Rentrée scolaire 2016-2017: plus de 8 millions d'élèves attendus    Aucune matière ne sera exclue des épreuves du baccalauréat    Gaïd Salah inspecte la corvette "EZZADJER" au Commandement des Forces navales (MDN)    L'Iran participera à la réunion de l'OPEP en Algérie en septembre prochain    Aziz Mouats: le FNTA est l'antichambre du théâtre semi professionnel et professionnel (TROIS QUESTIONS)    Bouira : Perturbations dans l'AEP    La demande de liberté provisoire pour Ali Boumbar rejetée pour la 28e fois    La terre a violemment tremblé en Italie    Stades : Pas d'annulation du retrait de la police    MO Béjaïa : Les Crabes rêvent d'une finale historique    JO-2016 : Retour de la délégation algérienne    39e congrès de la FIDH : La LADDH représentée par Me Noureddine Benissad    «La rentrée sociale se fera sous le signe des luttes unitaires»    Mise en place d'un système d'alerte    L'UE désapprouve le contenu de l'article de Politico    M. Ould Ali affirme à Boumerdes la nécessité d'assurer aux jeunes les meilleures conditions dans les camps d'été    Les Bourses européennes ont ouvert aujourd'hui en baisse    Mansouri autorisé à réintégrer le Paradou AC    Mehiaoui, l'autre président du MCO    "Notre parcours démontre que la réussite en Algérie est une réalité"    Un terroriste neutralisé, des armes et des munitions récupérées    France : soutien des uns, peur des autres    5 morts et 221 blessés dans 200 accidents de la route    70 ovins décimés par la clavelée à Sidi Bel-Abbès    Coupure d'électricité demain dans des communes d'Alger    CPI : 9 à 11 ans requis à l'encontre du terroriste malien    Miroir en songe (2 et fin)    "J'ai pleuré l'arrêt de Jornane El-Gosto"    Mauvais traitements sur ascendant, agression, détérioration des biens d'autrui…: Un individu condamné à neuf ans de prison    Santé: Les producteurs de médicaments pénalisés par la dévaluation du dinar    Louisa Hanoune critique Bouteflika et la CLTD    Plus de casques dans les stades !    «Des cas l'âge»    Influences mutuelles des insécurités dans les pays arabes    Ukraine : John Kerry rencontrera Sergueï Lavrov vendredi à Genève    Secteur touristiques au Royaume-Uni : Malgré le Brexit, 65% des hôteliers se disent très confiants    Alger : "Ensemble pour un tourisme muséal"    Des articles scolaires incitent à la drogue    Berlin adopte un nouveau plan de défense civile    Un nouveau cabinet sera soumis au Parlement    déclarations    On prend les mêmes et on recommence!    Messahel représentera le président Bouteflika    Jugurtha ou les aléas de l'Histoire    Tout pour l'argent    Une sélection "professionnelle et artistique" des pièces    Un terroriste se rend aux autorités sécuritaires à Adrar (MDN)    Algérie- La rectification électronique des erreurs dans les actes de l'état civil opérationnelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.