Un terroriste neutralisé, des armes et des munitions récupérées    Le Brent baisse à 49,44 dollars    Violente réplique du représentant d'Alger à Bruxelles    "Notre parcours démontre que la réussite en Algérie est une réalité"    France : soutien des uns, peur des autres    CPI : 9 à 11 ans requis à l'encontre du terroriste malien    Les Kabyles déterminés à se racheter face au NAHD    Le MOB hérite du FUS Rabat    "Makhloufi est libre de dire ce qu'il veut"    5 morts et 221 blessés dans 200 accidents de la route    Enlèvements d'enfants : un dispositif d'alerte mis en place    70 ovins décimés par la clavelée à Sidi Bel-Abbès    Miroir en songe (2 et fin)    "J'ai pleuré l'arrêt de Jornane El-Gosto"    Erratum    Plus de casques dans les stades !    Sidi Benyebka: Plus de 950 trousseaux scolaires pour les nécessiteux    Mauvais traitements sur ascendant, agression, détérioration des biens d'autrui…: Un individu condamné à neuf ans de prison    Paradou AC: Vers le dénouement de l'affaire Mansouri    Santé: Les producteurs de médicaments pénalisés par la dévaluation du dinar    Louisa Hanoune critique Bouteflika et la CLTD    «Des cas l'âge»    Maroc : La situation des libertés n'a jamais été stable    Influences mutuelles des insécurités dans les pays arabes    USA : Le déficit budgétaire va repartir à la hausse et tripler d'ici 10 ans    Ukraine : John Kerry rencontrera Sergueï Lavrov vendredi à Genève    Secteur touristiques au Royaume-Uni : Malgré le Brexit, 65% des hôteliers se disent très confiants    Alger : "Ensemble pour un tourisme muséal"    Bientôt lafin de l'argent liquide?    Messahel représentera le président Bouteflika    Examen de la coopération algéro-irakienne    Berlin adopte un nouveau plan de défense civile    Une série de projets pour Oum-Laâssel    Un nouveau cabinet sera soumis au Parlement    Tayeb Mehiaoui réélu président    Bourrada accueilli en héros    déclarations    On prend les mêmes et on recommence!    Jugurtha ou les aléas de l'Histoire    Tout pour l'argent    Une sélection "professionnelle et artistique" des pièces    Coupure de l'alimentation électrique dans plusieurs communes    Secousse de 2,9 degrés au sud de Sidi-Ghilès    Un terroriste se rend aux autorités sécuritaires à Adrar (MDN)    Algérie- La rectification électronique des erreurs dans les actes de l'état civil opérationnelle    AUGMENTATION DE LA PART DE LA FLOTTE ALGÉRIENNE    Relizane    Combats douteux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.