Man United : Mourinho veut un transfert plus cher que celui de Pogba    Real Madrid : Cristiano Ronaldo sur le départ, ce n'est pas du pipeau    Algérie -Le gouvernement se dit prêt à accorder un permis de travail aux réfugiés subsahariens    Juventus : Alex Sandro veut rejoindre Chelsea    Fanzone.dz : Les footballeurs internationaux conservent leur titre de leaders de la twittosphère    Un Salon de l'électricité et de l'électronique au CIC    Les enjeux d'un changement    Le rendement au ralenti    Bourses : Les places européennes oscillent au gré du prix du pétrole    Un nouveau ministre pour bientôt    Riyadh déjoue une attaque d'envergure contre La Mecque    Commerce illégal du phosphate du Sahara occidental : Une société britannique met fin à ses activités    Objectif de la coalition anti-Qatar : Renverser le régime de Doha    Djibouti victime collatérale de la crise du Golfe    Manifestation contre le bouclier antimissile US    Ouganda : Le chef de l'ONU rencontre des réfugiés    Un nouveau cahier des charges pour les TV privées    Financement de l'économie nationale : Le PPP et la modernisation des banques parmi les solutions    Aïd El Fitr à l'ouest du pays : 4 000 commerçants et opérateurs mobilisés pour assurer la permanence    Retard à la salle Harcha    Soustara affiche ses ambitions pour la saison prochaine    Makhlouf disputera les qualifications    Championnat d'afrique de Boxe : Flissi et Benbaziz passent en 1/2 finales    Le cadeau de l'Aïd de Bouteflika    Des cadeaux pour les enfants subsahariens    Du kayak au mont Chenoua    Recueillement, aujourd'hui, à Taourirt Moussa    Le patrimoine andalou revisité    L'humoriste Taher Safir clôture la manifestation    Algérie Poste : M. Dahmani installé en qualité de DG de l'établissement    Un terroriste se rend aux autorités militaires    Les réponses de Tebboune    L'élite à l'heure du mercato    13 mort et 52 blessés en deux jours    Algérie - Le Gouvernement veut taxer les grandes fortunes et exonérer les bas revenus    GB/ Quand Einstein regrettait ses mariages ratés    Hadjar somme les recteurs de sévir    L'Arabie Saoudite et les Emirats posent leurs conditions    Les «années d'or» brillent toujours    L'APN adopte le plan d'action du gouvernement    ATTITUDES    Voyage culinaire    EnquÃate-Témoignages    Mustapha Cherif, penseur et islamologue :    Journées du monologue et de l’humour à Jijel    El-Bayadh: Un bus se renverse, 5 morts et 16 blessés    Mascara: Des saisies et des arrestations    Amel Zen, Raina Raï, El Dey célèbrent la fête de la Musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Bout du tunnel de Aomar Iddir
PARUTION D'UN NOUVEAU ROMAN SUR LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 22 - 08 - 2010

Aomar Iddir vient de publier son premier roman aux éditions El Amel de Tizi Ouzou. Il s'agit d'un roman de 300 pages intitulé Le Bout du tunnel.
Le livre est largement autobiographique, selon l'auteur qui nous a rendu visite à notre bureau de Tizi Ouzou.
L'écrivain, très modeste, nous a confié qu'il a commencé à écrire ce récit quand il avait vingt-cinq ans, c'est-à-dire aux premières années de l'Indépendance.
Il l'a écrit à l'époque puis au fil des années, il n'a pas cessé à le revoir, réécrire certains passages et en réajuster d'autres.
«Au départ, je n'ai pas pensé à la publication. J'écrivais parce que j'en ressentais le besoin afin d'exorciser les années de guerre dont ses traces sont restées indélébiles», nous affirme Aomar Iddir.
Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'une partie de sa propre vie et de son regard sur la guerre d'Algérie avec tout ce qu'elle charrie d'héroïsme du côté des combattants algériens et de lâcheté du côté des colonialistes français.
Le roman d'Aomar Iddir dépeint la période coloniale de l'Algérie à travers l'itinéraire de jeunes enfants ayant grandi et évolué dans un environnement de misère, de faim et de froid, un quotidien aggravé par une discrimination multiforme entre deux peuples antagonistes qui se côtoyaient sans jamais se mélanger. «Raconter ces événements d'une manière plus douce, arrondissant les arêtes des angles les caractérisant, serait occulter, quelque peu, les rudes conditions dans lesquelles ils avaient véritablement baigné», souligne l'auteur.
Notons que l'écrivain Aomar Iddir est consultant et ingénieur à la retraite. Il est de la région de Larbaâ Nath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.