Gaïd-Salah installe le nouveau commandant de la Garde républicaine    Vers le renforcement des relations algéro-nigériennes dans plusieurs domaines    L'abandon de subvention des carburants n'est pas à l'ordre du jour, selon Abderrahmane Benkhlfa    Les Sétifiens en stage au Caire à partir du 3 août    L'Algérie ne reviendra sur ses décisions souveraines    Palestine : nouvelles violences israéliennes contre la mosquée al-Aqsa    Un Institut national de formation aux techniques touristiques à Constantine    Le Prix du président de la République du journaliste professionnel vient consolider les réformes du secteur    Le Conseil de l'Europe condamne le verdict de Seif al-Islam El Gueddafi    Obama appelle le monde à changer de regard sur l'Afrique    L'Algérie prend part au Caire à la réunion du réseau des femmes parlementaires arabes    Chelsea-Mourinho: "Hazard a été meilleur que Ronaldo"    Un militaire tué dans une attaque en Turquie    Près d'un million et demi d'étudiants attendus pour la nouvelle année universitaire    Chelsea : Mourinho critique Wenger pour son mercato    Interdiction de recrutement des joueurs étrangers: Raissi approuve la décision de la FAF    Convergence de vues entre Alger et Khartoum sur les questions régionales et internationales    Système de la double vacation dans nombre de communes d'Alger-ouest à la prochaine rentrée scolaire    Des actions de proximité par les banques pour drainer les capitaux informels    Le nouveau wali de Relizane installé dans ses nouvelles fonctions    Plus de 2,7 millions d'estivants sur les plages d'Ain Temouchent    Accidents de la route: 13 morts et 49 blessés en une journée    Schurmann espère le renfort des binationaux    Combien coûtent les stages à l'étranger?    Meghni fait frissonner les Sanafir    La lutte contre le terrorisme exige une coopération internationale au niveau opérationnel    "Les subventions doivent être ciblées"    Sidi Bel-Abbès : 1,5 milliard DA consacré au projet d'une usine de montage de moissonneuses batteuses    Le vieux parti ne répond plus    Arrestation de 71 contrebandiers à In Guezzam    8 personnes déférées devant la justice    Treize migrants morts sur un navire au large de la Libye    Maroc-France:les polices des deux pays démantèlent un réseau international de trafic de drogue    La guerre des douanes et des banques    Plus de 40 artistes de 11 pays prendront part au programme    4e édition de la manifestation des Cadets de la musique andalouse    Après le Titanic, le Zénobia passionne les plongeurs    Gourcuff effectuera en septembre une tournée en Europe ...    Algérie:le FCE remet à Sellal ses propositions sur l'émergence de l'économie nationale    Maroc:les prochaines échéances électorales vont se dérouler dans "la transparence totale" (ministre)    Entre lecture des uns et des autres    La troupe oranaise «Masrah El Madina» s'invite au TRC    LA GRANDE CAGE A LIONS    La «Zaouia Cheïkh Abdelbaki Benziane» en cours de réhabilitation    Afin de préparer la prochaine Tripartite : Bouchouareb présidera une réunion demain    Au moins 55 morts dans un raid aérien à Taiz    Tamazight élargie à 20 wilayas    Financement de la réalisation d’équipements et services publics    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La cherbet qui défie les beaux emballages
LA BOISSON EN SACHET DETRÔNE CELLE EN TETRAPACK
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2010

De pâles copies de la traditionnelle et originale cherbet de Boufarik envahissent les étals.
Défiant les consignes d'hygiène, la cherbet est sur tous les étals, sur toutes les tables durant ce mois de Ramadhan. Elle demeure la boisson préférée des jeûneurs. Née dans la «Perle de la Mitidja», la ville de Boufarik, elle se vend désormais dans tous les quartiers et ruelles d'Alger, voire du pays. Elle est proposée par des marchands dans des sachets en plastique qui ne la préservent pas des rayons du soleil ou de la chaleur. D'aucuns disent d'ailleurs, que c'est la particularité qui défie le bon goût et l'hygiène pendant ce mois de jeûne.
