Espagne: Messi buteur record en Liga, Ronaldo éclipsé    Ligue 1 Mobilis (11e journée): le MO Bejaia reprend les commandes    Ligue 1 de France (14e j) : l'Algérien Zeffane (Lyon) non retenu face à Bastia    Haute commission mixte algéro-qatarie : 15 accords et un mémorandum d'entente en attente de signature (Messahel)    La chute des prix de l'or noir met à mal les finances de pays producteurs    Le marché pétrolier entre dans une nouvelle ère    "Massarat", l'unique périodique littéraire algérien reparaît après des années d'absence    La Compagnie algérienne "KBS, nouvelle génération" remporte le Prix du Jury du 6e FCIDC    La chute des prix du pétrole défie le boom du schiste aux Etats-Unis    Les représentants de l'UE «venus écouter»    Education nationale: pas d'effet rétroactif pour l'application des promotions (Benghebrit)    Beni Mileuk : Deux terroristes abattus    Adieu l'humoriste et merci...    L'ex-UP cédé au commissariat de l'évènement de 2015    Réunion de l'Opep sous haute tension, face à la chute du pétrole    Environ 250 immigrés Syriens secourus au large de Chypre-nord    La Tunisie votent pour une présidentielle historique    Sellal entame une visite de travail au Qatar    Guerre des mots autour de la «patate»    Amar Saâdani charge l'opposition    La scission au sein du RND consommée à Tizi Ouzou    en bref    Coach Vahid, un rêveur en Uchronie !    Le dossier de l'Algérie a de «grandes chances» d'être accepté    20% des enfants connaissent un retard de croissance à cause de la mal    Jactance démocratique en recul    «Des avancées significatives», en attendant mieux    Le stress souvent à l'origine de la colopathie fonctionnelle    Planification familiale : des spécialistes soulignent l'importance d'a    le petit pois    CAN-2017 : un cahier de charges peu contraignant, mais...    Le cinéaste Abderrazak Hellal ressuscité    Les Algériens à la découverte de cultures venues d'ailleurs    Afrique-pays émergents : donnant, donnant    Menace djihadiste : La France en première ligne    Selon le quotidien Rossiïskaïa gazeta : Washington insuffle à l'Europe la peur de la Russie    Nucléaire iranien : De nouveaux obstacles dans les négociations    Inter Milan : Un derby comme baptême du feu pour Roberto Mancini    El Oued : Formation en aquaculture pour 4.500 agriculteurs    Boumerdès : Amélioration attendue dans la production d'olives et d'huile    Hassi-Messaoud : Plusieurs projets de développement lancés    Coupe Du Monde des Clubs : Younes : "Nous ne craignons personne"    Japon : Le déficit commercial s'est réduit de 35,5%    Islamisme incontournable ?    Nouvelle promotion de lieutenants de police    Le cinéma algérien en 10 leçons    DÉBUT DU TROISIÈME ROUND DES NÉGOCIATIONS À ALGER    L’entretien de la semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.