Le FFS chez les syndicats dès aujourd'hui    Indispensable contrepouvoir    Coupe d'Algérie : Tirage au sort le 1er décembre    CAN-2015 : L'option juin 2015 se précise    Conflit libyen : Al Theni prêt à dialoguer avec ses rivaux    Loi de finances 2015 : Le timbre pour le passeport passe à 6000 DA    Alnaft obligée de revoir sa copie    De l'idéal social de Novembre aux perversions rentières    Le programme de 2007 enfin clos    La France ne remettra jamais des archives qui "lui font tort" (ministre des Moudjahidine)    Sellal, Modiano et le rêve numérique    Les féministes entrent en scène    L'université 8 mai 1945 honore Benamar Médiene    Maroc-Grève contre le régime des retraites : le gouvernement rappelle la réalité des chiffres    Burkina Faso : L'armée annonce la formation d'un organe de transition    British Council: lancement à Alger d'une nouvelle session de formation au profit des enseignants de la langue anglaise    Algérie: L'année 2015, une nouvelle étape dans la bonne gestion du secteur de la santé (ministre)    Régimes des pensions au Maroc: Le CESE recommande de relever l'âge de la retraite à 63 ans    Lamamra qualifie l'escalade verbale marocaine de "mauvaise stratégie"    Egypte: plus de 1000 familles évacuées du Sinaï pour créer une zone tampon avec les frontières palestiniennes    Ebola: Premiers tests du vaccin en Suisse    Téhéran dément qu'un accord soit "finalisé"    L'Algérie a perdu 7 places dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale    "C'est une nouvelle page que nous allons ouvrir"    L'Afrique à reculons    NAHD : Les sang et or veulent battre le CSC    Près de 40.000 cas chaque année    Quatre narcotrafiquants tués par l'armée à Adrar    Il a remis ses lettres de créance au Président Bouteflika    Les rappelés du Service national marchent à Tizi Ouzou    Ça va bouger devant    Notre confrère parmi les favoris pour le Goncourt    Tunisie-législatives: résultat final, Nidaa Tounes prend 85 sièges, 69 pour Ennahdha    Algérie:Ouverture à Boumerdès du 1er Salon régional Centre de la pêche et de l'aquaculture    Fruits et légumes : Des augmentations de prix «passagères» qui durent !    Mouvement Barakat : «L'indépendance n'est pas achevée»    POLITIQUE ÉTRANGÈRE DU PAYS    Trucs et astuces    Passeport : Le timbre fixé à 6000 DA, et plus de 3 000 000 de dossiers déposés    Nouvelle ville de Hassi Messaoud : Un groupement d'entreprises algériennes pour la réalisation des VRD    Ouled El-Houma    USM Alger    Sous la menace d’une suspension qui le priverait du choc face à l’ES Tunis    CE MONDE QUI BOUGE    II FUT INSTRUCTEUR DE SAMORA MACHEL    Le coup de bill’art du Soir    L'Entente veut assouvir sa soif de trophées majeurs    Les associations sauvent des programmes officiels rebattus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.