Maroc : La marche d'Al Hoceima violemment empêchée par les forces de sécurité, un militant grièvement blessé    UE: plus de 41 millions de produits contrefaits saisis en 2016    Recul du nombre de faux billets d'euros saisis    Entretien téléphonique Messahel- Jean-Yves Le Drian    Audi rappelle jusqu'à 850.000 véhicules diesel    Mise en place d'une Cour d'appel pour les affaires pénales    Bayern Munich : Le Milan AC fait une nouvelle offre pour Sanches    Tizi-Ouzou : 490 migrants transférés dans un site aménagé    Elle tentait d'enlever un nouveau-né : une femme de manage sous les verrous    Tunisie- Les prix de voitures ont augmenté de 20% en quelques semaines, suite à la chute du dinar    Service national :241726 jeunes régularisés    Session de formation pour les magistrats sur les droit droits de l'homme    Redha Malek admis à hôpital militaire de Aïn Naâdja (Alger )    Boumerdès : Une lettre anonyme sème le doute    La culture de l'assurance n'est pas inexistante, mais elle a encore des marges importantes d'ancrage    En bref...    Il serait temps de penser à mettre en place une politique pragmatique pour accompagner le passage de l'informel vers le formel    Le NAHD pour jouer les trouble-fête    Les Algériens pensent déjà à l'Arabie Saoudite    Handisport : Les frères Baka dominent le 1500m    OL: Ghezzal, l'étrange rumeur    Leicester City : l'offre de l'AS Rome pour Riyad Mahrez refusée    ETRHB-Haddad : plusieurs projets structurants inachevés à Bouira    Une plainte déposée pour l'«achat» de voix lors des sénatoriales de 2015    MPA : Les «démissionnaires» apporteront leurs preuves demain    Béjaïa : Au moins 40 syndicalistes du Snategs arrêtés    Université de la formation continue (UFC) : La coordination des diplômés DEUA réclame le respect des lois    Tizi Ouzou : «Les moyens d'intervention sont insuffisants»    Blaoui El Houari : Ses amis et ses disciples en parlent !    Ce cancer de l'argent sale, qui ronge aussi bien la société que l'école, remonte au début des années 1990    Les maisons de la mer projeté en avant-première à Annaba    Algérie - Coûts de l'Interconnexion : Djezzy réclame une "symétrie tarifaire juste" (vidéo)    Tunisie-Chahed s'explique sur l'opération "mains propres" : "Nous devons protéger notre démocratie naissante"    Tourisme- Près d'un million de Marocains de l'étrangers ont rejoint le pays pour les vacances d'été    ESS : Zoom sur l'effectif 2018    13e édition du Festival arabe de Djemila jeudi à Sétif    Célébration du « Nelson Mandela Day » à Alger (VIDEO)    31 films en compétition    Sahara occidental - Maroc : Détenus de Gdeim Izik : des peines iniques    Chanson oranaise : Valoriser et protéger l'œuvre léguée par Blaoui Houari    Disparition : L'artiste Rachid Zeghimi n'est plus    Constantine: Un homme abattu de trois balles par un policier    Victoire algérienne bonne pour le moral    Gaïd Salah remet le prix de l'ANP pour la meilleure œuvre scientifique, culturelle et médiatique 2017    Benghabrit rassure les candidats retenus pour l'examen oral    Près de 70 milliards de DA de transactions commerciales sans factures au 1er semestre 2017    «Mettre les potentialités touristiques pour pérenniser un savoir-faire ancestral»    "C'est un rappel à l'ordre"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TEMOIGNAGE SUR LE DECÈS DU CHAHID HAMOUDI
Mémoire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 11 - 2004

PAR HOCINE MOHAND OUBELAID OFFICIER ALN LARBAA-NATH-IRATHEN
-Etant rentré de France au mois d'octobre 1955, j'ai aussitôt pris contact avec les moudjahidine de mon village d'Aït Frah, dont le colonel Si-Nacer et Lounis Salem.
