MCA : Belaid obtient la nationalité tunisienne    Brahimi s'engage pour cinq ans avec le FC Porto    Un juge algérien autorisé à entendre deux anciens des services secrets français    Une session faible en projets de loi    Le monde spectateur d'un massacre d'enfants    Des condamnations et un meeting aujourd'hui à Alger    Un avion d'Air Algérie disparu avec 116 personnes à son bord    Dhalaâ (Oum El Bouaghi) : Une région en quête de projets    Permanence : Plus de 9000 boulangeries ouvertes durant l'Aïd    Révision constitutionnelle : Tamazight langue officielle aux oubliettes ?    Tlemcen : Coup d'envoi de la seconde édition du Festival des écoles de hawzi    Tizi ouzou : Les citoyens exigent la libération de Gada Amar    Sud-est : Escroquerie, fraude et trafic    Sidi Bel Abbès : Libération d'un citoyen enlevé et arrestation de ses ravisseurs    L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali    Vol AH5017    Crise malienne : cessation des hostilités et engagement pour la paix et la stabilité    L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali (Lamamra)    Said Djinnit: les pays du Sahel doivent conjuguer leurs efforts pour faire face à l'instabilité    Ain Temouchent : saisie de 30 quintaux de kif traité à El Malah (Sûreté de wilaya)    La Russie annonce le renforcement de sa flotte    La Coordination pour les libertés et la transition démocratique organise un sit-in à Alger    Libye:9 morts et 19 blessés dans de nouveaux combats meurtriers à Benghazi    Algérie:Tassili Airlines ambitionne de desservir six villes françaises d'ici fin 2014 (responsable)    Le général-major Hamel à la fête de la police    Yacine Brahimi    Mohamed TAHMI, MINISTRE DES SPORTS, à CHLEF    Il a fait son entrée en seconde mi-temps    Préparation de l'Aid à Ghardaïa    43 fonctionnaires promus et une trentaine de retraités honorés    Algérie Télécom dévoile ses nouvelles offres    Un bilan maigre et contesté    Un nouveau dispositif mis en place    TV5 Monde zappe l'Algérie durant le Ramadhan    Adaptations    Alger bouillonne la nuit    Le chat et la souris    Le stage à Alger du 29 juillet au 7 août    L'ES Sétif décimée... mais décidée    Célébration de la Fête de la police à l'Ouarsenis    Sellal salue la qualité de la formation des éléments de la Sûreté nationale et leurs sacrifices durant la tragédie nationale    De nouveaux mécanismes juridiques pour l'emploi des diplômés seront mis en place    Mme Zerhouni : «Treize plans d'aménagement adoptés»    Saisie de 9 220 litres de carburant et 1 277 kg de déchets de cuivre    L'investissement dans le tourisme connaît un essor    Briser la glace pour baliser le chemin à un débat plus profond    Message de vœux du Vatican aux musulmans à la veille de l'Aïd el Fitr    Dans Alger la noire, le policier ne fait pas son polar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.