Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Grogne parmi les prestataires    "Pas d'augmentation de la tarification"    Le gouvernement se met à la page    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Tourisme-Formation professionnelle : Convention de partenariat en matière de formation    Selon le DG de l'ANEM : La création de postes de travail reste liée au développement économique    Plan d'action : Appel à "soutenir" le gouvernement pour sortir de cette crise    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel : L'Algérie a montré un "solide engagement"    Islamisme incontournable    L'Algérie dispose de plans opérationnels    L'ANP resserre l'étau    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Anderlecht : L'hommage de Hanni à Weiler    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar (MDN)    Après une entrevue avec le président de la FAF : Tikanouine démissionne    Birmanie /Aung San Suu Kyi fait dans les grandes manœuvres : «Prête» à organiser le retour des réfugiés    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel: l'Algérie a montré un "solide engagement"    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Ahmed Tessa, recteur de l'Université Mouloud-Mammeri : «Nous avons validé la création de l'institut de langue amazighe»    Etincelant à Naples, décevant en sélection: L'énigme Ghoulam    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    "Bnat El Youm", nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    SILA 2017 : L'Afrique du Sud invité d'honneur de la 22ème édition    Une bibliothèque à Paris baptisée du nom de Assia Djebar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Talaie El-Houriat : "Une confusion préoccupante au sommet de l'Etat"
Le parti s'exprime sur les derniers événements marquants de la scène politique
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

"Les milieux d'affaires qui soutiennent le régime n'auraient jamais été mis en cause s'ils n'avaient pas été suspectés de vouloir peser sur les choix liés au rendez-vous électoral de 2019", estime le parti de Benflis.
Le constat semble presque unanime : le bras de fer engagé entre Abdelmadjid Tebboune et certains milieux d'affaires, dont des rebondissements ne sont pas à écarter dans les prochaines semaines, sont liés à l'enjeu de l'élection présidentielle de 2019. Dans un communiqué rendu public hier, à l'issue de sa réunion mensuelle, le bureau politique de Talaie El-Houriat soutient qu'il a la "ferme conviction" que les milieux d'affaires qui soutiennent le régime n'auraient jamais été mis en cause s'ils n'avaient pas été suspectés de vouloir peser sur les choix liés au rendez-vous électoral de 2019 qui constituent, pour le pouvoir, "une ligne rouge à ne pas franchir". "La guerre n'est pas menée contre la corruption, mais contre ceux qui auraient tenté de franchir cette ligne rouge, qu'ils soient personnalités politiques ou détenteurs des produits de la rente", écrit le parti d'Ali Benflis.
D'ailleurs, il ne dissimule pas sa préoccupation face à l'exacerbation de la crise au sommet de l'Etat étalée ouvertement sur la place publique. "Le BP a relevé, avec une extrême préoccupation, la confusion créée au sommet de l'Etat par l'exacerbation de la lutte des clans au sein et à la périphérie du pouvoir, avec en perspective l'échéance de 2019", note Talaie El-Houriat. "Cette situation, poursuit-il, qui influe négativement sur la gestion des affaires de l'Etat, est significative d'une aggravation de la crise de régime et de la profondeur de l'impasse politique générée par la vacance qui perdure au sommet de l'Etat ; impasse qui a dégénéré en un délitement des institutions et constitue un danger pour la stabilité du pays et la sécurité nationale." À l'inverse de certaines grilles de lecture, le parti de Benflis n'accorde pas de crédit aux velléités affichées de séparation de l'argent de la politique, encore moins de faire le procès des gouvernements précédents. Pour lui, cette démarche procède "d'un ravalement de façade du régime" pour donner l'illusion de changement. "Il est (...) difficile aujourd'hui de faire croire à l'opinion publique que le gouvernement est dans une logique de lutte contre la corruption. Le BP ne nourrit, à cet égard, aucune illusion quant à la sincérité du pouvoir en place. Il ne croit pas que le pouvoir en place puisse combattre sa raison d'être", soutient-il. "Il ne faut pas être dupe pour s'attendre à ce que ceux qui ont siphonné les fonds publics et ceux qui les ont aidés et accompagnés pour le faire soient sanctionnés. Ce serait faire le procès de tout le système politique en place", décrète Talaie El-Houriat. Tout en imputant la responsabilité "politique pleine et entière du pillage de l'économie nationale au pouvoir en place" et tout en dénonçant "l'appui et le laxisme" des gouvernants qui ont permis aux milieux d'affaires mis en cause aujourd'hui de s'emparer des marchés, le parti de Benflis considère que "la vacance du pouvoir et la neutralisation des contrepouvoirs ont facilité la mise en place d'un système opaque basé sur une collusion d'intérêts entre des gouvernants et des milieux d'affaires". Au chapitre économique, il relève que le gouvernement ne dispose pas de stratégie claire et continue à se référer à un programme "virtuel" du Président. Même les consultations projetées ne visent, selon lui, qu'à "impliquer ses partenaires dans la paternité d'une politique d'austérité qui porte, en vérité, la marque de sa seule responsabilité et de son échec". "Le BP réaffirme sa conviction que la crise est d'essence politique. Elle est le produit de la vacance du pouvoir qui a mené à l'impasse politique. Sa solution ne peut être que politique", conclut le texte. À noter que le parti devrait trancher la question de sa participation ou non à la prochaine élection lors du conseil national du parti prévue le 26 août 2017.
Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.