Espagne: Messi buteur record en Liga, Ronaldo éclipsé    Ligue 1 Mobilis (11e journée): le MO Bejaia reprend les commandes    Ligue 1 de France (14e j) : l'Algérien Zeffane (Lyon) non retenu face à Bastia    Haute commission mixte algéro-qatarie : 15 accords et un mémorandum d'entente en attente de signature (Messahel)    La chute des prix de l'or noir met à mal les finances de pays producteurs    Le marché pétrolier entre dans une nouvelle ère    "Massarat", l'unique périodique littéraire algérien reparaît après des années d'absence    La Compagnie algérienne "KBS, nouvelle génération" remporte le Prix du Jury du 6e FCIDC    La chute des prix du pétrole défie le boom du schiste aux Etats-Unis    Les représentants de l'UE «venus écouter»    Education nationale: pas d'effet rétroactif pour l'application des promotions (Benghebrit)    Beni Mileuk : Deux terroristes abattus    Adieu l'humoriste et merci...    L'ex-UP cédé au commissariat de l'évènement de 2015    Réunion de l'Opep sous haute tension, face à la chute du pétrole    Environ 250 immigrés Syriens secourus au large de Chypre-nord    La Tunisie votent pour une présidentielle historique    Sellal entame une visite de travail au Qatar    Guerre des mots autour de la «patate»    Amar Saâdani charge l'opposition    La scission au sein du RND consommée à Tizi Ouzou    en bref    Coach Vahid, un rêveur en Uchronie !    Le dossier de l'Algérie a de «grandes chances» d'être accepté    20% des enfants connaissent un retard de croissance à cause de la mal    Jactance démocratique en recul    «Des avancées significatives», en attendant mieux    Le stress souvent à l'origine de la colopathie fonctionnelle    Planification familiale : des spécialistes soulignent l'importance d'a    le petit pois    CAN-2017 : un cahier de charges peu contraignant, mais...    Le cinéaste Abderrazak Hellal ressuscité    Les Algériens à la découverte de cultures venues d'ailleurs    Afrique-pays émergents : donnant, donnant    Menace djihadiste : La France en première ligne    Selon le quotidien Rossiïskaïa gazeta : Washington insuffle à l'Europe la peur de la Russie    Nucléaire iranien : De nouveaux obstacles dans les négociations    Inter Milan : Un derby comme baptême du feu pour Roberto Mancini    El Oued : Formation en aquaculture pour 4.500 agriculteurs    Boumerdès : Amélioration attendue dans la production d'olives et d'huile    Hassi-Messaoud : Plusieurs projets de développement lancés    Coupe Du Monde des Clubs : Younes : "Nous ne craignons personne"    Japon : Le déficit commercial s'est réduit de 35,5%    Islamisme incontournable ?    Nouvelle promotion de lieutenants de police    Le cinéma algérien en 10 leçons    DÉBUT DU TROISIÈME ROUND DES NÉGOCIATIONS À ALGER    L’entretien de la semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.