Des services AV rénovés à la succursale : «Les grands Vents»    Aït Bouadou (Ouadhias) : Hommage à «Krikeche»    JSK : Idrissa Kouyaté, la surprise !    MOB : Aguid : «La saison prochaine, ce sera encore plus dur»    Plan de restructuration des entreprises des travaux publics    «La révision de la Constitution en phase de finalisation ultime»    Solitude, spleen et mal du pays    Poutine prône le dialogue avec Washington    L'épopée de Constantine ce soir au Casif de Sidi Fredj    El Tarf : un poste avancé de la protection civile sur la bande frontalière Est    L'Algérie condamne fermement    Les syndicats appellent à une commission d'évaluation des examens    Mesures de grâce du président Bouteflika    Une série d'erreurs «tragiques» à l'origine du drame    Belaili dans le viseur de deux clubs qataris    Les exactions de l'OAS et le chemin douloureux vers l'indépendance    Une date qui interpelle toujours    Fermeture de 10 locaux par la DCP durant la 1re décade du mois de Ramadhan    Trois morts dans deux accidents de la circulation à Tlemcen    La dernière ligne droite ?    Allaoua, la star de toujours    Algérie : le projet de révision de la Constitution est en phase de "finalisation ultime" (Bouteflika)    Algérie : Hausse de 1,1% des prix à la production industrielle hors hydrocarbures au 1er trimestre 2015    Le Pérou se console avec la 3e place    Sellal inaugure la nouvelle Faculté de droit à Saïd Hamdine    Nouvelle extension du métro d'Alger vers El Harrach    Bouteflika rend hommage à l'ANP    Sellal : la rationalisation des dépenses publiques n'est pas de l'austérité    La troupe musicale "Ruta Pùrpura" enchante le public oranais    Athlétisme : Large vainqueur du 1 000 m à Nancy    CR Belouizdad    Le ministère rassure quant à la disponibilité des médicaments    Debla (Tunis)    EnquÃate-Témoignages    Le poÚte est en tournée nationale    Egypte: trois civils tués au Sinaï    Bouira : Un policier tue un citoyen    Affaire des moines de Tibéhirine : Un rapport qui ne dit rien de nouveau    Benbitour : Plaidoyer pour le changement du système de gouvernance    Batna : Le botulisme fait deux morts    Noureddine Bedoui prend en charge le dossier de Ghardaïa    Ministère de la Communication : Le département songe à renforcer le secteur audiovisuel public    Face à la baisse des prix de Pétrole : L'Algérie doit améliorer sa gestion    Appel des députés islamistes    5 Casques bleus burkinabés tués dans le nord du Mali    Zoom sur Climat-de-France ou la "Colombie algérienne"    L'Egypte face aux limites de l'option sécuritaire    Taoufik Makhloufi détrône Nour-Eddine Morceli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Engouement des curistes pour Hammam el Bibane et Ouled Halla
BORDJ BOU-ARRERIDJ, Stations thermales
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 05 - 2011

Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.