Labidi demande une commission d'enquête à l'APN    « L'ensemble des forces de sécurité est mobilisé » affirme le DGSN    Six terroristes abattus par les forces de l'ANP à Tizi-Ouzou (Nouveau bilan)    Les Chinois invités à s'engager plus en Algérie    Poursuite de l'audition des accusés    Les féstivités du 1er Mai à El Oued    Le ministère renforcera les contrôles dans les entreprises    Les avantages des détenus qui optent pour une formation    Départ demain pour Bamako    Le TNP joue sa crédibilité à New York    Le trophée exposé hier à l'Arbaâ    Le Maghreb Express pour une union ferroviaire !?    Une formation policière de qualité pour lutter efficacement contre la criminalité (DGSN)    L'Arabie Saoudite soutient les terroristes islamistes    CRISE DIPLOMATIQUE ENTRE ALGER ET NOUAKCHOTT : La face cachée d'une décision à la marocaine    Prolongation du mandat de la Minurso et appel à la relance des négociations Front Polisario-Maroc    Plaidoyer pour la formation de journalistes spécialisés dans la couverture des activités judiciaires    «Sensibiliser les consommateurs sur l'importance de promouvoir la production nationale»    Messi, Neymar et Suarez partis pour tout rafler    Arsenal : Jonny Evans dans le viseur    Championnat d'Afrique d'athlétisme    La facture importation de véhicules en baisse durant le 1er trimestre 2015    Les travaux de réalisation à Bechloul (Bouira) d'un complexe de production du lait de soja lancés    Aides financières à sept communes côtières    Arrestation de dix contrebandiers au sud et à l'ouest du pays    VIDEO MONTRANT UN ENFANT ATTAQUE PAR UN CHIEN : Les quatre malfaiteurs écroués à Oran    Mostaganem : Près de 1000 bouteilles d'alcool saisies    La Palestine à l'honneur    Grève des praticiens de la santé: un taux de suivi de 10,58% au niveau national    Les ateliers mobiles, attraction majeure au Salon du véhicule utilitaire d'Oran    Commémoration de la mort de Boudjeriou à Skikda : réinhumation de 15 martyrs de la Révolution    PSG : Quand Al-Khelaïfi recadre Ibra    Séisme au Népal: le bilan s'alourdit à 4.310 morts, près de 8.000 blessés    Giroud : « Sûr que nous gagnerons le championnat la saison prochaine »    «Nous anticipons un rebond de la demande à moyen terme»    Hanoune-Labidi : La guerre ouverte    L'arbitre assistant Bechirene interdit de toute fonction en relation avec le football    MASCARA: 924 postes budgétaires ouverts au profit de l'éducation    Imposteurs de formation et bonimenteurs par vocation !    M'diprimi    TLEMCEN: Il y a cent ans, la grande «Hidjra»    Sortir sa famille de la crise    Loi de finances 2015 :Des nouvelles mesures pour encourager les entreprises productives    À l'occasion de la fête nationale de leurs pays : Le président Bouteflika félicite plusieurs de ses homologues    La Casbah de Mostaganem sera classée prochainement secteur préservé    Nouvel agent agréé de Renault Algérie à Batna    Les étudiants de nouveau en grève    L'Onda ressuscite Slimane Azem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La cherbet qui défie les beaux emballages
LA BOISSON EN SACHET DETRÔNE CELLE EN TETRAPACK
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2010

De pâles copies de la traditionnelle et originale cherbet de Boufarik envahissent les étals.
Défiant les consignes d'hygiène, la cherbet est sur tous les étals, sur toutes les tables durant ce mois de Ramadhan. Elle demeure la boisson préférée des jeûneurs. Née dans la «Perle de la Mitidja», la ville de Boufarik, elle se vend désormais dans tous les quartiers et ruelles d'Alger, voire du pays. Elle est proposée par des marchands dans des sachets en plastique qui ne la préservent pas des rayons du soleil ou de la chaleur. D'aucuns disent d'ailleurs, que c'est la particularité qui défie le bon goût et l'hygiène pendant ce mois de jeûne.
