Suppression de l'article 87 bis: la décision est entrée en vigueur à partir du 1er août    Real Madrid : Accord trouvé pour Sergio Ramos ?    Le ministère de l'Education ouvert à toutes les propositions visant l'amélioration des résultats scolaires (Benghebrit)    Les choix des nouveaux bacheliers satisfaits dans une large mesure (ministre)    Le public vole la vedette aux stars de la 3e soirée de Timgad    ManU prêt à se rapprocher des prétentions du Real pour Gareth Bale ?    Union Africaine: tenue à Alger de la 1ère réunion des groupes de travail sur la gouvernance    Air Algérie rend hommage aux victimes du crash du vol AH 5017    L'enseignement en langue arabe est "incontestable"    Mondiaux-2015 de vovinam viet vo dao: l'Algérie et le Vietnam, au coude-à-coude, séduisent    Service national : l'opération de régularisation a touché plus de 200 mille citoyens    2 morts et 31 blessés, dont 4 graves, dans l'attaque suicide en Turquie    Le parlement algérien prend part à la réunion de la commission législative du parlement panafricain à Midrand    Constantine 2015 : la sculpture sur bois "vole la vedette" lors de la semaine culturelle d'Ouargla    Tunisie : table ronde sur le projet de loi portant création de la Cour constitutionnelle    Arsenal : 65 M€ pour Benzema ?    Tunisie : la commission des finances adopte le projet de la loi de Finances complémentaire 2015    Algérie - 407 djihadistes algériens ont été tués au Mali, en Libye et en Syrie selon les services de sécurité    Journée meurtrière en Cisjordanie occupée    Ville nouvelle de Hassi Messaoud : les travaux de viabilisation en phase finale    Mort de Malik Aït Aoudia le «Michael Moore algérien»    Algérie : création d'une cellule pour mieux contrôler les importations aux frontières    Une caravane cinématographique pour les hauts plateaux    Les mises en garde du parti de Benflis    CHLEF: Université Hassiba-Benbouali, c'est parti pour les inscriptions !    CR Belouizdad : Alain Michel se projette sur le MCA    Situation politique, économique et sécuritaire : Clignotants au «rouge», selon le RCD    «El Islah» se démarque    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine, Brahim Chibout    Grine et le prix du Président    C'est combien ?    «Tous les secteurs sont ouverts à l'investissement privé»    Selon Lamamra : L'Algérie a contribué à la formation des cadres africains    EN U23 : Tasfaout pour renforcer le staff technique ?    Verts d'europe : Taider pisté par le Werder Brême    Activité industrielle : Baisse dans le secteur public, stagnation dans le privé    Lutte contre le terrorisme : Massaoudou a salué les efforts consentis par l'Algérie    Crise libyenne : M. Leon à Alger pour booster le dialogue interlibyen    Algérie-Russie : Les deux parties veulent booster les relations économiques    La ville de Lausanne élue ville hôte    2.500 Nigérians chassés du Cameroun    Un homme recherché arrêté à Ouargla    80% des Algériens ne partent pas à l'étranger    Pourquoi nos villes sont-elles aussi sales ?    Pellicules : comment s'en débarrasser    Un rendez-vous qui peine à créer une dynamique littéraire autour du jeune public    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout    ScÚnes de vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Engouement des curistes pour Hammam el Bibane et Ouled Halla
BORDJ BOU-ARRERIDJ, Stations thermales
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 05 - 2011

Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Les stations thermales de Hammam El Bibane (Mansourah) et de Ouled Halla (Djaâfra), situées à l'ouest et au nord de Bordj Bou Arreridj font face, en ce début de mai, à une véritable «ruée» de curistes provenant des quatre coins du pays.
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».
Cet afflux de visiteurs, des familles pour la plupart, à la recherche de moments de détente et de relaxation, contribue à faire sortir de leur léthargie ces deux régions enclavées de la région des Bibans. Les stations thermales de la wilaya de Sétif, Hammam Guergour, Hammam Ouled Yelles et Hammam Sokhna restent cependant des destinations privilégiées pour les curistes bordjiens en raison du nombre considérable de gérants de lignes de transport en commun qui organisent chaque week-end des navettes facturées entre 100 et 200 dinars. S'agissant des familles venant de plus loin, la mise en service de l'autoroute Est-ouest aidant, elles « envahissent » littéralement Hammam El Bibane, comme a pu le constater lundi l'APS. Plus d'une centaine de véhicules immatriculés à Alger, Constantine, Sétif, M'sila, Batna, Jijel, Béjaïa et même Oran garnissent le parking aménagé près de cette station des « Portes de fer ». « Grâce à l'autoroute Est-ouest, et un trafic étonnamment fluide du côté des gorges de Lakhdaria, il nous a fallu moins de deux heures pour venir d'El Harrach (Alger) », explique un Algérois. Malheureusement, déplore ce père de famille, la station de Hammam El Bibane, « bien que ses eaux soient chaudes et bienfaitrices, est cruellement desservie par le manque d'infrastructures pour occuper les enfants et de lieux sains pour une bonne restauration ». Admettant cet état de faits, le directeur du tourisme, Mounir Messaâdia, tient malgré tout à faire l'éloge de ces thermes qui disposent de « plusieurs bassins et attirent une clientèle très diversifiée, constituée de personnes souffrantes désireuses de bénéficier des vertus curatives de ses eaux, ou de simples citoyens en quête de quelques moments de repos ». Un montant de 40 millions de dinars a été mis en place par les pouvoirs publics pour la réhabilitation des lieux, ajoute ce responsable qui fait part de l'organisation, par ses services, chaque week-end, d'excursions ciblant les familles, dans un souci de promouvoir le « tourisme de santé ». Plus au nord, Hammam Ouled Halla se dresse au milieu d'une belle clairière longée par l'Oued Bousellam et ceinturé de monts boisés. C'est cet endroit que préfèrent les curistes du nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, du sud de Béjaïa et du nord-ouest de Sétif. Ses eaux ne sont pas trop chaudes et sont supportables pour les enfants, contrairement à celles de Hammam El Bibane. Le pique-nique familial, encouragé par la multitude de coins ombragés, dans un site magnifique, est, ici, de rigueur. Des familles en profitent pour faire connaissance avant de tailler de longues bavettes, pendant que les enfants, habitués aux paysages bétonnés des villes, courent dans tous les sens, visiblement heureux de gambader gaiement au milieu de la verdure sans la crainte de voir surgir un « fou du volant ». Il reste que les services et les infrastructures font énormément défaut dans ces lieux paradisiaques qui ne pourraient être davantage mis en valeur, pour constituer des sites encore plus attractifs rimant avec « vrai tourisme », que si l'investissement privé prenait conscience du « filon ». Le directeur du Tourisme, optimiste, assure que ses services « y travaillent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.