Si Nacer m'a chargé de prendre contact avec Hamoudi Ahmed, dit Tahar Mohand N'tahar, qui tenait un magasin avec pompe de distribution d'essence au centre-ville de Larbaâ-Nath-Irathen (ex- Fort National). Ce magasin servait, en fait, de lieu de rencontre et de boîte aux lettres aux moudjahidine et militants de la Révolution. Mon premier contact avec l'intéressé a eu lieu dans de bonnes conditions, au début du mois de novembre 1955. Après quoi, j'ai été chargé de la liaison et de la sensibilisation au sein de l'organisation des moudjahidine et des militants de l'action révolutionnaire dans la région. A la fin du mois de novembre 1955, étant de retour d'une mission, je me suis arrêté devant le magasin de Hamoudi Tahar à Larbaâ N. Irathen pour approvisionner en essence ma voiture, et rendre compte de cette mission. C'est alors, qu'il m'a annoncé que le moudjahid Lounis Salem d'Aït Frah a été fait prisonnier et se trouve à la gendarmerie de Fort-National. Aussitôt, l'alerte a été donnée à tous les militants pour prendre toutes précautions utiles et demeurer vigilants. Aussi et compte tenu des dangers encourus, Hamoudi m'a demandé de revenir à bref délai pour évacuer de son magasin tous les objets et affaires présentant un risque et susceptibles de tomber entre les mains de l'ennemi.Aussi, je ne tardais pas à y revenir, comme prévu, accompagné de Dial Arezki, lequel est entré dans le magasin, d'où il est ressorti préc ipitamment avec une caisse bien enveloppée et dans laquelle, je saurais plus tard, qu'elle contenait deux pistolets (P.A.) et des munitions diverses. Bien entendu et sans coup férir, j'ai dissimulé la boîte sous mon siège. A ce même moment, et semblerait-il par pure coïncidence, un groupe de 4 à 5 gendarmes en service sont passés à côté de nous et se dirigeaient vers la sortie de la ville. Un quart d'heure, environ, après leur passage, nous avons démarré avec ma voiture pour nous rendre chez nous, dans nos villages respectifs, Aït Atelli et Aït Frah. C'est, alors, qu'à la sortie est de la ville à l'intersection de la RN 15 avec la RD1 menant à Aït Oumalou et reliant L.N.I. à Azzazga, nous avons constaté la présence de ces gendarmes qui y ont établi un barrage. Sur leur injonction, j'ai arrêté ma voiture, et, aussitôt et à ma grande stupéfaction, le chef de brigade de triste mémoire, connu sous le nom de Joseph, m'a demandé de faire demi-tour vers la brigade de gendarmerie, accompagné d'un gendarme qu'il avait désigné pour lui ramener un paquet de cigarettes qu'il a oublié dans son bureau. Je dus exécuter son ordre sans sourciller, mais au fond de mon cœur, avec une grande appréhension du danger encouru. A notre passage devant le magasin de Hamoudi, celui-ci s'est étonné de nous apercevoir en compagnie d'un gendarme dans ma voiture, ce qui supposerait que nous avons été pris dans un piège avec la boîte ramenée par Dial Arezki et qui était dissimulée sous mon siège, laquelle aurait été découverte par les gendarmes.Nous saurons, plus tard, que Hamoudi s'était affolé, à juste titre, et, aussitôt, il a fermé son magasin et pris le volant de sa voiture po ur se diriger vers Tizi-Ouzou en empruntant la RN15 au lieu de la route menant au village de Tadert Bouada où il réside avec sa famille. Bien entendu, nous sommes revenus de la brigade de gendarmerie sans aucune contrainte, accompagnés du gendarme, muni comme prévu d'un paquet de cigarettes, destiné au chef de brigade. Ensuite, nous avons continué notre chemin et rejoint nos villages respectifs d'Aït Atelli et Aït Frah, avant la tombée de la nuit. Quelques jours après, le moudjahid Lounis Salem, qui était prisonnier, a été transféré sur la zone d‘Azzazga où il a été fusillé, suite à sa tentative d'évasion en cours de route, à partir du camion militaire qui le transportait. Le 3 janvier 1956, j'ai rejoint le maquis où j'ai été incorporé par le grand moudjahid Benouar Mehenna, dit Si Tarik. Notre première action militaire fut