Dialogue inter-malien: la Russie salue les efforts de l'Algérie pour une solution à la crise    Algérie: L'ANP intercepte 2.600 litres de carburant destinés à la contrebande (MDN)    Gaïd Salah réitère la détermination de l'ANP    Maroc:La présidente de la CGEM désignée membre du CA de l'ONG "Initiative for Global Development"    Libye:Le gouvernement tente de "libérer" Tripoli    Saisie de 1.000 litres de carburant à Timiaouine et 23 quintaux de câbles de cuivre à Laghouat    Tunisie:Les investissements de la BERD atteindront «pas moins de 120 millions d'euros» en 2015    « Nous voulons une presse responsable »    Algérie:La réalisation de 1.500 logements AADL à Mascara confiée à une société algéro-chinoise    Algérie:l'organisation des activités de pêche traditionnelle, priorité du prochain quinquennat (ministre)    Maroc:Rabat accueille un atelier sur la gestion et l'aménagement des forêts dans les pays du Maghreb    Rencontre de concertation entre le FFS et Ali Benflis    Subventions, pouvoir d'achat, principales préoccupations exprimées    Les Kurdes contrôlent une bonne partie de Kobané    Les cinq nouveaux sont des amis du peuple sahraoui    Le torchon brûle entre la FAA et Sport Events    Le leader et son dauphin sur du velours    Grine plaide pour «une presse responsable»    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    La Tunisie aux urnes pour pérenniser la démocratie naissante    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    L'appel du Sud    17 milliards de dinars pour 4 usines de préfabrication de logements    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    On veut coûte que coûte l'artificialité de l'artisanat    Balle au centre    L'ESS récupère tous ses joueurs blessés    EN BREF    Gaïd Salah réaffirme l'engagement de l'Armée à défendre les frontière    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    Inauguration de plusieurs projets d'embellissement de la baie d'Alger    30 000 emplois créés dans l'agriculture à Jijel depuis 2008    Le wali de Mostaganem honore la corporation journalistique locale    Deux morts et un blessé dans un accident de la circulation à Tsabit (Adrar)    La CAF réfute encore l'alibi Ebola et fustige Platini    «L'Algérie est directement exposée aux retombées de la crise libyenne»    «Les dernières fluctuations des marchés pétroliers n'impacteront pas l'économie nationale»    JOURNEE NATIONALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE : Hamid Grine plaide pour le professionnalisme de la corporation    Equipe Nationale A' : "Le stage s'est déroulé dans d'excellentes conditions" (FAF)    Chorfi : le IIème anniversaire de la Journée nationale de la presse, une occasion pour "consolider la liberté de la presse"    Dans un message à l'occasion de la journée du 22 octobre    Conflit malien: Alger propose un avant-projet de paix aux parties concernées    Ligue des champions (3e j) : Slimani se blesse, Brahimi passeur décisif    A quoi sert un pays aujourd'hui?    On ne vous oubliera jamais !    Grine : "Une question de souveraineté"    Fury détrône Gone Girl    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La certification, condition nécessaire pour accéder au commerce international
Accréditation des organismes d'évaluation
Publié dans La Tribune le 15 - 06 - 2009


Photo : Riad
Par Ziad Abdelhadi
Depuis la création de l'organisme algérien d'accréditation, Algérac, une timide avancée dans le domaine de l'évaluation de la qualité au sein des entreprises a été enregistrée. Selon Rachid Boudissa, directeur général d'Algérac, ce constat tire sa raison du fait du caractère obsolète de l'infrastructure qualité en place. «Elle n'arrive plus à répondre aux exigences de l'heure. Les outils d'évaluation sont restés les mêmes au moment où dans ce domaine des évolutions ont vu le jour», a lancé M. Boudissa au cours de l'une de ses dernières sorties médiatiques.
Il existe actuellement 1 000 normes en Algérie, ce qui reste très insuffisant par rapport aux exigences accrues des clients et de la compétitivité.
