Ligue 1 Mobilis – 8e journée : Alger au rythme du classico MCA-JSK    WAC – USMA : ce soir à Casablanca : Soir de vérité pour l'USM Alger    Alger : Plus de 200 jardins en voie de réhabilitation    Bientôt la mise en exploitation du complexe céréalier de la commune d'El Hamma    Musique : Idir sur scène à Alger en janvier 2018    Langue amazighe : Elément de l'identité nationale et facteur de cohésion sociale    Migration clandestine : Concilier sécurité et devoir de solidarité    Santé : Il faut réhabiliter le médecin généraliste    Egypte/Terrorisme : Au moins 35 policiers et soldats tués    Afghanistan : Près de 60 morts dans deux attentats    Le gouvernement veut réduire ses importations à 30 milliards de dollars    Le partenariat avec les étrangers en... marche    Tour d'Algérie 2017 : Lagab vainqueur à Ghardaïa, Nouisri en jaune    USMH 2 – USMB 0 : Première victoire des Harrachis    GC Mascara : Le président Ali Merih décède dans un accident à Chlef    Finance islamique : La CNEP, la BADR et la BDL se lancent    Le rapport critique du Conseil de l'UE    Le procès du général Benhadid reporté    Sur un air de pré-campagne électorale    On vous le dit :    «Saïd Chitour n'est pas un traître, encore moins un espion»    «Nous sommes ouverts à la négociation...»    Un monde d'expressions    Des chœurs syriens chantent Dahmane El Harrachi    Le Commandant Azeddine au «Forum constantinois»    STATISTIQUES ÉCONOMIQUES    SOIT DIT EN PASSANT    Handball : les Verts invités au tournoi des quatre nations    ATTRIBUTION DU NUMÉRO D’IDENTIFICATION NATIONAL POUR LES PARTIS    Eclairage    L'opération a été lancée hier et se poursuivra pendant 4 vendredis: 2.000 doses de vaccin anti-grippal pour les fidèles de la Mosquée «Ibn Badis»    Le Myanmar mis en accusation    Tillerson en tournée au Moyen-Orient    1re session du dialogue de haut niveau Algérie-UE à Bruxelles    Nous visons un code de travail «unique et moderne»    Seddik Chihab, élu à la présidence du groupe africain géopolitique    Saisie de pièces détachées usagées au port de Annaba    Session de formation au profit des artisans    "On va récupérer les terres inexploitées"    L'Algérie bientôt autosuffisante en produits sidérurgiques    Ould Ali exhorte les responsables à accélérer les travaux    Un séminaire pour rappeler ce que tout le monde sait    Macron se démarque de Trump    Un Algérien troisième à un concours de pizza en Italie    L'Algérie est une nouvelle fois passée à côté du MIP TV    Les Forces démocratiques syriennes annoncent la libérationcomplète de Raqqa    Avant-première de l'opérette El Fadjr oua El Miksala    ELECTIONS LOCALES : Les partis en lice obtiennent leurs numéros d'identification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia tance l'opposition
IL A REPONDU AU RCD, AU MSP ET À BOUKROUH
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2017

«Nous sommes fiers d'avoir une opposition qui enrichit le débat et la scène politique nationale.
L'hôte du Parlement a tiré à boulets rouges sur ceux qu'il qualifie «de professionnels de l'opposition».
Il a fait une réaction musclée. Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a fortement tancé l'opposition. Lors de sa réponse aux préoccupations des députés jeudi dernier au terme du vote du plan d'action du gouvernement, l'hôte du Parlement a tiré à boulets rouges sur ceux qu'il qualifie «professionnels de l'opposition». Très irrité par les critiques et les attaques violentes de certains élus représentant cette tendance politique, le Premier ministre a pris soigneusement le temps de répliquer. «Nous sommes fiers d'avoir une opposition qui enrichit le débat et la scène politique nationale. Nous disons à cette opposition civilisée que nous allons tenir compte de ses remarques, ses craintes et ses propositions», a-t-il déclaré avant de lancer ses tirs. «Nous avons également écouté les professionnels de l'opposition qui ont usé d'un langage des plus durs, qualifiant le système de 'maffieux'' et l'Etat de 'voyou''. Et donc, dans le cadre de la démocratie, 'je vais m'exprimer également''», a affirmé Ouyahia devant une forte assistance.
