un document d'accord de paix comme base solide de négociations    Législatives sur fond de violence    En raison du virus Ebola    Basket-ball    Athlétisme    La CNLTD tranche sur les consultations lancées par le plus vieux parti de l’opposition :    Air Algérie face à ses clients : l’enjeu stratégique    BORDJ-BOU-ARRERIDJ    Mini-donuts    Comment retrouver des cheveux naturels ?    Croquettes de viande    Le coup de bill’art du Soir    Les enfants des nuages, derniÚre colonie au festival des libertés de Bruxelles    5e Festival international du théâtre de Béjaà ̄a    « Remettre la filière dans le bon sillage »    Algérie: une nouvelle Ecole supérieure d'hôtellerie prochainement à Alger    Algérie: Tassili Airlines inaugure une nouvelle ligne commerciale Alger-Tlemcen-Alger    « Il est essentiel d'encourager la jeune génération »    Une société à vau-l'eau    Le défi de l'association Santé pour tous à Constantine    Tayeb Louh : «L'affaire des moines de Tibhirine avance normalement»    Tunisie : scrutin sous haute tension    FFS : l'épreuve du consensus    Transition-transaction    «Les revendications de la Protection civile et des Douanes prises en    Que la justice passe    Dialogue inter-malien : une suspension qui dissimule un échec ?    Le CS Constantine sous pression    Mobilisation tous azimuts pour redémarrer le haut fourneau    62 amendements du projet de loi de Finances 2015 approuvés par l'APN    Patrimoine : la ministre de la Culture s'engage à rattraper les retard    Au pays de Boubagra, ce n'est toujours pas le raz-de- marrer !    L'Algérie dans le top 15 pour la première fois    29 000 tickets pour la finale aller entre l'AS Vita Club et l'ESS    Grine à l'occasion de la journée nationale de la presse : Tout pour une presse    Ligue des Champions UEFA : Les 5 raisons pour lesquelles la soirée de mardi restera dans l'histoire    Le déplacement des juges français en Algérie s'est passé dans des conditions satisfaisantes (Quai d'Orsay)    Real Madrid: Ramos et Pepe aptes pour le clasico    Saisie de 2.800 litres de carburant et 2 véhicules à El Oued    Les prix du pétrole enregistrent une légère baisse vendredi    Le ministère de l'Education engage une réflexion sur l'élaboration d'une charte d'éthique professionnelle (Benghebrit)    La commission de l'UA souligne l'importance de l'initiative de l'Algérie pour faciliter la tenue d'un dialogue inter-libyen    Installation des nouveaux directeurs généraux des caisses des assurances sociales (ministère)    Ebola : le bilan de l'épidémie grimpe à près de 4.900 morts (dernier bilan OMS)    Tunisie: échange de tirs entre forces de l'ordre et terroristes présumés jeudi à Oued Ellil    Débat sur le PLF 2015 à l'APN: l'abrogation de l'article 87bis saluée par les députés    L'Egypte et l'Algérie font face à des « défis » induits une situation dangereuse dans le monde arabe    60ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération : Zitouni s'enquiert des préparatifs du spectacle inaugural    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.