Afin d'encourager et d'amener plus d'entreprises à s'engager dans la certification, le ministère de l'Industrie a établi une convention de subvention à l'adresse des entreprises qui manifestent le désir d'aller à ce processus. Une aide financière de 50% du coût de la certification est ainsi accordée à ces entreprises ; l'ambition du ministère est de faire augmenter cette subvention à 80% du coût. L'Etat a consenti 542,3 millions de dinars pour la prise en charge du processus de certification. Une aide ou un encouragement de l'Etat rendus nécessaires quand on sait que, jusqu'à fin 2004, notre pays accusait un grand retard à combler dans le domaine de la normalisation vu que le niveau des activités de normalisation des activités de normalisation demeurait très faible. Depuis, les pouvoirs publics ont pris conscience de développer au mieux l'infrastructure qualité dans le sens d'encourager la création d'organismes d'évaluation et de certification (OEC) pour répondre rapidement aux besoins des entreprises de se mettre au diapason des exigences du marché, aussi bien local qu'extérieur. En effet, la nouvelle stratégie économique, pilotée par le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, réserve un volet à la démarche qualité, ce qui a permis à Algérac de se rendre plus efficace sur le terrain de l'accréditation des OEC, en d'autres termes, lui donner les moyens pour l'accélération du processus des accréditations. Aux dernières estimations, elles sont près de 2 000 entreprises de certification ou d'évaluation de la conformité à vouloir s'accréditer mais, faute de capacité financière, beaucoup ont laissé tomber cet objectif ou l'ont remis à plus tard. Il y a lieu de rappeler dans la foulée que l'organisme algérien d'accréditation est chargé, notamment, de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; de parachever l'infrastructure nationale de la qualité ; d'évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) et de délivrer les décisions d'accréditation.
Formation des experts dans la normalisation
Par ailleurs, Algérac peut procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d'accréditation des organismes d'évaluation de la conformité ; conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activité avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle. Pour l'heure, Algérac, comme l'a témoigné son premier responsable, n'a enregistré qu'une vingtaine de demandes d'accréditation. Selon M. Boudissa, les organismes ayant demandé une accréditation relèvent du secteur de la défense, de l'agroalimentaire, de la santé et des hydrocarbures. «Nous allons délivrer les premières accréditations dans les prochains mois de cette année», a indiqué M. Boudissa en marge de la célébration de la journée mondiale de l'accréditation, le 9 juin dernier. Ce responsable dévoilera par la même occasion que ces prochaines délivrances d'accréditation vont concerner les laboratoires d'essai et d'étalonnage (ISO/CEI 17025), les organismes d'inspection. (ISO/CEI 17020) et les organismes de certification. Et d'annoncer également la formation prochaine de 70 experts en ISO 17025. Ces experts auront pour mission l'accréditation des organismes de certification, laboratoires et organismes d'inspection. M. Boudissa a estimé en outre que la culture de la qualité n'est pas encore ancrée dans nos institutions. «On ne peut pas construire une infrastructure de qualité sans une métrologie fiable», a précisé le DG d'Algérac qui ajoutera : «Cette situation influe négativement sur la compétitivité de nos entreprises et la qualité de la production». Les entreprises nationales devront donc, si elles veulent devenir compétitives, intégrer une démarche qualité car c'est leur unique moyen de sauvegarder leur activité d'autant que la concurrence va devenir de plus en plus rude. En clair, elles devront renforcer leur compétitivité par une meilleure démarche qualité. Une approche dûment expertisée et approuvée par un organisme d'évaluation et de certification car, dans le cadre de la mondialisation, nos entreprises doivent se doter d'un certificat de qualité et de respect des standards internationaux délivré par les OEC accrédités par Algérac, reconnue compétente en la matière, tant en Algérie qu'au niveau international. Il est donc admis que, grâce aux OEC, nos entreprises pourront renforcer leur compétitivité et la démarche qualité, préalable indispensable pour leur donner les moyens de concurrencer les entreprises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.