Décès d'Ahmed Hocine, un des fondateurs de la cinémathèque algérienne    Election présidentielle : un taux de participation de 23,25% à 14h00 (Belaïz)    Le scrutin se déroule normalement (Brahmi)    Une affluence croissante aux centres de vote à l'est d'Alger    La CNISEP a enregistré des recours de sept wilayas (Boutbik)    Algérie - Le présumé assassin de Akram à Zeralda avait passé la nuit d'avant « chez l'Etat » (habitants)    Algérie-présidentielle:Ali Benflis évoque "des dépassements dans certaines wilayas"    Rebaine se dit être "contre toute forme de violence"    Saisie à Maghnia (Tlemcen) de 224 kg de kif traité en provenance du Maroc    Le candidat Bouteflika accomplit son devoir électoral    24e coupe d'Afrique des clubs champions (dames): le GS Pétroliers et le NR Chlef présents en Tunisie    L'Algérie est un pays démocratique qui dira ce qu'il veut par les urnes (Benguigui)    Abdelaziz Belaid espère une présidentielle dans la "transparence"    24% des produits analysés sont non conformes    La Libye s'apprête à reprendre ses exportations pétrolières    Un calendrier dantesque attend l'Entente    Libye:les ravisseurs de l'ambassadeur de la Jordanie réclament son échange contre un prisonnier    La direction de la santé sensibilise contre la violence en milieu scolaire    Les enseignants du primaire découvrent la «remédiation» pédagogique    Plus d'un millier de pièces récupérées en 2013    Les chances algériennes au Festival de Cannes    Le bras de fer se durcit dans l'Est du pays    39,5 millions d'abonnés en 2013    Des dizaines de Palestiniens blessés par les forces d'occupation    Salem Tamma qualifié aux 16es de finale    "Notre objectif sera de passer au second tour"    Bernard Challandes en tournée en Russie    Deux salles de cinéma seront rénovées    Le Burundi demande à l'ONU de se rétracter    Location-vente à Oran : Un millier de logements livrés avant la fin de l'année    Libye : Après 8 mois de blocage, le pays s'apprête à exporter du pétrole depuis l'Est    Les compétences locales largement mobilisées    "Abdelhamid Ben Badis était un esprit érudit et un moudjahid"    Mieux distinguer chaque personnage, chaque destin    France : La sûreté nucléaire globalement assez satisfaisante en 2013    Adlène Guedioura : "Bentaleb sera l'une des stars de l'équipe"    Marchés : Les Bourses européennes en nette baisse, inquiètes pour l'Ukraine    Les observateurs de la Ligue arabe "optimistes"    130 000 gendarmes pour sécuriser 7541 centres de vote    De nouveaux projets en cours    Rattraper les retards à Boughrara-Saoudi    Batna : Stage de formation pour la 1ère promotion de porteurs de projets suivis par l'incubateur    CAN-2014 Dames, la Tunisie au tournoi de Menton (France)    La liste des 23 pèse déjà dans les têtes    Anciens et nouveaux artistes peuvent être complémentaires    Hommage au défunt président Ali Kafi    Le rôle de la France dans le chaos libyen    La régulation des agences immobilières s'impose    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.