Tunisie: légère baisse à l'export pour le secteur du "textile-habillement"    Santé: Premier cas et premier décès lié à la fièvre Ebola au Mali    Accidents de la circulation : 17 morts et 45 blessés depuis durant les dernières 48h    Mali: la recrudescence des attaques dans le nord en partie liée à l'Etat islamique (président malien)    L'Algérie condamne "dans les termes les plus vigoureux" l'attentat perpétré dans le Sinaï (MAE)    Zidane ne veut pas "passer en trois mois" ses diplômes en Espagne    Alors que le gouvernement vient de fermer la frontière avec la libye    Egypte    Une clôture avec des inquiétudes    Le rendez-vous des pros    Journée nationale de la presse à Tamanrasset    Les partis et la loi de finances    Zone de transit et sanctuaire de jihadistes    Sport Events accuse la Fédération d'athlétisme    À la veille de la finale de la LDC entre Vita Club et l'ESS    Trois affiches ternies par le huis clos    Hannachi convoqué pour le 5 novembre    Sporting Lisbonne    Meilleure équipe en Afrique et 15e au Monde selon le dernier classement FIFA    "Le FFS n'apporte rien de nouveau"    Elle critique le lancement de nouvelles consultations sur la constitution    Qui veut semer le trouble entre Alger et Paris?    BELAIZ N'ECARTE PAS L'IDEE    En vue de leur congrès national le 1er novembre à Ifri    Hanoune accable Benyounès    La Tunisie vote demain pour les législatives de l'espoir    Syrie: nouvelle attaque des jihadistes à la frontière turque à Kobané    "Votre grève n'a pas eu d'écho"    Les pompiers sensibilisent contre Ebola    Boumerdès    Coopération bilatérale entre l'Algérie et l'Afrique du Sud    TEBESSA    Colloque international à Béchar    Maroc-Tchad:renforcement de la coopération bilatérale en matière d'investissement et d'expertise touristiques    Comment retrouver des cheveux naturels ?    Pour vous relaxer, apprenez à respirer    La CNLTD tranche sur les consultations lancées par le plus vieux parti de l’opposition :    Handball    Croquettes de viande    Le coup de bill’art du Soir    Les enfants des nuages, derniÚre colonie au festival des libertés de Bruxelles    5e Festival international du théâtre de Béjaà ̄a    Le défi de l'association Santé pour tous à Constantine    Le syndrome de la précarité dans une fausse symbiose médiatico-partisa    Tayeb Louh : «L'affaire des moines de Tibhirine avance normalement»    Mobilisation tous azimuts pour redémarrer le haut fourneau    Patrimoine : la ministre de la Culture s'engage à rattraper les retard    Au pays de Boubagra, ce n'est toujours pas le raz-de- marrer !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

valeureux chouhada!
46E ANNIVERSAIRE DE L'INDEPENDANCE
Publié dans L'Expression le 05 - 07 - 2008

Aujourd'hui, je veux écrire des lettres à nos enfants pour qu'ils n'oublient jamais nos vaillants chouhada morts au combat face à l'armée française.
Pendant toute la durée de ma participation au combat libérateur contre l'armée française, dans les maquis de la wilaya IV, j'avais toujours sur moi un petit carnet de route; j'y écrivais, notais des noms, des dates, des lieux, tous ces événements qui m'ont marqués à tout jamais. J'y écrivais et relatais nos embuscades et accrochages durant la Révolution du 1er Novembre 1954.
Aujourd'hui, je veux écrire les lettres que je voulais adresser aux familles de nos chouhada, aux parents de mes compagnons morts au champ d'honneur, à mes côtés, en héros, en faisant le sacrifice suprême avec la conviction de n'accomplir que leur devoir de patriotes, de combattants de la Liberté en se voulant anonymes.
Aujourd'hui, je veux écrire les lettres que je n'ai pas écrites dans les moments difficiles, ces lettres à nos enfants, enfants de notre valeureux peuple pour qu'ils n'oublient jamais nos vaillants chouhada morts au combat face à l'armée française qui n'a pas hésité à pratiquer la politique de la terre brûlée. Elle détruisait tout sur son passage, brûlait maisons et forêts, se vengeait sur la population. Notre courageux peuple qui a consenti tous les sacrifices par son engagement était plus qu'un soutien logistique. Je n'oublierai jamais. Et cela doit rester à tout jamais gravé dans la mémoire collective. L'accueil chaleureux, réconfortant et revigorant que nous réservaient les populations civiles en nous nourrissant et nous logeant après nos batailles, et nos longues marches harassantes de plus de quatorze (14) heures bien des fois.
