Le déficit du Trésor devrait reculer à 55 milliards DA en 2019    Investissements marocains en Afrique. Des organismes internationaux en parlent.    Italie: Lombardie et Vénétie votent pour plus d'autonomie    Algérie-Le cadre réglementaire de la presse électronique relève des prérogatives de la ARPE (ministre)    Aïn Témouchent/Elle sera une zone industrielle : Tamazougha, l'espoir de la wilaya    Presse écrite / Djamel Kaouane : «L'avenir est aux médias électroniques»    Accord Opep/non Opep - réduction de production de pétrole : Un taux au-delà des engagements !    Ligue 1 Mobilis - 8e journée : Le Doyen s'offre le clasico et amorce son déclic    Battue hier soir à Casablanca : L'USMA attendra pour accrocher une «Etoile»    Le programme : USMA - USMH ce mardi    Dellys / Environnement : L'enfant et la mer    Real : Zidane bientôt désigné meilleur entraineur au monde ?    Ce qui attend l'actuel wali...    «Nous avons été victime d'une cabale»    Le Salon des énergies renouvelables s'ouvrira demain    Du statut de «nation» au bras de fer    Equipe nationale : La fin de l'ère M'bolhi ?    EN jeunes : Charef entame les contacts    Deuxième victoire de Hamza Yacine    Cinq harraga interceptés à El Ançor    Des quartiers ne sont pas raccordés au réseau d'AEP    Un centre commercial ravagé par le feu    Une procédure de justice du Front Polisario contre Transavia pour son vol Paris-Dakhla    Tizi Ouzou : 1er Salon de la bande dessinée    Mohamed Ghafir présente son livre et rend hommage à Fatima Bedar    On vous le dit    Tunisie: Slim Riahi auditionné pour une affaire de chèques sans provision    Mali : l'ONU veut l'application urgente de l'accord de paix    Equilibre alimentaire dans les cantines scolaires des zones défavorisées: Une dizaine d'écoles ciblées par une campagne de sensibilisation    Pour mettre un terme au stationnement anarchique dans les grandes communes: Le dossier des parkings à étages relancé    Tlemcen: Elections locales: 357 listes validées, 14 autres rejetées    Europe: «Ce grand corps malade»    Ouyahia, une cible ?    Après les déclarations de Messahel: Crise diplomatique entre Alger et Rabat    Les partis mobilisent leurs "bataillons"    Veto et atrocités!    Hanoune se "déchaîne"    Un acquis de taille pour le CHU de Annaba    Les Verts viseront le podium au Caire    Une enseigne qui s'impose    L'innovation récompensée    Le RND affûte ses armes    "La loi sur la publicité n'est pas sur la table du gouvernement"    Cérémonie de remise des prix    13.000 livres distribués    Un espace de réflexion et une force de proposition    "Une occasion pour une représentation juste de la femme"    Idir de retour à Alger après 38 ans d'absence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.