Perte de contact avec le vol AH 5017 : 119 passagers étaient à bord de l'avion    Air Algérie-Perte de contact avec le vol Ouagadougou-Alger:119 passagers étaient à bord    Bouira    Yacine Brahimi    Ligue des Champions d'Afrique : Ahly Benghazi – ES Sétif demain à 22h au stade Chadli-Zouiten (tunis)    Après des stages en Turquie, en France, au Maroc et en Tunisie    Le général-major Hamel à la fête de la police    Plus de 650 morts à Gaza, qui reste toujours sous les bombes    Initié par le Parti des Travailleurs et l'UGTA en soutien à la Palestine    Suite à l'interdiction par les autorités de sa conférence thématique sur la transition    Un nouveau secrétaire général au ministère des Ressources en eau    Disponibilité du carburant durant l'aïd    Slimane Benaïssa au forum de "Liberté"    Rassemblement, hier, devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou    La date officielle de l'Aïd El-Fitr sera connue dans la soirée de dimanche    9 ravisseurs interpellés et l'otage libéré    Hamid Grine rend hommage à des pionnières de la presse algérienne    Tunisie:la Loi de finances complémentaire ne comporte pas une stratégie d'austérité (Mehdi Jomâa)    Un nouveau dispositif mis en place    Célébration de la Fête de la police à l'Ouarsenis    43 fonctionnaires promus et une trentaine de retraités honorés    Le chat et la souris    Tahmi donne priorité aux jeunes catégories    La réouverture de la pêche au corail prévue en fin d'année    Sellal redescend sur le terrain    Belaïd obtient la nationalité tunisienne    Soudani à nouveau buteur en Ligue des Champions    Le Dr Taleb El-Ibrahimi appelle à la dissolution de la Ligue arabe    Les anciens chanteurs chaâbis honorés    Naïma Dziria et Nadia Baroud font un tabac    Un bilan maigre et contesté    Des partis attendent leur agrément    Sellal salue la qualité de la formation des éléments de la Sûreté nationale et leurs sacrifices durant la tragédie nationale    De nouveaux mécanismes juridiques pour l'emploi des diplômés seront mis en place    Mme Zerhouni : «Treize plans d'aménagement adoptés»    Saisie de 9 220 litres de carburant et 1 277 kg de déchets de cuivre    Sortir des pensées "congelées"    Club Africain-Olympique de Marseille : José Anigo aurait proposé un échange Khalifa-Djabou    Thaïlande : Le roi approuve la Constitution intérimaire de la junte    Marchés : Les Bourses européennes dans le vert    Législatives en Libye : La mouvance civile devant les islamistes    Alger : Deux établissements scolaires pour la nouvelle cité des 1.430 logements de Heuraoua    Briser la glace pour baliser le chemin à un débat plus profond    Message de vœux du Vatican aux musulmans à la veille de l'Aïd el Fitr    Dans Alger la noire, le policier ne fait pas son polar    Objectif : protéger les travaux de recherche et faciliter leur finance    Centrafrique : l'impasse    Fin de fonctions pour l'imam décrié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La cherbet qui défie les beaux emballages
LA BOISSON EN SACHET DETRÔNE CELLE EN TETRAPACK
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2010

De pâles copies de la traditionnelle et originale cherbet de Boufarik envahissent les étals.
Défiant les consignes d'hygiène, la cherbet est sur tous les étals, sur toutes les tables durant ce mois de Ramadhan. Elle demeure la boisson préférée des jeûneurs. Née dans la «Perle de la Mitidja», la ville de Boufarik, elle se vend désormais dans tous les quartiers et ruelles d'Alger, voire du pays. Elle est proposée par des marchands dans des sachets en plastique qui ne la préservent pas des rayons du soleil ou de la chaleur. D'aucuns disent d'ailleurs, que c'est la particularité qui défie le bon goût et l'hygiène pendant ce mois de jeûne.
