Ligue 1 Mobilis – 8e journée : Alger au rythme du classico MCA-JSK    WAC – USMA : ce soir à Casablanca : Soir de vérité pour l'USM Alger    Alger : Plus de 200 jardins en voie de réhabilitation    Bientôt la mise en exploitation du complexe céréalier de la commune d'El Hamma    Musique : Idir sur scène à Alger en janvier 2018    Langue amazighe : Elément de l'identité nationale et facteur de cohésion sociale    Migration clandestine : Concilier sécurité et devoir de solidarité    Santé : Il faut réhabiliter le médecin généraliste    Egypte/Terrorisme : Au moins 35 policiers et soldats tués    Afghanistan : Près de 60 morts dans deux attentats    Le gouvernement veut réduire ses importations à 30 milliards de dollars    Le partenariat avec les étrangers en... marche    Tour d'Algérie 2017 : Lagab vainqueur à Ghardaïa, Nouisri en jaune    USMH 2 – USMB 0 : Première victoire des Harrachis    GC Mascara : Le président Ali Merih décède dans un accident à Chlef    Finance islamique : La CNEP, la BADR et la BDL se lancent    Le rapport critique du Conseil de l'UE    Le procès du général Benhadid reporté    Sur un air de pré-campagne électorale    On vous le dit :    «Saïd Chitour n'est pas un traître, encore moins un espion»    «Nous sommes ouverts à la négociation...»    Un monde d'expressions    Des chœurs syriens chantent Dahmane El Harrachi    Le Commandant Azeddine au «Forum constantinois»    STATISTIQUES ÉCONOMIQUES    SOIT DIT EN PASSANT    Handball : les Verts invités au tournoi des quatre nations    ATTRIBUTION DU NUMÉRO D’IDENTIFICATION NATIONAL POUR LES PARTIS    Eclairage    L'opération a été lancée hier et se poursuivra pendant 4 vendredis: 2.000 doses de vaccin anti-grippal pour les fidèles de la Mosquée «Ibn Badis»    Le Myanmar mis en accusation    Tillerson en tournée au Moyen-Orient    1re session du dialogue de haut niveau Algérie-UE à Bruxelles    Nous visons un code de travail «unique et moderne»    Seddik Chihab, élu à la présidence du groupe africain géopolitique    Saisie de pièces détachées usagées au port de Annaba    Session de formation au profit des artisans    "On va récupérer les terres inexploitées"    L'Algérie bientôt autosuffisante en produits sidérurgiques    Ould Ali exhorte les responsables à accélérer les travaux    Un séminaire pour rappeler ce que tout le monde sait    Macron se démarque de Trump    Un Algérien troisième à un concours de pizza en Italie    L'Algérie est une nouvelle fois passée à côté du MIP TV    Les Forces démocratiques syriennes annoncent la libérationcomplète de Raqqa    Avant-première de l'opérette El Fadjr oua El Miksala    ELECTIONS LOCALES : Les partis en lice obtiennent leurs numéros d'identification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bangladesh demande des zones de sécurité
CRISE DES ROHINGYAS
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017


La Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a demandé jeudi devant l'Assemblée générale des Nations unies l'envoi d'une mission de l'ONU au Myanmar et la création de zones de sécurité supervisées par l'Organisation pour permettre un retour de la minorité musulmane Rohingya. «Je demande une mission de l'ONU en Birmanie» et la création «de zones sûres» dans ce pays «supervisées par les Nations unies», a-t-elle dit. «Nous accueillons actuellement 800.000 Rohingyas», a précisé la Première ministre. «La Birmanie doit cesser le nettoyage ethnique», a-t-elle ajouté. La Première ministre du Bangladesh a aussi dénoncé la «pose de mines terrestres le long de la frontière» entre le Myanmar et le Bangladesh, par les autorités birmanes, «pour empêcher les l'ouest birman. Mardi, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré que le Myanmar était «prêt» à organiser le retour des plus de 410.000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh voisin, se disant «profondément désolée» pour les civils «pris au piège» de la crise. Prises à la gorge par l'afflux de réfugiés au Bangladesh et cibles d'attaques ai Myanmar, les organisations humanitaires peinaient jeudi à venir en aide aux centaines de milliers de réfugiés rohingyas, victimes, selon le président français Emmanuel Macron, d'un «génocide». En trois semaines, le sud du Bangladesh, frontalier du Myanmar, s'est transformé en un des plus grands camps de réfugiés du monde à mesure que les réfugiés rohingyas fuient le Myanmar, entraînant une dégradation de la situation humanitaire. L'ONU a plusieurs fois dénoncé une «épuration ethnique» menée par le Myanmar, provoquée par une vaste opération de l'armée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.