Le sport algérien otage d'un faux débat    Un match à huis clos pour l'USM El Harrach    La valse des entraîneurs frappe déjà la Ligue 1    FNTA Mostaganem: la troupe "Théâtre pour jeunes" de SBA décroche le grand prix    Violences dans les stades : Bedoui brandit des sanctions sévères contre les auteurs    Convocation pour le retrait des ordres de versement à partir du 5 septembre    Au moins 60 morts dans un attentat-suicide à Aden    Irak : 18 morts dans une attaque-suicide dans une oasis    L'Arav appelle les médias à respecter l'éthique professionnelle    Ouverture de la session parlementaire 2016-2017 le 4 septembre    Aokas : rassemblement de soutien à Slimane Bouhafs    Algérie-Cameroun fixé pour le 9 octobre à Blida    Le tribunal de Séville innocente Kadir    Chelghoum table sur un prix variant entre 20 000 et 45 000 DA    Quatre caches terroristes découvertes et détruites    Retraite : "Le gouvernement doit revenir à l'ancien système"    Le "Souk traditionnel", une alternative pour promouvoir les produits d'artisanat    Baisse de 11% de la production céréalière    L'exposition "du Makam à la Nouba" est de retour    Le burkini ou la main étrangère    Annulation de commandes, délais de livraison, non-respect des prix: Des concessionnaires au banc des accusés    Protection des barrages et traitement des eaux: Une facture salée    Jeux virtuels à munitions réelles en Syrie    Libye : "L'ultime bataille" contre l'EI lancée à Syrte    Sahara occidental : Appel aux Nations unies de prendre des mesures nécessaires    Vainqueurs et vaincus connus d'avance    Articles scolaires : Chalandage commun aux marchés populaires et aux grandes surfaces de la capitale    Accidents de la route : Impératif de poursuivre l'action préventive auprès des usagers de la route    Verts d'Europe : Slimani buteur pour sa dernière apparition    Afrique de l'Ouest : Mobilisation contre l'immigration clandestine des jeunes    Margarita Louis-Dreyfus confirme la vente de l'OM à Frank McCourt    «Pas de justice indépendante sans respect des textes», selon les ONG    Coup d'envoi de la compétition fin septembre 2016    Les redresseurs réclament son invalidation    L'envoyé spécial des Etats-Unis à Khartoum    Les batailles de septembre    Le Japon à la conquête de l'Afrique    Un policier se donne la mort avec son arme    Saisie de 10 kg de kif traité et de 536 comprimés psychotropes    Commerce informel à Alger: Ça marche bien    "Préservez les acquis du pays"    En compétition à Toulouse    L'Electric Daisy Carnival en Inde    L'Union Berlusconi-Bolloré tombe à l'eau    Bryan Singer raconte les débuts de la franchise    Rochefort et la Corderie royale    «La promotion des comportements sains chez les jeunes»    ANNABA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La certification, condition nécessaire pour accéder au commerce international
Accréditation des organismes d'évaluation
Publié dans La Tribune le 15 - 06 - 2009


Photo : Riad
Par Ziad Abdelhadi
Depuis la création de l'organisme algérien d'accréditation, Algérac, une timide avancée dans le domaine de l'évaluation de la qualité au sein des entreprises a été enregistrée. Selon Rachid Boudissa, directeur général d'Algérac, ce constat tire sa raison du fait du caractère obsolète de l'infrastructure qualité en place. «Elle n'arrive plus à répondre aux exigences de l'heure. Les outils d'évaluation sont restés les mêmes au moment où dans ce domaine des évolutions ont vu le jour», a lancé M. Boudissa au cours de l'une de ses dernières sorties médiatiques.
Il existe actuellement 1 000 normes en Algérie, ce qui reste très insuffisant par rapport aux exigences accrues des clients et de la compétitivité.
