Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce une bonne chose pour l'Algérie ?
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2013

A une question des journalistes sur son soutien à un éventuel 4e mandat, Ouyahia dégaine : «Pensez-vous qu'un quatrième mandat rendra service à l'Algérie ?» Lancée à la cantonade, cette interrogation d'Ouyahia avait une réponse claire à ses yeux. Non. Ce n'est pas une bonne chose pour l'Algérie que Bouteflika rempile pour un 4e mandat.
Cette déclaration de guerre de celui qu'on aime à présenter – à tort ou à raison – comme le «poulain des services» n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Le divorce entre lui et Bouteflika sera consommé quelques mois après, en septembre précisément. Ombrageux, Bouteflika lui fera payer son outrecuidance en le faisant débarquer même du secrétariat général du RND, où il sortait pourtant d'un score plutôt honorable lors des législatives de mai 2012. Mais Ouyahia semble avoir commis l'irréparable aux yeux d'un Président qui se voit ainsi présenté au mieux comme inutile, au pire comme dangereux pour l'avenir de son pays. Il est vrai qu'Ouyahia avait signé, ce jour-là, une déclaration tonitruante, mais ô combien réaliste sur l'avenir de l'Algérie si, d'aventure, Bouteflika éprouvait encore le besoin de rallonger son séjour au palais, même sur un fauteuil roulant… Ironie de l'histoire, cette interrogation teintée d'inquiétude d'Ouyahia est d'une brûlante actualité. Un 4e mandat est-il une bonne chose pour l'Algérie ? C'est peut-être la seule question qui vaille d'être posée en l'état actuel de l'Algérie dans ses déclinaisons politiques, sociales, économiques et géopolitiques.
Un grabataire dans la peau d'un «sauveur»
A l'heure où les thuriféraires du régime et les partisans du statu quo mortel redoublent d'activisme pour nous expliquer, à coup d'arguments qui défient les sciences politiques, qu'il est encore le «sauveur», n'est-il pas plus judicieux de s'appesantir sur ce qui en coûterait au pays de lier encore son sort à Bouteflika ?
Parce que, au-delà des intérêts politiques et matériels immédiats de ses alliés et ses ralliés, se pose la lancinante question de l'avenir du pays. Et à voir les «hommes» qu'il a choisis pour se relancer à l'assaut du 4e mandat, beaucoup d'Algériens se tiennent la tête. Avec Tayeb Louh à la Justice, Tayeb Belaïz à l'Intérieur, Mourad Medelci au Conseil constitutionnel et surtout Amar Saadani à la tête du FLN, il y a de quoi s'inquiéter. Ces personnages, pour ne pas en citer d'autres, résument à eux seuls l'échec de Bouteflika dans leurs secteurs respectifs. Mais tout le monde aura compris que le bilan d'un ministre ne se juge pas à l'aune de ses réalisations comptables. Le dernier casting gouvernemental aura édifié les plus hésitants que Bouteflika a fait honneur à sa tribu et à ses soutiens. Lui qui se plaignait du manque d'hommes d'Etat au début de son premier mandat en vient à nommer du tout-venant… Comme s'il fallait juste remplir une liste de ministres pour former un attelage gouvernemental, peu importent leur CV, leur background et leur talent.
Quant aux convictions, Bouteflika sait que le personnel politique algérien adopte des convictions qu'il peut en fonction de la direction du vent. C'est dire que, abstraction faite de l'idée qu'on se fait de Bouteflika, il vient d'amorcer un faux départ pou un 4e mandat. Jamais peut-être l'Algérie n'a été aussi mal en point et dans tous les domaines.
Recommencer l'échec
Pourquoi alors accorder une rallonge de vie à Bouteflika à la Présidence alors qu'il a échoué à tirer le pays vers le haut malgré les incroyables ressources à sa disposition ? Plus grave encore, Bouteflika a échoué dans sa mission en étant plus ou moins en bonne santé (encore que…). Serait-il politiquement judicieux de lui confier le destin du pays alors que ses activités se limitent à prendre un café «télévisé» chaque semaine avec son Premier ministre ? Il est à se demander s'il est raisonnable, pour un Président qui n'arrive pas à supporter une réunion du Conseil des ministres, de vouloir s'offrir un autre mandat. A fortiori avec ses trois bilans qui sont aussi ses boulets, malgré les opérations cosmétiques de ses courtisans. Passons sur l'économie nationale, plombée par l'immobilisme et l'affairisme. Quant aux libertés et aux droits de l'homme, la gestion policière de la société sous Bouteflika aura fait de l'Algérie l'un pays les plus arriérés au monde. Mais c'est sur le terrain diplomatique qu'un éventuel 4e mandat pour Bouteflika risque d'être un vrai désastre. Ayant déjà fait l'impasse sur ses voyages à l'étranger mis à part pour se refaire une santé, Bouteflika a réduit l'Algérie à un simple spectateur des convulsions du monde.
Tout au plus, ce pays qui a fait une formidable révolution hérite du statut peu glorieux de «champion de la lutte antiterroriste» que distillent Paris, Londres et Washington. Une sorte de sous-traitant régional des Occidentaux façon Pakistan. La figuration qu'a dû faire Abdelmalek Sellal jeudi dernier à Bamako, à l'investiture du nouveau président malien, donne la pleine mesure du retrait diplomatique de l'Algérie, y compris sur la scène régionale.
Un 4e mandat est-il, in fine, «une bonne chose pour l'Algérie» ? La réponse paraît presque évidente. Pour Bouteflika et son clan, la réponse ne l'est pas moins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.