La liberté de la presse a reculé en 2016    Le pétrole rebondit en Asie    L'émissaire de l'ONU à Khartoum pour évoquer la crise libyenne    Affrontements entre soldats turcs et kurdes de Syrie    Iran: Washington exige la libération d'Américains détenus    Belfodil : «On est des êtres humains, on ne peut être tout le temps ....»    Naples propose 2ME pour convaincre Ghoulam !    Reconduction de l'accord OPEP: le SG de l'OPEP exprime son optimisme    Nécessité d'opérer un changement radical qui servira les intérêts du citoyen (PL)    Oran: lancement prochain de la 2e phase de l'investissement Renault-Algérie    Sous-traitance industrielle : Le spécialiste des joints d'étanchéité Sealynx s'installe en Algérie    Louisa Hanoune à Béjaïa : «Ce régime est un danger pour le pays»    Ghoul appelle à ne pas toucher aux symboles de l'Etat et de la Révolution    En bref...    Sonatrach : Les salariés titulaires du DUEA et de la licence reviennent à la charge    Justice : 10 ans de réclusion pour homicide    Mascara : La détresse des malades cancéreux    Voici venu le temps des imposteurs !    Amnesty International Belgique réitère son engagement à défendre les droits de l'Homme au Sahara occidental occupé    Sellal inaugure une usine de traitement de gaz à Hassi-Moumène    Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim : Allumage de bougies à l'ambassade de Palestine à Alger    Tiaret : 6 morts et 14 blessés suite au renversement d'un bus de voyageurs    L'USMA et le MCA connaissent leurs adversaires    L'USMBA, le MCA et l'USMA peuvent-ils encore détrôner l'ESS ?    Les Annabis ne décolèrent pas    Y a-t-il réduction des approvisionnements des laiteries en poudre de lait ?    Mohcine Belabbas : "Le train de vie de l'Etat doit être réduit"    L'Algérie recule de cinq places    "Ni délestage ni hausse des tarifs cet été"    La police et le rectorat diligentent des enquêtes    Bréves du Centre    Le ministère du Commerce lance une opération de contrôle    Sellal préconise un programme d'urgence pour l'Afrique    L'Europe boursière dans le rouge avant la BCE    La situation est sous contrôle !    Le ministre des Affaires étrangères se confie à la presse: Les attaques marocaines, l'Elysée et le dossier libyen    Une ambiance de bla-bla-bla    Béni-Saf: Un ancien condamné à mort chez les jeunes des CFPA    Rail, rail    Une SPA pour gérer les ordures    Le Doyen boudé par ses supporters    Les espaces électoraux désertés    Le RCD choisit la place des Martyrs    Lucas Alcaraz convoque 27 joueurs    Hommage au sourcier des convergences    Appel à candidature pour le "Laboratoire d'Alger"    L'ambassade de Suisse en Algérie lance un concours photo    Concert du quartet Festen le 30 avril à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle 2014
Le RCD opte pour le boycott
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 01 - 2014

L’élection présidentielle du 17 avril prochain n’emballe pas le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Le conseil national du parti, réuni hier en session ordinaire, s’est prononcé, à l’unanimité de ses 256 membres, et aprÚs plus de quatre heures de débats, pour le boycott de l’échéance, jugée déjà compromise. Ce boycott n’aura pas d’incidence sur les concertations que le parti a menées avec d’autres formations politiques, a précisé le chargé de la communication du parti.
Sofiane AÃ ̄t Iflis - Alger (Le Soir)
La décision du RCD ne devrait pas surprendre les observateurs attentifs de la scÚne politique nationale, tant le parti avait déjà posé et revendiqué les conditions pour un scrutin libre. Une demande que le gouvernement a rejetée, maintenant les mécanismes traditionnels pour l’organisation et la supervision des élections. Le RCD a, donc, choisi, conséquemment, de ne pas s’impliquer dans un jeu qu’il considére fermé. Dans son propos liminaire aux travaux de la session du conseil national, le président du parti, Mohcine Belabbas, a souligné que l’échéance présidentielle censée consacrer une rupture avec les pratiques frauduleuses en cours depuis 1962 par une légitimation populaire qui en appelle à un scrutin libre est encore compromise», ajoutant que «l’élection de cette année n’est rien d’autre qu’une tromperie continuellement reproduite». Ce constat s’en trouvera partagé par les membres de l’instance délibérante du parti qui, à l’issue d’intenses débats, lui donneront un prolongement concret et pratique en votant l’option du boycott. Pour le RCD, tout indique que le systÚme se prépare à maintenir en poste le Président Bouteflika, en dépit de sa maladie convalescente. «Ce sont les médecins d’une puissance étrangÚre — dont le Premier ministre récemment gratifié de contrats scandaleusement préjudiciables pour l’Algérie a commis un faux témoignage envers le peuple algérien ­— qui délivreront le certificat médical attestant des capacités physiques et mentales du candidat du systÚme», a relevé Mohcine Belabbas qui n’a pas manqué de rappeler que, par ailleurs, la demande du RCD de dessaisir le ministÚre de l’Intérieur de la gestion des élections et l’institution d’une commission de gestion permanente et autonome, bien qu’ayant été reprise par plus de 40 partis politiques et d’autres personnalités, a été ignorée et rejetée. «Le flou et l’opacité qui ont prévalu durant toute cette période sur la présidentielle d’avril 2014 sont un signe de plus sur le refus de l’alternance déjà consacré à travers le viol de la Constitution en 2008.» Evoquant la situation générale du pays durant l’année écoulée, le président du RCD a affirmé que «si elle a été singuliÚre et tragique au regard des différents événements qui l’ont marquée, elle ponctue, au fond, dans la confusion et l’incertitude trois mandats qui ont ébranlé et profondément destructuré le pays». Cela sur tous les plans, y compris sécuritaire avec l’attaque de Tiguentourine. Pour Mohcine Belabbas, cette attaque «renseigne sur l’insécurité qui continue de régner sur nos frontiÚres en l’absence d’un service de renseignement qui accomplit ses missions de contre-espionnage et de lutte contre le crime économique au lieu de sévir en tant que police politique».
Au plan politique, le président du RCD a relevé que «l’hospitalisation de plus de trois mois du chef de l’Etat dans un hÃŽpital français a aggravé l’état de convalescence politique dans lequel est rentré le pays depuis sa premiÚre admission dans le mÃame établissement en 2005» et que «le débat sur la Constitution annoncé depuis le 15 avril 2011 a été réduit aux artifices permettant de prolonger la durée de vie d’un systÚme condamné par l’Histoire. L’Assemblée nationale issue de la fraude électorale d’avril 2012 est devenue une structure budgétivore sans aucune influence sur le cours des événements. Le Conseil de la nation est transformé en maison de retraite pour les acteurs de l’échec».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.