Révision de la Constitution : Bensalah entretient la confusion    «La fin de la dictature des clans est proche»    MC Alger : De relégable, le podium comme objectif    Le stade sera livré le 25 avril    MCEE-CSS ce soir à18h : El Eulma pour un autre exploit    On vous le dit    «Conforme aux fondements de notre société...»    El Oued : Saisie de 40 kg de kif, 3 individus dont une femme écroués    Les descendants des victimes s'expriment    Hanoune et Benflis pour l'officialisation de tamazight    JSK : Meguehout : «Il faut faire le plein de points à Tizi et en chercher le maximum en déplacement»    Joe Hart: «On a laissé tomber Pellegrini à plusieurs reprises »    L'Iran et l'Afghanistan vont coopérer contre le terrorisme    Chorfi enjoint aux médias d'éviter les invectives et la diffamation    Le président rwandais entame une visite d'Etat en Algérie    La sûreté de wilaya célèbre la Journée du savoir    Les avocats de Medjdoub se retirent, le procès ajourné    Laksaci insiste sur la réforme des quotes-parts du FMI    L'Algérie sera représentée par 17 athlètes    El-Ghazi élu vice-président    «Relevez le défi et donnez vie aux objets connectés»    «Le Maroc est derrière le refus de la CMA de signer les accords de paix d'Alger»    Plus de 24 tonnes de résine de cannabis confisquées    11 morts et 20 blessés en 24 heures    Populations nomades: accorder davantage d'importance aux femmes enceintes    Un séminaire euro-méditerranéen demain à Alger    Nouveaux combats meurtriers, l'aide humanitaire attendue    La France négocie avec la Russie pour trouver une solution    Les ksour de M'doukal célèbrent le mois du patrimoine    2000 AGENTS SERONT MOBILISES EN PREVISION DU RAMADAN ET DE LA SAISON D'ETE : La police annonce son plan bleu à Oran    PENURIE DE CARBURANT : Les calculs de Youcef Yousfi    Real Madrid : l'étrange discours d'Ancelotti sur les blessures de Modric et Bale    TRANSPORT DE VOYAGEURS A CHLEF : Réception de la gare régionale avant la fin de l'année    Plusieurs pays pétroliers s'engagent à mettre fin au torchage de gaz à l'horizon 2030    L'Algérie un "partenaire de choix" du Brésil    «La nouvelle Constitution devra consacrer la rupture avec le système du parti unique et l'indépendance des pouvoirs exécutif et judiciaire»    la volonté de l'Espagne à intensifier les relations avec l'Algérie    AT: les travaux du tramway de Mostaganem causent une perte de 9 millions DA    Commission de l'UA: une femme nommée au poste de secrétaire générale    Les Chélifois se compliquent la tâche    Le FLN se fait piéger    "Maintenant ou jamais"    L'Algérie indépendante a entendu l'appel à la réconciliation lancé par Ben Badis    MEDEA: Le «Mois du Patrimoine» revient    Constantine capitale de la culture arabe 2015 : M. Lamamra met en valeur les avantages de la manifestation    Un incendie paralyse la banlieue nord de Paris    Des sièges provisoires pour les cours de justice et les tribunaux administratifs    La Pietà Rondanini, dernière sculpture de Michel-Ange, change d'écrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.