L'équipage du vol AH5017 avait demandé à se dérouter puis à rebrousser chemin (Laurent Fabius)    Crash du vol AH 5017: le Gouvernement décide de mesures d'accompagnement des familles victimes    Ghaza: sept enfants palestiniens tués par une frappe israélienne sur un camp de réfugiés    Crash du vol d'Air Algérie: Hollande ostensiblement en première ligne    Liga sagres 2014-2015 (préparation): débuts en amical de Yacine Brahimi avec le FC Porto    Fraude fiscale: poursuite de l'enquête sur Messi    Crash au Mali: l'enquête s'annonce longue et difficile    Les aviculteurs pour une reconduction de la suppression de TVA sur les matières premières    "Ikber", un modèle de construction ancestral bien préservé par les Touaregs du Tassili    Fièvre aphteuse à Sétif : les services vétérinaires en état d'alerte pour empêcher la propagation du foyer    Aid El-fitr: Plusieurs actions de solidarité avec les enfants hospitalisés    Les Algérois célèbrent l'aïd El fitr en ayant une pensée à la population de Ghaza    Libye: le FN dénonce "les graves erreurs" de Sarkozy et du PS    L'hôpital de Ain Azel saccagé : Deux morts et plusieurs blessés    Libye:l'Allemagne évacue son personnel diplomatique en pour des raisons de sécurité    Algérie:poursuite des essais techniques du téléphérique Oued Koreiche-Bouzaréah    La sévère expertise d'un commandant de bord : «Il y a une défaillance au niveau du commandement d'Air Algérie»    Tunisie:un plan pour assurer le retour des tunisiens de Libye    Une vingtaine de centrales photovoltaïques installées d'ici la fin de l'année (CDER)    Depuis le début de l'agression israélienne : Plus de 1.000 morts à Ghaza    Ligue des champions d'Afrique : L'Entente proche du carré final    RCD : Les événements de Ghardaïa et le crash de l'avion d'Air Algérie    Permanences de l'Aïd : Près de 2.000 commerces réquisitionnés à l'Ouest    Oh, impuissance quand tu nous tiens !    Maroc:grâce Royale au profit de 277 personnes à l'occasion de l'Aid Al-Fitr    Vol AH 5017 : Le PDG d'Air Algérie était à bord du MD-83 la veille de son crash    Olympique Lyonnais : Nabil Fékir n'a pas encore tranché sur son avenir international    Lundi, premier jour de Aïd El-fitr    L'Aïd El-Fitr a été fixé au lundi 28 juillet en Algérie    Ibn 'Arafa Al-warghamî Une référence dans les fetwas au Maghreb    DEUX POIDS DEUX MESURES !    25 MORTS ET 64 BLESSES EN 48H SUR LES ROUTES DU PAYS !    Né dans le sillage de l'opposition à un 4e mandat pour Bouteflika    Elle a réuni 500 personnalités dans une conférence sur la transition    Le président Bouteflika présente ses condoléances aux chefs d'Etat des pays touchés par le crash    Match amical    Il a rompu avec ses éclipses post-présidentielles    Le club cède 80% des droits à un fonds d'investissement    Les clubs professionnels face à «l'impératif» de s'occuper convenable    Dirigé par Amine Kouider, il présente «Schéhérazade»    La police fête un événement historique....    Mohamed Assef et Indila à l'honneur    L'Etat n'a jamais cessé de d'œuvrer à recouvrer la sécurité et bannir la culture de la violence à Ghardaïa (Sellal)    Sept entraîneurs étrangers en Ligue 1    "Nous sommes dans l'inhumain"    L'hommage au Sage    Oran : Prochain recensement de sites archéologiques des communes côtières    Ouargla : Plusieurs actions pour la réhabilitation du musée saharien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.