une embuscade contre un convoi militaire de retour du village de Akerou Bou Yala, le 17 janvier 1956. L'opération avait été menée par Si Tarik. Les pertes ennemies s'élevèrent à plusieurs morts et blessés. De notre côté, nous avons enregistré un blessé grave. Il s'agit de Farez Hassan, dit Boursas, qui a été récupéré par des femmes du village de Tizi-Terga. Au terme de l'opération, nous nous sommes repliés au village d'El- Misser auprès de la famille Slimani, qui nous a hébergés. Le lendemain, le 18 janvier 1956, nous avons pris en charge le blessé qui a été confié à Hamoudi Tahar, lequel l'a transporté avec sa voiture au village d'Aït Hague, commune d'Irdjen, d'où il est originaire. Le 20 janvier 1956, Si Tarik a décidé de procéder à l'incendie de l'école d'Iheridène, et, à cet effet, il a chargé Hamoudi Tahar de mobiliser les militants des villages de Tadert-Bouada et Tadert- Oufella pour exécuter cette opération dans les meilleures conditions possibles, et ce, avec le concours des moussebline d'Aït Hagouacha. L'opération a, malheureusement, entraîné des blessures à trois moudjahidine. Mettrek Ahcène, chef de groupe du village d'Igounane. Hamiti Chabane de Taourit Mokrane et Yataghène Mohand Saïd de Tadert- Oufella. Le frère Hamoudi Tahar, tout en assumant sa profession de commerçant, n'a jamais cessé ses activités au service de la Révolution, tant et si bien qu'il a aménagé à l'intérieur de sa maison d'habitation de Tadert-Bouada, une cache très importante à usage d'infirmerie pour les moudjahidine. Malheureusement, il a été arrêté par la gendarmerie de Fort-National à la fin du mois d'août 1956, en même temps que Hacid Arezki du même village, sur dénonciation d'un moussebel de liaison qui avait été appréhendé par l'armée et un groupe de gendarmes qui l'ont torturé avec beaucoup de rigueur, à un tel point qu'il a vendu la mèche et fait des aveux des plus préjudiciables. La gendarmerie avait procédé, d'une part, au transfert à l'hôpital militaire de Fort-National de Hacid Arezki et sa sœur Ouiza âgée de 4 ans, qui avaient été blessés au cours de la perquisition de leur habitation et, d'autre part, au transfert de leur frère Hacid Mohand, à la brigade de gendarmerie. Quant à Hacid Si Arezki, qui n'a pas cessé d'être torturé en plus de ses blessures très graves, il a été fusillé le 31 août 1956 à Aboudid, non loin de la ville de Fort-National. En ce qui concerne Hamoudi Tahar, il a réussi à s'évader de la brigade de gendarmerie de Fort-National après avoir assailli le gendarme Sparapan de triste renommée. Il a, aussitôt, rejoint le maquis et a été incorporé par le chef de région Hadni Saïd, dit si El Hakim, sur instruction du colonel Si Nacer.
Il est à signaler un fait important, à savoir la décision du colonel Si Nacer, qui a fait procéder à l'installation d'un bureau de région composé de 4 membres à savoir :
– Hamoudi Ahmed dit Tahar Med Tahar
—Habes Ferhat
– Farez Ali
– Iratni Mohamed.
En conclusion de ce mémoire et pour connaître les conditions du décès de Hamoudi Ahmed dit Tahar, il faut préciser qu'il est survenu au cours d'un accrochage ayant opposé le 21 novembre 1956, une unité de moudjahidine à l'armée française au lieu-dit Bouhague non loin du village d'Aït Hague (Irdjen). En effet, le 20 novembre 1956, l'étatmajor ALN et un grand nombre d'officiers, dont Krim Belkacem, le colonel Si Nacer, Hadni Saïd, Habes Ferhat. Hamoudi Ahmed dit Tahar, Lazri Amar, etc. s'étaient réfugiés à Aït Hague. Le 21 novembre 1956, à l'aube, un ratissage par l'armée ennemie s'annonçait. Aussi et pour éviter le danger encouru, ils ont quitté Aït Hague pour rejoindre le village d'Aït Frah. Mais au sud du hameau de Bouhague, il y eut une embuscade dressée par l'ennemi et au cours de laquelle les moudjahidine qui se trouvaient en tête sont tombés au champ d'honneur, dont Habes Ferhat et Hamoudi Ahmed dit Tahar Mohand Tahar. Allah yarhamhoum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.