Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 05 - 2021

De nombreuses familles oranaises recourent aux studio-photo pour immortaliser le souvenir d'un Aïd el Fitr célébré dans la piété, la convivialité et la joie. Les supports technologiques modernes tels que les Smartphones et les appareils numériques qui facilitent la prise des photos n'arrivent pas à détrôner le travail du photographe exécuté dans son studio.
Lors d'une virée de l'APS dans quelques studio-photo d'Oran, plusieurs clients attendaient leur tour pour prendre la pose face à la caméra afin d'immortaliser en grande élégance le souvenir de l'Aïd, partagé avec leurs enfants ou petits-enfants.
Pour Mohamed, grand-père d'Aya et Ayman, rencontrés dans un studio à la cité "El Othmania ", il est impératif de mémoriser tous les moments de joie et bonheur passés avec ses enfants principalement durant les fêtes religieuses. "Je tiens à le faire avec mes petits-enfants ", indique-t-il.
A cet égard, Mohamed précise: "à chaque fête religieuse, en particulier l'Aïd El-Fitr, l'Aïd al-Adha et El Mawlid Nabaoui, j'emmène mes petits-enfants, vêtus de leurs belles tenues, chez le photographe pour fixer sur papier ce souvenir qui restera tout le long de leur vie bien ancré dans leur mémoire".
Hassina s'est rendue, en compagnie de ses deux enfants, dans un studio à Haï Akid Lotfi pour photographier ses bambins. Elle tient à le faire chez un professionnel car, affirme-t-elle, les moyens technologiques modernes existants ne l'emballent guère. Elle préfère préserver les beaux souvenirs de cette fête "à l'ancienne ".
"Je garde précieusement mes albums-photos qui retracent les moments les plus marquants de ma vie. A mon époque, les photos développées sur papier avaient une grande valeur morale et sentimentale", explique-t-elle.
Elle a ajouté que "les vieilles photos jaunies par le temps que l'on garde précieusement résument des tranches de ma vie. Les regarder me procure une immense joie et éveillent en moi des souvenirs impérissables, sentiments que ne procurent pas les photos stockées dans la mémoire d'un téléphone portable".
Mais, on n'arrête pas le progrès..
Ces fêtes religieuses constituent des opportunités pour les propriétaires de studios photo qui voient doubler, voire tripler le volume de leur travail et de ce fait, leurs recettes.
Mohamed, photographe quinquagénaire, installé au centre-ville, relève que la profession a beaucoup changé comparativement aux années précédentes. Pour lui, l'intrusion des "selfies " dans le quotidien des jeunes, a bouleversé la donne.
Lire aussi: Oran: ambiance festive dans le respect des mesures de prévention contre Covid-19
"Partir chez un photographe se limite aujourd'hui aux seules personnes âgées, accompagnant leurs petits enfants. Les jeunes nous boudent carrément", constate-t-il.
"Jadis, l'après-midi de l'Aïd était consacrée aux jeunes, venus se prendre en photos avec leurs jeunes frères, leurs amis ou leurs voisins. C'était une tradition bien ancrée chez eux. Aujourd'hui, ils préfèrent utiliser leurs téléphones portables", regrette Mohamed.
Pour lui, les jeunes constituent "une génération sans mémoire", car "les photos actuelles sont sans âme ni identité. Elles sont stockées pendant quelques temps dans la mémoire des smartphones pour être effacées sans hésitation à un moment donnée pour les remplacer par d'autres", ajoute-t-il.
Mohamed estime que "les téléphones portables et les tablettes numériques ont pris le dessus. Les photos n'ont plus de place chez certains. On sollicite les professionnels que pour les photos d'identité exigées dans la constitution de dossiers administratifs".
De son côté, Hamid, gérant d'un studio-photo au quartier de l'USTO, à l'est d'Oran, fait savoir que "les selfies et les photos express ne racontent rien. Elles sont destinées à être consommées sur les pages des réseaux sociaux. Elles ont une existence éphémère."
"Malheureusement, ces photos nuisent fortement au métier de photographe. Celui-ci se limite actuellement aux prises de photos d'identité ou celles marquant des événements précis comme les anniversaires ou les mariages ", ajoute-t-il.
Selon lui, il est devenu impératif pour le photographe de diversifier ses services afin de gagner sa vie. Il doit investir d'autres créneaux comme la vidéo, la vente de cartes mémoire, d'album-photos, l'impression de photos sur divers supports. Des créneaux qui nécessitent des investissements dans l'acquisition du matériel et une formation spécialisée pour maitriser ces nouvelles technologies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.