Man United : La tendance se confirme pour Ibrahimovic    MINISTRE YOUCEF YOUSEFI : Examen prochain du dossier de l'industrie automobile    ORAN : Arrestation de 4 narcotrafiquants et saisie de 3 qx de kif    SAIDA : Les prix des fournitures scolaires s'envolent    Le terroriste éliminé à Lakhdaria identifié    Barcelone : la police ignore si le fugitif est en Espagne    Chute d'une roquette près de l'entrée de la Foire de Damas    Message du Président de la république à l'occasion de la journée du Moudjahid    Le parcours solitaire de Benyoucef Mellouk    Le RCD et Jil Djadid dénoncent le discrédit des institutions    L'armée libanaise face à Daech à la frontière syrienne    Turquie : Erdogan au MAE allemand, «Quel âge as-tu ?»    Mexique : les cadavres de trois policiers retrouvés sur une route    Trump congédie son sulfureux conseiller Steve Bannon    L'intervention saoudienne en cause    Les nouveaux ministres prennent leurs fonctions    Le stade : Kerbadj pas contre la domiciliation du MCA au 5-Juillet    CSC : Amrani prolonge son contrat    Grosse pression sur Alcaraz    Début réussi pour Ghezzal    7 070 tonnes de lait écrémé importées    La ligne Aïn Témouchent-Oran risque d'être suspendue    Le prix du mouton s'envole    La culture de la figue de Barbarie encouragée    Décès mystérieux de deux petites sœurs    Dernier délai, fin septembre    Colloque : Les contributions de Mouloud Mammeri dans la lutte anticoloniale    Alger / Manifestation «Dar Dzaïr» : L'Algérie racontée en 12 jours    Semaine de la culture et de l'histoire d'Irdjen : L'histoire de la radio en débat    Nouvelle approche ?    Oran : Le patron de Mobil'Art décédé au Maroc    Enquête sur les auteurs des piquages illicites    Comment le Gouvernement Ouyahia fera-t-il face aux tensions sociales et budgétaires 2017/2019? (contribution)    Administration territoriale : Important mouvement des cadres    Usagers des taxis : L'arnaque au quotidien    L'inévitable anarchie    Praticiens de la santé publique : «Le médecin est un bouc émissaire»    Le taux d'inflation annuel grimpe à 6,1%    CHAN-2018. Libye 1 – Algérie 1 : Les Verts éliminés de la course    Ahmad Ahmad retourne sa veste    Emouvant hommage à Kaddour Bousselham    Célébration du 20 Août 56    Communiqué du collectif de la Tribune    Le système    Makri invente, mais dans l'officieux    Transition sans transaction    Djamel Allam est rentré hier de Paris    Trois films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbes : "Bouteflika gère, je le jure"
Tout en restant vague sur l'instruction que le Président aurait adressée à Tebboune
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

"L'instruction peut être téléphonique et rapportée par les médias", a souligné le SG du FLN.
"Une tempête dans un verre d'eau", "Ce n'est pas à l'ordre du jour", "Je ne veux pas évoquer ce sujet publiquement", c'est ainsi que répond Djamel Ould Abbes lorsqu'on lui demande son point de vue sur le cas Tebboune et les rumeurs sur un conflit au sommet de l'Etat.
Le secrétaire général du FLN a reconnu, cependant, hier, lors de la rencontre avec les secrétaires de mouhafadhas et des présidents des commissions transitoires des mouhafadhas, l'existence d'une instruction du président de la République à Tebboune. Elle peut être téléphonique et rapportée par les médias, a-t-il souligné. Il en veut pour preuve cette nouvelle instruction du Président qui a permis de libérer les importations et de débloquer les marchandises du port d'Alger. C'est une preuve aussi, a-t-il insisté, que c'est le président Bouteflika qui gère le pays. "C'est lui le patron. Je jure que c'est le président Bouteflika qui gère le pays", a-t-il ajouté.
Et à l'adresse des responsables locaux du parti, Ould Abbes a intimé l'ordre de ne pas discuter ou de commenter la parole du Président. Même interdiction concernant le cinquième mandat pour le président Bouteflika évoqué dans un rapport parlementaire français. "J'interdis à tous les responsables du parti de parler du 5e mandat", dit-il, en les invitant à se concentrer sur les élections locales de novembre prochain. Il est clair qu'Ould Abbes ne veut pas participer ni s'impliquer dans le débat autour de l'échéance de 2019, ainsi que la bataille qui a commencé autour de la succession d'Abdelaziz Bouteflika. Il insistera beaucoup, en revanche, sur les prochaines élections locales, qui sont, selon lui, un important tournant dans l'histoire du pays. Et pour les réussir, il a envoyé une instruction (C12) aux mouhafedhs, une sorte de mode d'emploi pour les choix des candidats, la préparation du scrutin, la campagne et les thèmes de campagne liés directement aux préoccupations des citoyens. Ainsi, sous la supervision de membres du comité central, les mouhafedhs sont instruits d'organiser des assemblées générales dans les kasmas où les militants pourront choisir
eux-mêmes les candidats du parti. Des choix qui doivent être consignés dans des PV. Il leur a fixé la date du 5 septembre pour que tous les PV soient remis à la direction du parti. Ould Abbes veut rétablir cette pratique disparue de la vie du parti depuis des années où le mode de désignation des candidats a caractérisé tous les scrutins. Une manière de redonner la parole aux militants et de regagner, selon lui, leur confiance.
Il a révélé, par ailleurs, que des cadres et même des membres du comité central ont fait campagne ou pris position contre le parti lors des dernières législatives. Et malgré ces manœuvres et les pressions, "on est sorti vainqueur", a souligné Ould Abbes en expliquant avoir résisté et assumé seul les choix. Avec ses nouvelles options impliquant la base, le SG du FLN veut éviter la réédition de la campagne des législatives.
Djilali B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.