Mais cette boisson, face aux timides apparitions des agents de contrôle d'hygiène, a fini par s'imposer comme le breuvage le plus prisé et consommé au ftour et en soirée, durant le mois de Ramadhan. Que ce soit à Boufarik, à Alger ou à Mostaganem...
A Boufarik on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de ce mystérieux breuvage, cherbet. Un rafraîchissement pour lequel il faut jouer des coudes en cette saison estivale. Ce liquide à base d'eau, de citron, de lait, d'eau de rose et d'autres matières dont certains vendeurs avisés cachent jalousement le secret de la formule, est devenu, en peu de temps, un sérieux rival de la limonade.
A telle enseigne que des Algérois n'hésitent pas à se rendre à Boufarik pour s'approvisionner à la source de cette boisson spéciale. Finalement, à Boufarik, on ne parle pas uniquement de la fameuse zlabia, mais aussi de cette envoûtante cherbet. Ainsi, et en dépit de la concurrence de différentes marques de boissons gazeuses et non gazeuses locales ou étrangères, les jeûneurs algériens consomment énormément cette boisson à l'heure de la rupture du jeûne, pour ses supposées vertus nutritionnelles (glucose) en plus de l'indéniable sensation de fraîcheur qu'elle apporte après toute une journée d'abstinence, marquée par les fortes chaleurs.
Nombreuses sont les familles qui s'approvisionnent en grande quantité de cette boisson; jusqu'à cinq litres quotidiennement. Généralement, la demande commence à partir de 17 heures, de longues files se forment alors devant les commerces qui la proposent à un prix variant entre 40 et 60 dinars le litre et demi. Sofiane de Mostaganem ne peut pas imaginer une table de Ramadhan sans la cherbet affirmant qu'elle est omniprésente sur les meïdas du ftour de toutes les familles. Il précise qu'il consomme entre trois et cinq verres en soirée.
Pour Amine, ce genre de boisson est intimement liée au mois de jeûne et constitue l'une des coutumes et traditions ancrées chez les familles mostaganémoises. Il affirme qu'il lui est difficile de se passer de cette boisson quand il est entre amis dans un café. Le Ramadhan c'est surtout l'occasion propice de gagner de l'argent, aussi la tradition veut que les commerces de vente de glaces et de pâtisserie se mettent durant ce mois à la préparation de la cherbet. Toutefois, l'on ne s'improvise pas préparateur et vendeur attitré de cette boisson «ancestrale et traditionnelle». comme se plaisent à le dire les Boufarikois. L'on évoque à ce titre, cet industriel des produits laitiers, basé dans la zone industrielle de Blida, qui aurait inclus cette boisson dans sa gamme de production. Quel n'a été son désappointement après avoir constaté qu'il n'avait pas vraiment atteint les résultats escomptés et ce malgré la bonne présentation du produit. Un autre magnat de l'agroalimentaire, du côté de la zone industrielle de Douéra, qui produit et vend de la cherbet conditionnée dans des sachets en plastique, aurait également trouvé des difficultés à écouler son produit sur le marché. La cherbet fait donc littéralement de la résistance et refuse de se confiner dans le moule de l'industrie.
Cependant, faut-il le signaler, des expériences de production aux normes ont bien réussi. Il n'est pas rare, en effet, de trouver sur les rayons des supérettes de la cherbet conditionnée dans des bouteilles Tetra Pack. Mais les croyances ont la peau dure. Pour Boualem, cet ancien préparateur et vendeur de cherbet à Boufarik, l'industrialisation de ce produit du terroir, n'est pas la solution car le produit perd inéluctablement son charme et son goût.
«La cherbet doit être préparée traditionnellement avec des matières naturelles et non chimiques. Nous préparons cette boisson selon les strictes consignes héritées de nos ancêtres. C'est-à-dire, avec des produits naturels sans conservateur, ni colorant, ni même d'acide citrique», explique-t-il. Tout en ajoutant que «la consommation de cherbet ne doit pas dépasser les 24h après sa préparation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.