Baisse du nombre de mandats de dépôt de 54 % au cours des derniers mois    Les trois terroristes abattus identifiés    Un rassemblement symbolique à Béjaïa    Energies renouvelables: un financement de 10 millions d'euros prévu par l'UE    L'Algérie menacée par le cyberterrorisme et l'espionnage    Le partenariat et l'urbanisme en débat à Milan    "La mécanique de la relation France-Algérie est loin d'être grippée"    Les Autrichiens optent pour la troisième voie    Un nouveau gouvernement turc aux ordres d'Erdogan    Hillary Clinton refuse un débat télévisé avec Bernie Sanders    Mission compliquée pour l'ESS et le MOB    Aoudia, premier libéré    Saison exceptionnelle pour Hanni en Belgique    "La triche étouffe le secteur de l'éducation"    Des centaines de migrants/réfugiés secourus en Méditerranée    Relizane    Tendances    Nigeria: pénurie d'eau à Lagos    Réunion de la CD/LFP    Verts d’Europe    A J-3 de la finale de la champions League face à l’Atletico Madrid    Jimmy Carter voit une résurgence de racisme en Amérique    Conflit social: la France puise dans ses réserves pétrolières    Bon à savoir    Foire internationale d'Alger: Plus 400 entreprises étrangères attendues    Mises en garde et menaces: signes de désarroi    Le vote des extrêmes: L'Europe, ce grand corps malade    Ces Algériens qui ne veulent pas mourir    Droits d'auteurs: Des actions en référé contre les TV privées    ELLE DANSE FACE A LA LAVE DU VOLCAN    6e médaille de bronze pour l'Algérie    Les dangers de la "grande sieste"    Noureddine Bedoui sur tous les fronts    À Béchar : Gaïd Salah supervise le lancement d'un exercice combiné à balles réelles    Détermination à faire appliquer les accords de Min    La Fête des mamans devient une bonne affaire    40.000 logements en chantier à Oran    Afin de répondre à la demande de sa clientèle : Algérie Poste émet 25 000 chéquiers par jour    Hanni meilleur joueur de l'année en Belgique    L'avenir incertain du paysage audiovisuel algérien    Comment vêtir son esprit pour comprendre?    Le Cinéma palestinien s'offre son festival à Paris    Décès d'une femme à Mascara    L'Algérie soutient le candidat de l'Afrique    43 morts et 1.376 blessés en une semaine    Les affabulations de Hollande    Rêveries de l'acteur solitaire en compétition    Cartographie des forteresses d'Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.