Le parquet a requis 10 ans de prison contre Chouaïb Oultache    PM provisoire, échange chèque obligatoire contre suppression TAP. Intermédiaire s'abstenir    Des Douanes à Air Algérie    Plus de 250 exposants au rendez-vous    En bref...    Repère : Le danger israélien    MO BéJAïA : Amrani sur le départ    Real Madrid : Ancelotti limogé    des bonbonnes de gaz dans les colonnes montantes    hôpital pont blanc à Annaba : fuite d'un malade potentiellement dangereux    Jijel : Des projets pour le revêtement des routes    L'université d'été    Le premier ministre Abdelmalek Sellal face à l'urgence d'un nouveau management stratégique au Ministère de l'Energie ?    Séisme politique à Madrid et à Barcelone    Ain Témouchent : Il perce le mur d'une bijouterie et s'empare d'un milliard de bijoux    UNIVERSITE DE MOSTAGANEM : Le premier colloque international sur ‘'l'information religieuse''    Un pan méconnu de la culture nationale    Vers la retransmission des matches de Ligue 2    Klopp : « Ce fut un honneur d'entraîner le Borussia »    Maradona : « Nous avons un dictateur à vie à la tête de la Fifa »    Tunisie-Fusillade à la caserne de Bouchoucha: un cinquième militaire succombe à ses blessures    OM : Bielsa parti pour rester ?    Soustara au bord de la catastrophe    Belkalem rejoue, 7e but pour Medjani    Tunisie:un soldat tue un colonel et blesse huit miltaires    Benflis veut ratisser large    Les partis ont investi le terrain    Pétrole:le plafond de l'OPEP restera sans doute inchangé (ministre iranien)    Les finances publiques en danger    La plage interdite à la baignade    12 contrebandiers arrêtés et 10 quintaux de kif saisis    Lamamra mercredi au koweït pour la réunion de l'OCI    L'aviation libyenne boùmbarde un navire au large de Syrte    SKIKDA - L'Entreprise portuaire : bilan et perspectives    Le rêve monstrueux d'une Algérie sans jambes    Trime, trime    Changements à la tête d'entreprises et institutions financières    Redécouverte de la facette méconnue du poète de l'Enfant-jazz    Médicaments contrefaits : Il n'y a pas de fabrication en Algérie    Affaire de dilapidation de deniers publics : Audition des témoins à la Cour de Boumerdès    Terrorisme : Procès jeudi prochain de 34 individus pour assassinats, rapts et pose de bombes    Une évolution linéaire    Tébessa : Une exposition-concours de photographies prochainement    Bouteflika préside un Conseil des ministres    L'EI est entré dans le musée de Palmyre    L'Algérie à Rabat les 25 et 26 mai    Tizi-Ouzou rend hommage à Rabah Ouferhat !    Agenda culturel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.