Faisant allusion au RCD, le Premier ministre a rappelé que «le peuple algérien n'a pas oublié l'absence de ces gens-là dans la bataille pour la démocratie. Ils ont été sollicités par le passé pour participer à un dialogue et ils ont dit qu'ils ne participeraient pas et qu'ils ne s'assiéraient pas avec certains, et ils sont aujourd'hui devenus les alliés'' de ces gens-là». Ce n'est pas tout.
Très méthodique dans son attaque, le Premier ministre a affirmé que «les militants pour l'amazighité n'ont pas oublié votre absence lorsque le président de la République avait soumis à l'APN une proposition pour consacrer tamazight comme langue nationale. Ces militants pour l'amazighité n'ont pas oublié que vous étiez absents quand tamazight a été consacrée langue officielle». Des rappels qui pèsent lourd pour l'opinion publique.
Ahmed Ouyahia ne s'est pas arrêté là pour mettre en exergue les démissions collectives des militants de ce parti. «Le peuple vous regarde et il nous suffit de voir comment vos militants vous quittent et quittent votre radicalisme inutile», a-t-il asséné avec un sourire en coin.
Ouyahia qui a qualifié la situation économique d'«enfer» pour interpeller l'opposition sur la gravité de la crise a provoqué des réactions des élus du RCD qui ont accusé le gouvernement d'être responsable de cette situation. Imperturbable, Ouyahia interrompe son discours pour quelques minutes histoire de relancer les tirs. «Vous êtes les premiers quand il s'agit de dépenses. L'époque de l'hypocrisie politique est finie, le peuple ne vous écoute pas», a-t-il dit en poursuivant son discours.
Le MSP n'a pas été épargné. Dans son réquisitoire, le Premier ministre a également répondu à l'aile radicale du Mouvement de la société pour la paix. «Aujourd'hui, une partie de cette famille politique ne sait plus ce qu'elle veut. Elle ne sait pas si elle veut une révolution ou le dialogue. Elle se soucie du sort du peuple à la veille d'une échéance électorale et elle prive l'Etat de ses moyens pour subvenir aux besoins de ce même peuple. A ces gens-là aussi, je dirai que le peuple vous regarde», a martelé Ahmed Ouyahia tout en rappelant l'engagement et le parcours du chef charismatique du parti, feu Mahfoud Nahnah. Selon lui, le parti a perdu ses repères après la disparition de son chef charismatique, nationaliste qui a placé l'Algérie au-dessus de ses intérêts personnels. «Un grand chef politique qui a dit que l'Algérie appartient à tout le monde et elle doit être construite par tout le monde», a-t-il souligné à titre de témoignage sur Mahfoud Nahnah. L'hôte des députés a également réservé ses tirs à l'ancien ministre du Commerce, Noureddine Boukhrouh qui fait partie; selon lui, des «professionnels de l'opposition». «Certains autres professionnels de l'opposition, qui sont en dehors de cette auguste assemblée, attendaient impatiemment que l'Etat s'effondre. Parmi eux, une personne qui apparaît en Algérie comme une éclipse solaire, sait que le peuple qu'il a traité de «ghachi (populace)» ne l'écoute pas. Il cherche donc que l'Etat le punisse et fasse de lui un zaïm. L'Etat n'entend pas parler de lui», a assuré le Premier ministre, une déclaration vivement applaudie par les partis de la majorité.
Interrogé sur sa réplique à l'opposition, lors d'un point de presse tenu après l'adoption du plan d'action, Ouyahia a expliqué qu'il est de son droit de répondre. «Nous avons été traités de mafia! Nous avons été traités de voyous! La moindre des choses est de répondre. La démocratie, c'est le droit à la parole pour chacun. Nous avons été invités par d'autres à partir», a-t-il précisé en guise de mettre un terme à la polémique. Justifiant son attitude, le Premier ministre s'explique ainsi: «Je n'ai pas l'habitude, quand je prends une gifle sur ma joue droite, de tendre la joue gauche.» Lors de sa réponse, Ahmed Ouyahia a vivement salué les partis de la majorité pour leur soutien au plan d'action du gouvernement et à la démarche du gouvernement. Enfin, le plan d'action est passé comme une lettre à la poste lors de la séance de vote. Hormis ceux de l'opposition qui ont opté pour le rejet et l'abstention, les autres ont tous applaudi le plan d'action.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.