Le président Tebboune reçoit le ministre espagnol de l'Intérieur    M.Tebboune exige de profondes réformes des œuvres universitaires et l'ouverture du cursus post graduation    Oran: soulagement des cafetiers et restaurateurs à la veille de la reprise graduelle    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Véhicules neufs: présentation avant la fin de semaine du nouveau cahier des charges    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Démission de la ministre de l'Information libanaise    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Drareni condamné à trois ans de prison, Benlarbi et Hammitouche seront libérés    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Les détails de la réouverture    Le professeur Belhocine appelle à la vigilance    13 relaxes et une condamnation avec sursis    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Les révélations glaçantes de sa famille    Une "bande criminelle" démantelée    9 morts et 142 blessés en 24 heures    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    La presse, le pouvoir et l'argent    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Sahara Occidental occupé : L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la francophonie à Dakhla    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Ramassage des ordures ménagères: Des points noirs toujours là !    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





John Garang est mort
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2005

Et comme toute mort de ce genre, surtout au Soudan où elles tendent à se multiplier, celle-ci est frappée de suspicion. Ce pays, qui a fait un grand pas vers la paix, s'en trouve dès lors menacé d'éloignement. John Garang a un parcours particulier. Comment ce loyaliste, qui a servi avec dévouement l'armée de son pays, s'en est-il séparé et a-t-il retourné ses armes contre ses anciens soldats et officiers ? Tout cela, dira-t-on, à cause de la bêtise humaine, puisque le temps, deux coups d'Etat et autant de chefs d'Etat ont fini par mettre à plat un pays potentiellement riche, et donner tort à Djafar Numeiry, qui avait mis le feu aux poudres.
Cet ancien chef d'Etat, lui-même venu au pouvoir grâce à un coup d'Etat, s'y est maintenu par la force et les alliances, fussent-elles au détriment de son pays. C'est ce qu'il a fait en 1983 en décrétant la charia alors même que le Soudan est une mosaïque avec des populations chrétiennes et animistes, essentiellement dans sa partie méridionale. C'est ce qui a poussé l'un de ses proches, c'est-à-dire le colonel John Garang, à quitter les rangs de l'armée régulière et à fonder le Mouvement de libération du Sud-Soudan (MPLS) et son bras armé, le SPLA. Depuis cette date, c'est une longue liste de massacres, de campagnes d'éradication, mais aussi de génocides et de déplacements de populations comme il y en a eu rarement à travers l'histoire. Plus que cela, le Soudan devient un espace ouvert à toutes les manipulations et à toutes les expériences, comme le fut son espace aérien en 1985 pour le fameux pont aérien qui a permis le transfert vers Israël de dizaines de milliers de juifs éthiopiens, appelés falashas. Ce sont aussi la misère et toutes les pandémies. Tout cela, dit-on depuis une année, allait rentrer dans l'ordre à la faveur d'un accord de paix, dont la mise en œuvre progressive a permis à John Garang de faire un retour triomphal dans la capitale soudanaise où il occupe la fonction de vice-président. Une fonction provisoire en attendant le référendum au Sud-Soudan, où le mur de la haine pousserait vers la séparation d'avec le Nord. En tout et pour tout, le défunt, qui a tout juste 60 ans, n'aura passé que deux cent jours de paix. Il est mort alors que l'appareil qui le transportait d'Ouganda s'est écrasé samedi soir dans les montagnes du Sud-Soudan, a annoncé le président Béchir dans un communiqué lu à la télévision soudanaise. M. Béchir a affirmé que la mort de John Garang n'allait que renforcer sa détermination à poursuivre le processus de paix avec les ex-rebelles sudistes. «C'était un hélicoptère présidentiel (ougandais) et il y avait assez d'essence, la cause (du crash) est simplement le mauvais temps», avait affirmé plus tôt un responsable ougandais. Ce qu'une partie de l'opinion refuse d'admettre, puisque des milliers de Sudistes portant des armes blanches et des armes à feu sont immédiatement descendus dans les rues de la capitale ainsi que dans les provinces méridionales dès l'annonce du décès.
Les émeutiers ont mis à sac des magasins et les ont brûlés, ils ont également incendié des véhicules. Cet accident d'hélicoptère est effectivement le dernier d'une longue liste de crashes aériens qui ont coûté la vie à de nombreuses personnalités politiques ou militaires soudanaises. Il est considéré comme dangereux de voler dans certaines zones du Soudan : climat tropical, manque d'équipement, mauvais entretien des appareils, mais aussi… missiles sol-air dont certains groupes rebelles sont équipés.
Plusieurs responsables de l'opposition et observateurs ont toutefois souvent accusé le gouvernement de maquiller des purges en accidents d'avion. Et pour prouver que tel n'est pas le cas, le gouvernement soudanais est tenu d'en donner la preuve, laquelle réside dans l'application de l'accord de paix. Et en ce sens, la succession de John Garang pourrait s'avérer difficile si Khartoum venait à baliser la voie aux plus irréductibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.