Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En bref…
Publié dans El Watan le 16 - 11 - 2018

– Khashoggi : L'Arabie Saoudite reconnaît que le journaliste a été drogué et démembré au consulat
Le procureur du parquet saoudien a affirmé hier que le journaliste, Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre dernier au sein du consulat saoudien à Istanbul, avait bien été «drogué» et que son corps avait été «démembré» par les cinq responsables saoudiens accusés du meurtre.
Le procureur, Chalaâne Achaâlane, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Riyad, a indiqué que le journaliste Khashoggi avait été «drogué et démembré» au sein du consulat de son pays à Istanbul, par les cinq responsables du royaume accusés dans cette affaire, requérant l'«application de la peine de mort à l'encontre des cinq principaux auteurs du meurtre».
Le responsable juridique a annoncé également que 11 des 21 personnes ayant fait l'objet d'une enquête dans l'affaire de l'assassinat du ressortissant saoudien Jamal Khashoggi avaient été «inculpées» et que «la décision de tuer le journaliste a été prise par le chef du commando dépêché sur les lieux».
– Yémen : Le gouvernement soutient les efforts de l'ONU mais Hodeida reste menacée
Le président du Yémen a déclaré soutenir les efforts de l'ONU pour mettre fin à quatre ans de guerre dans son pays, menacé par la famine, mais des analystes préviennent que la ville portuaire de Hodeida n'est pas à l'abri de nouvelles actions militaires.
Un calme précaire s'est maintenu à Hodeida hier, pour la troisième journée consécutive, après 12 jours de bombardements et de combats meurtriers entre rebelles houthis soutenus par l'Iran et qui contrôlent la ville, et une coalition progouvernementale appuyée militairement par l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Pendant cinq mois, cette coalition a combattu par intermittence pour chasser les Houthis de cette cité sur la mer Rouge, qui abrite un port essentiel pour les importations et l'aide humanitaire internationale.
– Royaume-Uni : L'accord sur le Brexit, un «grand pas», mais les «inquiétudes» demeurent sur l'adoption finale
Le projet d'accord obtenu entre Bruxelles et Londres sur le Brexit est «un grand pas» mais les «inquiétudes» demeurent sur son adoption finale, notamment en raison de «l'actualité politique britannique», a affirmé hier le Premier ministre français Edouard Philippe.
«Rien ne nous permet à ce stade de savoir si l'accord sera au final adopté (…) Il n'a échappé à personne que l'actualité politique britannique pouvait nourrir un certain nombre de questionnements et d'inquiétudes sur la possibilité effective d'une ratification de cet accord», a déclaré M. Philippe lors d'un déplacement à Dunkerque consacré aux effets du Brexit sur les ports français.
– Libye : Sarraj fustige l'«hypocrisie» européenne sur les migrants
Le chef du gouvernement libyen internationalement reconnu, Fayez al-Sarraj, a fustigé l'«hypocrisie» de l'Europe sur les migrants et réclamé plus de coopération, dans un entretien hier au Corriere della Sera. «Je vois tant d'hypocrisie dans les demandes européennes à notre pays. Vous nous demandez de maintenir à l'intérieur de nos frontières plus de 600 000 migrants, dont seulement 30 000 se trouvent dans les camps officiels», a déclaré M. Sarraj au quotidien italien.
«Mais vous, qui êtes infiniment plus riches que nous, refusez d'en accueillir même un seul. Vous chassez les rares qui arrivent chez vous», a-t-il relevé, alors que l'Union européenne soutient, finance et équipe les garde-côtes libyens pour empêcher les départs. «Je voudrais une plus grande coopération… D'autant que parmi (ces migrants), il pourrait y avoir des infiltrés de l'EI. Nos polices et services de renseignement doivent travailler ensemble s'ils veulent éviter le pire», a-t-il insisté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.