La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chimie a toujours raison
Publié dans El Watan le 21 - 10 - 2018

Pas de dissolution de l'APN», a annoncé Ould Abbès en sa qualité de ferronnier très fier d'avoir mis des chaînes et des cadenas à la 3e institution du pays. Ce qui est bien dommage, car du point de vue politique, il faudrait non seulement dissoudre l'APN, gang de prédateurs inutiles dans leur majorité, mais aussi un certain nombre d'autres organes.
Ceux de lutte contre la corruption, inutiles, l'imprononçable CNPPDH de l'ex-Ksentini ou le nouveau CNDH, Commission des droits de l'homme, qui ne sert à rien non plus. Dissoudre la FAF, le ministère de la Culture et celui de la Communication, tout aussi inutiles, peut-être le RND et le FLN, qui coûtent beaucoup d'argent pour des résultats discutables, le ministère des Moudjahidine, inutile là où une simple ONM pourrait gérer la question, ou encore le Club des Pins. Oui, il faudrait aussi penser à dissoudre Naïma Salhi, le FCE dont on n'a toujours pas vu l'effet sur la croissance, voire dissoudre l'actuelle Présidence, vide de toute façon, et revenir sur cette formule du HCE et ses 5 présidents collégiaux, avec l'actuel Bouteflika et 4 autres personnalités, peut-être Gaïd Salah, puisqu'il prétend à un destin à la Sissi, ainsi que trois autres personnes sérieuses pour résoudre cette crise du 5e mandat qui est finalement à l'origine des autres crises.
Car du point de vue chimique, la dissolution n'est pas la disparition des molécules, il s'agit simplement d'un processus par lequel un soluté dans un solvant forme un mélange, une solution. Les musulmans, alors excellents en chimie, après avoir isolé l'alcool, al kouhoul, l'ont interdit tout en définissant déjà que inhilal, dissolution, était de la même racine que tahlil, analyse, chimique ou pas, que halal, interdit, et que hal, solution, chimique ou pas. La dissolution est donc une solution, définie comme «le mélange de deux phases avec formation d'une nouvelle phase homogène». C'est exactement ce qu'il nous manque, une nouvelle phase, homogène. Vive les chimistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.