créer une économie fondée sur la production (Ali Haddad)    En bref...    Saadani organise sa rentrée après son retour    «Ce gouvernement ne propose rien à ceux qui souffrent»    Equipe nationale : Rajevac dévoilera sa liste pour le Cameroun aujourd'hui    MOB – TP Mazembe : La programmation de la finale contestée    Les familles des disparus réclament l'abrogation du texte    Israël multiplie les crimes en Cisjordanie occupée    Commentaire : Scolarité en attente    Incendie au port d'Oran : Un stock d'acide citrique détruit    Peine capitale pour un terroriste en cavale    En bref...    La légende contre l'oubli    L'Algérie représentée par Maintenant ils peuvent venir    Algérie : Général Emballage attire le fonds DPI dans son capital    La vaccination, seul moyen de protection    Une adolescente portée disparue depuis dimanche    Syrie / Après la reprise des bombardements sur Alep - USA - Russie : rien ne va plus    Ligue 1 / Matchs avancés de la 6e journée : L'USMH en péril à Oran    UEFA Champions League - 2e journée / Groupe A : Le PSG et Arsenal font le travail    Washington demande à Bamako de rompre avec un groupe armé    À sept mois des législatives, le FLN investit dans le social    Algérie-ONU : Ban Ki-Moon reçoit M. Lamamra    Réunion de l'Assemblée parlementaire de l'UPM : Le Parlement algérien y prend part à Bruxelles    Un enfant noyé dans une bâche à eau d'une crèche    L'adieu à un grand et modeste confrère    La CAF satisfaite des préparatifs au Gabon    Tizi Ouzou accueillera samedi un meeting    Le bricolage des télévisions privées    Réservoir de voix électorales    La culture coréenne à l'honneur en Algérie    Plusieurs artistes primés    Exposition de bouquinistes en novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.