Algérie - Un terroriste abattu à Tizi-Ouzou (Défense)    Peine capitale pour les auteurs de l'enlèvement et l'assassinat de Mebrek    Algérie - Gaz de schiste : 40 policiers blessés et des bâtiments officiels incendiés à In Salah (Intérieur)    Lamamra à Genève pour le Conseil des droits de l'homme de l'ONU    "Diversion" domine "Cinquante nuances de Grey" au box office américain    Procès des auteurs de l'enlèvement et de l'assassinat d'un homme à Béni Zmenzer    Irak: offensive à Tikrit    Egypte: deux morts dans attentat à la bombe à Assouan    Anasser Ag Rhissa, expert malien en sécurité: "L'autonomie de l'Azawad réclamée conduirait à une guerre civile"    Algérie- Sécurité sociale: Gel des pénalités de retard pour inciter les employeurs à payer leurs cotisations    APN: examen mardi du projet de code pénal    In Salah : 40 policiers blessés et incendie du siège de la Daira pendant une manifestation anti-gaz de schiste    Skikda : Le cadavre d'un terroriste découvert    Le tableau noir du réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme    MCA : Et vogue la galère !    MO Béjaïa : Dans la peau d'un champion    ASO Chlef : Une victoire salutaire    Selon le président du Conseil d'affaires algéro-américain : Les Américains intéressés par la filière agricole    Je regrette rien    Les gladiateurs des temps modernes    Selon le DG du FGCMPI : Près de 5.000 agréments délivrés par le fonds de garantie aux promoteurs    L'opposition condamne    La formation professionnelle à l'heure de l'entreprenariat    BENI-SAF: Une école en quête de moyens    Gendarmerie nationale : Des véhicules banalisés dans 24 wilayas contre les chauffards    L'USMA dans la douleur, exploit du MCEE    Priorité, la maîtrise des risques    Financement des entreprises naissantes : Vers la signature d'une convention entre l'ANSEJ et deux banques publiques    Saïd Laroussi, photographe à l'APS, n'est plus    Entre quiétude et inquiétude    Décès de Yasar Kemal    Le quatrième art au féminin !    Impératif et assez indispensable    Il sera organisé pour la première fois à Alger : Le Salon international du pétrole ouvrira ses portes demain    Le Hamas sur la liste des organisations terroristes    Victoire diplomatique de l'Algérie    L'opposant russe Boris Nemtsov assassiné près du Kremlin    Qui arrêtera les Crabes ?    FC Barcelone : Suarez sérial passeur    Une douzaine d'éboulements rocheux à Béjaïa    Lancement à Oran de "Kawafil el kheir"    Le gouvernement adopte le nouveau programme d'efficacité énergétique    Des archéologues au chevet du site de la ville romaine de Mina    L'Homme, l'Œuvre et la Révolution    TRAIT D'UNION : Divorce communiste !    Ghoul "vend" cher sa participation    Football    Youcef Belaà ̄li (milieu offensif de l’USM Alger) :    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.