Accidents de la route: 62 morts et 2098 blessés en une semaine    Algérie:Les projets de santé feront de Sidi Bel-Abbes un pôle médical d'excellence (ministre)    Ouverture de la session d'automne de l'APN    L'Algérie veut récupérer 25% de son fret maritime au profit de la CNAN à l'horizon 2020    Le public algérien est "partculièrement réceptif" au sponsoring sportif, selon une étude de Repucom    Disponible depuis hier    Conférence de presse, hier, de l'ambassadeur Yang Guangyu    20 mois après l'attaque de tiguentourine    Algérie - L'arrêt du haut fourneau du complexe Arcelor Mittal Annaba inquiète les sidérurgistes    Début des travaux du sommet africain sur la lutte contre le terrorisme à Nairobi    Projet de loi de finances et code du travail au menu    L'université D'été du parti s'ouvre demain    Benflis à l'université d'été du FJD    Selon le gouvernement libyen démissionnaire    Alors que le ministère de la Communication annonce une vaste opération de sensibilisation contre la violence    Real Sociedad    Transferts    DJALIL DAOUDI, DG DE LA MARQUE À SOVAC, À LIBERTE-AUTO    Début des négociations intermaliennes, hier, à Alger    ORAN    BRÈVES du Centre    EL AFFROUN    Algérie:793 projets d'infrastructure hôtelière approuvés (ministre)    Les Ethiopiens attendent de pied ferme les Verts    Ibra revient et Paris cartonne    Le Real complètement renversé    Sellal représentera le président de la République aujourd'hui au Conseil de paix et de sécurité de l'UA    Henry Kissinger: l'ordre mondial occidental en déclin    30% de taux d'avancement des travaux    Réunion de l'ONU sur l'envoi d'une mission d'enquête    Feux de forêts dans plusieurs communes    Le Grand Phare à Jijel n°1 des plages    Il vous matait?    "C'est triste de voir son pays envahi par des étrangers"    21 chaînes privées sans autorisation    Des héros de Nsibti laâziza à Khemissa (Souk Ahras)    Quinze corps de migrants africains découverts en mer    Syrie: Le nouveau gouvernement intronisé et chargé de reconstruire    Marché mondial des produits agricoles : Le sucre tente son rebond, le café grimpe et le cacao reste haut    Syrie: Washington pourrait révéler ses plans la semaine prochaine    Tizi-Ouzou : La rentrée sociale sera marquée par l'attribution de plus de 1780 logements    Sidi Bel Abbès : L'Art plastique à l'honneur    Les Verts au complet à Sidi Moussa    Multiples activités    LE LONG METRAGE SERA PROJETE LE 6 SEPTEMBRE À LA SALLE EL-MOUGGAR    LE PREMIER CAS DE FIÈVRE APHTEUSE SIGNALÉ À L’OUEST    TIPASA    LE COUP DE BILL’ART DU SOIR    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.