In Salah: le chef de la 6e région militaire appelle les manifestants anti-gaz de schiste au calme    Bentobal annonce son départ    La démission de Kerbadj sera-t-elle entérinée?    4G: les équipements engendreront un minimum de changements    Algérie-Italie : Création d'une joint-venture de fabrication de batteries condensateurs    L'Algérie présidera la 9ème Conférence d'examen du TNP à New York (Lamamra)    Une situation complexe et instable    L'Osce va renforcer son rôle en Ukraine    Une délégation de l'ONU à Alep    Un des piliers de la Révolution    L'affirmation identitaire dans l'Algérie antique    Des milliers d'élèves en otage!    Comment accompagner l'Algérienne    Le périple "vert" de Zoukh    Zone mixte ce matin à Sidi Moussa    L'armée récupère une famille dans une casemate    Le projet de loi divise les députés    Le Fonds de pension alimentaire aux femmes divorcées est ouvert    Inter-régions Ouest : Le CRB Hennaya de sortie, l'ASB Maghnia à l'affût    Lorsque les Américains parlent du schiste algérien    DRB Tadjenanet : Le Difaâ voyage bien    OUED EL ABTAL: Distribution de 219 logements sociaux    USM Oran : Est-ce la bonne saison ?    Le 9ème GIR de la gendarmerie baptisé Lahouari Dehiba    TIMIMOUNE: Chantier de bénévolat de printemps    TLEMCEN: 17 corps de Chahids déterrés à Amieur    Les retards de certains projets n'affecteront pas la grande manifestation de Constantine    A la recherche de soi...    38 arrestations lors d'une manifestation    Nécessité d'une lutte efficace    Pyongyang défie les Etats-Unis et procède à des tirs de missile    Equipe Nationale : Soudani ne serait pas du voyage au Qatar avec les Verts    L'OICS accable le royaume de Sa Majesté    Les habitants d'Iouanoughen à Boumerdès observent un sit-in    Alors que le marché des télécommunications est en pleine mutation : ARPTva lancer une étude sur la concurrence nationale    Complexe sidérurgique de Bellara : Lancement d'une enquête d'utilité publique    Afin de pallier le grand déficit de main-d'œuvre agricole : Création d'une école des métiers de l'agriculture    Lutte contre le financement du terrorisme : L'Algérie proposera un protocole additionnel à la convention de l'ONU    Quels principes fondent l'équilibre au sein de la majorité ?    CET,décharges contrôlées et ordures ménagères:le problème est ailleurs    80% des diplômés des établissements de formation ont intégré le monde    Vers la restauration du ksar d'El-Menea    Tout est fin prêt pour la réussite de la 5e édition    Une vitrine pour le secteur des hydrocarbures en Algérie    Balayer devant sa porte, le grand défi    Blocage politique et incertitudes économiques : Le système Bouteflika en panne    Investissement étranger    Les mises au point de Bensalah et d'Ould Khelifa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.