La science pour traquer le crime    La classe politique transmet les virus    Plan d'action du gouvernement : Un modèle à promouvoir les acquis sociaux    La BEA maintient le cap    Annaba prépare la saison estivale    Remise du Prix du concours "Ma vie étudiante"    Une économie libérée de l'hégémonie des hydrocarbures    Pendant le mois de Ramadhan : Saisie de plus de 19 tonnes de marchandises    Conseil exécutif de l'Union africaine : Messahel à la tête de la délégation algérienne    Doha rejette les accusations de Riyadh    Afrique: une base militaire étrangère    3 militaires tués par balles dans le Sud-Est    Mouassa : «Le MCA a été toujours victime de l'arbitrage, mais cette fois-ci c'est un peu trop»    Pas de stage de l'ES Sétif à Sidi Moussa    Les Rouge et Noir en conquérants à Sfax    Le Doyen veut sceller sa place en quarts    Taux de réussite au BEM : Plusieurs facteurs responsables de la faiblesse des résultats    Dans plusieurs régions du pays : Des dizaines d'hectares ravagés par les feux    4 marins portés disparus à Mostaganem    Skikda submergée par les touristes    Tizi ouzou a soif    Durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Mohamed Boudiaf a eu à accomplir quatre grandes missions    Prochaine création d'un Centre de ressources à Oran    Websérie "Wesh derna?"    Calligraphies berbères    Le MJS impute «toute la responsabilité» au président de la Fédération    Terrorisme et vigilance    Les proches et les amis du défunt s'expriment    Le koctail de Jeudi    La «plateforme-piège» des alliés !    10 vols programmés à partir de l'aéroport d'Ouargla    Une femme arrêté a Tizi-Ouzou    Les missions du comité national    Spectacle "Rêve d'une ballerine" à l'Opéra d'Alger    Lancement d'un laboratoire de recherche typographique    Le conseil de Ronaldo pour Verratti    Bordeaux : Ounas à Naples, Gourvennec justifie son départ    CONSEIL DE LA NATION : Tebboune annonce un nouveau découpage administratif    Algérie- Le bac des "retardataires": Benghabrit stoïque, les syndicats plus indignés qu'approbateurs    Chypre : 40 ans de division : De délicates négociations    Coupe d'Algérie : Le trophée à Sétif le 1er juillet et au Caroubier le 2 juillet    Bousaâda : L'empreinte indélébile et omniprésente d'Etienne Dinet    Communiqué de la famille Sadi    La question de tamazight n'est toujours pas réglée    Pourquoi ne parlez-vous pas ?    Réfugiés subsahariens : L'Algérie n'utilise pas les migrants à des fins politiques    Le scepticisme de l'opposition    Le musée national Ahmed-Zabana s'invite à Ouargla en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès en France de l'affaire Khalifa renvoyé au mois de juin
Devant se dérouler du 2 au 20 décembre
Publié dans La Tribune le 25 - 09 - 2013

Le procès de l'affaire Khalifa a été renvoyé hier au mois de juin prochain par le tribunal correctionnel de Nanterre, après qu'une question prioritaire de constitutionalité (QPC) ait été soulevée par la défense. Il s'agit d'une question sur le délai raisonnable de jugement, jugé recevable par le tribunal correctionnel. Cette QPC soulevée par Me Jean-Yves Leborgne, conseil de l'un des prévenus, Raghid El Chammah, avait déjà été posée par Me Leborgne lors d'une audience devant le tribunal de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, début septembre. Dès lors, le tribunal de Nanterre «a décidé de ne pas transmettre de nouveau la même QPC et sursoit à statuer en attendant que la Cour de cassation se prononce». La Haute juridiction a jusqu'au 11 décembre pour rendre sa décision.
Le procès devait initialement se dérouler du 2 au 20 décembre, avec une audience préalable prévue le 25 septembre, il doit désormais se tenir du 2 au 20 juin. Abdelmoumène Khalifa, poursuivi en France pour «banqueroute par dissimulation ou détournement d'actifs», est le principal prévenu de ce procès dans lequel comparaissent dix autres personnes, dont son ex-femme Nadia Amirouchen, des anciens représentants de l'entreprise en France ainsi qu'un constructeur et équipementier aéronautique. Il est à rappeler qu'ils sont poursuivis pour des «malversations» qui auraient accompagné la déconfiture de sociétés du Groupe, les filiales françaises de la compagnie aérienne Khalifa Airways et de Khalifa Rent Car, mise en faillite en juillet 2003. Selon l'instruction, il s'agit notamment de la vente ou de la cession dans des conditions douteuses de plusieurs véhicules de luxe appartenant aux sociétés Khalifa et de la villa «Bagatelle» à Cannes achetée par Khalifa Airways en juillet 2002 pour environ
36 millions d'euros et revendue 16 millions d'euros l'année suivante. Il s'agit également de la ré-immatriculation de trois avions de la compagnie aérienne, d'une valeur d'environ 1,7 million d'euros chacun, au profit d'une autre compagnie qui n'avait aucun rapport avec elle.
Rappelons que Rafik Khelifa s'était réfugié en Grande-Bretagne après l'éclatement du scandale en 2003 avant d'être arrêté et emprisonné en 2007 sur la base d'un mandat d'arrêt européen. Condamné en 2007 à la réclusion à perpétuité par le tribunal criminel près la Cour de Blida, Abdelmoumène Khalifa attend aujourd'hui la décision de la Hight Cour qui doit se prononcer sur la demande d'extradition formulée par l'Algérie.
Un nouveau procès dans cette affaire, qui devait débuter le 2 avril dernier, à Blida a été reporté à une date ultérieure en raison de l'absence d'accusés.
H. Y./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.