14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paiement électronique : La voie de secours qui tarde à s'ouvrir
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2018

Une loi régissant le commerce électronique a été votée et publiée sur le Journal officiel, mais son application fait face à un niveau de bancarisation loin d'être généralisée. Le cash continue à avoir toute sa place dans un paysage économique marqué par une présence non inquiétée du commerce informel.
Près de 5000 milliards de dinars circulent en dehors du circuit bancaire. Un chiffre alarmant qui renseigne sur la méfiance qu'ont les Algériens vis-à-vis des banques. Dans l'énoncé de la nouvelle loi, il est dit que tout produit autorisé à la vente doit, suivant la procédure de paiement électronique, être porté sur le compte du e-fournisseur domicilié en Algérie auprès d'une banque agréée par la Banque d'Algérie, ou auprès d'Algérie Poste.
Une avancée louable, mais encore faut-il arriver à démocratiser l'usage du Net, des terminaux de paiement électronique, et surtout arriver à limiter la circulation du cash. Trois aspects fondamentaux de l'opération de paiement électronique qui sont bien loin de la réalité algérienne.
Le texte de loi n'a pas été assorti d'une réelle politique de développement des technologies de l'information et de la communication. Les transactions électroniques en termes de vente et d'achat demeurent tributaires du cash versé à la réception du produit.
Dans un contexte où même l'utilisation du chèque reste limitée, il serait de bon augure de réguler l'existant selon les normes d'une économie saine pour asseoir la transition vers le commerce électronique. L'exigence qui est faite aujourd'hui aux entreprises de basculer vers le système électronique est dans une situation si inconcevable, d'autant plus que la principale opération concrétisant les transactions commerciales n'existe pratiquement pas.
Les entreprises de presse, en particulier, sont encore plus touchées en se retrouvant carrément otages du marteau et de l'enclume d'une gestion, autoritaire, aléatoire et bureaucratique du commerce de l'information. Si les web marchands arrivent à écouler leurs produits via le Net mais reçoivent des paiements par cash, ce n'est pas le cas pour la presse qu'elle soit électronique ou les sites web de journaux.
Avec la baisse du niveau des insertions publicitaires dans les journaux papier et la quasi-impossibilité de vendre le contenu de l'information par voie électronique, les entreprises de presse sont menacées d'asphyxie financière.
Alors que sous d'autres cieux, les gouvernements encouragent et soutiennent les médias privés et publics, critiques ou partisans, en Algérie c'est la politique de la carotte ANEP pour les médias créés par et pour le pouvoir, et le bâton pour les autres. Tombant sous le couperet de la fiscalité sous toutes ses déclinaisons, les entreprises de presse essayent tant bien que mal de trouver des voies de secours afin de sauver le droit de dire et de transmettre l'information.
L'arrivée du e-paiement pourrait à ce titre ouvrir une voie de secours pour le monde de la presse, mais encore une fois les banques devront jouer le jeu. D'autant que la commercialisation de l'information – qui est considérée comme un produit fortement taxé telle une marchandise – est soumise aux mêmes exigences que tous les produits exportés.
Dans une de ses sorties médiatiques, l'actuel ministre de la Communication invitait les journaux à prendre le train de la communication électronique. Il serait fort louable au ministre de plaider aussi auprès de son gouvernement la cause d'une presse qui ne demande qu'à exister.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.