Algérie- Les premières voitures ‘'Seat'' sortiront de l'usine de Relizane au 2eme semestre de 2017    Démantèlement d'un réseau de soutien aux groupes terroristes    Alger condamne l'attentat de Londres    Ahmed Benfares président du conseil de l'Ordre des pharmaciens de la région de Blida    Logement : les programme LPP et AADL maintenus    Bou Saâda, wilaya déléguée    Carnet de bord des législatives 7    L'Algérie et le Maroc se considèrent comme les gendarmes de l'Europe !    France-Algérie : le Premier ministre français en Algérie début avril    Brèves...    Les 5 chantiers qui attendent Zetchi    Une mise à jour décisive pour le titre    Mahrez un remplaçant de luxe de la MSN !    Le ghetto de Maghnia, un 6e continent !    Le Snateg maintient ses revendications    Lancement de la carte météorologique sur le web    Retenu, torturé et assassiné par les paras de Massu    Timgad : Une comédie en ruine    Après le MaMa le MaMo    La grippe aviaire s'étend au Japon    Mebarakou : «Les points du Clasico sont importants»    Soudan du Sud: des sanctions évoquées à l'Onu    2,7 tonnes de cocaïne saisies au large de l'Equateur    Les cours du pétrole orientés à la hausse en Asie    Afghanistan : 400.000 enfants vont abandonner l'école en 2017    Somalie : au moins 10 morts dans une attaque d'Al-Shebab    [Le BLOG ECO] Présidentielle française 2017 : It is the economy, stupid!    Mettre le paquet aussi pour convaincre le nouveau sélectionneur    Selon la gazzetta dello sport, Ghoulam entre ...........    Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale    Repères    L'appel des producteurs agricoles    Philatélie : L'histoire de l'Algérie à travers le timbre-poste    Le RC Kadiogo disqualifié après les incidents du match face à l'USM Alger    Ghouini appelle à une participation massive aux élections législatives    MCA-JSK : un clasico miné par la rumeur    FLN-RND : la guerre sourde des frères ennemis    "Sétif, la fosse commune : massacres du 8 Mai 1945" primé à Paris    Boumerdès: Trois morts dans un accident de la route    Chlef: Les eaux usées, un casse-tête    A quand le changement tant attendu ?    Numérotation nationale unifiée des listes des candidats    Ould Abbès limoge Salima Athmani    Deux partis devancent leurs concurrents    Une deuxième campagne sera lancée après la rentrée scolaire    Ooredoo dévoile sa dernière innovation " Haya ! " : "Venez vivre l'expérience Ooredoo !"    Kiriya, Firmus    Les vêtements dans tous leurs états !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.