Le parquet a requis 10 ans de prison contre Chouaïb Oultache    PM provisoire, échange chèque obligatoire contre suppression TAP. Intermédiaire s'abstenir    Des Douanes à Air Algérie    Plus de 250 exposants au rendez-vous    En bref...    Repère : Le danger israélien    MO BéJAïA : Amrani sur le départ    Real Madrid : Ancelotti limogé    des bonbonnes de gaz dans les colonnes montantes    hôpital pont blanc à Annaba : fuite d'un malade potentiellement dangereux    Jijel : Des projets pour le revêtement des routes    L'université d'été    Le premier ministre Abdelmalek Sellal face à l'urgence d'un nouveau management stratégique au Ministère de l'Energie ?    Séisme politique à Madrid et à Barcelone    Ain Témouchent : Il perce le mur d'une bijouterie et s'empare d'un milliard de bijoux    UNIVERSITE DE MOSTAGANEM : Le premier colloque international sur ‘'l'information religieuse''    Un pan méconnu de la culture nationale    Vers la retransmission des matches de Ligue 2    Klopp : « Ce fut un honneur d'entraîner le Borussia »    Maradona : « Nous avons un dictateur à vie à la tête de la Fifa »    Tunisie-Fusillade à la caserne de Bouchoucha: un cinquième militaire succombe à ses blessures    OM : Bielsa parti pour rester ?    Soustara au bord de la catastrophe    Belkalem rejoue, 7e but pour Medjani    Tunisie:un soldat tue un colonel et blesse huit miltaires    Benflis veut ratisser large    Les partis ont investi le terrain    Pétrole:le plafond de l'OPEP restera sans doute inchangé (ministre iranien)    Les finances publiques en danger    La plage interdite à la baignade    12 contrebandiers arrêtés et 10 quintaux de kif saisis    Lamamra mercredi au koweït pour la réunion de l'OCI    L'aviation libyenne boùmbarde un navire au large de Syrte    SKIKDA - L'Entreprise portuaire : bilan et perspectives    Le rêve monstrueux d'une Algérie sans jambes    Trime, trime    Changements à la tête d'entreprises et institutions financières    Redécouverte de la facette méconnue du poète de l'Enfant-jazz    Médicaments contrefaits : Il n'y a pas de fabrication en Algérie    Affaire de dilapidation de deniers publics : Audition des témoins à la Cour de Boumerdès    Terrorisme : Procès jeudi prochain de 34 individus pour assassinats, rapts et pose de bombes    Une évolution linéaire    Tébessa : Une exposition-concours de photographies prochainement    Bouteflika préside un Conseil des ministres    L'EI est entré dans le musée de Palmyre    L'Algérie à Rabat les 25 et 26 mai    Tizi-Ouzou rend hommage à Rabah Ouferhat !    Agenda culturel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.