Au CPP de Radio M – Gaid Salah, nouvel homme fort, le DRS out et le FFS en médiateur    Le ministre égyptien des Affaires étrangères à Alger    Tibhirine: Louh nie toute entrave à l'enquête    Tunisie: Un agent de la BAT tué à Manouba, deux terroristes capturé à Kébili    Tunisie: Une mine explose au passage d'un véhicule militaire à Sakiet Sidi Youssef    Algérie - Le holding Injab va construire 4 usines de logements préfabriqués en 2015    Mali: Engagement des mouvements politiques armés à respecter le "cessez le feu" et "la feuille de route"    Algérie: engouement grandissant des agriculteurs de Mila pour le crédit R'fig    Ayant contracté une blessure mardi face à Schalke 04    Ligue 2 Mobilis    Le derby de vérité pour Soustara    L'Entente dès demain à Kinshasa    Ebola: un épouvantail?    Championat de Ligue 1 Mobilis de football/ 8e Journée    "L'ANP est déterminée à relever les défis"    Célébration de la journée nationale de la presse    Mission impossible ?    Initiative du FFS    La "libération" tourne au cauchemar    Les opposants aux islamistes en ordre dispersé    Bouira "couve" ses journalistes    Conséquence de la hausse des stocks américains    Les députés font le procès du gouvernement    Rencontre professionnelle algéro-tunisienne à Oran    Production de la Renault Symbol à l'usine d'Oued Tlélat    Des associations appellent à leur prise en charge    "Oued El Harrach sera navigable cet été"    Le ministre de la Pêche en visite à Skikda    Migrants africains à l'ouest du pays    Journée nationale de la liberté de la presse à Béjaïa    ORGANISEE PAR LA DELEGATION DE L'UNION EUROPEENNE EN ALGERIE LES 28 ET 29 OCTOBRE À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE    Grève à Tizi Ouzou    Le vent et l'oued    La révolution audiovisuelle n'a pas eu lieu    Algérie: L'ANP intercepte 2.600 litres de carburant destinés à la contrebande (MDN)    Dialogue inter-malien: la Russie salue les efforts de l'Algérie pour une solution à la crise    L'appel du Sud    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    EN BREF    Session de formation en ferronnerie d'art à Constantine    Le secteur de l'énergie redevient le moteur de la croissance    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    EN BREF    Balle au centre    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    L'artisanat cherche acquéreur, l'artisan souffre...    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.