En effet, combien sont-ils parmi nos enfants de vingt ans, universitaires, les forces vives de l'Algérie de demain, à connaître le commandant Si Zoubir de Soumaâ, de son vrai nom Souleïmen Tayeb, mort dans la bataille le 22 février 1957? Le matin, très tôt, le commandement de la wilaya IV a chargé Si Zoubir d'aller au douar Sbaghnia où se trouvaient plus de 400 lycéens qui ont fui les villes, après avoir fait la grève générale des étudiants en 1956 et la grève générale de 8 jours des commerçants en janvier 1957. Si Zoubir a demandé à son secrétaire Si Khaled de Koléa de l'accompagner, celui-ci lui répondit: «Si Zoubir, je ne peux venir avec vous, j'ai plusieurs rapports à finir.» Si Zoubir a insisté encore une fois: «Allez! viens, une balle de 12/7 et on n'est plus de ce monde!» Si Zoubir, seul, est allé rejoindre les étudiants au douar Sbaghnia. Il a commencé à sélectionner parmi eux, ce qu'il pouvait garder au maquis comme secrétaires, commissaires politiques, agents de renseignement et intendants et envoyer les autres vers la Tunisie ou le Maroc afin qu'ils terminent leurs études ou reviennent au maquis avec des compagnies d'acheminement d'armes. Vu le nombre important d'étudiants dans ce douar et vu qu'ils sont restés aussi longtemps, un traître les a dénoncés aux soldats français.
Vers 3 heures de l'après-midi, ils étaient encerclés par une quinzaine d'hélicoptères «Sikorsky». Si Zoubir a donné l'ordre aux étudiants de sortir des refuges, de se replier en remontant l'oued; lui seul a commencé l'accrochage en mitraillant les hélicoptères pour les empêcher de se poser, eux aussi tiraient. Si Zoubir, comme un «Lion» riposte tout en criant aux étudiants: «Montez vite!» Lorsqu'une balle de 12/7 l'avait atteint au cou, il est mort sur place comme il l'avait prédit à Si Khaled, le matin même. 27 étudiants et lycéens dont une jeune fille ont trouvé la mort dans cet accrochage, le reste a pu se sortir de cette opération héliportée et ceci grâce au courage et au sacrifice du valeureux Si Zoubir, mort héroïquement pour sa «Glorieuse Patrie».
Dans la Bataille du 22 mars 1957 de notre commando «Si Zoubir» contre le commando noir de parachutistes du colonel Bigeard, nous avons vengé notre chef Si Zoubir et les 27 étudiants et lycéens. Dans cette bataille, plusieurs parachutistes ainsi que le lieutenant Guillaume, fils du général Guillaume, résident au Maroc, ont trouvé la mort.
Le chahid Si Baghdadi, de son vrai nom Allili Ahmed, est né le 28 mai 1925 au douar Beni Ghomriane, wilaya d'Aïn Defla, et a grandi dans la ville de Boufarik, il est mort héroïquement au champ d'honneur au mois d'août 1958 lors de son passage vers le Maroc entre El Bayadh et Mechria et dont la mission consistait à ramener l'armement aux moudjahidine de la Wilaya IV.
Si Baghdadi était l'un des premiers militants à répondre à l'appel du 1er Novembre 1954, compagnon du chahid Souidani Boudjemaâ et du chahid Si Benyoucef (Kritli Mokhtar), il fut le premier capitaine politico-militaire de la zone III wilaya IV (Ouarsenis- Zaccar) wilaya de Chlef.
Début 1956, il descend du maquis, organise les fidayine pour lancer plusieurs attentats dans sa ville, Boufarik, fief des grands colons de la Mitidja tels le maire Froget, Borgeaux, Germaine etc.
