Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Grogne parmi les prestataires    "Pas d'augmentation de la tarification"    Le gouvernement se met à la page    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Tourisme-Formation professionnelle : Convention de partenariat en matière de formation    Selon le DG de l'ANEM : La création de postes de travail reste liée au développement économique    Plan d'action : Appel à "soutenir" le gouvernement pour sortir de cette crise    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel : L'Algérie a montré un "solide engagement"    Islamisme incontournable    L'Algérie dispose de plans opérationnels    L'ANP resserre l'étau    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Anderlecht : L'hommage de Hanni à Weiler    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar (MDN)    Après une entrevue avec le président de la FAF : Tikanouine démissionne    Birmanie /Aung San Suu Kyi fait dans les grandes manœuvres : «Prête» à organiser le retour des réfugiés    Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel: l'Algérie a montré un "solide engagement"    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Ahmed Tessa, recteur de l'Université Mouloud-Mammeri : «Nous avons validé la création de l'institut de langue amazighe»    Etincelant à Naples, décevant en sélection: L'énigme Ghoulam    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    "Bnat El Youm", nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    SILA 2017 : L'Afrique du Sud invité d'honneur de la 22ème édition    Une bibliothèque à Paris baptisée du nom de Assia Djebar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CIA-Venezuela: séquences d'un plan visant le chaos
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2017

La CIA qui est en charge de la déstabilisation du régime bolivariste au Venezuela a échafaudé un plan dont les séquences qui sont discernables démontrent qu'elle veut rééditer dans ce pays un scénario à la syrienne. Tout comme en Syrie, l'institution subversive américaine a en effet d'abord suscité une opposition intérieure à Maduro et à son régime qu'elle a parée des qualificatifs de « modérée » et de « démocratique » dont les revendications sont conformes aux attentes du peuple vénézuélien.
Elle l'a ensuite encouragée à durcir sa contestation du pouvoir bolivariste qu'elle a traduit par le recours à la violence dans ses manifestations anti-Maduro. Laquelle violence est systématiquement imputée aux forces de l'ordre fidèles au président vénézuélien, lequel se voit ainsi accusé d'être responsable d'une sanglante répression contre ses opposants et présenté comme un « dictature » déterminé à massacrer son peuple pour rester au pouvoir. Parallèlement, l'administration américaine a décrété contre le Venezuela et certains responsables clefs du régime une batterie de sanctions par laquelle elle a attendu leur retournement contre le président Maduro et la révolution bolivariste.
L'ingérence américaine s'exerçant de cette façon n'ayant pas atteint l'objectif voulu par Washington à savoir le délitement et la chute du régime vénézuélien, la CIA tente désormais de susciter une rébellion armée dont les Etats-Unis se prévaudront pour intervenir militairement dans le pays. L'assaut avorté récemment contre une caserne de l'armée vénézuélienne par un groupe d'hommes armés indique que cette option a bel et bien été arrêtée par Washington et l'opposition vénézuélienne incitée à en créer dans le pays le climat qui servirait de prétexte à son lancement.
Le scénario à la syrienne pour le Venezuela pour l'exécution duquel s'active la subversive CIA prévoit tout comme cela s'est produit dans le cas qui l'a inspiré, la mise en place d'une coalition internationale sous commandement états-unien à laquelle prendraient part les Etats voisins du Venezuela ayant en exécration la révolution bolivariste et rien à refuser au puissant voisin nord-américain qui n'a pas été pour peu dans l'arrivée au pouvoir chez eux de régimes oligarchiques et corrompus qu'effraye la contagion par cette révolution. Ce front belliciste anti-bolivariste à l'étranger a déjà pris corps, de l'aveu même du directeur de la CIA qui a déclaré en avoir discuté la constitution avec les plus hauts responsables d'au moins trois pays latino-américains qui sont le Brésil, la Colombie et l'Argentine. Au moins deux des chefs d'Etat de ces pays, le Brésilien et l'Argentin, sont réputés avoir été d'actifs relais agissants de la centrale américaine de renseignement et totalement soumis à son influence.
Face à ces menées qui préfigurent la menace publiquement proférée vendredi par Donald Trump d'une intervention militaire contre Maduro et son régime, il ne fait aucun doute que la crise vénézuélienne va se radicaliser avec le risque de se transformer en un conflit qui embraserait certes le pays mais à coup sûr le continent latino-américain où la révolution bolivariste n'est pas aussi isolée et rejetée que le prétendent ses détracteurs. Ses développements font en tout cas apparaître que l'Amérique de Donald Trump a renoué avec la tentation de traiter ses voisins latinos comme des vassaux qui ne doivent considérer de bonne politique que celle qu'elle leur dicte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.