Généralisation de la corruption    Chute d’un véhicule avec 3 personnes à bord dans le barrage de Taksebt (Tizi-Ouzou)    Polémique Hanoune-ministre de la culture    Des importations des médicaments au 1er trimestre 2015    La JS Kabylie s’impose devant le MOB et s’éloigne de la zone rouge    Accrochée par le MCA, l’USM Alger voit le titre de champion s’éloigner    Journée mondiale de la propriété intellectuelle    Béchar    Algérie-Education nationale:poursuite du dépôt des dossiers de recrutement des enseignants    Coopération : Manœuvres militaires algéro-françaises en Méditerranée    La CNLTD toujours sur la brèche    La défense de Chani Medjdoub reconstituée : Reprise du procès de l'autoroute Est-Ouest    Football - Ligue 1 : Vers une fin de saison palpitante    Basket-ball - Coupe d'Algérie 1/8e de finale : Le NAHD, l'IRBBA, le NBS et l'USMB au tapis    MC Oran : Une nouvelle page est tournée    Commerce : Les licences d'importation pour les investisseurs seulement    Véhicule tombé dans le barrage de Taksebt : Les trois corps repêchés    Depuis le début de l'année : Plus de 1.200 enfants victimes de violences    Un espace vert à l'abandon    L'Algérie débloque une aide d'un million de dollars au profit des sinistrés du Népal    TLEMCEN: La formation doctorale de l'anglais en Grande-Bretagne    Challenge «Dealer Of The Year» : 6 agents de Renault Algérie récompensés    TV Chorfi    SIDI BEL-ABBES: Chaleureuses retrouvailles au lycée «Azza Abdelkader»    TLEMCEN: Il y a cent ans, la grande «Hidjra»    Présidée pour la 2ème fois par l'Algérie : Avancées réalisées au centre de la 9ème conférence du TNP    Fête du travail : La journée du 1er mai chômée et payée    Fidélité aux intérêts plus qu'aux idées    A l'occasion de la fête nationale de son pays : Le président Bouteflika félicite son homologue tanzanien    Travaux publics Vif intérêt à l'entretien du réseau routier national    Commémoration de la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail : "Joignez-vous à la construction d'une culture de la prévention en ...    Un nouvel émissaire de l'ONU au Yémen    Libye : Contrôler le pétrole, un casse-tête pour le gouvernement reconnu    Ligue 1 Mobilis : L'USMB assure son retour dans la cour des grands    Liga BBVA : Le Barça maintient la cadence    Kazakhstan : Les Kazakhs aux urnes pour l'élection présidentielle    Batna : Visite guidée pour percer les secrets du site d'Ichoukane    Attaques suicides de l'EI    Les rebelles s'emparent de Djisr el Choughour    Plus de 200 cas enregistrés par an !    Avec 13 médailles, l'Algérie termine à la 2e place    Les députés reviennent à la charge    Les usagers toujours exaspérés par les transports à Alger    Où est la contrepartie algérienne ?    Bientôt un Conseil supérieur de la jeunesse    La LADDH accuse l'UE    25 000 établissements scolaires et 10 millions d'enfants ciblés    La douceur de l'Orient aux inflexions des touaregs et de la langue berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.