La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 01 - 2022

Les participants à une Conférence régionale africaine ont souligné, vendredi, que la décision du président de la Commission de l'Union africaine (UA) de valider la qualité de membre de l'entité sioniste en tant qu'observateur au sein de l'UA est "une décision contraire aux dispositions des statuts de l'UA et aux valeurs des peuples africains", appelant le prochain sommet africain prévu en février 2022 à l'annuler.
Cette affirmation intervient dans la Déclaration finale de la Conférence régionale africaine organisée par visioconférence par l'Observatoire de veille pour les droits de l'Homme et les causes justes, qui a regroupé des personnalités, des représentants de la société civile de plusieurs pays africains pour débattre de la décision d'attribution à l'entité sioniste de la qualité de membre en tant qu'observateur au sein de l'UA ainsi que tous les aspects liés à son infiltration dans le continent africain.
La décision du président de la Commission de l'UA de valider la qualité de membre de l'entité sioniste en tant qu'observateur au sein de l'UA, est "une décision contraire aux dispositions procédurales et de fond des statuts de l'union et aux valeurs et objectifs des peuples africains", selon la déclaration.
Dans leur déclaration finale, les participants appellent les gouvernements des pays de l'UA à prendre des positions claires et à asseoir des règles procédurales et de fond qui interdisent, à l'avenir, tout manquement envers l'union par l'entité sioniste.
Les Etats doivent faire face à leurs responsabilités historiques et à leurs responsabilités juridiques issues de leurs engagements internationaux, tel que stipulé par la Charte de l'ONU, l'UA et la légalité internationale des droits de l'Homme, notamment la lutte contre le colonialisme et la défense des causes justes des peuples.
Les participants ont appelé toutes les institutions de l'UA à revoir la relation entre certains gouvernements africains et l'entité sioniste.
La question palestinienne, un point noir dans l'ordre du jour des Nations Unies
La déclaration finale comprend également «un appel» à toutes les organisations, acteurs et associations de la société civile concernés par les droits de l'homme, les questions justes et la lutte contre la discrimination raciale, à «mettre en place formellement un organe non gouvernemental chargé de faire face à l'infiltration de l'entité sioniste dans le continent africain».
Un organe devant «surveiller toutes formes d'ingérence et de normalisation et de s'y opposer fermement, conformément aux instruments juridiques nationaux et régionaux qui seront mis en place à cet effet».
Le droit des peuples à l'indépendance et à l'autodétermination est un droit «inaliénable» et toute force hostile à ce principe est hostile à l'unité et à la stabilité de la communauté internationale, et partant, aux peuples africains, ont souligné les conférenciers.
Les participants ont dénoncé «le mutisme et l'indifférence continue à l'égard des événements qui se succèdent dans de nombreuses régions dans le monde, notamment ceux liés à la question palestinienne, qui demeure un point noir dans les annales des Nations Unies, au regard des violations massives et systématiques commises à l'encontre du peuple et de l'Etat palestiniens, perpétrées par l'occupant israélien».
Les peuples africains sont «les plus ciblés au monde dans leur dignité et sécurité et sont ceux qui ont payé lourdement le prix de leur indépendance, en sacrifiant leurs enfants, leurs ressources et leur intégrité, suite à l'invasion des puissances coloniales ayant fait des millions de victimes», ont tenu à rappeler les participants.
La déclaration finale condamne la violation continue par l'entité sioniste du droit du peuple palestinien, la poursuite des hostilités, de la discrimination raciale, du déplacement des Palestiniens, de la démolition de leurs maisons et le recours aux pratiques inhumaines à leur encontre.
Par ailleurs, les participants à la Conférence ont loué dans leur déclaration finale les efforts colossaux déployés par certains gouvernements africains en vue de former un front régional et international dans le cadre de l'Alliance arabo-africaine, connue et reconnue pour sa lutte continue en faveur des causes justes, en tête desquelles la cause palestinienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.