Mais cette boisson, face aux timides apparitions des agents de contrôle d'hygiène, a fini par s'imposer comme le breuvage le plus prisé et consommé au ftour et en soirée, durant le mois de Ramadhan. Que ce soit à Boufarik, à Alger ou à Mostaganem...
A Boufarik on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de ce mystérieux breuvage, cherbet. Un rafraîchissement pour lequel il faut jouer des coudes en cette saison estivale. Ce liquide à base d'eau, de citron, de lait, d'eau de rose et d'autres matières dont certains vendeurs avisés cachent jalousement le secret de la formule, est devenu, en peu de temps, un sérieux rival de la limonade.
A telle enseigne que des Algérois n'hésitent pas à se rendre à Boufarik pour s'approvisionner à la source de cette boisson spéciale. Finalement, à Boufarik, on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de cette envoûtante cherbet. Ainsi, et en dépit de la concurrence de différentes marques de boissons gazeuses et non gazeuses locales ou étrangères, les jeûneurs algériens consomment énormément cette boisson à l'heure de la rupture du jeûne, pour ses supposées vertus nutritionnelles (glucose) en plus de l'indéniable sensation de fraîcheur qu'elle apporte après toute une journée d'abstinence, marquée par les fortes chaleurs.
Nombreuses sont les familles qui s'approvisionnent en grande quantité de cette boisson; jusqu'à cinq litres quotidiennement. Généralement, la demande commence à partir de 17 heures, de longues files se forment alors devant les commerces qui la proposent à un prix variant entre 40 et 60 dinars le litre et demi. Sofiane de Mostaganem ne peut pas imaginer une table de Ramadhan sans la cherbet affirmant qu'elle est omniprésente sur les meïdas du ftour de toutes les familles. Il précise qu'il consomme entre trois et cinq verres en soirée.
Pour Amine, ce genre de boisson est intimement liée au mois de jeûne et constitue l'une des coutumes et traditions ancrées chez les familles mostaganémoises. Il affirme qu'il lui est difficile de se passer de cette boisson quand il est entre amis dans un café. Le Ramadhan c'est surtout l'occasion propice de gagner de l'argent, aussi la tradition veut que les commerces de vente de glaces et de pâtisserie se mettent durant ce mois à la préparation de la cherbet. Toutefois, l'on ne s'improvise pas préparateur et vendeur attitré de cette boisson «ancestrale et traditionnelle». comme se plaisent à le dire les Boufarikois. L'on évoque à ce titre, cet industriel des produits laitiers, basé dans la zone industrielle de Blida, qui aurait inclus cette boisson dans sa gamme de production. Quel n'a été son désappointement après avoir constaté qu'il n'avait pas vraiment atteint les résultats escomptés et ce malgré la bonne présentation du produit. Un autre magnat de l'agroalimentaire, du côté de la zone industrielle de Douéra, qui produit et vend de la cherbet conditionnée dans des sachets en plastique, aurait également trouvé des difficultés à écouler son produit sur le marché. La cherbet fait donc littéralement de la résistance et refuse de se confiner dans le moule de l'industrie.
Cependant, faut-il le signaler, des expériences de production aux normes ont bien réussi. Il n'est pas rare, en effet, de trouver sur les rayons des supérettes de la cherbet conditionnée dans des bouteilles Tetra Pack. Mais les croyances ont la peau dure. Pour Boualem, cet ancien préparateur et vendeur de cherbet à Boufarik, l'industrialisation de ce produit du terroir, n'est pas la solution car le produit perd inéluctablement son charme et son goût.
«La cherbet doit être préparée traditionnellement avec des matières naturelles et non chimiques. Nous préparons cette boisson selon les strictes consignes héritées de nos ancêtres. C'est-à-dire, avec des produits naturels sans conservateur, ni colorant, ni même d'acide citrique», explique-t-il. Tout en ajoutant que «la consommation de cherbet ne doit pas dépasser les 24h après sa préparation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.