L'ONU appuie l'Algérie dans son rôle de médiation pour la paix en Libye et au Mali    Espagne: le Barça flambe, Messi le buteur se fait passeur    Bouchouareb reçoit une délégation française du groupe parlementaire d'amitié "France-Algérie"    Messahel participe mardi à New York au Forum global de lutte contre le terrorisme    Un chef terroriste éliminé dans la région de Tizi-Ouzou (MDN)    Championnat du Portugal (J 5) : deuxième but de la saison pour Slimani, Brahimi et Porto accrochés    D'importantes chutes de pluies enregistrées à Tindouf    Installation de M. Chorfi à la tête de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel    L'Instance de consultation et de suivi vue par le Pôle DES FORCES du changement    L'euro en hausse face au dollar sur les marchés asiatiques    Chambre algérienne de commerce et d'industrie    Priorité à l'allégeance    Nourredine Bedoui, ministre de la Formation et de l'enseignement professionnels, hier au forum de "Liberté"    Le maire d'Alger évoque un problème de prérogatives    Algérie:8e Salon international du véhicule industriel et utilitaire du 24 au 29 septembre à Alger    Tunisie:Le collectif JID lance la plate-forme «Ikhtiar tounes» pour aider les électeurs à faire le bon choix    Plus de 1.250 commerces fermés dans la seule commune d'Alger-centre (maire)    Le RND restructure sa base    Colonisation : Les Sahraouis accusent les Nations unies de complicité    Dialogue inter-malien à Alger : Bamako dit non au fédéralisme, oui à la régionalisation    Industrie automobile ; La première Symbol «algérienne» sortira le 10 novembre    15 jours pour achever les études du métro et de l'extension du tram : Le coup de gueule de Amar Ghoul    Benflis dévoile sa démarche et celle du pôle du changement    Mokri, la révolution et la politique    La JSK suspendue deux années par la CAF : La mort d'Ebossé dévoile au grand jour les failles du football algérien    Mouton de l'Aïd : La fièvre aphteuse plane toujours sur les marchés    Relizane : Les habitants de Merainia réclament le transport scolaire    Alger : L'assassin d'une femme à Baba Hassen arrêté    Football - Ligue 1 : Fin de série pour l'USMA    Commémoration : Il y a 20 ans, le Pr. Fardeheb était assassiné    Les Kurdes de Syrie fuient en Turquie    26 joueurs malawites en stage    Un séisme de 3.6 à Alger    Des pseudos supporters enfoncent l'ESS!    Reprise des négociations indirectes cette semaine    Plus d'une dizaine de troupes au menu    Hommage à Sidi Mohamed Dib    Ouverture en fanfare avec l'Américain Eric Sardinas    Les Verts en stage à partir d'aujourd'hui à Sidi Moussa    Résidence universitaire : Belgaïd à Oran 56 étudiantes hospitalisées pour intoxication alimentaire...    Afghanistan : Ghani et Abdullah ont signé un accord en Afghanistan    Un supporter du RC Arbâa décède d'un arrêt cardiaque    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle : Titularisation de 36.000 bénéficiaires    G20 : Il faut plus d'efforts pour davantage de croissance    La place tokyoïte finit à son plus haut niveau depuis novembre 2007    Benjamin Stora, pour donner un nouvel élan    Aménagement de locaux pour activités culturelles à Ali-Mendjeli    Jeux vidéo : Disney Infinity se relance avec les héros de Marvel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.