Algérie – Travaux publics : Une restructuration des entreprises étatiques est envisagée    Maroc:la RAM, transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs au Cameroun    Open de Vichy (France) : trois nageurs algériens en compétition    "Fragments de la maison" de Habiba Djahnine ou la poésie au-delà du deuil    Le président français entame une tournée africaine    Grand Prix mondial de volley (dames): coup d'envoi vendredi à Alger de la 2e étape du tour préliminaire    Etats-Unis: un train chargé de produits toxiques déraille et prend feu    Des officiers supérieurs de l'ANP promus    Deux journalistes tués au Mexique    L'Algérie doit optimiser la gestion de ses finances pour éviter un nouveau choc pétrolier    Yémen: 21 morts dans des combats    Wimbledon - Nadal éliminé dès le deuxième tour    L'Union africaine inquiète de la situation politique en Guinée-Bissau    On meurt de la rougeole aux Etats Unis    Retour du virus Ebola au Liberia    Nucléaire iranien : un accord en vue    Classification de l'Université d'Alger comme monument historique    Tunisie:l'armée pilonne le mont Mghila (Sidi Bouzid)    Algérie:création prochaine d'une instance pour organiser l'investissement sur fonds de Zakat    Maroc:le Conseil de gouvernement examine la Stratégie nationale pour l'emploi 2015-2025    Libye:contretemps dans les discussions de paix au Maroc    JSK : Benlamri rejoint l'ESS    Lune 15 / Mythologie du chat et de la chkara    Maghnia : Plongée dans le théâtre de l'absurde    Des veillées culturelles à la recherche d'un public    Oran, Tlemcen et El Bayadh : Regards croisés sur les soirées du Ramadhan    ESS : Djahnit s'engage pour deux ans avec Al-Arabi    Officiel : Carvalho prolonge d'un an à l'ASM    Création prochaine d'une instance pour organiser l'investissement sur fonds de Zakat    L'Algérie se félicite du rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats Unis    Importations: Le problème de véhicules bloqués réglé prochainement    L'Etat veillera à l'application rigoureuse de la loi contre ceux qui veulent compromettre l'avenir de Ghardaïa    Gaïd Salah préside la cérémonie de remise de grades à des officiers supérieurs de l'ANP    Egypte:le gouvernement s'engage à soutenir pleinement la répression contre les terroristes    "L'Algérie est importante pour la paix dans la région"    Boudebouz à Montpellier pour 1,7 million d'euros    Hommage au musicien cheikh Namous    Apulée de Madaure s'invite à Constantine    Deux morts et 12 blessés dans six accidents de la route    Batna : Plus de 15.000 téléphones portables saisis    Barème des rémunérations : Les architectes haussent le ton    Fermeture de trois cliniques privées et une pharmacie    Sécurité sociale : 15% des employeurs payent leurs cotisations en retard    Ghoulam, Mahrez, Djabou et Meghni, les invités d'honneurs des finales    Industrie : Hausse de la croissance industrielle publique hors hydrocarbures    Un terroriste abattu à Aïn-Defla    Le MSP égratigne le gouvernement    AGENDA CULTUREL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.