Ligue 1 professionnelle (2e journée): USM Harrach-MC El Eulma au stade du 1er novembre (LFP)    Au moins 27 Palestiniens tués dans les raids israéliens jeudi à Ghaza (nouveau bilan)    Dialogue intermalien: le Mali réitère sa confiance en la médiation algérienne    La fièvre aphteuse a touché 23 wilayas, la situation épidémiologique "maîtrisée" (responsable)    Cérémonie de recueillement à la mémoire de Kasdi Merbah    ALORS QUE LA TENSION BAISSE À FERGUSON    Hocine Necib, ministre des Ressources en eau    La Tunisie et l'Egypte ferment leur frontière aérienne avec la Libye    Pour un Etat démocratique et laïque dans l'ensemble de la Palestine historique    Algérie:Le FFS appelle à tirer les leçons du consensus ayant prévalu durant la Lutte de libération nationale    Dans le sillage de la mobilisation internationale menée par l'ONU    Ligue 2 Mobilis (2e journée)    Offensive    Algérie Télécom Tébessa    JO de la jeunesse-2014 (Tennis de table-matchs de classement)    Remise hier de 1,5 million de permis sécurisés sur le territoire national    BRÈVES    BRÈVES    Il réitère l'engagement de l'Algérie à aider les pays voisins    Coup d'envoi de Miss Algérie 2014    Algérie-Permis de conduire biométrique:la commission interministérielle installée    «De nouvelles démarches pour améliorer les performances»    Algérie:370 bovins contaminés par la fièvre aphteuse à Oum-el-Bouaghi    Libye:La production de pétrole connaît un léger mieux (NOC)    Algérie:Plus de 54.000 sociétés ont déposé leurs comptes sociaux à fin juillet 2014 (CNRC)    «Tout dépassement sera sanctionné !»    La wilaya d'Alger rend hommage aux martyrs    Festival international des arts plastiques de Mahrès-Sfax    La Fédération éthiopienne veut avoir ses internationaux tôt    Israël interdit à Amnesty International de se rendre à Ghaza    Davutoglu prochain Premier ministre    La plate-forme de la Soummam fait le consensus    Mariages d'Algérie    L'Association Avicenne dénonce l'imam Birbach Rachid    Les malheurs du même sang    La protesta monte au siège national    Du poisson et de la paella pour accueillir Gourcuff à Oran    Gourcuff se contentera de Neghiz et Mansouri    Tendance à la baisse parmi les universitaires    L'histoire des vacances de l'Algérien    5e édition du Concours national du scénario 2014    Ghourk ay Ul en vente chez les disquaires    Aéroport international d'Alger : Saisie d'une somme de 80.000 euros    Alors que la loi algérienne est stricte sur le sujet : Le travail des enfants en été bat son plein    Vers où se tournerait le regard, sinon vers l'armée ?    Eviter l'illusion bureaucratique et s'attaquer aux raisons fondamentales du trafic des produits aux frontières algériennes: les subventions ?    Bourses : Les places européennes revigorées par un indicateur immobilier américain    Projet de construction à la cité des Sources: Saïd Bouteflika défie de donner une seule preuve pouvant justifier les rumeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.