Les Etats-Unis déterminés à agir contre l'EI, poursuivent les frappes en Irak    Grine déterminé à accompagner la presse publique dans ses projets de modernisation    Le ministre des Moudjahidine reçoit une délégation de l'Armée de libération marocaine    Cérémonie de recueillement à la mémoire de Kasdi Merbah    Le journaliste Abdelkader Benachir n'est plus    « Qualité et respect des délais, priorités majeures »    « Les jeunes ne travaillent pas après 16 h »    Ce soir (18h) à Sfax : CSS - ESS Madoui : « Nous visons la première place »    Neghiz entame son travail    Nouri insiste sur l'activation du système d'indemnisation    Vers la mise en place d'un système de prévision et d'alerte de crues    Secousse tellurique de 3,9 degrés    « L'ONU est à la croisée des chemins », affirme Taleb Omar    MENACES INFORMATIQUES :L'Algérie et le Maroc épinglés par Kaspersky Lab    Mort du cofondateur de l'OAS, Pierre Lagaillarde    TERRORISME :3000 djihadistes marocains revenus de Syrie menacent le Maroc    Accidents de la route : L'Algérie occupe la première place avec 1 mort toutes les 3 heures    DEUX MEURTRES A ELUCIDER POUR LES ENQUETEURS : Découverte de deux corps sans vie à Mascara    QUI EST CENSE DEFENDRE LES ENFANTS EXPLOITES A MOSTAGANEM ? : Des enfants exploités à outrance par des viticulteurs    ALGERIE TELECOM FAIT SON BILAN : Plus de 4 milliards de préjudice dus aux vols des câbles    Quelque 250 athlètes à Jijel    Les pièces au programme    Aerolia, filiale du groupe Airbus, dément toute intention de quitter la Tunisie    ANTHOLOGIE MUSICALE DES GNAOUA    Vaste appui international à la Tunisie pour éviter le modèle libyen    Les Verts s'inclinent face à Chartres 33-28    Dix pays soutiennent la ville d'Oran pour l'organisation des Jeux    Mauritanie-Arrêt biologique de la pêche aux poulpes    Conflit Nord Mali: le Mali renouvelle sa "confiance" en l'Algérie en sa qualité de chef de file de la médiation    La Conseillère Afrique de la présidence de la République française en visite de travail lundi à Alger    Le Maroc a deux ou trois ans d'avance sur le reste du Maghreb en matière des ressources humaines (expert)    Le Sahara comme vous ne l'avez jamais vu ! (VIDEO)    En soutien aux palestiniens    Tunisie:Les professeurs du secondaire menacent de boycotter la rentrée scolaire 2014-2015    Libye:Vers la création d'un Haut conseil militaire    Algérie:Trois nouveaux hôpitaux en cours de réalisation dans la wilaya de Saïda    Espagne: Cristiano Ronaldo a repris l'entraînement avec le Real    USA: 2e nuit calme à Ferguson, la Garde nationale quitte la ville    Des pécheurs tunisiens portent secours à 74 migrants clandestins en mer    Message de Bouteflika : «La stabilité et la sécurité de notre pays sont tributaires de la stabilité du voisinage»    Permis biométrique : La commission interministérielle installée    M. Grine déterminé à accompagner la presse publique dans ses projets de modernisation    JO de la jeunesse-2014 (Tennis de table-matchs de classement)    CAB-CRBAF et ABS-MCS à l'affiche    Les malheurs du même sang    La protesta monte au siège national    La plate-forme de la Soummam fait le consensus    Vers où se tournerait le regard, sinon vers l'armée ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La certification, condition nécessaire pour accéder au commerce international
Accréditation des organismes d'évaluation
Publié dans La Tribune le 15 - 06 - 2009


Photo : Riad
Par Ziad Abdelhadi
Depuis la création de l'organisme algérien d'accréditation, Algérac, une timide avancée dans le domaine de l'évaluation de la qualité au sein des entreprises a été enregistrée. Selon Rachid Boudissa, directeur général d'Algérac, ce constat tire sa raison du fait du caractère obsolète de l'infrastructure qualité en place. «Elle n'arrive plus à répondre aux exigences de l'heure. Les outils d'évaluation sont restés les mêmes au moment où dans ce domaine des évolutions ont vu le jour», a lancé M. Boudissa au cours de l'une de ses dernières sorties médiatiques.
