L'otage japonais Kenji Goto exécuté    Un continent malade de la longévité de ses dirigeants    La situation en Libye perturbe les échanges commerciaux entre Tunis et Tripoli    Gourcuff près de l'objectif assigné par la FAF    Le Qatar affronte la France en finale    La CAF envisage de nouveaux critères    L'Algérie occupe la 4e position mondiale    "L'Algérie tiendra bon face à la crise"    Plaidoyer pour la création d'une inspection chargée du suivi pédagogique    La mare de Marianne    Les risques d'une démarche    Des gendarmes en véhicules banalisés    4 blessés dans l'effondrement d'une bâtisse    12.000 logements LSP livrés en 2015    Le cancer du poumon touche 3500 personnes chaque année en Algérie (spécialistes)    La banque mondiale met en garde contre les risques d'épuisement des réserves en devises de la Libye    Une délégation du ministère de l'Intérieur français en visite à la sûreté de wilaya d'Oran    Terrorisme, l'autre facette (II)    «Zoobazar» enflamme la scène    La culture occidentale depuis la Grèce antique    Les Verts veulent refaire le coup de Cabinda    647 mineurs cités dans des affaires de criminalité à travers 11 wilayas    Sous le thÚme «réussir»    ACTUCULT    30e Coupe d’Afrique des Nations (quarts de finale) : ce soir (20h30) à Malabo, CÃŽte d’Ivoire - Algérie    Nouveau magazine culturel sur le Web    Education    OUVERTURE DE L’AVIATION CIVILE AU PRIVE    La sciatique    Le ministre italien des Affaires étrangères, demain à Alger    Vincenzon Nesci parle des nouveaux défis de Djezzy    Hanoune s'en prend à Ali Haddad    Maroc : Le roi Mohammed VI préside un Conseil des ministres à Fès    Lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme : Louh exprime son satisfecit    Le bilan mitigé de l'APN    Pour en finir avec la troïka : Athènes se dit prête à renoncer à 7 milliards d'euros    Le "Vieux Lion" qui défia Hitler    24e édition du Sicom, du 8 au 12 avril place à la maintenance informatique    Sellal remet des lettres à des chefs d'Etat membres de l'APPA    L'Etat islamique revendique des attentats    Le FCE appelle au renforcement du partenariat    Handball n'est plus et ne sera jamais sans une réforme en profondeur    Equipe nationale de handball : de Héros à la case zéro    Susciter des vocations et consolider la formation musicale    La mauvaise gouvernance désignée du doigt    Calendrier vaccinal doit être respecté pour une meilleure protection    Les boissons sucrées pourraient augmenter légèrement le risque de canc    Oran : Une délégation du ministère de l'Intérieur français en visite à la Sûreté de la wilaya    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.