«Tous les secteurs sont ouverts à l'investissement privé»    Baisse de l'activité industrielle dans le secteur public, stagnation    Algérie-Russie : Les deux parties veulent booster les relations économiques    Assez de décentralisation    Importations : Création d'une cellule pour un meilleur contrôle aux frontières    Un bébé palestinien brûlé vif par des colons israéliens : L'Algériecondamne avec vigueur ce crime odieux    Lutte contre le terrorisme : Massaoudou a salué les efforts consentis par l'Algérie    Crise libyenne : M. Leon à Alger pour booster le dialogue interlibyen    EN U23 : Tasfaout pour renforcer le staff technique ?    Verts d'europe : Taider pisté par le Werder Brême    Selon Lamamra : L'Algérie a contribué à la formation des cadres africains    En raison des multiples dysfonctionnements : Fermeture du service de gynécologie obstétrique du CHU de Constantine    Lancement de la 4G,le cahier des charges prêt avant la fin 2015    2.500 Nigérians chassés du Cameroun    LG G4, arrivée imminente en Algérie    MobiWire Pegasus, disponible en Algérie    La ville de Lausanne élue ville hôte    Match amical : Bastia s'offre l'Udinese    Un homme recherché arrêté à Ouargla    L'Appel au rassemblement de Djaballah    80% des Algériens ne partent pas à l'étranger    Pourquoi nos villes sont-elles aussi sales ?    Pellicules : comment s'en débarrasser    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout    Un rendez-vous qui peine à créer une dynamique littéraire autour du jeune public    NAHD : Metref : «Il ne faut pas nous juger maintenant»    Les Algériens découvrent une étrange discipline sportive    ANGLETERRE : La famille Ben Laden décimée dans un accident d'avion    Accidents de la circulation: 19 morts et 79 blessés durant les dernières 48H    Mondiaux-2015 de natation : Afane débutera mardi, Djendouci samedi prochain    Le moudjahid Brahim Chibout, un modèle pour les générations (Bouteflika)    Le dialogue politique, thème central de l'université d'été du mouvement El-Islah    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout    Man City fera des folies pour Guardiola    Lutte contre le terrorisme : le ministre nigérien de l'Intérieur salue le leadership de l'Algérie    L'Algérie condamne la mort d'un bébé palestinien brûlé vif par des colons israéliens à Naplouse    Croquettes de camembert    EnquÃate-Témoignages    ScÚnes de vie    JOURNÉE SANS VOITURE DANS LA CAPITALE    LE COUP DE BILL’ART DU SOIR    ACTUCULT    KOLÉA    ONU : Bernardino Leon poursuit à Alger les consultations avec des représentants du CGN libyen    TIZI-OUZOU: Le nouveau wali et le commandant du groupement de Gendarmerie installés    Education : Conférence régionale pour l'évaluation des examens de fin d'année    LA LANGUE, ARME D'UN POUVOIR SPOLIE    De la langue de bois à l'art de communiquer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.