Hocine Aït Ahmed au plus mal    Reddition d'un terroriste de l'ex-GSPC    Retour sur le début des années 90    CAN-2015 : Algérie - Sénégal Quelles possibilités pour les Verts de passer en quarts de finale ?    Grande détermination chez les Verts    Cet après-midi à 15h à la salle Duhail : Algérie-Arabie saoudite Signer la première victoire    Slimani out face au Sénégal    L'espoir est toujours permis    Visite du ministre des Affaires étrangères allemand en Algérie : Les relations bilatérales et d'autres sujets brûlants passés en revue    Deux ans après l'attaque terroriste à Tiguentourine : La vie reprend doucement mais sûrement    Bejaïa : Rassemblement d'environ 300 opposants à l'exploitation du gaz de schiste    Le ministre des Finances face aux députés    Le lobbying de Ali Haddad    Une enveloppe de 3,54 milliards de dollars en 2014    Respect de la loi internationale et maintien de la paix dans le monde    Condamnation de l'Algérie    Nouveau massacre de Boko Haram    Quatre "jihadistes" présumés arrêtés en Espagne    Serrer l'étau autour des djihadistes dans le Sahel    Egypte : il était une fois la révolution    Une équation de stabilité irrésolvable    Poursuivi pour diffamation : L'information judiciaire ouverte contre Saïd Sadi toujours en cours    Sadi déplore la "surenchère"    Ooredoo lance la 9ème édition de Media Star : Journalistes, à vos plumes !    L'art au milieu du chaos    Classement des ksour de Djanet comme secteurs sauvegardés    Blida : Retard dans les projets de développement à Mouzaia    Plusieurs routes coupées à la circulation    Mohamed Mebarki : Pas de problème d'équivalence entre les diplômes du LMD et ceux de l'ancien système    Boudiaf optimiste : 2015 sera l'année de relance du système de santé    250 palmiers-dattiers et des arbres fruitiers ravagés    4 morts et 12 blessés en 24 heures    La santé mentale dédaignée aussi bien sur le plan social que médical    Le MAE allemand relève une "réelle dynamique" économique en Algérie    Les pourparlers inter-libyennes reprendront lundi à Genève    Exploration et exploitation du gaz de schiste: le FFS plaide pour un "consensus national"    Temps froid, nuageux et pluvieux lundi sur les régions Nord    Le MOB, c'est du solide !    L'Europe «doit rompre le silence» face au mépris systématique du droit international par Israël    "Le Premier ministre est désinformé par les partisans du gaz de schiste au sein de Sonatrach" (Kacem Moussa)    CAN-2015 de football : aucune équipe qualifiée à l'issue de la deuxième journée    Ecrire l'histoire de la glorieuse révolution de novembre par des gens intègres (ministre)    Le gaz de schiste: "Un mal nécessaire"    Des journalistes de France 24    Retour sur l'arrêt du processus électoral    La Constitution en stand-by    Hocine Aït Ahmed "est rentré chez lui et il récupère bien"    Le Sénégal en pole position pour la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La certification, condition nécessaire pour accéder au commerce international
Accréditation des organismes d'évaluation
Publié dans La Tribune le 15 - 06 - 2009


Photo : Riad
Par Ziad Abdelhadi
Depuis la création de l'organisme algérien d'accréditation, Algérac, une timide avancée dans le domaine de l'évaluation de la qualité au sein des entreprises a été enregistrée. Selon Rachid Boudissa, directeur général d'Algérac, ce constat tire sa raison du fait du caractère obsolète de l'infrastructure qualité en place. «Elle n'arrive plus à répondre aux exigences de l'heure. Les outils d'évaluation sont restés les mêmes au moment où dans ce domaine des évolutions ont vu le jour», a lancé M. Boudissa au cours de l'une de ses dernières sorties médiatiques.
Il existe actuellement 1 000 normes en Algérie, ce qui reste très insuffisant par rapport aux exigences accrues des clients et de la compétitivité.
