PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les textes de la Constitution tunisienne stipulent l'égalité
Béji caïd Essebsi à propos de l'héritage entre l'Homme et la Femme
Publié dans El Watan le 14 - 08 - 2018

La classe politique et la société civile tunisiennes s'interrogeaient sur la manière selon laquelle le président Béji Caïd Essebsi allait sortir de l'imbroglio posé par le rapport de la Commission des libertés et de l'égalité (Colibe), notamment concernant l'égalité dans l'héritage.
Le président tunisien a commencé par rappeler, hier dans son discours à l'occasion de la Fête nationale de la femme, que l'article 2 de la Constitution stipule la civilité de l'Etat, alors que l'article 21 mentionne l'égalité entre les citoyennes et les citoyens. L'article 46 appelle même à renforcer les acquis de la femme : «L'Etat s'engage à protéger les droits acquis de la femme et veille à les consolider et les promouvoir.»
Dans son rôle
Répondant aux critiques de certains juristes qui disent que les domaines réservés au président de la République sont la Diplomatie et la Défense, Béji Caïd Essebsi a rappelé que l'article 72 de la Constitution lui recommande, en tant que chef de l'Etat, de «veiller au respect de la Constitution».
C'est en vertu de ces articles de la Constitution «civils et égalitaires» que le président de la République va proposer une loi amendant le code de statut personnel (CSP) en matière de succession. «L'égalité dans l'héritage sera donc la règle.
Ceux qui veulent appliquer la charia, peuvent écrire un testament recommandant d'accorder au mâle le double de la femme», a dit le président tunisien, en rappelant qu'il ne fait qu'appliquer la Constitution, approuvée par Ennahdha et la majorité de la classe politique en 2014. La Constitution insiste clairement sur l'égalité entre l'homme et la femme et appelle même à renforcer cette égalité.
Avec cette proposition, le président Béji Caïd Essebsi met toutes les composantes de la classe politique et la société civile en Tunisie devant leurs responsabilités. Il renvoie la Tunisie à la même situation que celle de l'été 2013 et le sit-in du Bardo.
C'était la veille de l'adoption de la Constitution, avec les débats identitaires qui avaient divisé le pays en deux clans : moderniste et conservateur. Laquelle situation a obligé la troïka gouvernante, avec Ennahdha en tête, à des compromis sur le texte de la Constitution, afin de se montrer modernistes. Mais, la Tunisie a vécu des manifestations d'imams réclamant le retour à la charia.
Et maintenant ?
Avec sa proposition, Béji Caïd Essebsi a réussi à déplacer le débat sur un terrain qu'Ennahdha et le reste du clan traditionnel n'attendaient pas, celui de la Constitution. Le président de la République oppose à Ennahdha et ses alliés la civilité de l'Etat, soulignée par l'article 2 de la Constitution.
BCE met également à l'épreuve l'affirmation des islamistes que leurs références religieuses sont devenues civiles. Le Président avait d'ailleurs affirmé, dans une interview sur le journal La Presse en mai dernier, avoir tenté, en vain, de transformer leur référentiel de celui d'un groupe religieux à celui d'un parti civil. Béji Caïd Essebsi revient donc à la charge, conscient qu'il est de l'importance de cette affirmation pour les islamistes, qui ne cessent d'essayer de «vendre» à l'Occident leur nouvelle identité civile.
La proposition du président de la République secoue également les gens de l'extrême gauche, qui ont déjà déploré le fait que la proposition ait mentionné la possibilité de répartir l'héritage de la chariaa, pour ceux qui le veulent. En réponse à ces critiques, le député Mustapha Ben Ahmed répond : «La loi actuelle offre à chacun cette possibilité de repartir son héritage comme il veut.
Le Président a juste voulu lancer une fleur à l'adresse de ceux qui se sentiraient lésés par l'équité.» Belle manœuvre donc, toujours selon le président du bloc nationaliste au Parlement, puisque BCE va obliger les députés du Front populaire à voter pour son amendement du CSP ou se montrer opposés à l'égalité entre l'homme et la femme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.