Algérie-Afrique du sud : Visite d'état du président Zuma en Algérie    Redéfinir le concept de démocratie    Mauritanie : Inauguration d'une nouvelle infrastructure d'hydratation de chaux à Nouakchott    Yémen : Sanaa a subi les raids les plus violents    Ouverture de la 6ème session de la haute commission bilatérale de coopération algéro-sud-africaine : La consolidation de la coopération économique ...    Concessionnaire de véhicules : L'arrêté des cahiers des charges enfin signé    Commerce extérieur : Compétitivité exigée pour la relance de l'industrie    Amical / Algérie 4 -Oman 1 : Sursaut d'orgueil pour les Verts    Moto GP : Pedrosa (Honda) s'arrête pour une durée indéterminée    La RASD accuse la France    Madani Mezrag, l'amnistie et la famille qui avanc    Fawzi Rebaïne, président de Ahd 54 : «Bouteflika ne doit pas être au service d'un clan»    Où sont les hommes ?    Dispositifs de sécurité par genre de véhicule    Un avion turc atterrit à Casablanca    Gourcuff tire un premier bilan    Les bâtisses à démolir menaçaient ruine    Opérations chirurgicales au profit de 13 enfants à Ouargla    40 morts et 1.278 blessés en une semaine !    Constantine en passe de rattraper son retard    "Offrande au pays du cèdre"    Entre sadisme et inconscience !    Bensalah s'entretient avec Jacob Zuma    Procès «autoroute Est-Ouest» et «Sonatrach 1» les 19 avril et 7 juin p    Taïder : «Face à Oman, on a montré notre vrai visage»    Près de 1.400 consultations effectuées à Jijel    Sortie d'une nouvelle promotion d'agents de police    Experts et patrons appellent à lever les obstacles    L'Afrique interpelle l'ONU    Trois morts dans deux accidents de la circulation    Coupe d'Algérie de football (1/2 finale) : le MOB ne prévoit pas de stage avant le match de Sétif    Ligue 1-Mobilis : le MC Alger non contrarié par la nouvelle trêve, selon Zenir    Affaires de l'"autoroute Est-ouest'' et ''Sonatrach1'': reprise des procès les 19 avril et 7 juin    Le président sud-africain reçoit à Alger Sellal    Le président Bouteflika reçoit son homologue Sud-africain    Les organes de presse doivent contribuer à la modernisation du champ médiatique et la formation    L'ALN n'a pas commis d'injustice dans l'affaire de la Bleuite (témoignages)    Des découvertes archéologiques inédites cimentent le fil de Constantine avec sa mémoire    Fin de la grève du personnel navigant    «Doctrine Brejnev» saoudienne et rivalités régionales ethnicisées    Deux films algériens primés à Genève    UNE PREMIERE EN ALGERIE : Saisie d'un kg de cocaïne et 10 personnes arrêtées à Blida    Juventus : Allegri bientôt blindé?    Un millier de cartes d'artistes distribuées depuis la création du Conseil national des arts et lettres    Fernando Santos loue l'entente entre Ronaldo et Coentrao    Accord de paix au mali : pression de l'ONU sur les touaregs    Le réquisitoire du wali    Le rôle primordial de la famille    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.