Le projet attend le feu vert des autorités    Mobilis lance le Pack Duo Alcatel    Les dits et les non-dits du pragmatisme de la mondialisation    Libye : attend-on une décantation militaire pour agir politiquement ?    Béji Caïd Essebsi : un parcours parallèle à celui de la Tunisie    La sélection en stage bloqué avec 16 athlètes à Biskra    Gourcuff devra trouver le juste milieu    17 161 affaires liées à la contrebande traitées au premier semestre    Air Algérie renforce sa flotte    Les souscripteurs ballotés et menacés par les promoteurs à Constantine    Ali Benflis en acteur actant sur la scène politique    Nouvel articleBéji Caïd Essebsi élu président    Bilan des 9 premiers mois de 2014 : Hausse de 8,4% du chiffre d'affaires des assurances    Le président palestinien reçoit M. Sellal    Incapacité à tempérer ou à récupérer    Rétrospective : La présidentielle du 17 avril : la confiance du peuple algérien    Trafic transfrontalier : Progression impressionnante des saisies de carburants    La nouvelle politique du CRA    Menaces de mort contre Kamel Daoud : Mohamed Aïssa qualifie le dérapage de "très dangereux"    Alerte et inquiétude face aux salafistes    Démantèlement d'un réseau d'extorqueurs de fonds    Parution à Oran d'un ouvrage sur l'expérience d'écriture collective    « Le Ghana, notre principal concurrent »    DEFICIT BUDGETAIRE : Forte chute de l'excédent commercial national en 2014    L'équipe nationale de handball ,otage de la FAHB    VISITE DE LA MINISTRE DE LA SOLIDARITE A MASCARA : Mounia Meslem insatisfaite de la gestion de son secteur    Mostaganem : Saisie de 108 comprimés de psychotropes    Les clubs algériens bien lotis    Football/Karim Benzema à l'APS : "L'Algérie peut gagner la CAN-2015"    Le projet de la conférence du consensus national au centre d'une rencontre entre le Mouvement El Islah et le FFS (communiqué)    «Le problème des espaces non gouvernés menace l'ordre international»    Libye : de nouveaux raids aériens menés par des forces loyalistes dans l'Est    Algérie: La durée du service national passe à 12 moins    Benflis dépose le dossier d'agrément de son nouveau parti politique    "On l'accueillera comme un frère"    Procès aujourd'hui de 41 terroristes, dont le chef d'Aqmi Abdelmalek Droudkel    7373 morts sur 19.031 cas de contaminations    Plusieurs enseignants agressés à Tizi Ouzou    Opep: pas de réunion extraordinaire avant juin et pas de réduction de la production    L'USMA conforte sa position de leader    Une preuve de l'inefficacité des sanctions    Ils ont dit    Le ministre chargé des relations avec le Parlement : L'augmentation des salaires des députés, pas d'actualité    Du fabuleux destin de l'homme-squale !    Oran abritera la future école régionale    "L'Algérie et les mouvements de libération"    La scène théâtrale d'Aïn Témouchent se dédie aux enfants    Gestion du Hadj et de la Omra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La certification, condition nécessaire pour accéder au commerce international
Accréditation des organismes d'évaluation
Publié dans La Tribune le 15 - 06 - 2009


Photo : Riad
Par Ziad Abdelhadi
Depuis la création de l'organisme algérien d'accréditation, Algérac, une timide avancée dans le domaine de l'évaluation de la qualité au sein des entreprises a été enregistrée. Selon Rachid Boudissa, directeur général d'Algérac, ce constat tire sa raison du fait du caractère obsolète de l'infrastructure qualité en place. «Elle n'arrive plus à répondre aux exigences de l'heure. Les outils d'évaluation sont restés les mêmes au moment où dans ce domaine des évolutions ont vu le jour», a lancé M. Boudissa au cours de l'une de ses dernières sorties médiatiques.
Il existe actuellement 1 000 normes en Algérie, ce qui reste très insuffisant par rapport aux exigences accrues des clients et de la compétitivité.
