Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Grogne parmi les prestataires    "Pas d'augmentation de la tarification"    Le gouvernement se met à la page    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Tourisme-Formation professionnelle : Convention de partenariat en matière de formation    Selon le DG de l'ANEM : La création de postes de travail reste liée au développement économique    Plan d'action : Appel à "soutenir" le gouvernement pour sortir de cette crise    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel : L'Algérie a montré un "solide engagement"    Islamisme incontournable    L'Algérie dispose de plans opérationnels    L'ANP resserre l'étau    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Anderlecht : L'hommage de Hanni à Weiler    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar (MDN)    Après une entrevue avec le président de la FAF : Tikanouine démissionne    Birmanie /Aung San Suu Kyi fait dans les grandes manœuvres : «Prête» à organiser le retour des réfugiés    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel: l'Algérie a montré un "solide engagement"    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Ahmed Tessa, recteur de l'Université Mouloud-Mammeri : «Nous avons validé la création de l'institut de langue amazighe»    Etincelant à Naples, décevant en sélection: L'énigme Ghoulam    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    "Bnat El Youm", nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    SILA 2017 : L'Afrique du Sud invité d'honneur de la 22ème édition    Une bibliothèque à Paris baptisée du nom de Assia Djebar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aie attaque l'Opep
REEQUILIBRAGE DU MARCHE PETROLIER
Publié dans L'Expression le 13 - 08 - 2017

L'Agence internationale de l'Energie accuse les pays producteurs (opep-non-Opep) de ne pas respecter les quotas de leur baisse de production, mais épargne les Américains responsables de la surabondance du marché.
L'AIE qui roule pour les pays consommateurs ne voit apparemment pas d'un bon oeil la décision des pays producteurs Opep et non-Opep maintenir la baisse de leur production de 1,8 million de barils par jour jusqu'en mars 2018 et peut-être même au-delà si les prix tardaient à se redresser. Quoi de plus normal pour elle.
Le niveau actuel des cours de l'or noir arrange les affaires des pays consommateurs dont les intérêts sont défendus par leur bras énergétique armé: l'Agence internationale de l'Energie. En toile de fond de ses critiques qui ont ciblé l'Opep, il y a bel et bien cette guerre des prix dont on tait volontairement le nom. Une démarche qui n'aurait pas été frappée de suspicion si les véritables responsables de la surabondance du marché étaient pointés du doigt.
L'Agence internationale de l'Energie qui a revu légèrement à la hausse sa prévision de croissance de la demande mondiale estime que le marché du pétrole est en train de se rééquilibrer. Une conjoncture favorable qui peut être fragilisée par les pays producteurs (opep-non-Opep) qu'elle accuse de ne pas respecter les quotas de leur baisse de production, mais épargne les Américains responsables de la surabondance du marché. «Il y aurait plus de confiance dans la pérennité du rééquilibrage (du marché) si certains producteurs participant aux accords de production ne montraient pas... des signes d'affaiblissement de leur résolution», souligne-t-elle dans un rapport publié le 11 août. Une annonce vite relevée par les experts. «La production de l'Opep dépasse la demande annuelle moyenne, selon les données de l'AIE, ce qui semble indiquer que le marché va avoir du mal à se rééquilibrer rapidement», ont indiqué les analystes du second groupe bancaire allemand, Commerzbank. Ce qui a dû probablement freiner les ardeurs d'un baril qui était sur la montante. «La réaction du marché est toutefois limitée car ces nouvelles informations ne représentent pas vraiment un choc», avait fait remarquer Bart Melek de TD Securities. Les cours du pétrole ont malgré tout clôturé la semaine qui s'est achevée vendredi en légère hausse. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en septembre, référence américaine du brut, a terminé à 48,82 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), prenant 23 cents par rapport à la clôture de jeudi. Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a fini à 52,10 dollars, en hausse de 20 cents par rapport à la veille. Les cours de l'or noir avaient commencé leur dégringolade. Le baril n'avait dû son salut qu'à la baisse de près de 1,8 million de barils par jour décidée le 10 décembre 2016 par l'Opep et ses alliés. Une initiative qui a été rendue possible par l'accord historique d'Alger qui s'est conclu le 28 septembre 2016 en marge du 15ème Forum international de l'Energie dans la capitale algérienne. Un accord défendu bec et ongles par les 13 pays membres de l'organisation et leurs «11 alliés». Les 24 ont d'ailleurs fait le ménage en leur sein en rappelant à l'ordre ses mauvais élèves qui sont depuis rentrés dans le rang alors que son dernier bilan fait état d'une diminution de son offre de plus de 350 millions de barils. Soit au-delà de ce qui était attendu. La résurrection du baril n'est donc pas due à un effet miraculeux. Elle est le fruit des efforts conjugués des pays producteurs Opep et hors Opep pour redresser les cours de l'or noir. Personne n'ignore pourtant que le marché s'est «détraqué» suite au déferlement de la vague de pétrole de schiste américain. Les premiers signes sont apparus vers la mi-juin 2014. Les cours de l'or noir avaient commencé leur dégringolade. L'AIE serait-elle alors en service commandé? Ce n'est pas exclu. Faute de preuves, elle a pour elle le bénéfice du doute. Ce qui est par contre certain, c'est que ce ne sont pas ses prévisions qui ont contribué au rebond des prix du pétrole. Ce qu'elle ne souhaite probablement pas.
Un baril à 100 dollars n'arrangerait pas les pays dont elle défend les intérêts. La «guerre» des prix se poursuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.