Afin d'encourager et d'amener plus d'entreprises à s'engager dans la certification, le ministère de l'Industrie a établi une convention de subvention à l'adresse des entreprises qui manifestent le désir d'aller à ce processus. Une aide financière de 50% du coût de la certification est ainsi accordée à ces entreprises ; l'ambition du ministère est de faire augmenter cette subvention à 80% du coût. L'Etat a consenti 542,3 millions de dinars pour la prise en charge du processus de certification. Une aide ou un encouragement de l'Etat rendus nécessaires quand on sait que, jusqu'à fin 2004, notre pays accusait un grand retard à combler dans le domaine de la normalisation vu que le niveau des activités de normalisation des activités de normalisation demeurait très faible. Depuis, les pouvoirs publics ont pris conscience de développer au mieux l'infrastructure qualité dans le sens d'encourager la création d'organismes d'évaluation et de certification (OEC) pour répondre rapidement aux besoins des entreprises de se mettre au diapason des exigences du marché, aussi bien local qu'extérieur. En effet, la nouvelle stratégie économique, pilotée par le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, réserve un volet à la démarche qualité, ce qui a permis à Algérac de se rendre plus efficace sur le terrain de l'accréditation des OEC, en d'autres termes, lui donner les moyens pour l'accélération du processus des accréditations. Aux dernières estimations, elles sont près de 2 000 entreprises de certification ou d'évaluation de la conformité à vouloir s'accréditer mais, faute de capacité financière, beaucoup ont laissé tomber cet objectif ou l'ont remis à plus tard. Il y a lieu de rappeler dans la foulée que l'organisme algérien d'accréditation est chargé, notamment, de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; de parachever l'infrastructure nationale de la qualité ; d'évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) et de délivrer les décisions d'accréditation.
Formation des experts dans la normalisation
Par ailleurs, Algérac peut procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d'accréditation des organismes d'évaluation de la conformité ; conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activité avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle. Pour l'heure, Algérac, comme l'a témoigné son premier responsable, n'a enregistré qu'une vingtaine de demandes d'accréditation. Selon M. Boudissa, les organismes ayant demandé une accréditation relèvent du secteur de la défense, de l'agroalimentaire, de la santé et des hydrocarbures. «Nous allons délivrer les premières accréditations dans les prochains mois de cette année», a indiqué M. Boudissa en marge de la célébration de la journée mondiale de l'accréditation, le 9 juin dernier. Ce responsable dévoilera par la même occasion que ces prochaines délivrances d'accréditation vont concerner les laboratoires d'essai et d'étalonnage (ISO/CEI 17025), les organismes d'inspection. (ISO/CEI 17020) et les organismes de certification. Et d'annoncer également la formation prochaine de 70 experts en ISO 17025. Ces experts auront pour mission l'accréditation des organismes de certification, laboratoires et organismes d'inspection. M. Boudissa a estimé en outre que la culture de la qualité n'est pas encore ancrée dans nos institutions. «On ne peut pas construire une infrastructure de qualité sans une métrologie fiable», a précisé le DG d'Algérac qui ajoutera : «Cette situation influe négativement sur la compétitivité de nos entreprises et la qualité de la production». Les entreprises nationales devront donc, si elles veulent devenir compétitives, intégrer une démarche qualité car c'est leur unique moyen de sauvegarder leur activité d'autant que la concurrence va devenir de plus en plus rude. En clair, elles devront renforcer leur compétitivité par une meilleure démarche qualité. Une approche dûment expertisée et approuvée par un organisme d'évaluation et de certification car, dans le cadre de la mondialisation, nos entreprises doivent se doter d'un certificat de qualité et de respect des standards internationaux délivré par les OEC accrédités par Algérac, reconnue compétente en la matière, tant en Algérie qu'au niveau international. Il est donc admis que, grâce aux OEC, nos entreprises pourront renforcer leur compétitivité et la démarche qualité, préalable indispensable pour leur donner les moyens de concurrencer les entreprises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.