Grine assène ses vérités    Djemai se plaint de Khaoua auprès de Sellal    Un cinquième terroriste abattu à Skikda    Gaïd Salah : " Aller de l'avant, vers ce qui garantit à l'Algérie la puissance militaire aspirée"    Opposition, pouvoir, les idées sont figées    Société algérienne SAFAV-MB : Livraison de 480 véhicules Mercedes-Benz    On met les bouchées doubles    Or noir : Les cours rebondissent en Asie    El GHazi accuse les jeunes    L'Algérie dispose d'un réseau routier de 118 567 km    Bourse internationale / Zurich : le SMI recule nettement, UBS aussi    Appel à une rapide mise en oeuvre    Turquie : Au moins 80 pays participeront au premier Sommet humanitaire mondial    L'ONU veut faire reprendre le dialogue    Les Espagnols rappelés aux urnes    Tunisie : Essid souligne le souci de révéler les circonstances de la disparition des deux journalistes en Libye    Mahrez et Leicester champions d'Angleterre    Presse sportive algérienne (1962-2016) : Evolution constante face aux défis du numérique    L'Algérie vise une place à Rio    Les épreuves programmées pour ce week-end à Oran    Tamanrasset : Plaidoirie pour lutter contre la prolifération des déchets    Les maths et les femmes font-elles bon ménage?    Portes ouvertes à la Cnas d'Alger    Réunion ministre de l'industrie et des mines-délégation de l'UPM : Préparation de la Conférence des ministres en charge de l'Industrie des pays du ...    Une semaine de "feu" pour la Protection civile    Houria Aïchi à l'affiche    Caravane "Cinéma pour tous"    Captain America: Civil War à l'affiche    14 morts dans un nouvel attentat antichiite à Baghdad    Le championnat pour reprendre du poil de la bête    Un prix spécial pour le gouvernement algérien    Un calendrier non unifié !    Les risques sont minimes en Algérie    Ils sont menacés de licenciement    L'Algérie a réalisé de "grandes avancées"    Qu'en pensent les Algériens ?    Un site enchanteur    L'Atlético entrave la voie à Guardiola et se qualifie pour la finale    «El-Ghalta» gagne les faveurs du public    Festival «Mawazine Rythmes du monde»    MCA-USMA pour lancer la nouvelle saison    Real : Zidane félicite à son tour Leicester et Ranieri    Un gel délibéré pour une anarchie programmée    Droits d'auteur: Des TV privées hors la loi    France : Hausse des actes antimusulmans    La liberté de la presse mondiale : L'Algérie confortée par la Constitution amendée    Le peuple sahraoui dans l'attente d'une résolution du Conseil de sécurité    Participation de deux pièces algériennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.