Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





John Garang est mort
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2005

Et comme toute mort de ce genre, surtout au Soudan où elles tendent à se multiplier, celle-ci est frappée de suspicion. Ce pays, qui a fait un grand pas vers la paix, s'en trouve dès lors menacé d'éloignement. John Garang a un parcours particulier. Comment ce loyaliste, qui a servi avec dévouement l'armée de son pays, s'en est-il séparé et a-t-il retourné ses armes contre ses anciens soldats et officiers ? Tout cela, dira-t-on, à cause de la bêtise humaine, puisque le temps, deux coups d'Etat et autant de chefs d'Etat ont fini par mettre à plat un pays potentiellement riche, et donner tort à Djafar Numeiry, qui avait mis le feu aux poudres.
Cet ancien chef d'Etat, lui-même venu au pouvoir grâce à un coup d'Etat, s'y est maintenu par la force et les alliances, fussent-elles au détriment de son pays. C'est ce qu'il a fait en 1983 en décrétant la charia alors même que le Soudan est une mosaïque avec des populations chrétiennes et animistes, essentiellement dans sa partie méridionale. C'est ce qui a poussé l'un de ses proches, c'est-à-dire le colonel John Garang, à quitter les rangs de l'armée régulière et à fonder le Mouvement de libération du Sud-Soudan (MPLS) et son bras armé, le SPLA. Depuis cette date, c'est une longue liste de massacres, de campagnes d'éradication, mais aussi de génocides et de déplacements de populations comme il y en a eu rarement à travers l'histoire. Plus que cela, le Soudan devient un espace ouvert à toutes les manipulations et à toutes les expériences, comme le fut son espace aérien en 1985 pour le fameux pont aérien qui a permis le transfert vers Israël de dizaines de milliers de juifs éthiopiens, appelés falashas. Ce sont aussi la misère et toutes les pandémies. Tout cela, dit-on depuis une année, allait rentrer dans l'ordre à la faveur d'un accord de paix, dont la mise en œuvre progressive a permis à John Garang de faire un retour triomphal dans la capitale soudanaise où il occupe la fonction de vice-président. Une fonction provisoire en attendant le référendum au Sud-Soudan, où le mur de la haine pousserait vers la séparation d'avec le Nord. En tout et pour tout, le défunt, qui a tout juste 60 ans, n'aura passé que deux cent jours de paix. Il est mort alors que l'appareil qui le transportait d'Ouganda s'est écrasé samedi soir dans les montagnes du Sud-Soudan, a annoncé le président Béchir dans un communiqué lu à la télévision soudanaise. M. Béchir a affirmé que la mort de John Garang n'allait que renforcer sa détermination à poursuivre le processus de paix avec les ex-rebelles sudistes. «C'était un hélicoptère présidentiel (ougandais) et il y avait assez d'essence, la cause (du crash) est simplement le mauvais temps», avait affirmé plus tôt un responsable ougandais. Ce qu'une partie de l'opinion refuse d'admettre, puisque des milliers de Sudistes portant des armes blanches et des armes à feu sont immédiatement descendus dans les rues de la capitale ainsi que dans les provinces méridionales dès l'annonce du décès.
Les émeutiers ont mis à sac des magasins et les ont brûlés, ils ont également incendié des véhicules. Cet accident d'hélicoptère est effectivement le dernier d'une longue liste de crashes aériens qui ont coûté la vie à de nombreuses personnalités politiques ou militaires soudanaises. Il est considéré comme dangereux de voler dans certaines zones du Soudan : climat tropical, manque d'équipement, mauvais entretien des appareils, mais aussi… missiles sol-air dont certains groupes rebelles sont équipés.
Plusieurs responsables de l'opposition et observateurs ont toutefois souvent accusé le gouvernement de maquiller des purges en accidents d'avion. Et pour prouver que tel n'est pas le cas, le gouvernement soudanais est tenu d'en donner la preuve, laquelle réside dans l'application de l'accord de paix. Et en ce sens, la succession de John Garang pourrait s'avérer difficile si Khartoum venait à baliser la voie aux plus irréductibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.