Louh annonce un bilan des réformes de la justice    Le frère de Mohamed Tamalt exige une enquête    Sellal : «L'autorité de régulation de la presse écrite sera installée...»    Pétrole : Le Brent à plus de 47 dollars    Espace : Lancement réussi de trois satellites algériens depuis l'Inde    Tlemcen : Les projets Ansej en baisse    Alors que la ville d'Alep croule sous les bombes : Les Occidentaux et la Russie poursuivent la guerre des mots    Les avertissements de Brahim Ghali    Commentaire : Coup de maître pour un coup d'essai    Tiaret : Ouverture du Salon du cheval    Nouvelles d‘Oran    Education nationale : De nouveaux enseignants seront recrutés    Le 11e FNTP en novembre prochain    Bise du pays du matin frais    11 casemates et 2 bombes artisanales détruites à Batna    Allemagne: deux explosions visant une mosquée    Sellal reçoit le ministre iranien du Pétrole    Leicester - Ranieri : "Nous respectons beaucoup le FC Porto, mais..."    Discours de François Hollande sur les harkis : Une «marche arrière» sur le plan mémoriel    L'Algérie, une des destinations les plus fermées aux touristes    Real Madrid : Messi réconforte CR7    Les Verts à l'étranger / Leicester-Porto - une première dans l'histoire du football algérien : Slimani, Mahrez et Brahimi dans un même match de la C1    Ligue des champions (2e journée) / Groupe E : Monaco pour un autre exploit    Omnisports / Cyclisme - Dopage : Brailsford : «Wiggins avait besoin de ces médicaments»    Deux terroristes abattus par les forces de l'ANP à Médéa    L'AVO de Béjaïa appelle à une marche à Alger    Gabon : la crédibilité du président Bongo entamée entamée    L'ultimatum des parents d'élèves    Elargir l'accès des jeunes    Plus de 3 800 stagiaires inscrits à la session de septembre à Khenchela    L'accord qui met fin à une rébellion d'un demi-siècle    Reprise partielle du trafic    Signature de mémorandums avec l'ONG R20    Recueil de contes populaires dans plusieurs régions du pays en octobre    Le profil bas des autorités algériennes    Des abribus intelligents installés à Alger, AD Display digitalise le mobilier urbain    Clinton et Trump s'affrontent lors de leur premier débat présidentiel    El-Bayadh: Un nouveau souffle aux activités artisanales traditionnelles    Affectés au niveau de 5 tribunaux: Prestation de serment de 30 nouveaux magistrats    Confédération générale autonome: Démission collective de syndicats    Yémen : La coalition arabe veut un règlement d'ensemble    Le suspect arrêté    "La réunion de l'Icso va clarifier beaucoup de choses"    Le championnat d'Algérie le 8 octobre à Batna    Le roi Salmane baisse les salaires de ses ministres    Exposition de bouquinistes    Une exposition de photographies sur l'Algérie    Un million de visiteurs dans les musées du moudjahid du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cherbet qui défie les beaux emballages
LA BOISSON EN SACHET DETRÔNE CELLE EN TETRAPACK
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2010

De pâles copies de la traditionnelle et originale cherbet de Boufarik envahissent les étals.
Défiant les consignes d'hygiène, la cherbet est sur tous les étals, sur toutes les tables durant ce mois de Ramadhan. Elle demeure la boisson préférée des jeûneurs. Née dans la «Perle de la Mitidja», la ville de Boufarik, elle se vend désormais dans tous les quartiers et ruelles d'Alger, voire du pays. Elle est proposée par des marchands dans des sachets en plastique qui ne la préservent pas des rayons du soleil ou de la chaleur. D'aucuns disent d'ailleurs, que c'est la particularité qui défie le bon goût et l'hygiène pendant ce mois de jeûne.
Mais cette boisson, face aux timides apparitions des agents de contrôle d'hygiène, a fini par s'imposer comme le breuvage le plus prisé et consommé au ftour et en soirée, durant le mois de Ramadhan. Que ce soit à Boufarik, à Alger ou à Mostaganem...
A Boufarik on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de ce mystérieux breuvage, cherbet. Un rafraîchissement pour lequel il faut jouer des coudes en cette saison estivale. Ce liquide à base d'eau, de citron, de lait, d'eau de rose et d'autres matières dont certains vendeurs avisés cachent jalousement le secret de la formule, est devenu, en peu de temps, un sérieux rival de la limonade.
A telle enseigne que des Algérois n'hésitent pas à se rendre à Boufarik pour s'approvisionner à la source de cette boisson spéciale. Finalement, à Boufarik, on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de cette envoûtante cherbet. Ainsi, et en dépit de la concurrence de différentes marques de boissons gazeuses et non gazeuses locales ou étrangères, les jeûneurs algériens consomment énormément cette boisson à l'heure de la rupture du jeûne, pour ses supposées vertus nutritionnelles (glucose) en plus de l'indéniable sensation de fraîcheur qu'elle apporte après toute une journée d'abstinence, marquée par les fortes chaleurs.
Nombreuses sont les familles qui s'approvisionnent en grande quantité de cette boisson; jusqu'à cinq litres quotidiennement. Généralement, la demande commence à partir de 17 heures, de longues files se forment alors devant les commerces qui la proposent à un prix variant entre 40 et 60 dinars le litre et demi. Sofiane de Mostaganem ne peut pas imaginer une table de Ramadhan sans la cherbet affirmant qu'elle est omniprésente sur les meïdas du ftour de toutes les familles. Il précise qu'il consomme entre trois et cinq verres en soirée.
Pour Amine, ce genre de boisson est intimement liée au mois de jeûne et constitue l'une des coutumes et traditions ancrées chez les familles mostaganémoises. Il affirme qu'il lui est difficile de se passer de cette boisson quand il est entre amis dans un café. Le Ramadhan c'est surtout l'occasion propice de gagner de l'argent, aussi la tradition veut que les commerces de vente de glaces et de pâtisserie se mettent durant ce mois à la préparation de la cherbet. Toutefois, l'on ne s'improvise pas préparateur et vendeur attitré de cette boisson «ancestrale et traditionnelle». comme se plaisent à le dire les Boufarikois. L'on évoque à ce titre, cet industriel des produits laitiers, basé dans la zone industrielle de Blida, qui aurait inclus cette boisson dans sa gamme de production. Quel n'a été son désappointement après avoir constaté qu'il n'avait pas vraiment atteint les résultats escomptés et ce malgré la bonne présentation du produit. Un autre magnat de l'agroalimentaire, du côté de la zone industrielle de Douéra, qui produit et vend de la cherbet conditionnée dans des sachets en plastique, aurait également trouvé des difficultés à écouler son produit sur le marché. La cherbet fait donc littéralement de la résistance et refuse de se confiner dans le moule de l'industrie.
Cependant, faut-il le signaler, des expériences de production aux normes ont bien réussi. Il n'est pas rare, en effet, de trouver sur les rayons des supérettes de la cherbet conditionnée dans des bouteilles Tetra Pack. Mais les croyances ont la peau dure. Pour Boualem, cet ancien préparateur et vendeur de cherbet à Boufarik, l'industrialisation de ce produit du terroir, n'est pas la solution car le produit perd inéluctablement son charme et son goût.
«La cherbet doit être préparée traditionnellement avec des matières naturelles et non chimiques. Nous préparons cette boisson selon les strictes consignes héritées de nos ancêtres. C'est-à-dire, avec des produits naturels sans conservateur, ni colorant, ni même d'acide citrique», explique-t-il. Tout en ajoutant que «la consommation de cherbet ne doit pas dépasser les 24h après sa préparation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.