Liverpool : Klopp suggère un départ en janvier pour Coutinho    Un taux d'inflation annuel de 5,9% en septembre 2017    FORUM MONDIAL DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME (GCTF) : Le trafic de drogue et le blanchiment d'argent, source de financement    L'armée irakienne avance vers Kirkouk    L'Envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental reçu à la présidence    ARMEE NATIONALE POPULAIRE : Arrestation d'une terroriste et mère de deux terroristes    DROGUE : 38 tonnes de kif traité saisies en Algérie en 2017    PLF 2018: amélioration de certaines données de l'économie nationale    USM Alger- USM El Harrach: les "Rouge et Noir" pour oublier la désillusion africaine    42e EUCOCO: large élan de solidarité en faveur de la cause sahraouie    Le prix du Président de la République du journaliste: Khaled Taâzibt de l'APS primé    Bayern : La durée d'absence de Müller connue !    Crise du Golfe : Les parties toujours pas prêtes au dialogue    Des remplaçants des Super Eagles pour affronter les Fennecs : La notoriété des Verts écorchée    Péage de l'autoroute Est-Ouest : Quels tarifs ?    Après la Catalogne, c'est au tour de la Lombardie et de la Vénétie en Italie / Europe : à l'ère des « petites patries »    Musique/Retour d'Idir sur la scène algérienne : «L'officialisation de tamazight a été déterminante»    Poésie amazighe : Poésie amazighe : Promouvoir l'apprentissage du tifinagh    Les premiers essais dynamiques sont en cours    Pourquoi Abdelkader Messahel a éructé le dépit terminal de l'économie 1.0    AS Radieuse : Finale du Tournoi de l'amitié    On vous le dit    Oran en bref :    Le ministère compte revoir le discours religieux en profondeur    Des classes de 60 élèves !    Ouattara à la botte du roi Mohammed VI    «Toutes nos interrogations persistent sur les exclusions de listes électorales»    Youcef Yousfi assène ses vérités et tente la conciliation avec le privé    Participation de 52 pays et l'Afrique du Sud invitée d'honneur    Verts d’Europe    Bouchées croustillantes au thon    Championnat arabe des clubs (messieurs)    Mali    Ce que prévoit la réglementation en vigueur pour les maîtres d’œuvre nationaux    PROJET DE LOI SUR LA PUBLICITÉ    Idir, le come-back :    Tlemcen: Des locaux pour la presse    Bagarres rangées à la cité Ruisseau d'or    Le wali de Constantine rend visite au bureau de L'Expression    La sinistrose gagne les partis    Le journalisme et "l'auberge espagnole"    988 millions de dinars de créances    Bientôt une Air Afrique algérienne?    50 kg de kif et 21 kg de corail saisis à El Tarf    "Les ombres de la vérité" de Salah Boufellah    Quelle place pour le feuilleton arabe dans le Festival des séries en 2018?    "L'Algérie qui m'a marqué"    Victoire de Yacine Hamza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellal rassure les patrons
STABILITE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE ET RELANCE DE L'INDUSTRIE
Publié dans L'Expression le 19 - 03 - 2014


«On ne veut pas de libéralisme sauvage»
Le chef de campagne de Bouteflika affirme que son candidat veut pousser l'Algérie vers une économie émergente en sauvegardant les acquis sociaux de la population. «La rente doit profiter à tous les Algériens.»
Après les étudiants, Sellal rassure les patrons. Le directeur de campagne du candidat Bouteflika a participé hier à une rencontre débat avec le patronat. Un rendez-vous qui vient trois jours après le méga-meeting la Coupole du 5-Juillet, organisé avec les étudiants. Le point commun entre les deux: le patronat comme les organisations estudiantines sont des soutiens habituellement indéfectibles de Abdelaziz Bouteflika, mais qui n'ont pas affiché unanimement l'enthousiasme habituel pour ce 4e mandat. Alors l'ex-Premier ministre et meneur de la campagne du président sortant s'est réuni avec eux à la veille du début de la campagne électorale, afin de remobiliser les «troupes». Comme avec les étudiants, M.Sellal a commencé son speech en énumérant les réalisations des 15 ans de règne du président à l'instar de «la sécurité retrouvée, des infrastructures, l'effacement des dettes du pays...». Il ne lui en fallait pas plus pour reprendre son cheval de bataille pour cette présidentielle, la stabilité! «Nous soutenons le président Bouteflika parce que nous avons besoin de stabilité», a affirmé Abdelmalek Sellal. «Dès son arrivée, il a rétabli la sécurité et la tranquillité», a-t-il rétorqué. Pour appuyer plus l'argument de la stabilité, il le lie également à l'aspect économique et pas seulement sécuritaire. «Comme vous le voyez les indices économiques sont au niveau voulu. Pour continuer à aller de l'avant, il faut une stabilité», estime Sellal. «S'il n'y a pas de stabilité, notamment celle des institutions, il sera difficile de faire quelque chose sur le plan économique», insiste-t-il non sans revenir sur les mesures décidées par le président, afin de relancer l'industrie nationale. Il énumère: les crédits à l'économie, les facilitations de l'acte de l'investissement et de financement, le lancement de la 3G mobile, de la 4G fixé au premier trimestre de l'année en cours et la 4G mobile en 2015, le dispositif Ansej,... Il assure que à cet effet les premiers résultats commencent à être perceptibles sur le terrain. Il évoque dans ce sens, «le taux de croissance nationale qui dépasse, selon lui, les 3% et le taux de croissance hors hydrocarbures qui avoisine les 7%, la lutte contre la dictature de la bureaucratie, la facilitation d'accès aux marchés publics aux entrepreneurs privés, la fin de la distinction entre le public et le privé...». C'est sur la continuité de ces mesures que se basera le programme économique de Bouteflika qui aura comme «seule et unique objectif la relance de l'industrie pour aller vers une économie émergente». «Nous avons tous les outils pour cela, maintenant à nous de les appliquer», a soutenu le directeur de campagne de Bouteflika. Aussi, il rassure les patrons sur le fait qu'il prône une politique de «confiance» et non de «défiance». Il s'engage de ce fait à respecter le pacte de croissance signé lors des deux tripartites tenues quand il était à la tête du gouvernement. Néanmoins, il avertit les patrons sur la sauvegarde des droits des travailleurs. «Nous avons signé un pacte, mais sans toucher un principe fondamental: les acquis sociaux des Algériens. L'Algérie est une République démocratique populaire et j'ajouterai sociale. La rente doit profiter à tous les Algériens. On ne veut pas de libéralisme sauvage», prévient-il. Abdelmalek Sellal profite de cette «brèche» pour rappeler des mesures essentielles qui seront prises par le candidat Bouteflika, en faveur des jeunes, en cas de ré-élection. «Une formule de logement pour les jeunes diplômés, plus d'avantages Ansej et Cnac et même une formule de crédit pour la création de start-up», promet-il. Sellal a également profité de l'occasion pour «glisser» un mot sur la révision de la Constitution. «La Constitution sera révisée, elle apportera plus de respect aux institutions du pays afin de les consolider», souligne-t-il.
Après Sellal, les membres d'organisations patronales ont pris la parole pour exprimer leurs préoccupations.
Les intervenants ont, notamment, cité des problèmes de bureaucratie et les droits de douanes élevés pour les producteurs nationaux. Mais la majorité d'entre eux ont profité de leur prise de parole pour apporter leur soutien au 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika. Au point où cette réunion économique a pris des allures très politiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.