Le pétrole en hausse dans un marché prudent    Algérie - Attentat déjoué à Constantine: l'identification du terroriste se poursuit (ministre)    Les avocats en colère    «Pour nous, la Kabylie fait partie de l'Algérie et doit y rester»    Oultache «je n'ai pas tué Ali Tounsi»    Un cahier des charges sera soumis au gouvernement    Tizi Ouzou : Les commerçants de nouveau en grève    Le chercheur Salah Nasri décroche un prix aux Emirats Arabes Unis    Le soutien ferme de l'Algérie au Front Polisario    FAF : L'AGO ce matin à Sidi Moussa    Les bilans approuvés à la majorité    RC Kouba : Chaïb refuse le poste d'entraîneur    Mebarki plaide pour une nomenclature adaptée aux spécificités régionales    La Gendarmerie nationale vire vers le tout numérique    Plus de 46 tonnes de produits alimentaires saisies dans un entrepôt    L'urgence d'une réflexion à plusieurs voix    Fédération algérienne de boxe    Fédération algérienne des luttes associées    COUVERTURE DE LA CAMPAGNE DES ELECTIONS LEGISLATIVES DU 4 MAI    Alors que le RCD a finalisé sa liste pour les législatives du 4 mai prochain    LISTES ELECTORALES DU FLN    CR Bélouizdad    Le coup de bill’art du Soir    La police kenyane abat un suspect d'Al-Shebab    La grève des étudiants en pharmacie continue dans 8 universités, Annaba et Tlemcen ne suivent plus    VIGNETTE AUTOMOBILE : Fixée du 1er au 31 mars 2017    RUPTURE D'APPROVISIONNEMENT DE MEDICAMENTS : Méfiez-vous des rumeurs    FA Basketball : Ali Slimani de retour aux commandes vingt ans après    Tiaret: Deux morts et un blessé grave dans une collision    Bouira: 48 affaires devant la session criminelle    CRB : Badou Zaki hausse le ton    Constantine - Direction régionale de la SNTF: Plus de 500 agents sortis en retraite en 2016    Le Maroc annonce son retrait de Guerguerat au Sahara occidental    Des réponses «claires et précises» ont été apportées aux différents aspects des revendications    Quelque 3 500 attaques enregistrées en 2016    Des responsables politiques libyens à Alger    Lamamra reçoit la Croix de San Martin, la plus haute distinction d'Argentine    La commune d'Oued Fodda raccordée à 100% au gaz naturel    Le projet de HMA-Cevital validé par le gouvernement    Fronde au FFS    28e anniversaire de la disparition de Mouloud Mammeri    Trump n'assistera pas au dîner des correspondants de la Maison-Blanche    L'armée allemande aux avant-postes    "Ghourourou Essorsor" chaleureusement ovationnée    20 longs métrages en compétition    Inauguration de l'exposition "Photo marathon d'Alger"    Une enquête dans le milieu du malouf et de la Révolution    "Le caricaturiste n'a aucun statut officiel en Tunisie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Engouement des curistes pour Hammam el Bibane et Ouled Halla
BORDJ BOU-ARRERIDJ, Stations thermales
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 05 - 2011

Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.