Un terroriste abattu par les forces de l'ANP    Les mises au point de Bensalah et d'Ould Khelifa    L'UA salue l'initiative d'Alger    L'Algérie appelle à lancer les négociations    "Eliminer le groupe EI ne veut pas dire qu'on n'aura pas 50 Etats islamiques derrière"    Verts d'Europe : Feghouli passeur contre la Real Sociedad    La contestation pacifique continue    70 ressortissants égyptiens rapatriés vers leur pays    Risque de débordement des barrages    Tebboune depuis Tlemcen : "Eradication totale des bidonvilles en Algérie en fin 2015"    Gaz : Moscou et Kiev temporisent avant les pourparlers d'hier    Bourse Wall Street s'interroge sur ses hauts niveaux et sur la Fed    Les députés de l'opposition en colère    Intempéries : Plusieurs routes coupées dans différentes wilayas du pays    Historique pour le MCEE, pénible pour l'USMA    Abdelmalek Sellal : «La situation est normale à In Salah»    Exposition collective «Le Signe» au Centre culturel Mustapha-Kateb    Le général Khalifa Haftar désigné à la tête de l'armée libyenne    5 bonnes raisons pour Fekir de choisir l'Algérie    L'opposition refuse un plan de l'ONU    Kick Boxing. championnat régional Ouest : Les témouchentois sur le podium    Un récital de musique classique, une salle comble et un public comblé    Réactions de Benflis et de Soufiane Djilali    Le théâtre de la politique    Ghazaouet : 700 logements sociaux seront distribués en 2015    Marché Abdellah Bettou : Les commerçants en grogne    Tout parti est intéressé par le pouvoir    Les déboires d'un club aux abois    L'USMA et le MCEE valident leur ticket    L'éthique, l'élite, la transition et la Constitution    GENDARMERIE NATIONALE : 4000 morts sur les routes algériennes en 2014    Une quinzaine culturelle sur la chedda et le kaftan à Tlemcen    Hamdi Benani rééditera ses albums    « La propriété intellectuelle est un facteur de développement »    Retour au calme à In Salah, les manifestants regagnent la place Soumoud, le dialogue maintenu avec les autorités    DOUBLE CAGNOTTE EN JEU    Algérie - Grève de l'Education: pas de retard majeur dans le programme pédagogique (ministère)    Irak: offensive à Tikrit    Lamamra dirigera la délégation algérienne à la 28ème session du CDH de l'ONU à Genève    Skikda : Le cadavre d'un terroriste découvert    Le tableau noir du réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme    BENI-SAF: Une école en quête de moyens    Décès de Yasar Kemal    Ligue 1 Mobilis : Le MO Béjaïa domine l'ES Sétif, le MC Alger bon dernier    Victoire diplomatique de l'Algérie    Saïd Laroussi, photographe à l'APS, n'est plus    Benghebrit insiste sur la "formation des inspecteurs"    Des archéologues au chevet du site de la ville romaine de Mina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.