Il existe actuellement 1 000 normes en Algérie, ce qui reste très insuffisant par rapport aux exigences accrues des clients et de la compétitivité.
Afin d'encourager et d'amener plus d'entreprises à s'engager dans la certification, le ministère de l'Industrie a établi une convention de subvention à l'adresse des entreprises qui manifestent le désir d'aller à ce processus. Une aide financière de 50% du coût de la certification est ainsi accordée à ces entreprises ; l'ambition du ministère est de faire augmenter cette subvention à 80% du coût. L'Etat a consenti 542,3 millions de dinars pour la prise en charge du processus de certification. Une aide ou un encouragement de l'Etat rendus nécessaires quand on sait que, jusqu'à fin 2004, notre pays accusait un grand retard à combler dans le domaine de la normalisation vu que le niveau des activités de normalisation des activités de normalisation demeurait très faible. Depuis, les pouvoirs publics ont pris conscience de développer au mieux l'infrastructure qualité dans le sens d'encourager la création d'organismes d'évaluation et de certification (OEC) pour répondre rapidement aux besoins des entreprises de se mettre au diapason des exigences du marché, aussi bien local qu'extérieur. En effet, la nouvelle stratégie économique, pilotée par le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, réserve un volet à la démarche qualité, ce qui a permis à Algérac de se rendre plus efficace sur le terrain de l'accréditation des OEC, en d'autres termes, lui donner les moyens pour l'accélération du processus des accréditations. Aux dernières estimations, elles sont près de 2 000 entreprises de certification ou d'évaluation de la conformité à vouloir s'accréditer mais, faute de capacité financière, beaucoup ont laissé tomber cet objectif ou l'ont remis à plus tard. Il y a lieu de rappeler dans la foulée que l'organisme algérien d'accréditation est chargé, notamment, de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; de parachever l'infrastructure nationale de la qualité ; d'évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) et de délivrer les décisions d'accréditation.
Formation des experts dans la normalisation
Par ailleurs, Algérac peut procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d'accréditation des organismes d'évaluation de la conformité ; conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activité avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle. Pour l'heure, Algérac, comme l'a témoigné son premier responsable, n'a enregistré qu'une vingtaine de demandes d'accréditation. Selon M. Boudissa, les organismes ayant demandé une accréditation relèvent du secteur de la défense, de l'agroalimentaire, de la santé et des hydrocarbures. «Nous allons délivrer les premières accréditations dans les prochains mois de cette année», a indiqué M. Boudissa en marge de la célébration de la journée mondiale de l'accréditation, le 9 juin dernier. Ce responsable dévoilera par la même occasion que ces prochaines délivrances d'accréditation vont concerner les laboratoires d'essai et d'étalonnage (ISO/CEI 17025), les organismes d'inspection. (ISO/CEI 17020) et les organismes de certification. Et d'annoncer également la formation prochaine de 70 experts en ISO 17025. Ces experts auront pour mission l'accréditation des organismes de certification, laboratoires et organismes d'inspection. M. Boudissa a estimé en outre que la culture de la qualité n'est pas encore ancrée dans nos institutions. «On ne peut pas construire une infrastructure de qualité sans une métrologie fiable», a précisé le DG d'Algérac qui ajoutera : «Cette situation influe négativement sur la compétitivité de nos entreprises et la qualité de la production». Les entreprises nationales devront donc, si elles veulent devenir compétitives, intégrer une démarche qualité car c'est leur unique moyen de sauvegarder leur activité d'autant que la concurrence va devenir de plus en plus rude. En clair, elles devront renforcer leur compétitivité par une meilleure démarche qualité. Une approche dûment expertisée et approuvée par un organisme d'évaluation et de certification car, dans le cadre de la mondialisation, nos entreprises doivent se doter d'un certificat de qualité et de respect des standards internationaux délivré par les OEC accrédités par Algérac, reconnue compétente en la matière, tant en Algérie qu'au niveau international. Il est donc admis que, grâce aux OEC, nos entreprises pourront renforcer leur compétitivité et la démarche qualité, préalable indispensable pour leur donner les moyens de concurrencer les entreprises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.