Le Polisario déposera plainte pour une application des décisions de la CJUE    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    La manifestation a tenu ses promesses    Début de la bataille des frontières    Festival international des programmes audiovisuels à Biarritz    Le Sénégal premier qualifié    Tanger et le FUS Rabat au menu du CR Belouizdad au Maroc    Le citoyen est «au cœur» de l'équation sécuritaire    Benghebrit : «Le rattrapage des cours ne représente aucun problème pour le secteur»    La CNAS a réalisé des résultats importants    Le président Bouteflika condamne «avec la plus grande fermeté»    Les Tunisiens, bête noire des Verts !    Les bureaux de change "peuvent attendre"    Il pleut...des candidatures au FLN    L'homme du nouveau rêve américain    Les Etats-Unis renouvellent leur gratitude à l'Algérie    Trump, le formidable allié    L'Algérie fidèle à ses principes    La paix au Mali perd du temps    Messahel au Caire pour prendre part à la réunion    Le narcotrafiquant "El Chapo" a été extradé vers les Etats-Unis    Les islamistes misent sur 180 sièges    Deux dangereux terroristes arrêtés    Feu vert du gouvernement    Une reprise amputée de trois chocs    Abdoun dit avoir décliné une offre du WA Casablanca    Annulation de la 33e édition    "Impossible de gagner en donnant des cadeaux"    Les Africains subsahariens dénoncent le racisme des Maghrébins    Les promoteurs appellent à une révision des textes    Sonatrach dénonce des "pressions"    Incendie à la résidence universitaire de jeunes filles    Les orientations de Mohamed Aissa    Trois phrases et mille dégâts    Les dangers d'une consommation excessive    "La sécurité du citoyen est notre priorité"    Coup de pouce pour les épidémies de grippe    Bouteflika : «L'Algérie a survécu»    Sonatrach booste "la production nationale"    Ce que pèse le passeport dans le monde    "Le voyage de Keltoum" de Anis Djaâd en compétition    Hamza Bounoua expose    Les télévisions privées et les législatives 2017    Algérie - Le docteur Kamel-Eddine Fekhar décidé à poursuivre sa grève de la faim (Avocat)    ELECTIONS LEGISLATIVES : Première réunion de l'instance de surveillance, ce dimanche, à Alger    Deux terroristes arrêtés à Tizi Ouzou    9EME EDITION du FESTIVAL DU THEATRE ARABE A MOSTAGANEM : Une cérémonie de clôture grandiose    «Boudiaf a été assassiné par ceux qui l'ont ramené»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.