Le Polisario déposera plainte pour une application des décisions de la CJUE    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    La manifestation a tenu ses promesses    Début de la bataille des frontières    Festival international des programmes audiovisuels à Biarritz    Le Sénégal premier qualifié    Tanger et le FUS Rabat au menu du CR Belouizdad au Maroc    Le citoyen est «au cœur» de l'équation sécuritaire    Benghebrit : «Le rattrapage des cours ne représente aucun problème pour le secteur»    La CNAS a réalisé des résultats importants    Le président Bouteflika condamne «avec la plus grande fermeté»    Les Tunisiens, bête noire des Verts !    Les bureaux de change "peuvent attendre"    Il pleut...des candidatures au FLN    L'homme du nouveau rêve américain    Les Etats-Unis renouvellent leur gratitude à l'Algérie    Trump, le formidable allié    L'Algérie fidèle à ses principes    La paix au Mali perd du temps    Messahel au Caire pour prendre part à la réunion    Le narcotrafiquant "El Chapo" a été extradé vers les Etats-Unis    Les islamistes misent sur 180 sièges    Deux dangereux terroristes arrêtés    Feu vert du gouvernement    Une reprise amputée de trois chocs    Abdoun dit avoir décliné une offre du WA Casablanca    Annulation de la 33e édition    "Impossible de gagner en donnant des cadeaux"    Les Africains subsahariens dénoncent le racisme des Maghrébins    Les promoteurs appellent à une révision des textes    Sonatrach dénonce des "pressions"    Incendie à la résidence universitaire de jeunes filles    Les orientations de Mohamed Aissa    Trois phrases et mille dégâts    Les dangers d'une consommation excessive    "La sécurité du citoyen est notre priorité"    Coup de pouce pour les épidémies de grippe    Bouteflika : «L'Algérie a survécu»    Sonatrach booste "la production nationale"    Ce que pèse le passeport dans le monde    "Le voyage de Keltoum" de Anis Djaâd en compétition    Hamza Bounoua expose    Les télévisions privées et les législatives 2017    Algérie - Le docteur Kamel-Eddine Fekhar décidé à poursuivre sa grève de la faim (Avocat)    ELECTIONS LEGISLATIVES : Première réunion de l'instance de surveillance, ce dimanche, à Alger    Deux terroristes arrêtés à Tizi Ouzou    9EME EDITION du FESTIVAL DU THEATRE ARABE A MOSTAGANEM : Une cérémonie de clôture grandiose    «Boudiaf a été assassiné par ceux qui l'ont ramené»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.