Sauvegarder l'intégrité territoriale et la cohésion sociale du pays    «L'Algérie a été l'un des premiers pays qui ont mis en garde contre le fléau du terrorisme»    Nécessité d'une coopération soutenue entre les deux rives    Reporté au 8 juin prochain    La nouvelle Constitution a levé les entraves au développement de partenariats internationaux    Le retour de la Minurso dans la région pour assumer sa mission attendu    Le Conseil de sécurité se félicite des progrès de la coopération avec l'Union africaine    Les longs déplacements augmentent les soucis financiers    Mahrez meilleur dribleur du championnat anglais    Tous les moyens humains et matériels sont mobilisés    Un hectare de pins d'Alep ravagé par le feu    Les archives Français sur la période coloniale sont minées    LA GAGNE ENTRE UN MESSAGER ET UGO DE LA MARCHE    Deux éléments de Daech arrêté au Kenya    La loi du travail de toutes les tensions    Un intérêt grandissant pour le tri et le recyclage des déchets    BETHIOUA (ORAN) : 3 blessés dans un accident de la circulation    TLEMCEN : Un Chinois fait une chute mortelle dans un chantier    Des ONG européennes dénoncent le pillage    Le premier film algérien pour enfants voit le jour    Coup d'envoi à Tizi Ouzou    Projection de « Zabana » à Mexico et à Windhoek    Les projets de routes ne seront plus engagés à l'avenir sans des études techniques exhaustives    Real Madrid : CR7 se moque du Barça    Omnisports / Tennis - Pro-circuit Future 3 : Hassan et Makhlouf en 8es de finale    Les trois terroristes abattus identifiés    Un rassemblement symbolique à Béjaïa    Les Autrichiens optent pour la troisième voie    Un nouveau gouvernement turc aux ordres d'Erdogan    Des centaines de migrants/réfugiés secourus en Méditerranée    Aoudia, premier libéré    Niati (CR Belouizdad) suspendu pour quatre matchs    Aulas : "La prolongation de contrat de Ghezzal n'est pas facile"    "La mécanique de la relation France-Algérie est loin d'être grippée"    Bon à savoir    NOUREDDINE BAHBOUH, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’UFDS, AU SOIR D’ALGÉRIE :    Jimmy Carter voit une résurgence de racisme en Amérique    Relizane    Nigeria: pénurie d'eau à Lagos    Foire internationale d'Alger: Plus 400 entreprises étrangères attendues    Ces Algériens qui ne veulent pas mourir    Droits d'auteurs: Des actions en référé contre les TV privées    Afin de répondre à la demande de sa clientèle : Algérie Poste émet 25 000 chéquiers par jour    Fin de l'audiovisuel informel    Noureddine Bedoui sur tous les fronts    Les affabulations de Hollande    Rêveries de l'acteur solitaire en compétition    Cartographie des forteresses d'Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.