CAN-2015 (quarts de finale) Côte d'Ivoire-Algérie : Gourcuff ne désespère pas d'un retour de Slimani    CAN-2015 (1/4 de finale) Côte d'Ivoire-Algérie : déclarations des joueurs à 72 heures du match    Le FLN annonce sa participation à la conférence du consensus national initiée par le FFS    Tunisie: sit-in pour revendiquer la création d'un ministère de l'Environnement    "Accord de principe" pour la poursuite des pourparlers en Libye suite au dialogue interlibyen (ONU)    Tunisie: Lancement du dialogue sociétal sur l'éducation    La DGSN octroie un crédit sans intérêt aux postulants au logement AADL    «Les Verts ont joué le match qu'il faut en Afrique»    Les Verts assurent et rassurent    Un hôtel de la capitale libyenne attaqué par un commando islamiste    Un soldat de l'ONU tué au Liban-sud    Pour le président Abdelaziz Bouteflika, le gaz de schiste n'est pas à l'ordre du jour    Selon son PDG : «Sonatrach maintient ses investissements malgré la baisse des cours pétroliers»    Projet de transfert de 600 millions de m3 d'eau vers 19 wilayas    Le patrimoine musical kabyle au rang de l'universalité    Report du procès des auteurs d'un attentat terroriste en 2008 à Béni Amrane    Un cadre juridique donne la priorité au secteur de l'éducation    «Des mesures d'urgence pour améliorer la prise en charge des cancéreux»    Lancement du programme de tri des déchets    La solution à la crise ne peut être que le fait des Libyens eux-mêmes - Lamamra    Le baril fait des tonneaux    Y a-t-il un langage simple et accessible?    Haddad plaide pour une loi de finances complémentaire    Sommet UA: le Premier ministre Abdelmalek Sellal à Addis-Abeba    Ennahar TV s'impose dans le paysage médiatique    Un livre sur le théâtre de marionnettes    Plume d'oiseau, mauvais augure!    Découverte de trois nouvelles fosses communes    En l'absence du dialogue    Les Algériens indésirables dans l'espace Schengen    Extinction de l'incendie    Transports d'une autre époque (1)    Encore une session avortée    10 morts en 20 jours    La décision finale sur la construction du gazoduc reliant l'Algérie à l'Italie reportée à avril (Sonatrach)    Japon : Tokyo juge ignobles les menaces de meurtre lancées par l'EI    Une paix durable ou une pause armée !    CAN-2015 : Possible déplacement des fans des Verts à partir des demi-finales    Madoui entraîneur de l'ES Sétif : Il évoque des "contacts préliminaires" avec le Zamalek d'Egypte    L'intérêt national, un principe    « La grippe saisonnière ne tue pas »    Les Verts avec mention «peut mieux faire»    La culture de la débrouille    2015, entre overdose d'activités et désaffection quasi-générale du pu    Chacun se débrouille comme il peut...    Les Verts ont de l'esprit, du cœur et de l'estomac !    Une subvention qui fait mal    58 représentations prévues à Aïn-Témouchent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.