Un état des institutions    Les dangers de la surenchère    Thon rouge : Lancement de 3 fermes d'engraissement en Algérie    Conscientisation    Hausse des prix des fruits et légumes : A quelques jours de l'Aïd el Adha....    Attentats terroristes : Barcelone, Paris, et les fondements culturels du terrorisme    Des logements vides dans des anciens sites de l'Aadl    Que se passe-t-il à la Conservation foncière de Boumerdès?    Le Maroc en ébullition    Début des manoeuvres Séoul-Washington    Temporairement suspendu par Washington    Médaille d'argent pour Belkadi    Bennacer s'engage quatre saisons avec Empoli    Trois Algériens qualifiés pour le tableau final    "Nous voulons être associés"    Et si on s'inspirait de nos ancêtres?    15 blessés dans un accident de la circulation    304 logements sociaux seront attribués    Il était une fois...!    Ali Amran explose la scène    Le théâtre de rue fait son grand retour    Les fêtes traditionnelles attirent du monde    "Le consensus politique entre partis est difficil"    Net recul du déficit commercial    Plus de 70 foyers d'incendie enregistrés    Les syndicats en rangs de bataille    Un hôtel de la mecque évacué aprés un incendie    Les éleveurs de bétail dans la tourmente    Des clubs sans siège, d'autres sans stade...    Damas combattra le terrorisme jusqu'à son éviction totale    Autoval ouvre son nouveau showroom Seat à Béjaïa    Jean Chamoun s'en est allé sur la pointe des pieds le 9 août    Un sondage de RAJ confirme l'ampleur de la désaffection des jeunes Algériens à l'égard de la politique    Toxicomanie : Chiffres et statistiques    ESS : Hamar veut rester au 8-Mai-1945    CAF Champions League : USMA - Ferroviario da Beira fixé au 22 septembre    Littérature : Mouloud Mammeri Appel à inclure ses œuvres dans les programmes scolaires    Le ministère des Affaires étrangères commémore la Journée nationale du Moudjahid    Le Conseil de l'ordre des médecins revient à la charge    Assaut contre Daech sur Tal Afar en Irak    Grande manifestation antiraciste à Boston    Hommage et recueillement à Ifri    LUTTE ANTITERRORISTE    Coupe de la CAF, (quarts de finale/aller)    USMH: Bensemra prend les rênes du club    Production des céréales saison 2016-2017 : Plus de 35 millions de quintaux enregistrés en Algérie    Selon Pyongyang : Séoul et Washington "mettent de l'huile sur le feu"    Bouteflika félicite Mohamed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.