Gaïd Salah préside l'installation du nouveau Commandant de la 5e Région militaire    Manchester United – Romero : «Je suis très heureux ici»    Algérie:plus de 1.100 familles relogées à Constantine    Rakitic se sacrifie volontiers pour le trident du Barça    Mondiaux-2015 de vovinam viet vo dao : début des épreuves éliminatoires à Alger    La rumeur d'introduction de l'enseignement de l'arabe dialectal est un "chahut inacceptable"    Tunisie:trois militaires blessés dans l'explosion d'une mine au mont Semmama (Kasserine)    Algérie:adoption de quatre projets aquacoles à Stidia (Mostaganem)    Accidents de la circulation : 97 morts et 1.091 blessés en une semaine (GN)    Algérie:mobiliser 15.000 hectares de foncier industriel d'ici fin 2015 (ministre)    Algérie- Le gouvernement veut un " vrai partenariat industriel " avec Peugeot    L'Algérie dispose d'importantes potentialités pour le développement de l'agriculture et de l'agro-industrie (contribution)    Les cadeaux rejetés du ministre de l'Agriculture    L'armée ratisse    La facture baisse de 2,13 milliards de dollars    Arbitre gabonais pour MCEE-USMA    Deux médailles d'or pour les jeunes Algériens    Waliou et Gallas s'engagent pour 3 et 4 ans    L'Algérie est bien dans le viseur de Daesh    De Mistura veut inviter les Syriens à des "discussions thématiques" par l'intermédiaire de "groupes de travail"    La France renforce sa coopération avec la Tunisie    Le Hamas appelle à la "rébellion" contre l'Autorité palestinienne    Le système LMD passé au crible en décembre    Le coup d'envoi aujourd'hui    Du cinéma sur les plages    La 1re édition de "Béjaïa film laboratoire" lancée    Ali Amrane, le rockeur kabyle à la clôture du 8e Feliv    Le ministre des Affaires étrangères de Sultanat Oman entame une visite de travail en Algérie    Le wali délégué d'In Guezzam installé dans ses nouvelles fonctions    Maroc:lancement à Casablanca de la société financière Africa50 de la BAD    Tunisie:arrestation à Sidi Bouzid de deux extrémistes soupçonnés d'avoir des liens avec des réseaux terroristes    Le jour d'après    Vente de 17 trains : «Alstom Transport» décroche un marché de 200 millions d'euros en Algérie    Convergences sur la nécessité d'un front intérieur    Dindon de la farce    Prétendue incursion terroriste à Aïn Barbar : rumeur et intox    Interdiction de recrutement des joueurs étrangers Raissi approuve la décision de la FAF    Mexique: Bielsa et Ancelotti dans le viseur ?    Qui doit lutter et qui doit sanctionner la corruption ?    Les désespérés des temps modernes    La détention préventive réduite    Une fusillade fait plusieurs blessés    Une progression de 13 %    Actualisation du texte d'application en 2016    Silence... on meurt !    Portes ouvertes sur le cinéma maghrébin    Emmanuel Carrère, Diane Kruger et Hou Hsiao-hsien dans le jury de la 72e édition    Entretien avec l’artiste peintre Zola Djenane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.