Après la déclaration de vacance du poste de son président: Ould Abbès écarte la dissolution de l'APN    Refusant la médiation de deux députés pour rétablir Salima Ghezali: Le FFS plaide pour un changement du système    Bedoui à propos de la mauvaise gestion: «L'administration doit se libérer des obstacles bureaucratiques»    Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»    Une occasion pour faire connaitre les atouts touristiques des régions du sud    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    Cherchell (Tipasa): Distribution prochaine de plus de 1100 logements    220 logements sociaux de Sebdou (Tlemcen): Le wali ordonne la révision de la liste des bénéficiaires    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Bouhani sérieusement touchée à la cheville    L'importance du rôle de la presse dans la consécration de la culture de la paix mise en exergue    «Ghaza est en train d'imploser»    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Saaâdoune succédera à El Morro    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    Zetchi optimiste    L'OPGI peine à se faire payer    Six mois de suspension pour le président    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Nouvelles d'Oran    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    Escroquerie au logement, cinq arrestations    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Pour qui paye Bouhadja ?    253 affaires traitées en septembre dernier    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    Défaite de Charles Quint à Alger    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paiement électronique : La voie de secours qui tarde à s'ouvrir
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2018

Une loi régissant le commerce électronique a été votée et publiée sur le Journal officiel, mais son application fait face à un niveau de bancarisation loin d'être généralisée. Le cash continue à avoir toute sa place dans un paysage économique marqué par une présence non inquiétée du commerce informel.
Près de 5000 milliards de dinars circulent en dehors du circuit bancaire. Un chiffre alarmant qui renseigne sur la méfiance qu'ont les Algériens vis-à-vis des banques. Dans l'énoncé de la nouvelle loi, il est dit que tout produit autorisé à la vente doit, suivant la procédure de paiement électronique, être porté sur le compte du e-fournisseur domicilié en Algérie auprès d'une banque agréée par la Banque d'Algérie, ou auprès d'Algérie Poste.
Une avancée louable, mais encore faut-il arriver à démocratiser l'usage du Net, des terminaux de paiement électronique, et surtout arriver à limiter la circulation du cash. Trois aspects fondamentaux de l'opération de paiement électronique qui sont bien loin de la réalité algérienne.
Le texte de loi n'a pas été assorti d'une réelle politique de développement des technologies de l'information et de la communication. Les transactions électroniques en termes de vente et d'achat demeurent tributaires du cash versé à la réception du produit.
Dans un contexte où même l'utilisation du chèque reste limitée, il serait de bon augure de réguler l'existant selon les normes d'une économie saine pour asseoir la transition vers le commerce électronique. L'exigence qui est faite aujourd'hui aux entreprises de basculer vers le système électronique est dans une situation si inconcevable, d'autant plus que la principale opération concrétisant les transactions commerciales n'existe pratiquement pas.
Les entreprises de presse, en particulier, sont encore plus touchées en se retrouvant carrément otages du marteau et de l'enclume d'une gestion, autoritaire, aléatoire et bureaucratique du commerce de l'information. Si les web marchands arrivent à écouler leurs produits via le Net mais reçoivent des paiements par cash, ce n'est pas le cas pour la presse qu'elle soit électronique ou les sites web de journaux.
Avec la baisse du niveau des insertions publicitaires dans les journaux papier et la quasi-impossibilité de vendre le contenu de l'information par voie électronique, les entreprises de presse sont menacées d'asphyxie financière.
Alors que sous d'autres cieux, les gouvernements encouragent et soutiennent les médias privés et publics, critiques ou partisans, en Algérie c'est la politique de la carotte ANEP pour les médias créés par et pour le pouvoir, et le bâton pour les autres. Tombant sous le couperet de la fiscalité sous toutes ses déclinaisons, les entreprises de presse essayent tant bien que mal de trouver des voies de secours afin de sauver le droit de dire et de transmettre l'information.
L'arrivée du e-paiement pourrait à ce titre ouvrir une voie de secours pour le monde de la presse, mais encore une fois les banques devront jouer le jeu. D'autant que la commercialisation de l'information – qui est considérée comme un produit fortement taxé telle une marchandise – est soumise aux mêmes exigences que tous les produits exportés.
Dans une de ses sorties médiatiques, l'actuel ministre de la Communication invitait les journaux à prendre le train de la communication électronique. Il serait fort louable au ministre de plaider aussi auprès de son gouvernement la cause d'une presse qui ne demande qu'à exister.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.