RND: Les opposants à Ouyahia reprennent du service    Mirage de la démocratie «apaisée» promise    La république de l'intox    De janvier à mai: La facture d'importation de véhicules baisse de plus d'un milliard DA    251 milliards de DA récoltés: Les limites de l'emprunt obligataire    Le Brexit, c'est quoi au juste ?    Réactions après le tirage au sort des éliminatoires du Mondial-2018    GC Mascara; La restructuration du club en marche    O. Médéa: Dans l'attente d'une solution aux problèmes financiers    Touta, le village oublié    Malades chroniques, accidents de la route, rixes, agressions: Plus de 200 personnes prises en charge, quotidiennement, aux UMC    Constantine - 1 566 poches de sang collectées depuis le début du ramadhan    18e anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès: Des partisans du MAK tentent de perturber la commémoration    Constantine - Programmes du Ramadhan: Les artistes crient à l'exclusion    Constantine - Constantine honore plusieurs personnalités    4,5 milliards de dollars pour le marché américain    5 personnes activement recherchées arrêtées dans des opérations coup-de-poing    La police judiciaire dresse son bilan de la première moitié du mois sacré    Périple d'Ouyahia    Les citoyens soulagés    L'Algérie se tourne vers les opérateurs locaux    Le miracle aura-t-il lieu?    "Grande confiance en Mahrez et en les Verts"    "Douter de nous? Certainement pas!"    L'Ecole supérieure de la sécurité sociale inaugurée le 5 juillet    Les ambitions du secteur des transports    Brexit : Un coup dur pour les marchés, mais ne semble pas menacé    Sans les collectivités locales : Pas de refondation possible de l'économie    Un débat sur fond de tension    Brexit: et maintenant?    La gendarmerie traque le crime    12 ONG appellent à accroître "l'aide financière"    Le Groupe Tahkout s'engage avec Hyundai    Sécurité collective arabe inexistante    Une très belle quaâda chaâbie    Bijouterie kabyle : Tout pour lutter contre la contrefaçon et les fluctuations du marché    L'animation débute avec Chenane et les Bermudes    17 qx de kif traité saisis à Tlemcen, Chlef et Béchar    Les signatures validées pour un référendum anti-Maduro    Poursuite des combats pour la reprise d'Alep    L'effet domino    Le souhait des boulangers    Quel avenir pour les Crabes ?    Deux dépouilles découvertes à Bouira    Hommage à Hadj Mohamed Tahar Fergani    Voyage au coeur de l'Andalousie    Deux tentatives de reconstruction du discours religieux musulman    Ghoulam : «Rendre nos supporters fiers de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.