Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concours d'accès au grade de maître-assistant: Les diplômés du DEMS en colère
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 01 - 2011

Un vent de colère souffle parmi les nouveaux diplômés en études médicales spéciales. Il s'agit des titulaires du Diplôme en Etudes Médicales Spéciales (DEMS) de la promotion 2010 dans les trois filières médicales, à savoir médecine, pharmacie et chirurgie dentaire. Un très grand nombre parmi ces nouveaux diplômés risque d'être tout bonnement «écarté» du concours d'accès au grade de maître-assistant hospitalo-universitaire dont l'ouverture a été décidée par arrêté ministériel datant du 08 décembre 2010. La raison justifiant cette «mise à l'écart annoncée» porte sur une condition ayant trait à la date d'obtention du DEMS, qui ne doit pas être postérieure à la date de signature du décret (08 décembre 2010), selon les termes de son article N° 03. Or, un très grand nombre de candidats, si ce n'est la majorité écrasante, a obtenu son diplôme après la date de signature du décret, car ayant passé leurs examens après la date du 08 décembre.
L'article 03 du décret ministériel stipule en effet que le concours pour l'accès au grade de maître-assistant hospitalo-universitaire est ouvert aux candidats titulaires d'un Diplôme d'études médicales spéciales (DEMS) dans la spécialité postulée ou d'un diplôme reconnu équivalant, «à la date de signature du présent décret».
Les candidats qui se retrouvent en situation d'«inéligibilité», à la différence d'une minorité d'autres candidats de la même promotion, estiment faire l'objet d'une mesure «discriminatoire injustifiée» vu que c'est l'administration qui a décidé des dates de tenue des examens de chacune des spécialités. Au niveau de la faculté de médecine d'Oran, à peine cinq ou six candidats dans les deux spécialités de pharmacologie et de botanique peuvent prétendre passer le concours de maître-assistant, affirment les diplômés, vu que les concernés ont passé leurs examens avant la date du 8 décembre. Le reste, soit plus d'une centaine de diplômés, reste sous le coup de l'article 03 de l'arrêté du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il semblerait que la situation soit similaire aux deux autres régions du pays, à savoir le Centre et l'Est, avec une majorité écrasante de candidats qui aurait été rendue inéligible par cet article controversé.
Il est à noter, par ailleurs, que pour prétendre prendre part au concours, les candidats doivent déposer leurs dossiers auprès de l'administration de la faculté de médecine la plus proche du lieu de leur résidence. Selon l'article 4 dudit décret, «la date de clôture des inscriptions au concours est fixée à trente (30) jours à compter de la date de publication du concours», soit avant le 15 janvier 2011. Une échéance qui laisse peu de temps aux candidats évincés pour faire valoir leur droits auprès des instances compétentes, ce qui accentue encore plus la tension et la frustration des concernés. En plus, l'administration de la faculté de médecine d'Oran «refuse de délivrer aux diplômés d'après le 08 décembre 2010 leurs attestations de réussite, prétextant donner la priorité pour le moment uniquement aux candidats éligibles pour le concours», affirment encore les protestataires. Un refus, disent-ils, qui ferment devant eux la porte à d'autres concours, notamment à l'étranger. Les mêmes sources considèrent cette «polémique sur la date des diplômes» comme une «manœuvre opérée d'une manière délibérée dans le but est d'éliminer les candidats ayant le plus de mérite du concours au profit d'une minorité de privilégiés ». Ils ajoutent que si les pouvoirs publics ne réagissent pas rapidement pour rectifier cette «injustice», un très grand nombre des quelque 1.296 postes de maîtres-assistants devant être pourvus au titre de ce concours risque de demeurer vacants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.