Afin d'encourager et d'amener plus d'entreprises à s'engager dans la certification, le ministère de l'Industrie a établi une convention de subvention à l'adresse des entreprises qui manifestent le désir d'aller à ce processus. Une aide financière de 50% du coût de la certification est ainsi accordée à ces entreprises ; l'ambition du ministère est de faire augmenter cette subvention à 80% du coût. L'Etat a consenti 542,3 millions de dinars pour la prise en charge du processus de certification. Une aide ou un encouragement de l'Etat rendus nécessaires quand on sait que, jusqu'à fin 2004, notre pays accusait un grand retard à combler dans le domaine de la normalisation vu que le niveau des activités de normalisation des activités de normalisation demeurait très faible. Depuis, les pouvoirs publics ont pris conscience de développer au mieux l'infrastructure qualité dans le sens d'encourager la création d'organismes d'évaluation et de certification (OEC) pour répondre rapidement aux besoins des entreprises de se mettre au diapason des exigences du marché, aussi bien local qu'extérieur. En effet, la nouvelle stratégie économique, pilotée par le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, réserve un volet à la démarche qualité, ce qui a permis à Algérac de se rendre plus efficace sur le terrain de l'accréditation des OEC, en d'autres termes, lui donner les moyens pour l'accélération du processus des accréditations. Aux dernières estimations, elles sont près de 2 000 entreprises de certification ou d'évaluation de la conformité à vouloir s'accréditer mais, faute de capacité financière, beaucoup ont laissé tomber cet objectif ou l'ont remis à plus tard. Il y a lieu de rappeler dans la foulée que l'organisme algérien d'accréditation est chargé, notamment, de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; de parachever l'infrastructure nationale de la qualité ; d'évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) et de délivrer les décisions d'accréditation.
Formation des experts dans la normalisation
Par ailleurs, Algérac peut procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d'accréditation des organismes d'évaluation de la conformité ; conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activité avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle. Pour l'heure, Algérac, comme l'a témoigné son premier responsable, n'a enregistré qu'une vingtaine de demandes d'accréditation. Selon M. Boudissa, les organismes ayant demandé une accréditation relèvent du secteur de la défense, de l'agroalimentaire, de la santé et des hydrocarbures. «Nous allons délivrer les premières accréditations dans les prochains mois de cette année», a indiqué M. Boudissa en marge de la célébration de la journée mondiale de l'accréditation, le 9 juin dernier. Ce responsable dévoilera par la même occasion que ces prochaines délivrances d'accréditation vont concerner les laboratoires d'essai et d'étalonnage (ISO/CEI 17025), les organismes d'inspection. (ISO/CEI 17020) et les organismes de certification. Et d'annoncer également la formation prochaine de 70 experts en ISO 17025. Ces experts auront pour mission l'accréditation des organismes de certification, laboratoires et organismes d'inspection. M. Boudissa a estimé en outre que la culture de la qualité n'est pas encore ancrée dans nos institutions. «On ne peut pas construire une infrastructure de qualité sans une métrologie fiable», a précisé le DG d'Algérac qui ajoutera : «Cette situation influe négativement sur la compétitivité de nos entreprises et la qualité de la production». Les entreprises nationales devront donc, si elles veulent devenir compétitives, intégrer une démarche qualité car c'est leur unique moyen de sauvegarder leur activité d'autant que la concurrence va devenir de plus en plus rude. En clair, elles devront renforcer leur compétitivité par une meilleure démarche qualité. Une approche dûment expertisée et approuvée par un organisme d'évaluation et de certification car, dans le cadre de la mondialisation, nos entreprises doivent se doter d'un certificat de qualité et de respect des standards internationaux délivré par les OEC accrédités par Algérac, reconnue compétente en la matière, tant en Algérie qu'au niveau international. Il est donc admis que, grâce aux OEC, nos entreprises pourront renforcer leur compétitivité et la démarche qualité, préalable indispensable pour leur donner les moyens de concurrencer les entreprises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.