l'Algérie au séminaire préparatoire au Sénégal    Algérie:la PCH approvisionnée à hauteur de 30% en produits pharmaceutiques locaux    Une cimenterie et une briqueterie à Adrar et quatre unités métallurgiques à Tamanrasset    « Le FLN soutient le gouvernement »    ORAN : Forte affluence des demandeurs de visa pour la France    Création de trois groupements    Tennis, Wimbledon : Les résultats du 3e tour    Queens Park Rangers offre 12 millions d'euros pour Ghoulam    Saisie de 125 Kg de kif traité à Béchar (MDN)    « Les entreprises seront toujours associées au processus de formation », affirme Mebarki    A CAUSE D'UN DIFFEREND SUR UN LOPIN DE TERRE : Trois personnes tuées avec une arme à feu à Tissemsilt    Classification de l'Université d'Alger comme monument historique    Le 5 juillet, de l'indépendance à la consécration    «Un prix national annuel pour les journalistes»    La commission interministérielle en charge du dossier de Ghardaïa    Raissi ne désespère pas d'engager Derrardja    Gaïd-Salah souhaite que les promotions soient un leitmotiv pour avancer sur la voie de la modernité    L'Algérie doit optimiser la gestion de ses finances pour éviter un nouveau choc pétrolier    «Développer le contenu algérien sur le web»    Un prix raisonnable pour la «sardine»    Neuf avocats des Frères musulmans, éliminés    «L'épopée de Constantine» reprise demain soir à Alger    Succession de talents sur la scène    Hommage à Cheikh Namous    Meghni au CS Constantine : le joueur attendu ce soir pour finaliser    Algérie:300 km de pistes agricoles en cours de réalisation à travers la wilaya de Béchar    150 morts au moment de la rupture du jeûne    Le « gouvernement » de Tripoli quitte les discussions    « Pour savoir où tu vas, il est important de savoir d'où tu viens »    Les jeunes de demain sur les pas du chantre d'El Bareh    GARE AUX SURPRISES    Daech détruit le Lion d'Athéna du musée de Palmyre en Syrie    Trois Algériens engagés    Libye:un leader d'Ansar Asharia tué dans une attaque de drone américain    Cas suspects de botulisme à Batna et Khenchela : près de 1700 kg de cachir retirés des marchés    Sellal en visite de travail demain à Alger    Algérie:le Conseil de la nation adopte le projet de loi sur le commerce extérieur    Monaco : trois autres jeunes de Chelsea visés    Man Utd : première offre pour un milieu français !    "Fragments de la maison" de Habiba Djahnine ou la poésie au-delà du deuil    Le président français entame une tournée africaine    Deux journalistes tués au Mexique    Nucléaire iranien : un accord en vue    On meurt de la rougeole aux Etats Unis    Retour du virus Ebola au Liberia    Tunisie:l'armée pilonne le mont Mghila (Sidi Bouzid)    Algérie:création prochaine d'une instance pour organiser l'investissement sur fonds de Zakat    L'Etat veillera à l'application rigoureuse de la loi contre ceux qui veulent compromettre l'avenir de Ghardaïa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jacques Vergès
Un avocat mystérieux et controversé
Publié dans Info Soir le 25 - 10 - 2007

Projection n L'avocat de la terreur, un documentaire réalisé par Barbet Schroeder, a été présenté, hier, en avant-première, à L'Algéria.
C'est un film qui fait un portrait à double facette, retrace l'itinéraire équivoque d'un personnage controversé et médiatisé, Me Jacques Vergès, qui s'est révélé un homme mystérieux, ambigu pour avoir entretenu des relations avec les milieux révolutionnaires et les organisations terroristes. Il a même lié des rapports avec François Genoud, un nazi suisse qui a énormément aidé, financièrement, les mouvements révolutionnaires. Cela a, dans les années 1970 et surtout dans les années 1980, alimenté nombre de polémiques. Maître Jacques Vergès est connu pour son engagement pour la cause algérienne – la Guerre de Libération nationale – en prenant en charge la défense de la révolutionnaire et héroïne nationale Djamila Bouhired, et en faisant également partie du collectif d'avocats du FLN. Mais tous ignorent son autre visage.
Se présentant sous forme d'une série de témoignages d'hommes et de femmes, amis ou proches, qui ont connu ou côtoyé l'avocat, le film revient sur les premiers pas de Maître Jacques Vergès dans les plaidoiries judiciaires, qui le conduiront, plus tard, et inévitablement, à la notoriété le propulsant au cœur des polémiques politiques.
«J'avais 30 ans lorsque j'arrivais à Alger et où j'ai rencontré, pour la première fois, Zohra Drif (militante du FLN), qui, au nom du parti, a sollicité mes services, afin de prendre en charge la défense de Djamila Bouhired qui a été capturée par l'armée française durant la bataille d'Alger», dit Me Jacques Vergès, ajoutant : «Si j'ai accepté ce dossier, c'est parce que je comprends la lutte algérienne, je vivais d'ailleurs dans l'obsession de cette affaire.» Et de souligner : «J'ai vécu dans un pays colonisé (le Vietnam), je suis né colonisé.»
Maître Jacques Vergès, de mère vietnamienne et de père réunionnais, raconte sa rencontre avec Djamila Bouhired pour qui il éprouve de profonds sentiments.
«Il a été bouleversé lorsqu'il a rencontré Djamila Bouhired, il est tombé amoureux d'une jeune femme qui le bouleverse», raconte Lionel Duroy, journaliste-écrivain.
Et de poursuivre : «Djamila était l'incarnation de l'Algérie, la Révolution algérienne avait le visage de Djamila Bouhired.» Maître Jacques Vergès, qui confie que tant que Djamila Bouhired était emprisonnée, ni lui ni elle n'affichaient ouvertement leurs sentiments l'un pour l'autre, raconte aussi qu'il avait rencontré des difficultés dans le procès de sa cliente. «J'étais menacé de mort», dit-il, relevant que pour obtenir la libération de sa cliente, «j'ai décidé d'exploiter l'affaire à l'échelle internationale». Ainsi, l'avocat avait réussi à rallier l'opinion internationale en faveur de Djamila Bouhired, ce qui lui avait valu l'acquittement.
l Le film raconte le mariage de Jacques Vergès avec Djamila Bouhired, un mariage qui n'a cependant pas duré longtemps : au bout de sept ans de vie commune, le couple qui a eu deux enfants divorce. Plus tard, en 1970, Jacques Vergès, motivé par ses convictions politiques et animé par son esprit révolutionnaire, donc son engagement pour les causes des peuples opprimés, quitte Alger où il vivait et travaillait au lendemain de l'indépendance, pour disparaître pendant presque une dizaine d'années ; et ce n'est qu'en 1978 qu'il refait surface dans la vie publique. Cette disparition a alimenté autant de polémiques que de controverses. En fait, à partir 1970, Jacques Vergès décide d'entreprendre d'autres initiatives, de s'engager sur d'autres fronts, de militer pour de nouvelles causes. Il s'allie à différents mouvements révolutionnaires, à l'instar de l'organisation de libération de la Palestine et, plus tard, il aurait noué des relations avec des organisations terroristes, puisqu'il prend en charge la défense de Magdalena Copp – la compagne de Carlos, le célèbre terroriste – dont il est tombé amoureux. Il a aussi assuré le procès d'un révolutionnaire islamiste iranien arrêté par les autorités françaises pour avoir intenté un assassinat du dernier Premier ministre iranien du gouvernement du Shah, réfugié à l'époque à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.