Plus de 24 millions d'électeurs suivis par 501.031 encadreurs    Election présidentielle de 12 décembre L'heure du choix !    Un rendez-vous crucial pour la nation ! La sentence du peuple    Direction régionale des douanes de Chlef : 13 opérations d'exportation en novembre    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Boumerdes : Projet de traduction des plus importants écrits de la littérature populaire algérienne    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    Bounedjah buteur face à Hienghène Sport    LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Benflis dénonce une «cabale»    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les textes de la Constitution tunisienne stipulent l'égalité
Béji caïd Essebsi à propos de l'héritage entre l'Homme et la Femme
Publié dans El Watan le 14 - 08 - 2018

La classe politique et la société civile tunisiennes s'interrogeaient sur la manière selon laquelle le président Béji Caïd Essebsi allait sortir de l'imbroglio posé par le rapport de la Commission des libertés et de l'égalité (Colibe), notamment concernant l'égalité dans l'héritage.
Le président tunisien a commencé par rappeler, hier dans son discours à l'occasion de la Fête nationale de la femme, que l'article 2 de la Constitution stipule la civilité de l'Etat, alors que l'article 21 mentionne l'égalité entre les citoyennes et les citoyens. L'article 46 appelle même à renforcer les acquis de la femme : «L'Etat s'engage à protéger les droits acquis de la femme et veille à les consolider et les promouvoir.»
Dans son rôle
Répondant aux critiques de certains juristes qui disent que les domaines réservés au président de la République sont la Diplomatie et la Défense, Béji Caïd Essebsi a rappelé que l'article 72 de la Constitution lui recommande, en tant que chef de l'Etat, de «veiller au respect de la Constitution».
C'est en vertu de ces articles de la Constitution «civils et égalitaires» que le président de la République va proposer une loi amendant le code de statut personnel (CSP) en matière de succession. «L'égalité dans l'héritage sera donc la règle.
Ceux qui veulent appliquer la charia, peuvent écrire un testament recommandant d'accorder au mâle le double de la femme», a dit le président tunisien, en rappelant qu'il ne fait qu'appliquer la Constitution, approuvée par Ennahdha et la majorité de la classe politique en 2014. La Constitution insiste clairement sur l'égalité entre l'homme et la femme et appelle même à renforcer cette égalité.
Avec cette proposition, le président Béji Caïd Essebsi met toutes les composantes de la classe politique et la société civile en Tunisie devant leurs responsabilités. Il renvoie la Tunisie à la même situation que celle de l'été 2013 et le sit-in du Bardo.
C'était la veille de l'adoption de la Constitution, avec les débats identitaires qui avaient divisé le pays en deux clans : moderniste et conservateur. Laquelle situation a obligé la troïka gouvernante, avec Ennahdha en tête, à des compromis sur le texte de la Constitution, afin de se montrer modernistes. Mais, la Tunisie a vécu des manifestations d'imams réclamant le retour à la charia.
Et maintenant ?
Avec sa proposition, Béji Caïd Essebsi a réussi à déplacer le débat sur un terrain qu'Ennahdha et le reste du clan traditionnel n'attendaient pas, celui de la Constitution. Le président de la République oppose à Ennahdha et ses alliés la civilité de l'Etat, soulignée par l'article 2 de la Constitution.
BCE met également à l'épreuve l'affirmation des islamistes que leurs références religieuses sont devenues civiles. Le Président avait d'ailleurs affirmé, dans une interview sur le journal La Presse en mai dernier, avoir tenté, en vain, de transformer leur référentiel de celui d'un groupe religieux à celui d'un parti civil. Béji Caïd Essebsi revient donc à la charge, conscient qu'il est de l'importance de cette affirmation pour les islamistes, qui ne cessent d'essayer de «vendre» à l'Occident leur nouvelle identité civile.
La proposition du président de la République secoue également les gens de l'extrême gauche, qui ont déjà déploré le fait que la proposition ait mentionné la possibilité de répartir l'héritage de la chariaa, pour ceux qui le veulent. En réponse à ces critiques, le député Mustapha Ben Ahmed répond : «La loi actuelle offre à chacun cette possibilité de repartir son héritage comme il veut.
Le Président a juste voulu lancer une fleur à l'adresse de ceux qui se sentiraient lésés par l'équité.» Belle manœuvre donc, toujours selon le président du bloc nationaliste au Parlement, puisque BCE va obliger les députés du Front populaire à voter pour son amendement du CSP ou se montrer opposés à l'égalité entre l'homme et la femme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.