Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc en ébullition
APRÈS L'AGRESSION SEXUELLE COLLECTIVE D'UNE JEUNE FEMME DANS UN BUS
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2017

Même si la détresse des populations et la violence de leurs actes ne sont pas dissuasives pour les amateurs européens de sensations fortes, au pays des senteurs orientales que galvanise le «hakik», l'événement résume à lui seul la situation qui prévaut à Casablanca.
Le Maroc, terre bénie des touristes occidentaux et français en particulier pour son hospitalité capable de relever tous les défis et satisfaire tous les appétits, est en émoi depuis dimanche soir, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo «insoutenable» montrant l'agression d'une jeune femme, qualifiée d'attardée mentale, par un groupe de jeunes voyous.
Malmenée, déshabillée de force, palpée et carrément traquée dans un autobus qui continuait tranquillement son périple sans qu'aucun des voyageurs ne daigne, ou n'ose, intervenir pour tenter de mettre fin à l'agression, la jeune femme a ainsi vécu le calvaire à l'identique que celui subi par une autre jeune fille dans les rues de Tanger, au début du mois d'août. C'est la diffusion des images sur les réseaux sociaux qui déclenche à chaque fois la fureur des Marocains poussant alors médias et officiels à manifester «promptement» leur indignation. Comme à Tanger, les enragés de Casablanca ont vite fait d'être interpellés par les services de sécurité instruits par l'autorité compétente. Il n'empêche, à chaque fois, les images de telles violences gratuites et à la limite de l'obscénité seront là qui témoignent de façon éloquente de la dure condition des femmes marocaines, objets impuissants de toutes les dérives et de tous les abus. Les pleurs et les appels au secours de la pauvre jeune femme de Casa qui n'ont eu pour écho que les ricanements de ses bourreaux, eux-mêmes victimes d'un système où les hommes et les femmes sont, dès leur plus jeune age, taillables et corvéables à merci resteront longtemps gravés dans les mémoires. Même si la détresse des populations et la violence de leurs actes ne sont pas dissuasives pour les amateurs européens de sensations fortes, au pays des senteurs orientales que galvanise le «hakik», l'événement intervenu vendredi dernier dans un autobus de la société de transport Medina Bus suivi de l'arrestation de quatre des six auteurs d'un viol collectif résume à lui seul la situation qui prévaut à Casablanca, métropole économique du royaume. Il est de bon goût que la presse locale tire la sonnette d'alarme, criant au scandale et réclamant à juste titre une riposte sévère au phénomène du harcèlement des jeunes femmes dans l'espace public. Mais le gouvernement marocain a d'autres chats à fouetter, notamment dans les territoires occupés du Sahara occidental et dans le Rif en effervescence et là, les images sont plutôt rares.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.