« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paiement électronique : La voie de secours qui tarde à s'ouvrir
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2018

Une loi régissant le commerce électronique a été votée et publiée sur le Journal officiel, mais son application fait face à un niveau de bancarisation loin d'être généralisée. Le cash continue à avoir toute sa place dans un paysage économique marqué par une présence non inquiétée du commerce informel.
Près de 5000 milliards de dinars circulent en dehors du circuit bancaire. Un chiffre alarmant qui renseigne sur la méfiance qu'ont les Algériens vis-à-vis des banques. Dans l'énoncé de la nouvelle loi, il est dit que tout produit autorisé à la vente doit, suivant la procédure de paiement électronique, être porté sur le compte du e-fournisseur domicilié en Algérie auprès d'une banque agréée par la Banque d'Algérie, ou auprès d'Algérie Poste.
Une avancée louable, mais encore faut-il arriver à démocratiser l'usage du Net, des terminaux de paiement électronique, et surtout arriver à limiter la circulation du cash. Trois aspects fondamentaux de l'opération de paiement électronique qui sont bien loin de la réalité algérienne.
Le texte de loi n'a pas été assorti d'une réelle politique de développement des technologies de l'information et de la communication. Les transactions électroniques en termes de vente et d'achat demeurent tributaires du cash versé à la réception du produit.
Dans un contexte où même l'utilisation du chèque reste limitée, il serait de bon augure de réguler l'existant selon les normes d'une économie saine pour asseoir la transition vers le commerce électronique. L'exigence qui est faite aujourd'hui aux entreprises de basculer vers le système électronique est dans une situation si inconcevable, d'autant plus que la principale opération concrétisant les transactions commerciales n'existe pratiquement pas.
Les entreprises de presse, en particulier, sont encore plus touchées en se retrouvant carrément otages du marteau et de l'enclume d'une gestion, autoritaire, aléatoire et bureaucratique du commerce de l'information. Si les web marchands arrivent à écouler leurs produits via le Net mais reçoivent des paiements par cash, ce n'est pas le cas pour la presse qu'elle soit électronique ou les sites web de journaux.
Avec la baisse du niveau des insertions publicitaires dans les journaux papier et la quasi-impossibilité de vendre le contenu de l'information par voie électronique, les entreprises de presse sont menacées d'asphyxie financière.
Alors que sous d'autres cieux, les gouvernements encouragent et soutiennent les médias privés et publics, critiques ou partisans, en Algérie c'est la politique de la carotte ANEP pour les médias créés par et pour le pouvoir, et le bâton pour les autres. Tombant sous le couperet de la fiscalité sous toutes ses déclinaisons, les entreprises de presse essayent tant bien que mal de trouver des voies de secours afin de sauver le droit de dire et de transmettre l'information.
L'arrivée du e-paiement pourrait à ce titre ouvrir une voie de secours pour le monde de la presse, mais encore une fois les banques devront jouer le jeu. D'autant que la commercialisation de l'information – qui est considérée comme un produit fortement taxé telle une marchandise – est soumise aux mêmes exigences que tous les produits exportés.
Dans une de ses sorties médiatiques, l'actuel ministre de la Communication invitait les journaux à prendre le train de la communication électronique. Il serait fort louable au ministre de plaider aussi auprès de son gouvernement la cause d'une presse qui ne demande qu'à exister.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.