Fin 1956, le commandement de la wilaya IV l'envoie en mission au Maroc pour acheminer l'armement. Le chahid Si Baghdadi a affronté tous les dangers de ce long parcours pour traverser l'immense territoire algérien; il a eu plusieurs accrochages avec l'ennemi, mais grâce à Dieu et la participation du peuple qui était pour les moudjahidine leurs yeux, leur guide et qui a donné tout à notre révolution armée, il rentre au Maroc où il éprouve des difficultés pour accomplir sa mission. Le commandant Si Baghdadi est le premier à avoir introduit les armes de l'extérieur. A son arrivée dans la wilaya IV, il fait une répartition égale des armes aux trois zones de la wilaya IV: la zone I, Lakhdaria (ex-Palestro), la zone II Blida, la zone III Ouarsenis-Zaccar (Chlef). Cette grande et importante mission d'acheminement a permis à l'ALN de se doter d'armement, dont elle avait vraiment besoin.
Une seconde fois, le commandement de l'ALN a dépêché Si Baghdadi au Maroc pour ramener des armes. Au cours de son passage dans le Sud, entre El Bayadh et Mecheria, il se trouvait avec d'autres moudjahidine, lorsqu'ils furent encerclés par des hélicoptères plein de soldats français; il ne voulait ni se rendre, ni être capturé, mais que faire dans le Sahara où le relief est dépourvu de forêts et de montagnes? Alors, plein de courage, il a donné l'assaut en criant «Allah Akbar!», il a combattu farouchement l'ennemi jusqu'à son dernier souffle, il est mort comme un valeureux et courageux chahid. Le chahid Si Moussa, chef du commando «Si Zoubir», chef de la compagnie El Hamdania, région III et chef du commando de la zone II, Wilaya IV, est tombé au champ d'honneur dans un grand combat. La place de la ville de Chréa, wilaya de Blida, porte son nom. Si Moussa était soldat dans l'armée française durant la guerre d'Indochine, ainsi que Si Ahmed Kelassi et Chamani Abdelkader de Aïn Defla, et Si Maâmar Maâmar de Oued Djer et Brakni Braham de Blida ont fait le Service national dans l'armée française. Avec leur expérience militaire, ils étaient l'ossature du commando «Si Zoubir» qui a réussi à sortir victorieux dans plusieurs batailles de l'ALN contre l'armée française.
1°) L'embuscade de Hammam Righa, dans la région de Miliana avec de nombreux tués et blessés du côté de l'ennemi.
2°) L'accrochage de Tadinarte Krereche ex-Camp du chênes: Ruisseau des singes, Médéa le 12 mars 1957
3°) Accrochage de Tamesguida, du 22 mars 1957, avec le commando noir du colonel Bigeard, commandé par le lieutenant Guillaume, fils du général Guillaume, résidant au Maroc qui a été tué avec plusieurs autres paras. Nous avons récupéré des armes et un poste émetteur, nous avons eu un mort de notre côté âgé de 17 ans, le moudjahid Bouras Mohamed d'El Affroun.
4°) La bataille de Sidi Mohand Aklouche, dans la région de Cherchell, le 26 avril 1957. C'était un vendredi du 27e jour de Sidna Ramadhan contre les paras et le 29e Bataillon de tirailleurs algériens (B.T.A), il y a eu beaucoup de morts du côté de l'ennemi, nous avons abattu deux avions de chasse T6 Moranc Jaguar. La perte du côté de L'ALN, la mort du moudjahid Ben Mira Tayeb dit l'Istiklel de Teniet El Had et deux blessés.
5°) Accrochage du Zaccar le 04 mai 1957 avec le 29e Bataillon de tirailleurs (BTA), où un nombre important des soldats français ont été tués.
Du côté de l'ALN, la mort de deux moudjahidine, il s'agit des frères Takarli Slimane et Mahfoud de Khemis El Khechna (ex-Fondouk)
6°) La première action après sa création au mois de mai 1957, la compagnie Al Hamdania dans la grande bataille de Sidi Semiane, le 20 mai 1957, dans la région de Cherchell, a fait de nombreux tués et blessés du côté de l'ennemi, l'ALN a perdu deux valeureux moudjahidine, Cherfaoui Ahmed de Cherchell et Ahmed Abbès de Mouzaïa, et un blessé, Ali Khodja Brahim de Blida.
