Tunisie: Pas de vote de confiance à Essid, vers la formation d'un gouvernement d'Union nationale    Crise au Mali : le Comité de suivi a permis aux groupes armés de reprendre leur engagement dans le processus de paix    Match amical: victoire de l'USM Alger devant le Club Africain de Tunis (1-0)    Gratuité des plages: mobilisation de 1.400 gendarmes pour assainir les plages des malfaiteurs    Le film "Ben M'hidi" sortira en mars 2017    Le ministre dépêche une commission d'enquête à El-Tarf    Le chômage a baissé à 9,9% en avril 2016    Des facilitations douanières et fiscales pour les entreprises    Un immeuble ravagé par les flammes    Washington nie toute implication dans le putsch avorté    La gifle    17EME ANNIVERSAIRE DE SON ACCESSION AU TRONE : Le président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ghezzal relégué en réserve, écarté pour le match du Benfica    MEDEA : Un bus se renverse, 7 morts et 28 blessés    Secousses telluriques à Ain Defla et à Chlef    Echos des Jeux olympiques 2016    Une contribution majeure au rayonnement du cinéma arabe    «Loulou'a saoudae» lauréate de la 13e édition    Ben Yedder file au Séville FC    Amour du Croate sur sa valeur    RSF dénonce les rafles de journalistes en Turquie    Syrie: des "dizaines de familles" quittent Alep    Des clubs très actifs malgré la crise financière    Etat des lieux du secteur du tourisme à Tizi Ouzou / La médaille et son revers !    Boualem Bessaïh inhumé hier à El Alia    Repères    Terrorisme: Rabat va fournir des armes au Niger pour lutter contre Boko Haram    en bref...    Tizi Ouzou/ Menace sur le bijou d'Ath Yenni    Constantine : Boudiaf ordonne une enquête à l'hôpital Didouche-Mourad    Les "Ath Tuderth" ne désespèrent pas de retrouver Nihal    Aucun militant du FNA ne paie sa cotisation    La course à la Maison-Blanche est lancée !    Une loi sur la protection des données personnelles    50 milliards de dollars pour la bataille de l'eau    La SNTF renforce ses dessertes de la banlieue algéroise    Autodétermination au Sahara Occidental    Université Djilali-Bounaâma de Khemis Miliana    FC Barcelone    EnquÃate-Témoignages    Boualem Bessaieh inhumé, hier, à El Alia: Un des derniers «malgaches» est parti    FCE : Une initiative visant à réduire la facture des importations    Gabon : La Cour constitutionnelle rejette les recours contre la candidature de Bongo    Les écologistes d'Afrique du Nord à Alger    Louh, la justice et les médias    Des ministres au pas de charge    L' artiste    Allouache interdit de discours à son hommage à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que le produit est censé avoir des propriétés cicatrisantes
Saip : “La pommade Mebö est un faux médicament"
Publié dans Liberté le 27 - 03 - 2013

Le syndicat dénonce également certains importateurs qui veulent écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par la même l'Algérie en “dépotoir".
Le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip) dénonce le comportement irresponsable de certains importateurs qui profitent de l'ouverture du marché pour y introduire de faux médicaments. Le Saip pointe du doigt les étrangers véreux qui saisissent cette opportunité pour écouler leurs produits travestis en médicaments et transformer par là même notre pays en “dépotoir" et en un vaste laboratoire d'expérimentation de leurs produits.
C'est le cas, déplore le syndicat, d'une pommade portant la marque Mebö fabriquée aux Emirats arabes unis par la société Julphar, à partir de la cire d'abeille, de l'huile de sésame et de l'hormone végétale sitostérone, une formule chimique qui ressemble au cholestérol. “C'est la formule de grand-mère que n'importe quelle personne peut fabriquer chez elle", ironise le Dr Abdelkrim Djebbar, président du Saip, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Sur la notice, l'on peut lire, selon lui, que le produit est un épithélialisant des plaies, des tissus... Il a une action bactéricide et bactériostatique, traite les brûlures de 1er, 2e et de 3e degré et cicatrise l'ulcère du pied diabétique. “Nous demandons un dossier clinique sur toutes ces indications et les propriétés mentionnées sur la notice de cette pommade", exige le président du Saip. Le syndicat demande à ce que le ministère de la Santé, pour qui il voue une confiance totale, intervienne en urgence afin de retirer ce produit du marché. Cette pommade doit au préalable faire l'objet d'un enregistrement et d'un dépôt de dossier clinique au ministère de tutelle. Chose que son importateur, EPDis Eurapharma, installé à Réghaïa, n'a jamais fait, regrette le Saip.
Celui-ci soulève également une absence de traçabilité des actifs. Car, l'on ne peut vérifier si l'abeille n'a pas été contaminée par la radioactivité ou non. Le Saip s'interroge aussi si les autorités compétentes ont exigé un certificat phytosanitaire à l'importateur. Pire encore, explique le Dr Djebbar, la cire d'abeille contient du sucre et ne peut de ce fait guérir un ulcère du pied diabétique. Cette matière sucrée qu'on conseille au malade risque ainsi de passer par les vaisseaux sanguins, dérégler le diabète des patients et provoquer des complications pour eux. “C'est un vrai faux médicament, vendu en Algérie à 1 100 DA la boîte", affirme le conférencier. Le président du Saip appelle les ministères de la Santé et du Commerce à se concerter davantage pour définir des cahiers des charges destinés aux produits assimilés à de vrais faux médicaments. “Il faut que ces deux départements puissent créer un cadre de concertation afin de stopper ces aventuriers qui mettent en danger la santé publique dans notre pays", suggère-t-il. Cette société importatrice, souligne-t-il, va détruire les emplois créés grâce à de grands sacrifices et de gros efforts consentis par des producteurs qui ont choisi la voie de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique de leur pays et évité les opérations de gain facile. “Ils ne viennent pas en Algérie pour investir mais afin de gagner de l'argent. Quant à leurs investissements, ils les réalisent ailleurs, dans d'autres pays tels que la Turquie où ils construisent des laboratoires et des châteaux", indique le Dr Djebbar en parlant de ces étrangers. Dans l'exercice de leur métier, les fabricants algériens, en revanche, respectent les lois de la République et suivent les procédures exigées par la tutelle en termes de fabrication, d'enregistrement, de remboursement...
Une chose est certaine, le Saip, selon son patron, est prêt à apporter sa “modeste" contribution dans le cadre du comité de concertation pour divulguer les méfaits de ces aventuriers qui ne cherchent qu'à gagner plus d'argent. Mieux, le syndicat propose même à l'autre organisation, l'Union des opérateurs en pharmacie (Unop), de travailler en collaboration comme des partenaires responsables dans le but de répertorier tous les produits qui portent préjudice à la santé des malades, assènent un coup fatal à l'investissement dans le secteur du médicament et engendrent la disparition des postes d'emploi.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.