Mais cette boisson, face aux timides apparitions des agents de contrôle d'hygiène, a fini par s'imposer comme le breuvage le plus prisé et consommé au ftour et en soirée, durant le mois de Ramadhan. Que ce soit à Boufarik, à Alger ou à Mostaganem...
A Boufarik on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de ce mystérieux breuvage, cherbet. Un rafraîchissement pour lequel il faut jouer des coudes en cette saison estivale. Ce liquide à base d'eau, de citron, de lait, d'eau de rose et d'autres matières dont certains vendeurs avisés cachent jalousement le secret de la formule, est devenu, en peu de temps, un sérieux rival de la limonade.
A telle enseigne que des Algérois n'hésitent pas à se rendre à Boufarik pour s'approvisionner à la source de cette boisson spéciale. Finalement, à Boufarik, on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de cette envoûtante cherbet. Ainsi, et en dépit de la concurrence de différentes marques de boissons gazeuses et non gazeuses locales ou étrangères, les jeûneurs algériens consomment énormément cette boisson à l'heure de la rupture du jeûne, pour ses supposées vertus nutritionnelles (glucose) en plus de l'indéniable sensation de fraîcheur qu'elle apporte après toute une journée d'abstinence, marquée par les fortes chaleurs.
Nombreuses sont les familles qui s'approvisionnent en grande quantité de cette boisson; jusqu'à cinq litres quotidiennement. Généralement, la demande commence à partir de 17 heures, de longues files se forment alors devant les commerces qui la proposent à un prix variant entre 40 et 60 dinars le litre et demi. Sofiane de Mostaganem ne peut pas imaginer une table de Ramadhan sans la cherbet affirmant qu'elle est omniprésente sur les meïdas du ftour de toutes les familles. Il précise qu'il consomme entre trois et cinq verres en soirée.
Pour Amine, ce genre de boisson est intimement liée au mois de jeûne et constitue l'une des coutumes et traditions ancrées chez les familles mostaganémoises. Il affirme qu'il lui est difficile de se passer de cette boisson quand il est entre amis dans un café. Le Ramadhan c'est surtout l'occasion propice de gagner de l'argent, aussi la tradition veut que les commerces de vente de glaces et de pâtisserie se mettent durant ce mois à la préparation de la cherbet. Toutefois, l'on ne s'improvise pas préparateur et vendeur attitré de cette boisson «ancestrale et traditionnelle». comme se plaisent à le dire les Boufarikois. L'on évoque à ce titre, cet industriel des produits laitiers, basé dans la zone industrielle de Blida, qui aurait inclus cette boisson dans sa gamme de production. Quel n'a été son désappointement après avoir constaté qu'il n'avait pas vraiment atteint les résultats escomptés et ce malgré la bonne présentation du produit. Un autre magnat de l'agroalimentaire, du côté de la zone industrielle de Douéra, qui produit et vend de la cherbet conditionnée dans des sachets en plastique, aurait également trouvé des difficultés à écouler son produit sur le marché. La cherbet fait donc littéralement de la résistance et refuse de se confiner dans le moule de l'industrie.
Cependant, faut-il le signaler, des expériences de production aux normes ont bien réussi. Il n'est pas rare, en effet, de trouver sur les rayons des supérettes de la cherbet conditionnée dans des bouteilles Tetra Pack. Mais les croyances ont la peau dure. Pour Boualem, cet ancien préparateur et vendeur de cherbet à Boufarik, l'industrialisation de ce produit du terroir, n'est pas la solution car le produit perd inéluctablement son charme et son goût.
«La cherbet doit être préparée traditionnellement avec des matières naturelles et non chimiques. Nous préparons cette boisson selon les strictes consignes héritées de nos ancêtres. C'est-à-dire, avec des produits naturels sans conservateur, ni colorant, ni même d'acide citrique», explique-t-il. Tout en ajoutant que «la consommation de cherbet ne doit pas dépasser les 24h après sa préparation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.