«Lancement de plus de 2 millions de logements»    Mauritanie: Un parti de l'opposition désapprouve le changement du repos hebdomadaire    Tunisie: Mehdi Jomâa affirme qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle    Décès de l'ambassadeur d'Indonésie en Algérie    La Conférence de Madrid appelle à un dialogue inclusif en Libye    Algérie - Les subventions seront maintenues à hauteur de 60 milliards de dollars/an - Sellal    Elle sera adoptée par le Parlement, selon le chef du FLN    Parole de Saâdani    Il affirme qu'ils touchent le sommet de l'état    Henri de Peyrelongue, DG Europe et Afrique du Nord d'Air France KLM, à "Liberté"    téléphones portables    CEM El-HARITIA (El-Biar)    Décès de Smaïn Khabatou    Salut les altistes !    «Renouer avec l'islam de Cordoue»    La conférence économique algéro-allemande: appelle à hisser le niveau de partenariat économique entre les deux pays    Le Maroc préside à Tunis la 17e Conférence des responsables arabes de la lutte contre le terrorisme    L'arbre à palabres    L'Algérie pour «une solution pacifique et négociée»    La tâche de l'Entente se complique...    Volodymyr Sheiko subjugue le public avec la création d'une conversati    Arts cherchent médiatisation objective    Le piège écossais!!??    Al-Theni présente son cabinet au Parlement    Violence à l'hôpital!    Ban Ki-moon réclame une réponse exceptionnelle    Après un mois de septembre caniculaire    La pression s'accentue sur les jihadistes en Irak    Fin d'une bataille rangée entre les députés    ESS-TP Mazembe ce samedi, à huis clos    JSK-ASO à Bordj Bou-Arréridj    Yebda officiellement qualifié    Saâdi inscrit le 500e but du club en Ligue 2    Chaïbi s'illustre en Youth League    Favorable à Bou-Saâda et Médéa    De quoi s'agit-il?    L'Algérie dans le flou    L'Etat promet l'enfer aux contrevenants    Une chance pour le développement durable en Algérie    Trois romans algériens en lice pour le prix littéraire arabe    Vernissage à la galerie Art et culture    Les buzz troublants d'Echourouk TV    Il a été conçu dans le cadre du plan d'action du gouvernement 2015-2019 : Le projet "Aquapêche 2020" présenté à Oran    L'Otan entend interdire à la Russie et à la Chine de se développer    Alger : Sécurisation de 1.093 établissements scolaires par les services de sûreté    Au grand bonheur des Algérois : Début d'exploitation du téléphérique de Oued Koriche    9e édition du festival de théâtre comique de Médéa    Santé : Hanoune veut le retrait du projet de loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Engouement des curistes pour Hammam el Bibane et Ouled Halla
BORDJ BOU-ARRERIDJ, Stations thermales
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 05 - 2011

Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.