Ligue 1 Mobilis – 8e journée : Alger au rythme du classico MCA-JSK    WAC – USMA : ce soir à Casablanca : Soir de vérité pour l'USM Alger    Alger : Plus de 200 jardins en voie de réhabilitation    Bientôt la mise en exploitation du complexe céréalier de la commune d'El Hamma    Musique : Idir sur scène à Alger en janvier 2018    Langue amazighe : Elément de l'identité nationale et facteur de cohésion sociale    Migration clandestine : Concilier sécurité et devoir de solidarité    Santé : Il faut réhabiliter le médecin généraliste    Egypte/Terrorisme : Au moins 35 policiers et soldats tués    Afghanistan : Près de 60 morts dans deux attentats    Le gouvernement veut réduire ses importations à 30 milliards de dollars    Le partenariat avec les étrangers en... marche    Tour d'Algérie 2017 : Lagab vainqueur à Ghardaïa, Nouisri en jaune    USMH 2 – USMB 0 : Première victoire des Harrachis    GC Mascara : Le président Ali Merih décède dans un accident à Chlef    Finance islamique : La CNEP, la BADR et la BDL se lancent    Le rapport critique du Conseil de l'UE    Le procès du général Benhadid reporté    Sur un air de pré-campagne électorale    On vous le dit :    «Saïd Chitour n'est pas un traître, encore moins un espion»    «Nous sommes ouverts à la négociation...»    Un monde d'expressions    Des chœurs syriens chantent Dahmane El Harrachi    Le Commandant Azeddine au «Forum constantinois»    STATISTIQUES ÉCONOMIQUES    SOIT DIT EN PASSANT    Handball : les Verts invités au tournoi des quatre nations    ATTRIBUTION DU NUMÉRO D’IDENTIFICATION NATIONAL POUR LES PARTIS    Eclairage    L'opération a été lancée hier et se poursuivra pendant 4 vendredis: 2.000 doses de vaccin anti-grippal pour les fidèles de la Mosquée «Ibn Badis»    Le Myanmar mis en accusation    Tillerson en tournée au Moyen-Orient    1re session du dialogue de haut niveau Algérie-UE à Bruxelles    Nous visons un code de travail «unique et moderne»    Seddik Chihab, élu à la présidence du groupe africain géopolitique    Saisie de pièces détachées usagées au port de Annaba    Session de formation au profit des artisans    "On va récupérer les terres inexploitées"    L'Algérie bientôt autosuffisante en produits sidérurgiques    Ould Ali exhorte les responsables à accélérer les travaux    Un séminaire pour rappeler ce que tout le monde sait    Macron se démarque de Trump    Un Algérien troisième à un concours de pizza en Italie    L'Algérie est une nouvelle fois passée à côté du MIP TV    Les Forces démocratiques syriennes annoncent la libérationcomplète de Raqqa    Avant-première de l'opérette El Fadjr oua El Miksala    ELECTIONS LOCALES : Les partis en lice obtiennent leurs numéros d'identification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "révolté" de la chanson auressienne
KADOUR EL YABOUSSI
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017


Considéré dans la ville de Khenchela et la région des Aurès comme l'artiste à la voix d'or et le «révolté» de la chanson chaouie, Kadour El Yaboussi, de son vrai nom Abdelkader Bourezam, a été honoré à l'ouverture de la 9ème édition du festival culturel local de la musique et de la chanson chaouies, tenue dernièrement à Khenchela, dans un geste de reconnaissance salué tant par le public que par la famille artistique. Né en février 1945 au village Oskoum dans la commune de Yabous (wilaya de Khenchela), Kadour Oskoum ou Kadour El Yaboussi appartient à une modeste famille d'artistes. Il a reçu la passion pour la musique et le chant de son père et de sa tante paternelle, connus par «la voix chaouie qui porte». Aujourd'hui, âgé de 72 ans, il a affirmé à l'APS avoir reçu son surnom de Kadour El Yaboussi, dès les années 1960 et son style à part, dans l'interprétation de la chanson chaouie, lui a valu également la réputation parmi ses pairs artistes de «révolté» de la chanson chaouie. Durant ses années de gloire, il était l'artiste le plus sollicité pour les fêtes et grandes occasions dans toute la région des Aurès. Au cours de la cérémonie d'ouverture du festival culturel local de la musique et de la chanson chaouies, l'artiste Tahar Laâgoubi a affirmé, avant de reprendre la chanson Demmam (espérance) qui avait fait la renommée de Kadour El Yaboussi, que ce dernier est un «véritable doyen» de la chanson chaouie. De son côté, le chanteur Bachir Benarbia qui compte environ 20 albums sur le marché dans le style des Rahaba chaouis, a considéré qu'El Yaboussi est «l'encyclopédie de la chanson chaouie», déplorant le fait que le parcours de cet artiste n'ait pas été «suffisamment médiatisé». «C'est une grosse perte pour le patrimoine chaoui de ne pas avoir enregistré les chansons de cette voix extraordinaire et très sensible qui distingue cet artiste», a encore estimé Benarbia, qui a cité, entre autres chef-d'oeuvres de l'artiste, la chanson «Ya Raii mendjoum raydh raydh» (Oh! chamelier). Pour Benarbia, «nul n'a pu égaler le talent d'El Yaboussi dans son interprétation des deux chansons «Demmam» et «Ayache». «Ces deux chansons sont demeurées très appréciées et demandées par le public là où se produisait El Yaboussi en concert ou dans les fêtes», a-t-il ajouté, notant que «le doyen» pleurait à chaque fois qu'il interprétait ces deux chansons évoquant les sentiments de tristesse, d'espoir et de mélancolie qui tourmentent les mères et les jeunes ayant rejoint les maquis durant la Révolution de libération. Valorisant le geste de reconnaissance que les autorités lui ont rendu, El Yaboussi confie, non sans peine, qu'il a souffert de mise à l'écart «artistique» en dépit de son apport incontesté à la musique chaouie. Mais vite, dans un moment empreint de nostalgie, du haut de ses 72 ans, l'artiste qui vit actuellement dans un état de précarité dans son village Askoum, au retentissement de la gasba chaouie, lance, la voix un peu éteinte, son autre chef-d'oeuvre, «Ahl lejbal, Amecca oua jebel ahdouni» (Les gens des montagnes m'ont fait une promesse), la chanson qu'on ne cessait de fredonner dans toute la région des Aurès pour resserrer les rangs durant la Révolution libératrice et affirmer que «les gens des montagnes» ont fait le serment de libérer le pays et d'affranchir le peuple du joug colonial.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.