Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable
Publié dans El Watan le 21 - 10 - 2018

L'actualité nationale pourrait nous amener à penser à Cadenas, ou encore à L'hémicycle de la honte, mais la pièce s'appelle Le petit boucher. Et toute ressemblance avec «el bouchi» et l'épisode des 701 kg est involontaire et n'est qu'accidentelle.
Bref. Ecrit par Stanislas Cotton et mis en scène par Agnès Renaud, Le petit boucher est un monodrame admirablement joué par Marion Bottollier, sur fond de souffrance des femmes violées. Félicité est une jeune femme mise enceinte qui veut coûte que coûte se débarrasser de l'enfant qui gonfle son ventre, un «petit boucher» qu'elle est décidée à ne pas «laisser sortir».
Confier ce mal est lourd pour l'âme fragile de Félicité, un vrai exercice d'équilibrisme et une délicate expression corporelle s'installent sur scène pour le dire : des bouts de draps suspendus comme des parois fragiles, des fils qui portent des semblants de marionnettes représentant des personnages fictifs, des sauts à la corde, des exercices chorégraphiques…Avant de vivre le deuil de sa virginité, Félicité subit deux autres deuils, comme l'explique Agnès Renaud. Le deuil de sa famille et de son amour.
La jeune femme vit dans un village aux «collines et pâtures et aux champs de maïs et d'haricots», dans son pays de soleil devenu «moribond». Dans son village, le temps de la récolte que l'on attend devient un temps de désolation où «gisent les corps» et où «la récolte pourrit sur pied». La guerre détruit le village. Un soir dans son «exil en forêt», étouffée par le mal de l'absence du fiancé, surgit l'ombre glissante et rôdeuse du boucher du village, dans ses yeux l'épouvantable ardeur d'un abuseur. Félicité est écrasée sous «le corps lourd» de son violeur.
Dans l'halètement du boucher souffle un ordre : «Tu te tais !», trois syllabes qui résonnent comme «un refrain dans la nuit», mais un refrain de vampire. Le texte de la pièce est une tresse littéraire cousue de métaphores et avec une belle écriture poétique du moi. «Un poème dramatique», résume Marion Bottollier. «L'enfant de la honte» pèse sur Félicité, qui trouve refuge dans un hôpital en compagnie d'autres femmes «perdues». Victime de la folie d'un homme, dont on ne nous dit pas le sort après son forfait, Félicité devient «coupable» de son drame, culpabilisée par les siens qui la considèrent comme «fille de malheur». La pièce ne met pas de nom sur cet espace de l'intolérance, ce qui incrimine toute société, fût-elle sous le ciel de l'Occident. La femme serait-elle l'éternelle victime d'une vision sociétale universelle qui s'affranchit des frontières et des codes culturels ?
Le regard des autres écrase Félicité et l'enfonce dans le doute et les affres du rejet. Elle est au bord du gouffre et le vide l'attire. Devra-t-elle céder à sa condition maintenant que tous ses liens dans la vie sont rompus ? «Reste là si tu y tiens petit boucher», dit-elle finalement. Elle sort, elle flâne et salue les gens. «La parole reprend ses droits». Ce changement de position est brusque pour le public du FITB, qui n'a pas eu droit au passage qui l'introduit. «Un passage complexe», selon Agnès Renaud, qui explique que la contrainte du temps a empêché de le jouer dans cette représentation qui constitue la générale de la pièce. Félicité a fini par décider de vivre pour l'enfant qu'elle porte. «Je veux bien être ta mère», lui dit-elle. Elle se rend compte que «le petit boucher» n'y est pour rien dans cette tragédie. Le mal est ailleurs, les coupables aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.