7°)La compagnie A1 Hamdania a attaqué les villes de la Mitidja, Cherchell, Fontaine du Génie (Hadjret Ennous, Gouraya, Marceau (Menacer), Novi (Damous), Zurich (Sidi Amar), à l'occasion du 20 août 1957.
Le chahid, Si Brakni est né le 11 juin 1931 à Blida. Il avait, dès son jeune âge, une grande passion pour le ballon, il brilla dans ce sport et devint par la suite l'un des meilleurs joueurs de l'USMB.
Après le déclenchement de la Révolution armée du 1er Novembre 1954, dans le souci de mobiliser les forces vives de la population algérienne, le FLN ordonna à tous les sportifs et en particulier aux footballeurs de rejoindre les rangs de l'ALN. Braham est monté au maquis en 1956 dans les montagnes de Chréa. Il a participé à de nombreuses batailles, accrochages et embuscades dont je citerais certaines:
1°) Accrochage de Tamesguida du 22 mars 1957 contre le commando noir du colonel Bigeard
2°) La Bataille de Sidi Mohand Aklouche dans la région de Cherchell, le 26 avril 1957
3°) Accrochage du Zaccar le 04 mai 1957 avec le 29e Bataillon de tirailleurs algériens (BTA)
4°) La grande bataille de Sidi Semiane, le 20 mai 1957, dans la région de Cherchell.
Bien plus tard, à la suite de ses grandes batailles, Brakni Braham a été désigné pour la confection d'habits militaires, vu qu'il était tailleur dans la vie civile; la récupération des effets vestimentaires militaires sur les soldats français dans des embuscades était devenue très difficile, Brakni Braham a rejoint sa nouvelle affectation en laissant son arme à l'unité, un fusil Garand qu'il avait récupéré en faisant l'assaut dans une grande bataille; en échange, il a eu un pistolet. En cours de route, il rencontre le commando Si Mohamed El Kabaïli (Si Sahnoun) de la Zone II commandée par Si Ali Bendifallah de Cherchell, qui s'est accroché avec les soldats français. Brakni Braham a participé à cette bataille, il attaqua les paras dans le but de récupérer une autre arme; malheureusement, une rafale de mitrailleuse l'a foudroyé en pleine action, le tuant sur le coup.
La haine des soldats français n'ayant pas de limite, ces derniers ont arrosé son corps d'essence et l'ont brûlé. Brakni Braham était un bel homme élégant, d'une grande taille.
Si Abdelhak Noufi commandait une section de moudjahidine. Profitant du passage du commando de la Wilaya IV, il a exposé au capitaine Slimane et à Si Yahia, chef de bataillon, son intention de tendre une embuscade sur la route de Damous. Si Slimane, avec des réserves, a accepté; le matin du 28 février 1957, le bataillon de la Wilaya IV, fort de 350 moudjahids et la section de Si Abdelhak de 35 moudjahidine, étaient en embuscade, plusieurs camions, deux (02) half-tracks, un avion mouchard Pyper Cub-accompagnaient le convoi.
Le capitaine Si Slimane voyant l'importance du nombre des soldats français venant vers eux, a demandé à Si Yahia et à Si Abdelhak de se replier et ne pas faire cette opération. Si Abdelhak a demandé à Si Slimane, pourquoi renoncer. Si Slimane lui répondit: «Ya siaka tu veux tuer tous mes moudjahidine, je ne suis pas fou, regarde combien de camions, de half-tracks, d'avions et autres qui vont venir encore, non, Si Abdelhak c'est trop important pour nous, nous nous replions.» Si Abdelhak suppliait le capitaine Si Slimane de faire l'embuscade, ce dernier a refusé de donner des ordres au chef du commando de la Wilaya IV, Si Yahia. Si Abdelhak, le valeureux, l'héroïque, s'adressa encore une fois au capitaine Si Slimane en lui disant: «Vous ne voulez pas qu'on fasse cette embuscade, d'accord, vous pouvez partir, je la ferai avec ma section, et, même s'il le faut seul.» Si Slimane lui répondit: «Mais ya siaka, tu es fou, regarde ce qui monte, nous devons nous replier!»
