Tunisie : Un animateur vedette jugé pour escroquerie reste en détention    10e congrès du FLN : Rajeunissement du parti, une priorité    Pourquoi la continuité de la violence ?    Métro d'Alger : La ligne Hai El Bard-El Harrach livrée en juin prochain    Affaire de l'autoroute est-ouest : Le procès reprendra demain    Energies renouvelables : L'Algérie mise sur la baisse des coûts de production    Yémen Pas de répit dans les raids, vers un nouveau médiateur de l'ONU    Crise malienne : Optimiste, M. Mongi présage la réussite de l'accord d'Alger    Crimes perpétrés par la France en Algérie : Il y aura sans doute une reconnaissance française    A quand les aires de repos et les stations d'essence ?    « On veut une transition démocratique pacifique »    Fuite des capitaux et migrants périssant en mer    Obama présente ses excuses    USMH-ESS : El Harrach convoite la deuxième place    Barça-Bayern , le choc des titans    Caravane « Coupe d'Algérie 2015 »    Lieu de la vente des billets pour le MOB fixé    L'Algérie se dotera de quatre nouveaux vaccins    Mise en service d'un site Intranet    Arrestation de 19 femmes impliquées !    Belaiz veut préserver leur niveau de vie    Signature d'un accord entre l'Ecole de conservation du patrimoine et l'université Paris 8    Vers la protection des ksours de M'doukal    Dortmund : La Premier League n'intéresse pas Klopp    «L'espoir» toujours loin du Yémen    Des options au lieu de solutions pour la migration clandestine    125 000 logements sociaux publics sont vacants ou illégalement occupés    L'incroyable aventure de 15 harraga algériens    Vétos : La difficile mise bas d'un conseil de l'Ordre    El Oued : Un caricaturiste auditionné par la police    Des avocats d'Oran en grève de la faim depuis trois jours    FCE prêt à accompagner les entreprises étrangères souhaitant investir    Le poète qui aimait la grenade    Unesco : Une convention pour prévenir les conflits interculturels    Babar : Les tapis de la misère    8 millions de documents délivrés avant novembre    Large affluence aux journées d'information sur le centre d'instruction de l'infanterie d'In-M'guel    Bedoui annonce un projet de restructuration    « La France reconnaîtra tôt ou tard ses crimes en Algérie »    Rezgane interdit de toute fonction liée au football    Barcelone-Bayern et Juventus-Real    Tunisie:trois militaires et dix terroristes tués, nouveau bilan de l'opération de Jebel Salloum    RIEN NE VA PLUS AU PARTI FLN : Bras de fer entre Saadani et Belkhadem    Mali: l'ONU a l'"espoir" que les rebelles signent l'accord de paix    La générale de la pièce ‘‘Salah-Bey'' remporte un vif succès à Constantine    Europa League : Ghoulam et Naples fixés sur leur adversaire en demi-finale    Un sommet UE-UA consacré à l'immigration prochainement à Malte    Les décisions du sommet de l'UE sur l'immigration sont "loin du compte"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.