LNFA: les nouveaux statuts amendés par l'assemblée générale    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Proclamation de la RASD: des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 02 - 2021

Le peuple sahraoui, célèbrera samedi le 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), sur fond de victoires militaires remportées par l'Armée sahraouie contre les forces d'occupation marocaines depuis la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier, des victoires couronnées par de grands acquis politiques et diplomatiques à la faveur d'une reconnaissance internationale grandissante du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
Que ce soit dans les territoires libérés, dans les villes occupées du Sahara occidental, dans les camps et la diaspora, le peuple sahraoui se remémore aujourd'hui le lancement du processus d'édification de l'Etat sahraoui sur l'ensemble de son territoire il y a 45 ans, lorsque le Front populaire pour la libération de la Saguia el-Hamra et du Rio de Oro (Front Polisario), a décidé de proclamer le 27 février 1976 la RASD après le retrait de l'occupant espagnol, suite à la signature de l'accord tripartite de Madrid le 14 novembre 1975.
C'est une occasion aussi pour les Sahraouis de se rappeler l'agression militaire du Maroc sur leurs territoires un certain 31 octobre 1975, au moment où leur état venait à peine de naitre et se rétablissait des stigmates du colonialisme espagnol. Le 6 novembre de la même année marquera aussi à jamais les esprits des Sahraouis, le régime d'occupation marocain ayant décidé d'organiser sa "marche verte", qui est en vérité "une marche noire dans l'histoire de la région du Maghreb".
Les images de milliers de Sahraouis fuyant l'oppression de l'armée marocaine, lourdement armée, sont toujours ancrées dans les esprits, documentant de véritables crimes contre l'humanité, de l'aveu même des organisations internationales de défense des droits de l'Homme.
Dans une déclaration à l'APS, le ministre de l'Information, porte-parole officiel du gouvernement sahraoui, Hamada Salma a affirmé que le Front Polisario se distinguait principalement par le fait qu'il est le "seul mouvement de libération à allier édification et libération en 1976". Après le décès en martyr de Mustapha Sayed El-Ouali le 9 juin, "nous nous sommes lancés dans la bataille militaire pour la libération après avoir été dans la phase de défense positive".
Au niveau politique et organisationnel, le premier Gouvernement sahraoui a été formé le 5 mars 1975 lançant ainsi le processus d'édification des institutions de l'Etat au service du citoyen sahraoui, a rappelé M. Salma, soulignant que la phase d'édification de la nouvelle république coïncidait avec l'agression marocaine, et le Front Polisario se trouva dans l'obligation d'assumer les responsabilités de gestion des affaires publiques de la société avec la participation des compétences notamment féminines, les hommes étant occupés à faire la guerre.
Lire aussi: 45e anniversaire de la proclamation de la RASD: le drapeau sahraoui hissé à Melbourne et à Sidney
Evaluant le processus de 45 ans d'édification, M. Hamada Salma a indiqué que l'Etat sahraoui est "une réalité" après avoir réussi à construire des institutions administratives et juridiques complémentaires tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, en voulant pour preuve les relations diplomatiques de la RASD et ses ambassades dans les capitales des pays frères et amis.
La République sahraouie a réalisé sous la direction du Front Polisario, l'unique représentant légitime du peuple sahraoui, "de grands acquis politiques et diplomatiques", notamment l'obtention de la reconnaissance internationale par plus de 80 Etats en Afrique, en Amérique latine et en Asie, outre le fait d'être membre fondateur de l'Union africaine (UA).
En dépit des manœuvres marocaines et le deal avec l'administration de l'ancien président américain Donald Trump, la diplomatie sahraouie a réussi à étouffer la déclaration de Trump, notamment après les dernières déclarations du porte-parole du Département d'Etat américain, Ned Price, qui a affirmé l'attachement de l'administration de Biden au processus pacifique pour le règlement du conflit au Sahara occidental et l'organisation du référendum d'autodétermination.
L'armée sahraouie mène un processus de parachèvement de la souveraineté nationale sur tout le territoire sahraoui
Le peuple sahraoui célèbre cette année la proclamation de la RASD, sur fond de victoires militaires de son armée dans les champs de bataille après la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier, en réponse à l'agression militaire marocaine contre les civils Sahraouis sans défense à la zone d'El-Guerguerat.
Le Front Polisario, unique représentant légitime du peuple sahraoui, a décidé, après des années d'attente, de reprendre la lutte armée après la violation de l'accord de cessez-le-feu (signé en septembre 1991) par le Royaume du Maroc, en sus des manœuvres dilatoires du régime marocain qui a défié la légitimité internationale en dépit des chartes internationales qui reconnaissent le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
L'agression militaire d'El Guerguerat, survenue le 13 novembre dernier, a marqué un tournant décisif du processus de la cause sahraouie après des années de statu quo politique en l'absence d'un nouveau envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies au Sahara occidental et le non accomplissement de la mission de la Minurso consistant à organiser un référendum sur l'autodétermination dans un climat de liberté, d'égalité et de transparence en concrétisation de la légalité internationale.
La cause sahraouie a marqué un retour en force au niveau des instances internationales après les attaques militaires de l'Armée sahraouie contre les différentes positions de l'armée de l'occupation marocaine, des attaques reprises dans les communiqués du ministère de la Défense sahraouie dans le but de briser le blocus imposé à la cause sahraouie et de démentir toutes les allégations du Maroc qui nie l'existence d'une guerre au Sahara occidental en dépit des rapports médiatiques dans les plus grands médias internationaux.
Lire aussi: La RASD, un Etat à part entière
Le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Documentation, Sidi Oukal, a souligné, dans ce sens, que le peuple sahraoui n'était pas un partisan de la guerre, relevant sa détermination à poursuivre la lutte armée jusqu'à la libération de l'ensemble de ses territoires".
"Le monde entier atteste que le peuple sahraoui est un peuple pacifique au plus haut point, un peuple qui prône la paix et non pas la guerre, mais après 30 ans d'attente, les Sahraouis se sont lassés et sont convaincus que la lutte armée est la voie pour libérer le pays", a fait savoir M. Sidi Oukal dans une déclaration à l'APS à l'occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, célébré le 27 février.
Le responsable sahraoui a imputé au régime du Makhzen la responsabilité du retour à la guerre dans la région qui demeure exposée "aux pires scénarios", en raison des "visées expansionnistes" du Royaume marocain, rappelant que le régime marocain avait violé l'accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier, après l'agression abjecte contre des civils sans défense dans la région d'El Guerguerat.
Il a ajouté que le peuple sahraoui "entretient de bonnes relations avec ses voisins et est enclin à la paix, mais n'acceptera nullement la spoliation de ses terres pour lesquelles il continuera à lutter farouchement". Ayant débuté le 22 février dans les camps des réfugiés Sahraouis de Dakhla, les festivités célébrant l'anniversaire de la proclamation de la RASD seront marquées, le 27 février courant, par l'organisation dans les camps d'Aousserd de "parades populaires et militaires", outre la tenue "de portes ouvertes au sein des institutions de la RASD, tout au long du mois de mars".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.