Vers la création d'un conseil national des associations de jeunes    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Pour l'ambassadeur des Etats-Unis à Alger : Les relations algéro-américaines n'ont jamais été "aussi bonnes"    La France retarde la livraison du Mistral à la Russie    Ukraine : Règlement impossible sans un compromis avec la Russie    Equipe nationale : Match amical contre la Tunisie le 10 ou le 11 janvier 2015    Ligue des champions : Manchester City-Bayern Munich (3-2)    Projet de loi relatif à la création du fonds de la pension alimentaire : Les députés adoptent le texte à l'unanimité    Prix du pétrole : Le brut accentue ses pertes    Aménagement des parcs industriels : Sélection prochaine des bureaux d'études    Bourses : Les places européennes en hausse soutenues par la croissance américaine    Nul n'affectionne l'euthanasie politique    Saisie de plus de 40 kg de kif traité    Attention aux gaz !    Boudiaf promet une « excellente nouvelle »    Bejaia : La fermeture de la décharge intercommunale de Biziou au centre d'une enquête    « Les relations algéro- américaines n'ont jamais été aussi bonnes »    en bref    «Un des assassins du Français Hervé Gourdel a été éliminé par l'ANP»    300 000 enfants travaillent en Algérie    La formation est «bénéfique» pour les maires    Le partenariat d'exception plaide pour un traité de fraternité    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    Constantine projette une exploitation optimale de ses infrastructures    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    El Anka, phénix du chaâbi    Le Caire veut conforter son rôle régional    Pari ou péril jeunes    Saâdani tente de contenir la protesta de ses députés    « Ce que met la FAF à la disposition des Verts est exceptionelle »    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Le tort des uns et des autres    Restructuration du Val d'Hydra    Le Barça cartonne, Chelsea pulvérise Schalke, Agüero et City coulent le Bayern    Ouverture d'un Colloque à Alger sur "les régimes militaires au Maghreb: de l'antiquité jusqu'à la fin de l'ère ottomane"    La fête de la S'beiba de Djanet classée au patrimoine immatériel de l'humanité (Unesco)    Lutte au finish pour le titre de champion d'hiver    «Rien n'est laissé au hasard»    Moines de Tibhrine: La justice algérienne œuvre dans le cadre de la loi (Louh)    L'Egypte rouvre mercredi le point de passage avec Gaza    Ferguson sous surveillance, manifestations à travers les USA    Quelle sera la riposte de l'Opep?    Du nouveau dans le corps de la Sûreté nationale    Réactions mitigées des députés    Des villageois refusent sa délocalisation    Le Festival du film arabe est maintenu à Oran    Un duel plus serré    Près de 7000 femmes victimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.