Le seul objectif du gouvernement est la réunion de toutes les garanties pour une opération électorale intègre    Chili - Vidal : "Une génération historique"    Constantine: 340 affaires liées à la drogue traitées par la police en 2015    Hydrocarbures : Sonatrach fait son bilan    Suppression de la retraite anticipée : Bonne ou mauvaise décision ?    Repères    L'Europe perd du terrain en investissements    Mustapha Guitouni, nouveau PDG de Sonelgaz    Liban / Près de la frontière syrienne : Quatre attentats-suicides dans un village    Irak : Daech chassé de Fallouja    Espagne, la grande incertitude    «Nous n'avons plus de Président !»    Championnats d'Afrique 2016: le relais algérien du 4x400m termine 4e    Milovan Rajevac, nouveau sélectionneur    Humiliante défaite des jeunes    MO Béjaïa : Les Crabes avec un effectif décimé face au Madeama    L'adieu aux libertés    Iferhounène (Tizi Ouzou) : Affrontements entre villageois et policiers    Mila : Deux morts et onze blessés sur les routes    Ghazaouet : Six candidats à l'émigration clandestine secourus en mer    Béjaïa : Matoub fédère et dérange toujours    Tamazight : Vers la généralisation de l'enseignement des adultes    Tizi Ouzou : Soirées théâtrales à Bouzeguène    Pollution de l'air: investir un peu plus dans l'énergie diminuerait les décès    L'effet du Brexit sur le Maroc demeure incertain (experts)    Hommage à Cherifa, la doyenne de la chanson kabyle    Suspense : Un cri dans la nuit 18e partie    HistoireS étranges : L'arc-en-ciel, entre porte-bonheur et mystère dangereux    Histoires vraies : Le bandit bien-aimé 2e partie    Volley-ball    Handball : tirage au sort de la CAN-2016 «Dames»    APN    Libye : Benghazi sur le point d'être libérée des terroristes    L'Ecosse ne se reconnaît plus dans le Royaume-Uni    L'Union européenne panique    ORAN    Les résultats connus aujourd'hui    Affrontements entre vendeurs à la sauvette et policiers    Fromage blanc aux herbes    USA: sept blessés lors d'un rassemblement néo-nazi    Des travailleurs protestent contre leur exclusion du concours externe    Des annonces mensongères circulent sur le Net    Transport maritime urbain    Il était une fois une prestation de serment
    Le sinistre Cheikh Abdelhakim ne sévira plus    Reprise des entraînements demain à Aïn Benian    Un film hommage à "Djoher Amhis, une femme d'exception"    Des députés s'insurgent contre le coup de force de l'Exécutif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.