Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 07 - 2020

L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre adressée récemment par le président de la République sahraouie démocratique (RASD), Secrétaire général (SG) du Front Polisario, Brahim Ghali, aux Nations-Unies (ONU), comme document officiel, "a irrité le régime marocain", estiment des médias sahraouis.
Il s'agit d'une lettre adressée récemment par le Président Ghali à l'ONU, dans laquelle il a mis en garde contre la propagation de l'épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19) qui s'est propagé de manière significative en peu de temps dans les territoires sahraouis occupés.
"Cette grave situation humanitaire est la conséquence directe du mépris des autorités marocaines d'occupation pour la vie des civils sahraouis pris au piège", avait affirmé le président sahraoui dans cette lettre.
Les médias sahraouis ont indiqué que le Maroc a tenté, à travers une lettre adressée au Conseil de sécurité par son représentant permanant au sein de l'ONU, Omar Hilale, de "faire pression sur l'instance onusienne qui reconnaît le Front Polisario comme représentant légitime du peuple sahraoui, en vue de s'opposer à la généralisation des lettres et notes parvenant du Front Polisario".
Ce qui irrite le régime marocain, affirment les mêmes médias, est "la signature et la griffe du président sahraoui, Brahim Ghali et le lieu où elle fut rédigée, à savoir la localité libérée de Bir Lahlou".
Le Maroc s'en est même pris dans sa lettre, à la république de Namibie qui a transmis la lettre du Président sahraoui au Conseil de sécurité, avance-t-on de même source.
"A travers la lettre de l'ambassadeur marocain, on peut constater l'étendue de l'embrassas que suscitent désormais les lettres adressées par le Front Polisario à l'instance onusienne. Des lettres qui mettent à nu à chaque fois, des aspects importants de la politique coloniale que le régime marocain tente d'appliquer au Sahara Occidental", indiquent les médias sahraouis.
Lire aussi: Algérie: le Maroc tente d'éluder la possibilité d'une résolution du conflit au Sahara Occidental
Le Président sahraoui, Brahim Ghali avait condamné dans sa lettre au président du Conseil de sécurité de l'ONU le silence du régime marocain quant à la propagation rapide de la pandémie dans les territoires occupés, relevant que "plus de deux cents infections ont été enregistrées dans la ville occupée d'El-Ayoun et ses environs ces derniers jours".
"Alors que les autorités marocaines continuent d'utiliser les restrictions liées à la propagation de l'épidémie dans le monde pour resserrer le blocus imposé aux territoires sahraouis occupés afin de continuer à intimider les civils sahraouis", -t-il dénoncé, expliquant qu'"elles amènent maintenant des centaines de travailleurs et de colons marocains dans les villes occupées pour provoquer une nouvelle infection. Et mettre en danger la vie de nos concitoyens".
Le Chef de l'Etat sahraoui a soutenu qu'"un tel acte criminel qui vise la vie de nos concitoyens dans les territoires occupées s'ajoute au bilan du génocide et des tueries pratiquées par les autorités d'occupation marocaines contre des civils sahraouis sans défense depuis le début de l'occupation marocaine de la région le 31 octobre 1975".
Alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager à travers le monde, y compris au Maroc, M. Ghali a exprimé son inquiétude quant à "la situation des prisonniers civils sahraouis dans les prisons marocaines qui est toujours alarmante en raison des conditions désastreuses dans ces geôles", a conclu M. Ghali.
Dans ce sillage, le Président sahraoui a appelé l'ONU à une intervention urgente pour mettre fin aux souffrances des prisonniers sahraouis détenus dans les prisons marocaines et d'intercéder auprès de Rabat pour garantir "leur libération immédiate et inconditionnelle face à la grave propagation de la pandémie du Covid-19".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.