4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable
Publié dans El Watan le 21 - 10 - 2018

L'actualité nationale pourrait nous amener à penser à Cadenas, ou encore à L'hémicycle de la honte, mais la pièce s'appelle Le petit boucher. Et toute ressemblance avec «el bouchi» et l'épisode des 701 kg est involontaire et n'est qu'accidentelle.
Bref. Ecrit par Stanislas Cotton et mis en scène par Agnès Renaud, Le petit boucher est un monodrame admirablement joué par Marion Bottollier, sur fond de souffrance des femmes violées. Félicité est une jeune femme mise enceinte qui veut coûte que coûte se débarrasser de l'enfant qui gonfle son ventre, un «petit boucher» qu'elle est décidée à ne pas «laisser sortir».
Confier ce mal est lourd pour l'âme fragile de Félicité, un vrai exercice d'équilibrisme et une délicate expression corporelle s'installent sur scène pour le dire : des bouts de draps suspendus comme des parois fragiles, des fils qui portent des semblants de marionnettes représentant des personnages fictifs, des sauts à la corde, des exercices chorégraphiques…Avant de vivre le deuil de sa virginité, Félicité subit deux autres deuils, comme l'explique Agnès Renaud. Le deuil de sa famille et de son amour.
La jeune femme vit dans un village aux «collines et pâtures et aux champs de maïs et d'haricots», dans son pays de soleil devenu «moribond». Dans son village, le temps de la récolte que l'on attend devient un temps de désolation où «gisent les corps» et où «la récolte pourrit sur pied». La guerre détruit le village. Un soir dans son «exil en forêt», étouffée par le mal de l'absence du fiancé, surgit l'ombre glissante et rôdeuse du boucher du village, dans ses yeux l'épouvantable ardeur d'un abuseur. Félicité est écrasée sous «le corps lourd» de son violeur.
Dans l'halètement du boucher souffle un ordre : «Tu te tais !», trois syllabes qui résonnent comme «un refrain dans la nuit», mais un refrain de vampire. Le texte de la pièce est une tresse littéraire cousue de métaphores et avec une belle écriture poétique du moi. «Un poème dramatique», résume Marion Bottollier. «L'enfant de la honte» pèse sur Félicité, qui trouve refuge dans un hôpital en compagnie d'autres femmes «perdues». Victime de la folie d'un homme, dont on ne nous dit pas le sort après son forfait, Félicité devient «coupable» de son drame, culpabilisée par les siens qui la considèrent comme «fille de malheur». La pièce ne met pas de nom sur cet espace de l'intolérance, ce qui incrimine toute société, fût-elle sous le ciel de l'Occident. La femme serait-elle l'éternelle victime d'une vision sociétale universelle qui s'affranchit des frontières et des codes culturels ?
Le regard des autres écrase Félicité et l'enfonce dans le doute et les affres du rejet. Elle est au bord du gouffre et le vide l'attire. Devra-t-elle céder à sa condition maintenant que tous ses liens dans la vie sont rompus ? «Reste là si tu y tiens petit boucher», dit-elle finalement. Elle sort, elle flâne et salue les gens. «La parole reprend ses droits». Ce changement de position est brusque pour le public du FITB, qui n'a pas eu droit au passage qui l'introduit. «Un passage complexe», selon Agnès Renaud, qui explique que la contrainte du temps a empêché de le jouer dans cette représentation qui constitue la générale de la pièce. Félicité a fini par décider de vivre pour l'enfant qu'elle porte. «Je veux bien être ta mère», lui dit-elle. Elle se rend compte que «le petit boucher» n'y est pour rien dans cette tragédie. Le mal est ailleurs, les coupables aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.