Guerre et Paix    « Il n'y a pas de dissidence dans nos rangs »    Le congrès devient ordinaire    Le président Bouteflika félicite M. Ouyahia à l'occasion de son élection secrétaire général du RND    Pour le CPP, le 4e mandat boutéflikien pèse sur le présent et l'avenir des médias algériens    Clôture du Forum global des femmes parlementaires    Ouyahia élu Secrétaire général du RND    Le président Bouteflika félicite Ouyahia    Youcef Yousfi distingué    Le pétrole termine la semaine en hausse à Londres    La quantité d'ammoniac produite en Algérie a été totalement exportée    Messahel appelle à accélérer la réforme de l'UMA    Les joueurs du MCA honorés par le Wali après un défilé avec le trophée dans la capitale    Coupe de la Confédération (8e de finale bis-aller) : le MO Bejaia défie l'ES Tunis    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    42% des ralentisseurs sont implantés anarchiquement    Les malades mentaux ont besoin d'hôpitaux    Accords de jumelage avec des hôpitaux américains pour la prise en charge sur place des malades    Les riverains se réapproprient la ville    L'exposition collective "Tropique du Cancer" présentée à Alger    Le Kenya refuse d'accueillir de nouveaux réfugiés    Illizi : deux morts suite au renversement d'un poids lourd sur la RN-3    UNIVERSITE "ABDELHAMID IBN BADIS" : 1er congrès mondial sur le soufisme à Mostaganem    Démantèlement d'une cellule terroriste à Sidi Bouzid    Deux sénateurs américains appellent leur pays à exiger un référendum d'autodétermination    UN SPRINT ROYAL    Anigo : « Fin mai, je serai peut-être ailleurs »    Restauration de certaines parties de la mosquée du ksar de Sfissifa    Des programmes alléchants    Tottenham veut doubler de salaire de Kane    L'Opep profondément divisée face à l'évolution du marché mondial    Le Hamas accuse Israël d'empiéter sur le territoire de Ghaza    Le Département d'Etat a autorisé la vente à la Tunisie de 24 hélicoptères de reconnaissance Bell OH-58D Kiowa    PSG : La pubalgie ne quitte pas Verratti    Classement Fifa : l'Algérie conserve sa 33e place mondiale    Angleterre : Oxlade-Chamberlain n'ira pas à l'Euro    L'aveuglement du regard des autres    Les cours du pétrole terminent en petite hausse    La spiruline, ou le "super aliment"    La Colombie déclare 74 prisons en état d'urgence sanitaire    Espagne: premier cas détecté de microcéphalie associée au virus Zika    Ecosse : les indépendantistes revendiquent une victoire "historique"    Le piano: histoire d'un instrument    L'art, une histoire de perception...    Mettre fin au gaspillage alimentaire est un vrai défi pour la région MENA (rapport de la FAO)    Comment l'Arabie Saoudite va sortir du piège pétrole avant l'Algérie    Sidati plaide pour la mise en oeuvre de mesures permettant de rétablir la pleine fonctionnalité de la Minurso    Skikda: Les terroristes en déroute, échec d'une tentative de fuite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Engouement des curistes pour Hammam el Bibane et Ouled Halla
BORDJ BOU-ARRERIDJ, Stations thermales
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 05 - 2011

Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.