Il était un petit navire...    Les conciliabules de Varsovie    72 ans et la... préventive!    Banderas met dans la gêne Tarek Ben Ammar    Sécurité mise à mal aux USA et en France    22 Palestiniens arrêtés par l'armée d'occupation    L'ANP ratisse au sud et à l'est de la wilaya    Une commission d'enquête sur les événements du 20 avril 2014    Amar Belhimer à l'Autorité de régulation de la presse?    Reprise des entraînements ce matin    "La lutte sera acharnée dans le groupe B"    Levée de la suspension de deux ans de la Gambie    Il occupe la tête du box-office nord-américain    Hommage au défunt cheb Hasni    Hadj Lakhjdar tourne en Chine    "La loi ne protège pas la femme"    Le prix du mouton choque les acheteurs    La gendarmerie mène l'enquête    Créer l'équilibre entre l'offre et la demande    La nation algérienne a franchi des pas importants    Un séminaire sur la lutte contre la criminalité organisée    Benflis présente son "livre blanc"    Un fonds de pension alimentaire à leur profit    Importante rencontre entre M. Lamamra et des hommes d'affaires canadiens : Tout pour booster la coopération    Mission du Fonds monétaire international (FMI) à Alger : Croissance du PIB de 4% de l'Algérie en 2014    "Les assassins d'Hervé Gourdel identifiés"    Les Rouge et Noir en péril à Constantine    Raouraoua, président et membre de plusieurs commissions permanentes    La commission de discipline précise    L'Amérique n'en finit pas avec la guerre    Pas d'ingérence, pas d'indifférence    "Le soutien à la lutte, mais sans intervention militaire"    Le jeu vidéo Tetris bientôt adapté au cinéma    Le cinéma d'auteur a rendez-vous au Port    El-Wahrani de Lyes Salem en compétition    Kaboul signe un accord    Afin de lutter contre le détournement des terres agricoles : Une nouvelle circulaire contre le phénomène    Medelci souligne le "rôle primordial"    Bientôt une allocation financière    Intensification des patrouilles de police    Atteindre un taux de plus de 40 % à partir de 2016    «Génération Hasni, 20 ans après» à la salle Atlas    Ligue 1 de football/RC Arbaâ : Amani "finira par revenir sur sa décision de partir" (vice-président)    CAN-2015 (qualification-3e J.): Malawi-Algérie : le Sud-Africain Gomez Victor au sifflet    Deux morts et quatre blessés dans un accident de la circulation à Saida    Aïd El-Adha: Intensification des patrouilles de police pour assurer la sécurité des citoyens (DGSN)    Ali Benflis dévoile son "Livre blanc sur la fraude"    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Présidentielle 2014
Le RCD opte pour le boycott
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 01 - 2014

L’élection présidentielle du 17 avril prochain n’emballe pas le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Le conseil national du parti, réuni hier en session ordinaire, s’est prononcé, à l’unanimité de ses 256 membres, et aprÚs plus de quatre heures de débats, pour le boycott de l’échéance, jugée déjà compromise. Ce boycott n’aura pas d’incidence sur les concertations que le parti a menées avec d’autres formations politiques, a précisé le chargé de la communication du parti.
Sofiane AÃ ̄t Iflis - Alger (Le Soir)
La décision du RCD ne devrait pas surprendre les observateurs attentifs de la scÚne politique nationale, tant le parti avait déjà posé et revendiqué les conditions pour un scrutin libre. Une demande que le gouvernement a rejetée, maintenant les mécanismes traditionnels pour l’organisation et la supervision des élections. Le RCD a, donc, choisi, conséquemment, de ne pas s’impliquer dans un jeu qu’il considére fermé. Dans son propos liminaire aux travaux de la session du conseil national, le président du parti, Mohcine Belabbas, a souligné que l’échéance présidentielle censée consacrer une rupture avec les pratiques frauduleuses en cours depuis 1962 par une légitimation populaire qui en appelle à un scrutin libre est encore compromise», ajoutant que «l’élection de cette année n’est rien d’autre qu’une tromperie continuellement reproduite». Ce constat s’en trouvera partagé par les membres de l’instance délibérante du parti qui, à l’issue d’intenses débats, lui donneront un prolongement concret et pratique en votant l’option du boycott. Pour le RCD, tout indique que le systÚme se prépare à maintenir en poste le Président Bouteflika, en dépit de sa maladie convalescente. «Ce sont les médecins d’une puissance étrangÚre — dont le Premier ministre récemment gratifié de contrats scandaleusement préjudiciables pour l’Algérie a commis un faux témoignage envers le peuple algérien ­— qui délivreront le certificat médical attestant des capacités physiques et mentales du candidat du systÚme», a relevé Mohcine Belabbas qui n’a pas manqué de rappeler que, par ailleurs, la demande du RCD de dessaisir le ministÚre de l’Intérieur de la gestion des élections et l’institution d’une commission de gestion permanente et autonome, bien qu’ayant été reprise par plus de 40 partis politiques et d’autres personnalités, a été ignorée et rejetée. «Le flou et l’opacité qui ont prévalu durant toute cette période sur la présidentielle d’avril 2014 sont un signe de plus sur le refus de l’alternance déjà consacré à travers le viol de la Constitution en 2008.» Evoquant la situation générale du pays durant l’année écoulée, le président du RCD a affirmé que «si elle a été singuliÚre et tragique au regard des différents événements qui l’ont marquée, elle ponctue, au fond, dans la confusion et l’incertitude trois mandats qui ont ébranlé et profondément destructuré le pays». Cela sur tous les plans, y compris sécuritaire avec l’attaque de Tiguentourine. Pour Mohcine Belabbas, cette attaque «renseigne sur l’insécurité qui continue de régner sur nos frontiÚres en l’absence d’un service de renseignement qui accomplit ses missions de contre-espionnage et de lutte contre le crime économique au lieu de sévir en tant que police politique».
Au plan politique, le président du RCD a relevé que «l’hospitalisation de plus de trois mois du chef de l’Etat dans un hÃŽpital français a aggravé l’état de convalescence politique dans lequel est rentré le pays depuis sa premiÚre admission dans le mÃame établissement en 2005» et que «le débat sur la Constitution annoncé depuis le 15 avril 2011 a été réduit aux artifices permettant de prolonger la durée de vie d’un systÚme condamné par l’Histoire. L’Assemblée nationale issue de la fraude électorale d’avril 2012 est devenue une structure budgétivore sans aucune influence sur le cours des événements. Le Conseil de la nation est transformé en maison de retraite pour les acteurs de l’échec».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.