"Elle sera explosive"    Combats douteux    La lutte contre la cybercriminalité de plus en plus complexe    L'homme d'une "success story"    Le pavillon national redore son blason    L'Union des familles laïques de France s'en mêle    Addis-Abeba promet qu'il ne sera pas inquiété    Un rapport d'enquêteurs de l'ONU attendu    Le huis clos reprend de plus belle    Rachid Ghezzal dit non à Everton    Rio ou la soif de l'or    40.000 hadjis l'année prochaine    4 conteneurs de viande avariée saisis à Boumerdès    Bouira attend son institut médical    Nécessité d'actualiser les recherches et les écrits    Le court métrage "Koceila" au programme    Un premier recueil de nouvelles de Karima Aitouche    Coupe de la Confédération: qualification historique du MOB en demi-finales    Les agences humanitaires de l'ONU appellent à une réponse urgente    Les familles en grand nombre    La 4e édition de la manifestation"Musée dans la rue" du 25 au 29 août à Alger    Le printemps gris de Beni-Barber de Samir Bouzidi    «A Alger, nous dirons toute la vérité»    La Cnan se dote d'un navire équipé de technologies modernes    Pour une politique claire et efficace au profit de la jeunesse    « Réformer, c'est faire du secteur éducatif un vecteur du savoir »    IMMEUBLE OUARSENIS A MOSTAGANEM : Un muret tenu par une corde à linge    MERS EL-HADJADJ (ORAN) : Une adolescente découverte pendue dans son domicile    Le nouveau tarif douanier à 10 chiffres entrera en vigueur le 18 septembre    Justice: début de la session de formation en Droit international des droits de l'Homme et en DIH    Violence dans les stades : le huis clos reprend de plus belle    Equipe nationale de handball : Ayoub Abdi dénonce le "chantage" de la fédération    Comment éviter l'épuisement des réserves de change de l'Algérie à l'horizon 2019/2020 (contribution)    L'ONG britannique Adala dénonce l'arrestation par les forces marocaines d'une journaliste sahraouie    Les hadjis algériens affluent vers Médine    Sarkozy annonce sa candidature    2 060 fusils seront restitués début septembre    "On s'en tient à la lettre du Président"    Lamamra : "Cela ne reflète pas la réalité de l'Algérie"    Le terroriste malien plaide coupable    Le court métrage "Koceila" au Festival du film de Sciacca (Italie)    Blida : un pan de l'histoire de la ville menacé de disparition    Clôture du Festival du chant patriotique à Béjaïa    Ooredoo: Le clin d'œil de Joseph Ged aux investisseurs étrangers    Ould Ali El Hadi: Makhloufi doit identifier les responsables du sabotage    Blida: L'investissement, le foncier et le reste    Pluies diluviennes à Tébessa: Deux frères meurent dans un oued    «La place du MSP n'est pas dans l'opposition»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Micro-ordinateur et Internet envahissent les grandes villes à Aïn Defla
Le milieu rural semble encore loin du développement technologique
Publié dans La Tribune le 08 - 10 - 2008


De notre correspondant à Aïn Defla
Madani Azzeddine
L'utilisation de l'informatique dans la vie quotidienne se développe de plus en plus ces derniers temps, touchant
l'ensemble des domaines et selon les besoins.
Le fonctionnaire s'est habitué déjà à manipuler le micro-ordinateur sur son lieu de travail et à la maison ; la femme au foyer, quant à elle, l'utilise pour choisir une recette pour le dîner ou les gâteaux. Elle l'exploite également pour l'acquisition des connaissances dans différents volets scientifiques.
Les enfants s'attachent chaque jour davantage à ces micro-ordinateurs pour les différents jeux qu'ils offrent, particulièrement en ligne, et arrivent maintenant à les faire démarrer et à les connecter à Internet, une nouvelle technologie qui rapproche les distances et établit les ponts de l'amitié entre les différents peuples du monde entier.
C'est ainsi que cet outil informatique s'est forgé une place dans de nombreux foyers en Algérie ou ailleurs. son coût, qui était assez élevé ces dernières années, a fini par baisser dernièrement pour être accessible à tout citoyen; néanmoins, la qualité du micro-ordinateur, sa puissance, son concepteur et la composante de ces
périphéries ont un impact important sur son prix. Chaque personne peut donc se permettre un micro-ordinateur selon ses moyens financiers. Les formules de facilités offertes ici et là par les vendeurs spécialisés ou par les œuvres sociales relevant des différentes directions et sociétés peuvent les aider à en avoir un.
Au niveau de la wilaya d'Aïn Defla, de nombreux ménages sont dotés de ces outils informatiques, leur acquisition a doublé ces derniers temps, témoignent des citoyens. Cependant, son utilisation est différente d'une personne à une autre. Selon Ahmed, l'achat de cet instrument est dû au développement rapide de la technologie, puisqu'il permet, à titre d'exemple, d'être à jour en matière d'information. «J'arrive à lire les journaux du monde entier grâce au Net et voir même les chaînes de télévision», a indiqué notre interlocuteur, et ce, avant d'ajouter que ses enfants n'iront pas dorénavant dans les cybercafés pour se brancher aux jeux en ligne qui les attirent. Entre autres, les cybercafés ont cessé de recevoir du monde depuis que les prix des micro-ordinateurs et de l'abonnement à l'ADSL ont baissé. La disponibilité de l'Internet à travers une grande partie du territoire de cette wilaya a encouragé d'autres personnes à se doter de ces moyens d'information, de communication et de savoir.
Dans une autre vision, et depuis un certain temps, il semble que l'acquisition d'un micro-ordinateur équipé d'Internet ne signifie pas un niveau de vie élevé, vu la baisse des prix de la connexion et des ordinateurs.
Selon les statistiques de la wilaya parues en mars 2008, les services concernés ont ouvert 3 852 nouvelles lignes ADSL en 2007 afin d'offrir une capacité globale de 6 540, permettant à une grande partie de la population de se connecter au Net. En plus, durant cette même période, 27 centres ont été réalisés pour faciliter l'accès aux différents services d'Internet. Par ailleurs, la dominance de la ruralité dans cette wilaya a fait que la répartition de l'outil informatique soit un peu limitée par rapport aux zones urbaines où le micro-ordinateur et l'Internet ont déjà envahi les ménages.
En somme, à Aïn Defla, il semble que le micro-ordinateur et l'Internet sont indispensables dans les maisons, et ce, depuis que le développement technologique et la mondialisation ont atteint un certain niveau, lequel impose
à tout individu de prendre des mesures nécessaires pour mieux s'intégrer et se développer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.