Afin d'encourager et d'amener plus d'entreprises à s'engager dans la certification, le ministère de l'Industrie a établi une convention de subvention à l'adresse des entreprises qui manifestent le désir d'aller à ce processus. Une aide financière de 50% du coût de la certification est ainsi accordée à ces entreprises ; l'ambition du ministère est de faire augmenter cette subvention à 80% du coût. L'Etat a consenti 542,3 millions de dinars pour la prise en charge du processus de certification. Une aide ou un encouragement de l'Etat rendus nécessaires quand on sait que, jusqu'à fin 2004, notre pays accusait un grand retard à combler dans le domaine de la normalisation vu que le niveau des activités de normalisation des activités de normalisation demeurait très faible. Depuis, les pouvoirs publics ont pris conscience de développer au mieux l'infrastructure qualité dans le sens d'encourager la création d'organismes d'évaluation et de certification (OEC) pour répondre rapidement aux besoins des entreprises de se mettre au diapason des exigences du marché, aussi bien local qu'extérieur. En effet, la nouvelle stratégie économique, pilotée par le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, réserve un volet à la démarche qualité, ce qui a permis à Algérac de se rendre plus efficace sur le terrain de l'accréditation des OEC, en d'autres termes, lui donner les moyens pour l'accélération du processus des accréditations. Aux dernières estimations, elles sont près de 2 000 entreprises de certification ou d'évaluation de la conformité à vouloir s'accréditer mais, faute de capacité financière, beaucoup ont laissé tomber cet objectif ou l'ont remis à plus tard. Il y a lieu de rappeler dans la foulée que l'organisme algérien d'accréditation est chargé, notamment, de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; de parachever l'infrastructure nationale de la qualité ; d'évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) et de délivrer les décisions d'accréditation.
Formation des experts dans la normalisation
Par ailleurs, Algérac peut procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d'accréditation des organismes d'évaluation de la conformité ; conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activité avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle. Pour l'heure, Algérac, comme l'a témoigné son premier responsable, n'a enregistré qu'une vingtaine de demandes d'accréditation. Selon M. Boudissa, les organismes ayant demandé une accréditation relèvent du secteur de la défense, de l'agroalimentaire, de la santé et des hydrocarbures. «Nous allons délivrer les premières accréditations dans les prochains mois de cette année», a indiqué M. Boudissa en marge de la célébration de la journée mondiale de l'accréditation, le 9 juin dernier. Ce responsable dévoilera par la même occasion que ces prochaines délivrances d'accréditation vont concerner les laboratoires d'essai et d'étalonnage (ISO/CEI 17025), les organismes d'inspection. (ISO/CEI 17020) et les organismes de certification. Et d'annoncer également la formation prochaine de 70 experts en ISO 17025. Ces experts auront pour mission l'accréditation des organismes de certification, laboratoires et organismes d'inspection. M. Boudissa a estimé en outre que la culture de la qualité n'est pas encore ancrée dans nos institutions. «On ne peut pas construire une infrastructure de qualité sans une métrologie fiable», a précisé le DG d'Algérac qui ajoutera : «Cette situation influe négativement sur la compétitivité de nos entreprises et la qualité de la production». Les entreprises nationales devront donc, si elles veulent devenir compétitives, intégrer une démarche qualité car c'est leur unique moyen de sauvegarder leur activité d'autant que la concurrence va devenir de plus en plus rude. En clair, elles devront renforcer leur compétitivité par une meilleure démarche qualité. Une approche dûment expertisée et approuvée par un organisme d'évaluation et de certification car, dans le cadre de la mondialisation, nos entreprises doivent se doter d'un certificat de qualité et de respect des standards internationaux délivré par les OEC accrédités par Algérac, reconnue compétente en la matière, tant en Algérie qu'au niveau international. Il est donc admis que, grâce aux OEC, nos entreprises pourront renforcer leur compétitivité et la démarche qualité, préalable indispensable pour leur donner les moyens de concurrencer les entreprises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.