Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Grogne parmi les prestataires    "Pas d'augmentation de la tarification"    Le gouvernement se met à la page    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Tourisme-Formation professionnelle : Convention de partenariat en matière de formation    Selon le DG de l'ANEM : La création de postes de travail reste liée au développement économique    Plan d'action : Appel à "soutenir" le gouvernement pour sortir de cette crise    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel : L'Algérie a montré un "solide engagement"    Islamisme incontournable    L'Algérie dispose de plans opérationnels    L'ANP resserre l'étau    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Anderlecht : L'hommage de Hanni à Weiler    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar (MDN)    Après une entrevue avec le président de la FAF : Tikanouine démissionne    Birmanie /Aung San Suu Kyi fait dans les grandes manœuvres : «Prête» à organiser le retour des réfugiés    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel: l'Algérie a montré un "solide engagement"    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Ahmed Tessa, recteur de l'Université Mouloud-Mammeri : «Nous avons validé la création de l'institut de langue amazighe»    Etincelant à Naples, décevant en sélection: L'énigme Ghoulam    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    "Bnat El Youm", nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    SILA 2017 : L'Afrique du Sud invité d'honneur de la 22ème édition    Une bibliothèque à Paris baptisée du nom de Assia Djebar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean Chamoun s'en est allé sur la pointe des pieds le 9 août
Réalisateur discret et engagé
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 08 - 2017

Disparu le mercredi 9 août, Jean Chamoun, réalisateur discret et engagé, est l'un des pionniers du cinéma libanais contemporain. Il laisse derrière lui un legs cinématographique, marqué par la guerre. Né en 1944, détenteur d'une licence en cinéma de l'université Vincennes à Saint-Denis (Paris 8) et d'un diplôme en art dramatique au Liban, le cinéaste a commencé sa carrière en tant que professeur de cinéma à l'Académie des beauxarts de Beyrouth, de 1976 à 1983.
Disparu le mercredi 9 août, Jean Chamoun, réalisateur discret et engagé, est l'un des pionniers du cinéma libanais contemporain. Il laisse derrière lui un legs cinématographique, marqué par la guerre. Né en 1944, détenteur d'une licence en cinéma de l'université Vincennes à Saint-Denis (Paris 8) et d'un diplôme en art dramatique au Liban, le cinéaste a commencé sa carrière en tant que professeur de cinéma à l'Académie des beauxarts de Beyrouth, de 1976 à 1983.
Avec sa femme, Maï Masri, cinéaste palestinienne, il formera un tandem exceptionnel. À euxdeux, ils fondent Media for Televison and Cinema (MTC) etNour Productions. Il collabore également avec elle sur de nombreux documentaires primés dans les festivals internationaux.
"Nous portions simultanément la casquette de producteur et de réalisateur", dira-t-il lors d'une entrevueen 1998. Sous les décombres en1983, Fleur d'Ajonc, Femmes du Sud-Liban en 1986, Beyrouth,Génération de la guerre en 1988. Mais aussi Les enfants du feu, unfilm sur l'intifada, en 1990, etRêves suspendus, en 1992, sontautant de films sur les effets de laguerre au Liban, notamment du point de vue des femmes et desenfants. L'ombre de la ville est sonpremier long métrage de fiction.
Mais son film le plus connu est Terre des femmes réalisé en 2004. Jean Chamoun a longtemps été parmi les figures incontournables du cinéma arabe, souvent présentes aux Journées cinématographiquesde Carthage (JCC) et a reçuplusieurs distinctions internationales,notamment le prix italien Luchino-Visconti pour ses oeuvres complètes.
Avec sa femme, Maï Masri, cinéaste palestinienne, il formera un tandem exceptionnel. À euxdeux, ils fondent Media for Televison and Cinema (MTC) etNour Productions. Il collabore également avec elle sur de nombreux documentaires primés dans les festivals internationaux.
"Nous portions simultanément la casquette de producteur et de réalisateur", dira-t-il lors d'une entrevueen 1998. Sous les décombres en1983, Fleur d'Ajonc, Femmes du Sud-Liban en 1986, Beyrouth,Génération de la guerre en 1988. Mais aussi Les enfants du feu, unfilm sur l'intifada, en 1990, etRêves suspendus, en 1992, sontautant de films sur les effets de laguerre au Liban, notamment du point de vue des femmes et desenfants. L'ombre de la ville est sonpremier long métrage de fiction.
Mais son film le plus connu est Terre des femmes réalisé en 2004. Jean Chamoun a longtemps été parmi les figures incontournables du cinéma arabe, souvent présentes aux Journées cinématographiquesde Carthage (JCC) et a reçuplusieurs distinctions internationales,notamment le prix italien Luchino-Visconti pour ses oeuvres complètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.