Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2018

La députée controversée Naïma Salhi a appris hier, à ses dépens, le degré de son impopularité dans certaines localités de la wilaya de Boumerdès, région qu'elle représente au Parlement.
Lors d'une visite guidée par le wali et le directeur de Sonelgaz dans les communes de Naciria et Chabet El Ameur, la présidente du PEP a été chassée par des jeunes qui l'ont traitée de «raciste» et d'avoir «insulté les Kabyles et tamazight à maintes reprises».
«Dégage, dégage. Tu es une vraie raciste. Ne reviens plus ici», ont crié des jeunes à son arrivée à Naciria.
Après avoir tenté vainement de calmer ses interlocuteurs et se sentant en danger, Naïma Salhi a quitté subrepticement la foule pour aller se réfugier parmi la délégation. La même scène s'est répétée à Chabet El Ameur où elle a été huée par des jeunes qui lui ont rappelé «ses propos irresponsables qui tendent à semer la haine et diviser les Algériens».
«Vous avez dit que tamazigh n'est pas une langue et refusé son enseignement» ; «Tu as voulu semer la fitna. Un responsable ne dit jamais ce genre de bêtises» ; «Les enfants de Chabet El Ameur sont contre votre présence ici», lui ont signifié des citoyens en colère.
N'étaient la présence et l'intervention des gardes du corps de cette partisane de la polygamie, les choses auraient mal tourné. A rappeler que cette députée d'obédience islamiste éprouve une haine viscérale pour tamazigh, pourtant consacrée langue nationale et officielle par la Loi suprême du pays.
Il y a quelques mois, elle avait qualifié l'introduction de son enseignement à Mascara de «défi flagrant à l'identité algérienne». «Ô descendants d'Abdelkader, de Ben Badis, de Larbi Ben M'hidi, de Ben Boulaïd, deAbbas Laghrour, de Larbi Tebessi et Malek Bennabi…
Vous allez pleurer comme des femmes pour une identité que vous n'avez pas su défendre comme des hommes», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.
Cette sortie et tant d'autres avaient, pour rappel, provoqué une vague d'indignation et de colère en Kabylie, incitant des milliers de lycéens à sortir dans la rue pour dénoncer ses propos racistes.
Maintenant qu'elle a été prise à partie, hier, lors de sa première sortie en terrain hostile, reste à savoir si Naïma Salhi changera d'attitude. Continuera-t-elle à déverser son venin contre les Kabyles et leur langue ancestrale ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.