Nul heureux des Verts !    L'abstention et le boycott inquiètent le gouvernement    Le FLN ratisse large    Bedoui souligne l'engagement de l'Etat pour accompagner les investisseurs    Déficit commercial de 17,84 milliards de dollars en 2016    Herboristerie : l'Algérie est la cible d'un réseau international    L'assurance des personnes vaut 5 milliards de dollars    Le train sifflera de nouveau à Tizi Ouzou    L'huile d'olive peine à se placer à l'international    Travaux publics, transports et sidérurgie, les fers de lance    L'Europe appelée à l'"unité" par ses dirigeants    Israël assume la présidence des Etats-Unis    Washington participe à la conférence de Paris sans réelle conviction sur ses résultats    Trump prêt à lever les sanctions contre la Russie    Un Marocain arrêté en Espagne    Louh défend sa réforme    Kasperczak sélectionneur de la Tunisie    Les Lions terrassent les Aigles    Mauvaise farce ?    Ils ont dit    Une si longue absence...    Boudiaf : «la présentation est reportée»    Neuf personnes secourues en 24 heures    El-Ghazi reçoit les syndicats et réitère l'appel au dialogue    "Comment je me suis évadé d'El Harrach"    L'armée au front blanc    El Ahmadyya aux portes des Zibans    "L'Etat doit soutenir le théâtre"    L'Egypte aborde le sujet qui fâche    «Bijoux architecturaux de l'art ottoman»    L'Opéra d'Oran, un chef-d'œuvre architectural    La mère du défunt Aymen demande la vérité    Le singe? Quel singe?    Un homme fauché par une rame de tramway    secousses telluriques de 3,3 et de 3,2 degrés    « Les pièces d'état civil, c'est fini ! »    Des terroristes abattent un MiG- 23 de l'armée    Des rebelles du M23 passent en RDC    Retour de la production de la Nissan Micra en Europe    La pénurie de lait perdure    Maladroite, la Tunisie s'incline devant un Sénégal séduisant    Charles-Henri Favrod est décédé    L'AUTORITE DE REGULATION DE L'AUDIOVISUEL : L'ARAV interdit l'invitation des salafistes et des charlatans    Les doutes des partis de l'opposition    Le Sénégal dompte la Tunisie    Le FLN se prépare    Un colloque national sur Cheikh Abdelkader El Khaldi    Femmes démocrates du RCD : appel à l'implication féminine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HYGIÈNE HOSPITALIÈRE EN ALGERIE
Absence de traitement de l'air
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2012

Si la Protection civile représente l'organe agréé en Algérie pour le contrôle des normes liées au désenfumage dans le secteur du bâtiment et autres, aucune autorité n'existe par contre, dans le pays, pour l'expertise de traitement de l'air en milieu hospitalier.
La climatisation ne consiste pas uniquement à refroidir une pièce. La notion de confort est tout aussi importante et c'est par une diffusion d'air travaillée que l'on parvient à un résultat parfait ; absence de courant d'air, bonnes répartitions de l'air frais dans les pièces… Aussi, pour un confort sécurisé en matière d'hygiène de l'air, il est impératif de procéder aux contrôles adéquats pour toute pollution extérieure ou intérieure ou générée par des équipements aérauliques. C'est ce qui a été expliqué, hier, à l'occasion d'un séminaire sur le désenfumage et l'hygiène hospitalière, organisé par le groupe France Air et son représentant officiel en Algérie, Genepi, à l'hôtel Mercure à Alger. «Aujourd'hui, nous sommes appelés tous à œuvrer pour répondre aux nouvelles normes en matière de traitement de l'air et de désenfumage dans les différentes structures. Nous invitons tous les concepteurs de projets, promoteurs, architectes, bureaux d'études, institutions… à réfléchir ensemble dans le but de travailler selon des normes mondiales pour la sécurité et le confort de tous», dira Abdelhak Addi, directeur général et manager de Genepi, dans son allocution d'ouverture. Après avoir diffusé à l'assistance une vidéo de simulation d'un incendie, Abdelhak Addi a expliqué que dans de pareilles situations, c'est généralement la fumée qui tue et non pas le feu. D'où, l'importance d'installations adéquates dans les différents genres de construction pour le dégagement de la fumée. Même si les normes en la matière ne sont pas tout à fait claires en Algérie, le DG de Genepi avoue que la Protection civile fait un travail considérable dans ce sens. «Dans le secteur du bâtiment, nous avons différentes entreprises étrangères qui opèrent. Les unes sont asiatiques ou du Moyen-Orient, les autres sont européennes… mais nous ne savons toujours pas si chacune procède en fonction des normes de son pays pour l'installation du système de désenfumage ou de celles de l'Algérie. De toute manière, chez-nous, nous continuons de fonctionner avec des normes datant de 1976», a-t-il expliqué. S'agissant du traitement de l'air, Abdelhak Addi affirme que les choses sont encore plus compliquées : «Le principe d'une salle propre dans un établissement hospitalier consiste à calculer le nombre de particules par mètre cube, afin d'assurer une hygiène de l'air pour les hospitalisés et le personnel. Or, aujourd'hui en Algérie, nous ne sommes pas encore à ce stade mais en plus nous ne disposons pas d'organe de contrôle de traitement de l'air dans les hôpitaux.» Enfin, il est à préciser que France Air est une entreprise spécialisée dans la conception et la distribution de matériels aérauliques pour les bâtiments tertiaires, hospitaliers, industriels, logements individuels et collectifs, ainsi que pour les cuisines professionnelles. Genepi est son représentant et distributeur officiel en Algérie depuis 2003.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.