USMA / Meziane : «On n'est pas loin des 1⁄4, il faudra assurer en Tunisie»    Le Conseil de sécurité parvient à un consensus    Attentat dans la gare centrale de Bruxelles    Ahmed Saci reçoit des professionnels et des syndicats de son secteur    Belaïli : "Je suis soulagé !"    La citerne dans les songes    Economie /Le non-recours à l'endettement extérieur : Le satisfecit des élus    Oran : Des agents «Ask Me» pour guider les visiteurs    Omnisports    AS Monaco : Boukholda va rejoindre le LOSC et Bielsa    La décision : Fin de fonction pour le SG de la FAF    Aïd El-Fitr : la friperie, ce plan «B»    Alger /Bus, trains et taxis : ça roule pendant l'Aïd    USA : Trump est un «psychopathe» selon Pyongyang    Libye : Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU    Youssef Chahed déjoue le plan de Mohammed VI    Absentéisme, course à «la brosse» et très peu de critiques    Les assurances de Tebboune et les doutes de l'opposition    Pénurie d'eau : Installation d'une cellule de suivi    Belles leçons de bénévolat et d'entraide    «La baisse des recettes pétrolières a asséché le système bancaire»    Aghbalou : Le théâtre amazigh à l'honneur    Quand le Pouvoir méprise ses médias    La «cabine à livres» risque de disparaître    Une vraie révolution de palais    Mascara: Plus de 540 commerçants réquisitionnés pour l'Aïd    Recrutement d'enseignants: Les maths et la physique posent problème    Bouira: L'auteur présumé du quadruple crime de Taghzout arrêté    Tizi Ouzou: Fin de cavale pour un baron de la drogue    CRB: En route pour la septième consécration !    13es championnats d'Afrique juniors d'athlétisme: Tlemcen fin prête pour le rendez-vous continental    Collo: Cinq terroristes, dont quatre femmes, arrêtés    Amnesty salue les efforts de l'Algérie en faveur des réfugiés    Constantine - Le parcours du cheikh Benbadis revisité    Après l'avance de la date de versement des pensions de retraite en prévision de l'Aïd : Entre satisfactions et réalité amère des retraités    Economie française : La croissance va s'affermir en 2017, prédit l'Insee    Fake news, rumeur et manipulation    Combien la baguette, khouya?    La bataille a déjà commencé    Les partis de la majorité optimistes    Espace audiovisuel: le quiproquo!    Le groupe "Babylone" au programme    Le public séduit    La représentante du Centre du patrimoine mondial de l'Unesco à Alger    «Adapter les dispositifs aux besoins sécuritaires de la région»    Radjaâ éliminé au 3e tour des qualifications    Tebboune : «Renforcer la coopération entre le Gouvernement et le Parlement»    Arrestation des criminels et large condamnation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.