Education: Examens de promotion et concours de recrutement primaire et fondamental    Ennahar TV... 1ère chaîne d'information avec 2 millions de téléspectateurs/jour    Sélection prochaine des bureaux d'études    "Un des auteurs a été éliminé par l'ANP"    Le parquet de Paris prononce un non-lieu    "Le siège du président est occupé jusqu'en 2019"    Le pouvoir ignore l'opposition et ne change rien à son agenda    6000 fonctionnaires seront formés    Le régime alimentaire méditerranéen date de 9 000 ans    Un et deux ans de prison pour deux ex-directeurs    "La signalisation est insuffisante sur les routes"    "L'Algérie est le pays des diplomates chevronnés"    Les enjeux de sécurité régionale au coeur de la visite    Biden attise-t-il le feu de la guerre?    Hamma Hammami arbitre de la présidentielle tunisienne    "Ce que met la FAF à notre disposition est exceptionnel"    Brahimi en 8es de finale et Slimani encore buteur    Mokhtar Amalou au sifflet    L'équipe nationale A' : 9 nouveaux joueurs en stage    RCA : Les supporters exigent le départ du président    L'Opep va-t-elle jeter l'éponge?    Le gnaoui, le gruge et le flamenco    Julie Gayet offre une mention pour la fille de Azzedine Meddour    Les studios du film L'Emir Abdelkader à El Achour    Projet de loi relatif à la création du fonds de la pension alimentaire : Les députés adoptent le texte à l'unanimité    Bejaia : La fermeture de la décharge intercommunale de Biziou au centre d'une enquête    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Développement durable : Le Réseau Nada organise un Forum international à Alger    Avec plus de cinq millions de passagers : Air Algérie augmente sa part du marché à 51,5%    Ligue des champions : Manchester City-Bayern Munich (3-2)    USA : La croissance encore plus solide qu'attendue au troisième trimestre    La France retarde la livraison du Mistral à la Russie    Ukraine : Règlement impossible sans un compromis avec la Russie    Présidentielle en Tunisie : Essebsi et Marzouki s'affronteront au second tour    Nul n'affectionne l'euthanasie politique    « Les relations algéro- américaines n'ont jamais été aussi bonnes »    300 000 enfants travaillent en Algérie    Saâdani tente de contenir la protesta de ses députés    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    La prochaine évaluation sur le climat des affaires sera meilleure    Le partenariat d'exception plaide pour un traité de fraternité    Le tort des uns et des autres    Restructuration du Val d'Hydra    Pari ou péril jeunes    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    El Anka, phénix du chaâbi    Un énorme patrimoine en perte de vocation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.