Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Sahara occidental: le Groupe de Genève dénonce l'impunité des responsables des crimes de torture    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    L'utopie, c'est fou, c'est bien    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    La mauvaise note !    Peu de communication, beaucoup de spéculation    "À nous la finale !"    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arbitrages d'investissement: l'Algérie est dotée des outils pour sanctuariser les intérêts de l'Etat
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 02 - 2020

L'Algérie est dotée des outils nécessaires pour sanctuariser les intérêts de l'Etat pour faire face aux litiges dans le cadre des arbitrages internationaux d'investissement, ont indiqué samedi à Alger plusieurs experts.
Animant une journée d'information sur "le rôle de l'Etat dans l'arbitrage international d'investissement", les intervenant ont relevé la pertinence des outils juridiques dont s'est dotés l'Algérie afin de se prémunir dans le cadre de litiges pouvant l'opposer à des investisseurs étrangers.
Selon eux, cela a permis de constater qu'à ce jour, aucune condamnation n'a été prononcée à l'encontre de l'Algérie dans le cadre d'arbitrages internationaux d'investissement sur les onze affaires portées par des investisseurs étrangers depuis les années 90.
Pour renforcer cette position du pays et se prémunir des litiges d'investissement, le directeur de la coopération au ministère des Finances, Ali Bouhraoua, a plaidé en faveur de la revue des accords économiques du pays afin d'adapter certaines de leurs dispositions pour protéger les intérêts du pays.
"D'autres pays de la région connaissent plus de différends allant vers l'arbitrage international. Cependant, il faut revoir nos accords économiques pour protéger et sanctuariser les intérêts de l'Etat algérien", a-t-il estimé.
Il s'agit d'autre part, selon le représentant du ministère, "de trouver un point d'équilibre entre l'intérêt du pays et l'objectif d'attirer les investisseurs étrangers créateurs de valeur ajoutée", expliquant que "ceux-ci ont besoin d'être sécurisés sur le plan juridique et économique".
De plus, parmi les recommandations soumises par les intervenants, celle consistant à améliorer la coordination entre les différents ministères "afin de s'assurer que tous les documents relatifs à une affaire sont collectés dans des délais brefs et que tous les ministères parlent d'une seule voix face aux investisseurs".
Selon eux, en maintenant et en promouvant des processus respectueux de la règle de droit, l'Algérie continuera d'être en position d'attirer massivement les investissements étrangers tout en limitant au maximum le risque de contentieux.
Cela concerne le risque à l'encontre de personnes ou de sociétés choisissant la voie de l'arbitrage comme un moyen d'obtenir un avantage contentieux indû, ou à l'encontre d'investisseurs légitimes ayant choisi l'Algérie pour leurs investissements.
L'Etat engagé dans trois procédures d'arbitrage international
Par ailleurs, l'Algérie est engagée actuellement dans trois (3) procédures d'arbitrage international avec des investisseurs étrangers, a fait savoir la représentante du cabinet d'arbitrage international du cabinet Shearman & Streling, Maitre Maude Lebois, un cabinet qui défend les intérêts de l'Algérie depuis plus de trois décennies.
"La première procédure implique l'Etat algérien avec un investisseur espagnol dans le secteur du BTP. La deuxième a été introduite par un investisseur suisse dans le secteur des transports et la troisième a été introduite par des investisseurs émiratis dans le secteur des travaux publics", a-t-elle détaillé.
Selon elle, certains investisseurs profitent des failles des traités conclus par les pays pour introduire des moyens de pression à l'encontre de l'Etat concerné par ces traités.
"Cependant, en regardant les onze procédures introduite contre l'Etat algérien, on constate que l'Etat a mis en place les mesures qu'il faut pour se protéger", a souligné Maitre Lebois, rappelant que "l'Algérie a connu de belles victoires juridiques à l'encontre d'investisseurs étrangers s'épargnant le paiement de plus de 22 milliards de dollars", notamment lors d'un arbitrage l'ayant opposé à un investisseur égyptien dans les télécommunications.
L'intervenante a également indiqué que l'Algérie a conclu plus de 40 traités internationaux pour promouvoir les investissements (IDE). Cela a créé un intérêt économique pour le pays mais permet d'autre part aux investisseurs d'introduire des actions à l'encontre de l'Etat "quand ils estiment qu'ils n'ont pas été traités de façon juste et équitable", a-t-elle expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.