Selon les chiffres de l'ANDI : Hausse des projets d'investissements déclarés en 2014    Tunisie : Le FMI prévoit 3% de taux de croissance en 2015    Ressources en eau : Un niveau record du taux de remplissage des barrages    YouTube, Google veut le rendre payant    XAgent, le malware qui s'attaque aux iPhone    Mobilis, un pack mobile à 5.900 DA !    Le jeu trouble de Bouguerra Soltani    La révision de la Constitution au menu    La LADDH fait le lien avec l'islamophobie    Atteindre d'autres objectifs    Hanoune fustige Saadani et interpelle Bouteflika : «Il faut mettre fin aux dérives de Saadani»    Verts d'Europe : Guedioura prêté trois mois à Watford    Les monopolistes    Les Rouge et Noir veulent "confirmer"    Nouveau complexe sportif de Tizi Ouzou : Il sera réceptionné au début 2016    Nouveau stade de Tizi Ouzou : Tahmi en visite d'inspection    Etats-Unis - Cuba : Washington et La Havane parlent de leurs relations diplomatiques    Le baron de la drogue arrêté    Le message de Bouteflika au président Abdelaziz    Attentats à la bombe, huit morts à Bagdad    Ils sont plus de 25 000 à avoir regagné leur pays : Les travailleurs Egyptiens fuient la Libye    Lobbying algérien aux Etats-Unis : près d'un million de dollars pour quel objectif ?    10 ans de prison pour le chanteur populaire Kizito Mihigo    Plusieurs cinéastes issus de 26 wilayas à Kerdada    Au rythme du jazz et sonorités sud-américaines    Paris . de l'histoire au spectacle, le cabaret tam-tam : revolvers sous paillettes    Le gaz entraîne plus de 30 décès par an    Formation professionnelle : 280.000 nouveaux stagiaires attendus aujourd'hui    Dix locaux commerciaux ravagés par un incendie    Chebli : Un réseau routier impraticable    Plusieurs routes bloquées    Intempéries et risques d'éboulements : Urgences sur les routes    L'œuvre de Mouloud Mammeri sublimée    Les N'tic pour une économie émergente    La Russie réitère son soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui    Unanimité des partis pour des «dialogues»    Louisa, Hermaphrodite et Zeus    Les manifestations de In Salah tournent à l'émeute    Une compétition qualitative conditionne les performances    Des mesures à mettre en œuvre pour éviter la propagation des maladies    Rentrée littéraire du Mali    Le coup de bill’art du Soir    Le Soir de l’Ouest    Une gousse d'ail, mille vertus médicinales    Football - Ligue 1 : Duel au sommet à Béjaïa, suspense à Alger, Chlef et Béchar    Irak : Des djihadistes de l'EI détruisent des sculptures pré-islamiques    Deux mémorandums d'entente et des accords signés    MOB-ESS : un tournant important dans la course au titre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La cherbet qui défie les beaux emballages
LA BOISSON EN SACHET DETRÔNE CELLE EN TETRAPACK
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2010

De pâles copies de la traditionnelle et originale cherbet de Boufarik envahissent les étals.
Défiant les consignes d'hygiène, la cherbet est sur tous les étals, sur toutes les tables durant ce mois de Ramadhan. Elle demeure la boisson préférée des jeûneurs. Née dans la «Perle de la Mitidja», la ville de Boufarik, elle se vend désormais dans tous les quartiers et ruelles d'Alger, voire du pays. Elle est proposée par des marchands dans des sachets en plastique qui ne la préservent pas des rayons du soleil ou de la chaleur. D'aucuns disent d'ailleurs, que c'est la particularité qui défie le bon goût et l'hygiène pendant ce mois de jeûne.
Mais cette boisson, face aux timides apparitions des agents de contrôle d'hygiène, a fini par s'imposer comme le breuvage le plus prisé et consommé au ftour et en soirée, durant le mois de Ramadhan. Que ce soit à Boufarik, à Alger ou à Mostaganem...
A Boufarik on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de ce mystérieux breuvage, cherbet. Un rafraîchissement pour lequel il faut jouer des coudes en cette saison estivale. Ce liquide à base d'eau, de citron, de lait, d'eau de rose et d'autres matières dont certains vendeurs avisés cachent jalousement le secret de la formule, est devenu, en peu de temps, un sérieux rival de la limonade.
A telle enseigne que des Algérois n'hésitent pas à se rendre à Boufarik pour s'approvisionner à la source de cette boisson spéciale. Finalement, à Boufarik, on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de cette envoûtante cherbet. Ainsi, et en dépit de la concurrence de différentes marques de boissons gazeuses et non gazeuses locales ou étrangères, les jeûneurs algériens consomment énormément cette boisson à l'heure de la rupture du jeûne, pour ses supposées vertus nutritionnelles (glucose) en plus de l'indéniable sensation de fraîcheur qu'elle apporte après toute une journée d'abstinence, marquée par les fortes chaleurs.
Nombreuses sont les familles qui s'approvisionnent en grande quantité de cette boisson; jusqu'à cinq litres quotidiennement. Généralement, la demande commence à partir de 17 heures, de longues files se forment alors devant les commerces qui la proposent à un prix variant entre 40 et 60 dinars le litre et demi. Sofiane de Mostaganem ne peut pas imaginer une table de Ramadhan sans la cherbet affirmant qu'elle est omniprésente sur les meïdas du ftour de toutes les familles. Il précise qu'il consomme entre trois et cinq verres en soirée.
Pour Amine, ce genre de boisson est intimement liée au mois de jeûne et constitue l'une des coutumes et traditions ancrées chez les familles mostaganémoises. Il affirme qu'il lui est difficile de se passer de cette boisson quand il est entre amis dans un café. Le Ramadhan c'est surtout l'occasion propice de gagner de l'argent, aussi la tradition veut que les commerces de vente de glaces et de pâtisserie se mettent durant ce mois à la préparation de la cherbet. Toutefois, l'on ne s'improvise pas préparateur et vendeur attitré de cette boisson «ancestrale et traditionnelle». comme se plaisent à le dire les Boufarikois. L'on évoque à ce titre, cet industriel des produits laitiers, basé dans la zone industrielle de Blida, qui aurait inclus cette boisson dans sa gamme de production. Quel n'a été son désappointement après avoir constaté qu'il n'avait pas vraiment atteint les résultats escomptés et ce malgré la bonne présentation du produit. Un autre magnat de l'agroalimentaire, du côté de la zone industrielle de Douéra, qui produit et vend de la cherbet conditionnée dans des sachets en plastique, aurait également trouvé des difficultés à écouler son produit sur le marché. La cherbet fait donc littéralement de la résistance et refuse de se confiner dans le moule de l'industrie.
Cependant, faut-il le signaler, des expériences de production aux normes ont bien réussi. Il n'est pas rare, en effet, de trouver sur les rayons des supérettes de la cherbet conditionnée dans des bouteilles Tetra Pack. Mais les croyances ont la peau dure. Pour Boualem, cet ancien préparateur et vendeur de cherbet à Boufarik, l'industrialisation de ce produit du terroir, n'est pas la solution car le produit perd inéluctablement son charme et son goût.
«La cherbet doit être préparée traditionnellement avec des matières naturelles et non chimiques. Nous préparons cette boisson selon les strictes consignes héritées de nos ancêtres. C'est-à-dire, avec des produits naturels sans conservateur, ni colorant, ni même d'acide citrique», explique-t-il. Tout en ajoutant que «la consommation de cherbet ne doit pas dépasser les 24h après sa préparation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.