Si Abdelhak dit à Si Slimane: «Depuis longtemps j'attendais ce jour, avec le commando de Si Zoubir et Si Moussa on devait faire cette embuscade, hélas, le commando de Si Zoubir est parti vers Blida convoqué par le commandement de la wilaya IV, j'ai tant souhaité faire cette embuscade, je la ferai et je vais mourir chahid.» Les autres chefs de section et Si Yahia se mettent du côté de Si Abdelhak et tous dirent: «Si Slimane, laisse-nous faire cette embuscade.» Il leur a dit: «Vous aussi ya Siaka, vous êtes fous, d'accord préparez vous!» Tous les moudjahidine étaient heureux d'attaquer l'ennemi. L'embuscade a eu lieu: plusieurs dizaines de véhicules militaires, des camions, un half-track, et un avion Pyper Cub ont été détruits et des centaines de fusils de guerre, une mitrailleuse 12/7, des mitraillettes, des fusils mitrailleurs 24/29 récupérés, tous les soldats occupant les véhicules ont été tués, seul un half-track qui n'était pas entré dans l'embuscade a reculé, c'est lors de ce grand jour qu'est mort le héros de cette opération, Abdelhak Noufi de Cherchell, qui nous disait avant: «Je ferais cette embuscade et je serais chahid.» C'est en démontant la mitrailleuse 12/7 soudé sur le half-track, où il a fait l'assaut, qu'il a reçu une balle tirée par les soldats français de le half-track qui n'est pas entré dans la bataille. C'est la plus grande embuscade réussie de la wilaya IV, grâce au courage, à la persévérance, à la ténacité, à la volonté et au sacrifice du valeureux Si Abdelhak, «Allah yarham chouhada», mais grâce aussi au commandant, le chahid Si Yahia, à ses hommes, au capitaine chahid Si Slimane Siaka et aux autres chouhada, si Abdelkahar, Mustapha Azou Allah, et Si Youcef Boulekhrouf, tireur du mitrailleur 24/29 qui a abattu l'avion Pyper Cub et la deuxième demi-rafale sur le camion GMC.
Après la mort de Si Abdelhak Noufi Ahmed, d'autres compagnons avec qui il évoluait dans la glorieuse équipe musulmane de football, le Mouloudia de Cherchell, sont tombés au champ d'honneur comme Si Tayeb Benmokadem Si Rezki, les deux frères Bendifallah Ali et Mehiedinne, Si Saâdoun, Youcef Khodja, Bouamrani et Bouchama Lakhdar et tant d'autres chouhada de la ville de Cherchell.
En 1956, Si Yahia a participé au mitraillage de la ville de Khemis Miliana dans un véhicule de type Citroën, en compagnie de Tadjeddine Aïssa de Miliana et de Si Moussa Charef de Boufarik.
Le commandant Si Yahia, chef de bataillon de la wilaya IV, organisateur de la grande embuscade de Damous, ex-Duplex, du 28 février 1957, est mort dans l'accrochage de Sidi Madani à Tamesguida, dans la wilaya de Médéa, le 15 avril 1957.
Si Yahia et sa section ont livré une bataille acharnée face à des milliers de soldats. Toute une journée, les moudjahidine se relayaient sur la seule mitrailleuse 24/29 qu'ils avaient. Avant de mourir, chacun disait à l'autre: «Oh mon frère, fais ton possible, ne laisse pas les soldats français nous prendre la pièce 24/29.» La bataille faisait rage, des centaines et des centaines de soldats français sont morts, malgré l'appui de l'aviation.
Si Yahia a tenu tête aux forces françaises. La 8e Armée de Maison-Carrée a été dépêchée sur les lieux du combat. Si Yahia disait à ses moudjahidine: «Tenez bon, courage, tirez, tirez, Allah Akbar!» Tard, le soir, l'assaut a été donné contre les moudjahidine.
La section de Si Yahia a été décimée, hormis 3 ou 4 combattants qui ont pu s'en sortir, mais ils ont sauvé la mitrailleuse 24/29 qui tenait beaucoup à coeur à tous les moudjahidine.
Plus de 30 moudjahidine sont morts héroïquement avec leur commandant Si Yahia et leur chef de section, Abdelkahar.
Allah yarham echouhada
(*) ancien officier de l'ALN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.