L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable
Publié dans El Watan le 21 - 10 - 2018

L'actualité nationale pourrait nous amener à penser à Cadenas, ou encore à L'hémicycle de la honte, mais la pièce s'appelle Le petit boucher. Et toute ressemblance avec «el bouchi» et l'épisode des 701 kg est involontaire et n'est qu'accidentelle.
Bref. Ecrit par Stanislas Cotton et mis en scène par Agnès Renaud, Le petit boucher est un monodrame admirablement joué par Marion Bottollier, sur fond de souffrance des femmes violées. Félicité est une jeune femme mise enceinte qui veut coûte que coûte se débarrasser de l'enfant qui gonfle son ventre, un «petit boucher» qu'elle est décidée à ne pas «laisser sortir».
Confier ce mal est lourd pour l'âme fragile de Félicité, un vrai exercice d'équilibrisme et une délicate expression corporelle s'installent sur scène pour le dire : des bouts de draps suspendus comme des parois fragiles, des fils qui portent des semblants de marionnettes représentant des personnages fictifs, des sauts à la corde, des exercices chorégraphiques…Avant de vivre le deuil de sa virginité, Félicité subit deux autres deuils, comme l'explique Agnès Renaud. Le deuil de sa famille et de son amour.
La jeune femme vit dans un village aux «collines et pâtures et aux champs de maïs et d'haricots», dans son pays de soleil devenu «moribond». Dans son village, le temps de la récolte que l'on attend devient un temps de désolation où «gisent les corps» et où «la récolte pourrit sur pied». La guerre détruit le village. Un soir dans son «exil en forêt», étouffée par le mal de l'absence du fiancé, surgit l'ombre glissante et rôdeuse du boucher du village, dans ses yeux l'épouvantable ardeur d'un abuseur. Félicité est écrasée sous «le corps lourd» de son violeur.
Dans l'halètement du boucher souffle un ordre : «Tu te tais !», trois syllabes qui résonnent comme «un refrain dans la nuit», mais un refrain de vampire. Le texte de la pièce est une tresse littéraire cousue de métaphores et avec une belle écriture poétique du moi. «Un poème dramatique», résume Marion Bottollier. «L'enfant de la honte» pèse sur Félicité, qui trouve refuge dans un hôpital en compagnie d'autres femmes «perdues». Victime de la folie d'un homme, dont on ne nous dit pas le sort après son forfait, Félicité devient «coupable» de son drame, culpabilisée par les siens qui la considèrent comme «fille de malheur». La pièce ne met pas de nom sur cet espace de l'intolérance, ce qui incrimine toute société, fût-elle sous le ciel de l'Occident. La femme serait-elle l'éternelle victime d'une vision sociétale universelle qui s'affranchit des frontières et des codes culturels ?
Le regard des autres écrase Félicité et l'enfonce dans le doute et les affres du rejet. Elle est au bord du gouffre et le vide l'attire. Devra-t-elle céder à sa condition maintenant que tous ses liens dans la vie sont rompus ? «Reste là si tu y tiens petit boucher», dit-elle finalement. Elle sort, elle flâne et salue les gens. «La parole reprend ses droits». Ce changement de position est brusque pour le public du FITB, qui n'a pas eu droit au passage qui l'introduit. «Un passage complexe», selon Agnès Renaud, qui explique que la contrainte du temps a empêché de le jouer dans cette représentation qui constitue la générale de la pièce. Félicité a fini par décider de vivre pour l'enfant qu'elle porte. «Je veux bien être ta mère», lui dit-elle. Elle se rend compte que «le petit boucher» n'y est pour rien dans cette tragédie. Le mal est ailleurs, les coupables aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.