Le président Bouteflika reçoit des messages de condoléances à la suite du crash de l'avion d'Air Algérie    Transfert : Belkalem rejoint Trabzonspor en Autriche    Crash d'avion au Mali: Aucun corps n'a encore été identifié (responsable)    Habitat: 83 entreprises présélectionnées dans une nouvelle short-list de sociétés de réalisation (ministère)    Inauguration de la nouvelle ligne aérienne Tlemcen-Istanbul    Agression israélienne contre Ghaza : une minute de silence observée à Alger    L'Algérie soucieuse d'établir des relations "normales" avec le Maroc (Lamamra)    Tizi-Ouzou : inauguration d'un espace vert à la mémoire du journaliste et écrivain Tahar Djaout    Tlemcen : les plages de Marsa Ben M'hidi prises d'assaut    Tunisie    La justice ouvre une enquête préliminaire    Evénements de Berriane    Plus de 6.000 logements sociaux lancés avant fin 2014 à Constantine (OPGI)    Après Sétif    Libye: Le nouveau parlement décide de se réunir en urgence    Le président Bouteflika décide d'une aide pour la Palestine de 25 millions de dollars, particulièrement pour Ghaza    Les Libyens voyaient en lui leur sauveur    Tunisie    Malgré une saison difficile l'année dernière    Un missi dominici pour Ghardaïa !    Mascara    Au-delà du changement des premiers responsables    Accidents de la circulation    Algérie: 840 millions USD d'importations exonérées de droits de douane au port d'Oran    L'APRUE lance un programme d'évaluation de l'efficacité énergétique    Probité    à l'occasion du 15e anniversaire de son accession au Trône    Comment les Européens, la France en tête, financent Al Qaîda    Accouchement dans l'avion Oran-Grenoble    Deux nouvelles productions en préparation    Préservé par les Touareg du Tassili    Comment éviter le fair-play financier ?    Comme catharsis, 24 ans après la guerre    Troubles à l'ordre public à Aïn Azel    Quelle partie de dominos?    Boudebouz intéresserait Southampton et Sociedad    Les Algériens auraient pu mieux faire    Une partie de la mémoire des Constantinois s'en va    Rajeunissement imminent des Verts !    Classement ATP, Djokovic et Williams dominent toujours le top 10    Fiba-Afrique (élections), deux candidats pour la présidence    Tajmaât et les sources d'eau, des lieux de mémoire ignorés    Les sages-femmes s'imposent    L'ONCI organise les soirées du CASIF 2014 de Sidi Fredj    Volkswagen : Etablissement de deux nouvelles usines de production en Chine    Fin du ramadhan : Les Algériens repartent en vacances    Animation durant le Ramadhan : Rush des citoyens vers les lieux de loisirs    Au grand bonheur des familles : L'opération de relogement reprendra à la mi-août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.