La der... à Cherif Jalil    Baisse de 61% sur les 4 premiers mois    Des établissements publics créanciers sans "jus" dès demain    Les forces irakiennes entrent à Fallouja    Perpétuité pour l'ancien dictateur tchadien    La préparation des Verts se poursuit à Victoria    Un contrat type pour les entraîneurs    Mandi se rapproche de la Premier League    Les choses sérieuses commencent pour les candidats    Médéa attend les aides promises    47% des médecins sont de gros fumeurs    Pierre Daum : "Les jeunes s'intéressent à l'histoire de façon dépassionnée"    Cri des hommes libres pour défendre l'Algérie des libertés    Venezuela: 10.000 morts parmi les signatures anti-Maduro    A la veille de la réunion de l'OPEP, le baril franchit les 50 dollars    Nouvelle vague de dissidence au RND: «Ouyahia a été trop loin dans son coup d'Etat»    Cherchell - Une embarcation chavire : un pêcheur décède    Misserghine: Plus de 2.700 couffinsde ramadhan pour les familles nécessiteuses    Ben labène    Constantine - 434 logements LSP en chantier depuis 1992: Sit-in des souscripteurs devant la wilaya    Mostaganem: Les travaux du congrès international du soufisme ouverts    Une faible moyenne de buts    Le Sénat expédie son agenda    Le parti libertarien dévoile son candidat    Solidarité avec le peuple sahraoui    "Bassma djazaïria" entre dans la course    Des députés dénoncent la "mafia des enchères"    Retour sur une randonnée pas comme les autres    Lahoulou victorieux malgré la blessure    Le Graët avoue que c'est compliqué    Le fondateur de Canal+ tire sa révérence    Le site de "Bélier de Boualem" classé bien culturel    Souhila... Ce n'est qu'un au revoir    Matches amicaux : L'Allemagne coule face à la Slovaquie (1-3)    Les travaux empêchent les candidats d'arrivér à l'heure : Une chance ratée à cause de raisons "incompréhensibles" à Aïn Defla    Manchester United : Entre 13 et 20 millions d'euros par saison pour Mourinho    Usine de montage Hyundai de Batna: Entrée en production "très prochainement"    Une série spéciale pour les 30 ans de la BMW M3    Une réplique d'une magnitude de 4,3    Le site Tariki de la GN, dédié au trafic routier, n'est pas encore opérationnel    Découverte d'une cache d'armes    Attention aux retardataires !    Des études techniques exhaustives pour les futurs projets de routes    Bouteflika présente ses condoléances    La première du genre entre les deux pays    La nouvelle coalition de Netanyahu menacée    Autopsie d'un astre    Babzman, une nouvelle revue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.