Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement    Amical : Leicester se prend une correction face au PSG    L'Afrique centrale mise sur un accord économique avec l'UE    Relizane: Installation officielle du nouveau procureur général    Sahara Occidental: Rabat persiste et signe    MC Oran: La préparation bat son plein à Sétif    USM Khenchela - Athmani cède à la pression: Une course contre la montre est engagée    AS Ain - M'lila: Bensid Cheddad veut redorer le blason du club    Importants dégâts et évacuation de 68 familles: Un immeuble de quatre étages ravagé par un incendie à Bab El Oued    Accident mortel à la cité Emir Abdelkader    La terre a tremblé à Chlef et Aïn Defla    Dormir sur ses lauriers    Tlemcen: Un riche programme culturel pour l'été    Taux de chômage en Algérie : Baisse de près de 10% en avril 2016    La vie des arabes compte pour du beurre    Céréales : Amélioration du rendement dans le sud du pays    Comment ?    À l'occasion du 17ème anniversaire de son accession au trône : Le président Bouteflika félicite le souverain marocain    Une vie passée dans les rouages du pouvoir    Bientôt de nouvelles lois    Le chômage recule, la précarité avance    "L'équipe est remaniée à 50%"    Ziani retrouve la Ligue 2 après 7 ans    Erdogan sermonne les Occidentaux    Sécurité renforcée à l'aéroport d'Amsterdam face à la menace terroriste    Il rafle le Prix d'excellence BLI 2016    Des perturbations de réseau qui apportent un plus    7 morts et 28 blessés    Deux enfants meurent noyés dans une mare d'eau    Une femme poignarde son époux    Trève estivale    "Boycotter n'est pas à l'ordre du jour"    Bientôt dans un coffret collector    Zoubir Belhour le Buster Keaton algérien    L'Algérino à la conquête d'Oran    Les touristes étrangers boudent la France    L'élite met les bouchées double    Un superordinateur de la taille d'un livre ?    Les travailleurs de Sonatrach menacent    L'Algérie pointée du doigt par le département d'Etat américain    Les affrontements se poursuivent entre policiers et manifestants    Le Japon veut tester son ascenseur vers l'Espace    Mercedes réussit son pari de bus autonome    Le site archéologique délimité    L'artiste-plasticienne expose ses oeuvres aux USA    17EME ANNIVERSAIRE DE SON ACCESSION AU TRONE : Le président Bouteflika félicite le souverain marocain    Une contribution majeure au rayonnement du cinéma arabe    Aucun militant du FNA ne paie sa cotisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.