Algérie:un terroriste abattu à Aïn Defla et un pistolet mitrailleur ainsi qu'une ceinture explosive récupérés    Tunisie:les 38 victimes de l'attaque de Sousse identifiées    Le FC Barcelone bientôt sanction ?    Inter Milan : Shaqiri se rapproche de Stoke    Guerre au Sinaï    137.000 migrants ont traversé la Méditerranée en 2015    L'Argentine atomise le Paraguay et rejoint le Chili en finale    El Merreikh attendu le 8 juillet à Alger    L'ONDA rend hommage à un « témoin du siècle » Cheikh Namous    Deux morts dans un accident de la route à Mascara    Obama félicite Bouteflika à l'occasion de la fête de l'indépendance    Conseil Nation: séances plénières jeudi consacrées au vote du projet de loi import-export et aux questions orales    Début des traitements par radiothérapie au Centre anti-cancer d'Annaba    Contrebande : plus de 15.000 téléphones portables saisis par la douane à Batna    Sécurité sociale: 15% des employeurs payent en retard leurs cotisations    «La fac centrale d'Alger doit être protégée»    Naples : Hamsik vers Manchester City    USM Blida : Heriat s'engage pour deux saisons    Boxe : Mohamed Missouri nous a quittés    Des choix difficiles s'imposent    Le FLN veut maintenir la «chkara»    La Grèce accepte le projet de sauvetage sous condition    Ministère de la Santé : Des cliniques privées fermées    Consommation : 2 tonnes de produits non conformes saisies en 10 jours    Le président de l'APC dans le collimateur    Boghni (Tizi Ouzou) : Un réseau de soutien au terrorisme démantelé    Chorfi chargé d'interdire la satire à la télévision ?    Commentaire : La secte des assassins de retour    SERKADJI    Crash-test Euro NCAP    Transfert de Jonathan au MC Alger    Tajine d’aubergines    Renault Algérie    Encore objet de toutes les discussions    Yémen: 279 enfants tués depuis fin mars    Du 1er au 5 juillet, les soirées lumiÚres d’Alger    Plus de 800 syriens en Turquie fuyant les combats à Tal Abyad    La Turquie disposée à aider la Grèce    Peut-on contester un refus de visa ?    Education: 225 postes de directeurs et d'inspecteurs à pourvoir    TLEMCEN : 15 associations au Festival du haouzi    Soirée musicale à la salle de spectacles «Ahmed Bey»    Histoire du 19 juin 1965 : ni coup d'Etat ni redressement…    Réfléchir "rupture" ou "continuité" ?    Affaire Khalifa : Rejet des demandes de Khalifa Bank et de la Banque d'Algérie    Un métro aérien pour Alger    Nécessité de classer et protéger ce monument historique    L'ANP renforce la sécurisation et l'imperméabilisation des frontières    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.