Pétrole quand tu nous possèdes    La bonne affaire de l'USMA    Le stade du 5-Juillet «tricote» malgré lui ses pelouses    D'anciens internationaux algériens à pour un match de gala    Destruction de trois abris de terroristes à Jijel    Biskra, son histoire et son art à l'honneur    A l'origine du désintérêt du public    Inauguration d'un pôle d'excellence dédié au BTP    Les résultats de l'enquête connus d'ici à la fin de la semaine    « Une police plus professionnelle grâce à la réforme du système de formation »    Les enquêteurs à pied d'œuvre    APPLICATION DU PROGRAMME DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Grine : « Il y a une cohésion » gouvernementale    « Il y a une cohésion gouvernementale »    LOGEMENTS AADL : Distribution d'un nouveau quota 2001-2002    FAIBLESSE DE LA PRODUCTIVITE, DEPENSES IMPRODUCTIVES SPHERE INFORMELLE ET DEVALUATION DU DINAR : Les quatre raisons du processus inflationniste en Algérie    ACCIDENT FERROVIAIRE DE BOUDOUAOU : Une commission d'enquête administrative constituée    MINIATURES    Arrestation de l'auteur de la fusillade    1.000 ha supplémentaires pour l'oléiculture    AS Rome : Le 250e but de Totti en Serie A    L'ONU appelle à la retenue    Washington met la pression sur Moscou    Le café littéraire de Béjaïa s'insurge    Ghardaïa / Mariage collectif à Daya Ben Dahoua : Une quinzaine de couples se disent oui !    Suppression de la retraite proportionnelle : Vers une grève dans plusieurs secteurs    Nigeria : le chef de Boko Haram va «parfaitement bien»    Les dernières    Littoral algérois : Plus de 9 000 tonnes de déchets collectées !    Coupe de la CAF (demi-finale) / FUS de Rabat – MO Béjaïa, ce soir à 22h00 : Les Crabes croient à l'exploit    Real Madrid : Mourinho balance un énorme dossier sur Pérez !    ONDA : Retraite pour des artistes    "Amar Saâdani ne s'est pas retiré de la bataille"    Résultats    Amar Ghoul : "Un facteur encourageant"    Nouvelle réunion du Quartet    Retraite anticipée : grève renouvelable les 17 et 18 octobre    Alger: Près 170 malades de diabète escroqués, des arrestations    Sahara occidental : L'Espagne réaffirme sa position    Transfert illégal de devises: Un homme d'affaires algérien condamné en France    La plaidoirie de Bouchouareb    "L'Algérie a besoin d'un gouvernement fort"    Pyongyang promet de poursuivre son programme    Le RND dénonce "une mesure populiste"    Un terroriste abattu par l'armée    Ouyahia accuse    Sensibilisation et sauvegarde    "American car show" à Alger    Des associations dénoncent l'usage du nom de Bennabi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.