Bilan du 1er tour de la CAN-2015 : Les favoris dans la douleur, le Congo sort du lot    Cyclisme : Le développement des ligues, une nécessité pour la FAC    Bougherra et Halliche, les "rescapés" des quarts de la CAN-2010    Grande détermination chez les Verts    Slimani forfait contre les Eléphants    Conférence du consensus national initiée par le FFS : Le FLN dit oui en imposant ses conditions    Le FLN dit "Oui" au FFS    Wilaya d'Alger : Installation d'un groupe de travail chargé du suivi des projets de construction    Mise en place d'un atelier pour enfants handicapés    La maladie "non encore endiguée" selon l'Onu    Temps gris et maussade jusqu'à lundi au nord du pays    Sommet de l'UA : Sellal réitère l'engagement de l'Algérie à lutter contre le terrorisme    Libye : Prochaines négociations envisagées sur place si la sécurité le permet    Attaque de l'EI : Quinze morts en Irak, dont un général kurde    Explosion de gaz dans un hôpital pour enfants    L'hommage de l'ambassadeur de France    Les droits humains en danger !    Recensement des logements sociaux vendus au marché noir : Tebboune met les points sur les " i "    Comme une lettre à la poste !    Procter & Gamble : Le renforcement du dollar paralyse les résultats    Lutter contre le gaspillage par l'efficacité énergétique en Algérie : Revoir les politiques de l'habitat, du transport et des subventions    Une nouvelle formule pour les chômeurs    Les terrasses de Merzak Allouache projeté    "Les manuscrits anciens face aux défis de l'heure"    Duel des extrêmes à Béjaïa, deux derbies à l'affiche    La faillite quand la communication ne sort pas des sphères de la décis    Gourcuff pense reconduire la même composante    Duel fratricide pour le salivant carré d'as    Hymne à l'allégresse sur les partitions de Telemann, Mendelssohn    Le FLN dit « oui » au FFS    Vers l'entame d'un nouveau processus de consultations    Sellal appelle à une riposte « collective » et « coordonnée » à la menace terroriste    La session d'automne 2014 était « fructueuse »    «La sécurité est une responsabilité collective à Ghardaïa»    Gardiennes du feu sacré et travailleuses infatigables    Hommage à Rouiched et Fatiha Berber    COMPOSEE DE 18 HAUTS CADRES DU CENTRE DES HAUTES ETUDES : Une délégation du ministère français de l'Intérieur en visite à Oran    TRAIT D'UNION : Quand vous dites complot !    Météo: vent, nuage et pluies au nord du pays jusqu'à lundi    20% de logements sociaux vendus au marché noir (Tebboune)    Trois contrebandiers arrêtés et 3 véhicules tout-terrain saisis à Bordj Badji Mokhtar et In Guezam (MDN)    Plus de 17 tonnes de kif et 71.000 psychotropes saisis en 2014 dans le Sud-ouest du pays (gendarmerie)    Sellal prend part à Addis-Abeba à la 22ème session du MAEP    Gaz de schiste: Ksentini préconise de s'en remettre aux experts nationaux et internationaux    Réalisation en une année de la salle de spectacles de Constantine, un record à méditer (responsable)    L'Emir Abdelkader n'était aucunement affilié à la franc-maçonnerie (Témoignage)    Acquisition officielle par l'Etat algérien de l'opérateur Djezzy    Egypte:Vingt tués et 36 blessés dans l'attaque au mortier visant les bâtiments de la sécurité au Sinaï    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2009

La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.
Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.
Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.
Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».
Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».
Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.