Un téléthon pour financer la Mauritanie lors de la CAN    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    Ligue 1 : Match à six points pour le CABBA et la JSS    En bref…    Ouverture des inscriptions pour la formation «Design en permaculture»    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Neutralité écornée    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2019

Les inspecteurs ont, mardi dernier, à entamé les projets relatifs aux questions des épreuves du baccalauréat de l'année scolaire en cours, prévues du 16 au 20 juin prochain.
C'est ce qu'a déclaré, hier, Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l'Education nationale, invité d'une chaîne télévisée privée. Selon lui, la procédure de conception des questions est la même qui a été suivie l'année passée et il n'y aura pas de question piège ni d'ambiguïté ou de confusion dans l'élaboration de ces épreuves. Elles seront également puisées du programme donné aux élèves et peuvent changer si des perturbations sont déplorées dans le secteur pour quelque raison que ce soit.
Se penchant sur la question de la réorganisation de cette épreuve décisive pour le cursus scolaire de l'élève, M. Messeguem a annoncé que les premières évaluations des élèves commenceront l'année scolaire prochaine, soit 2020-2021. «Les élèves en 1re année secondaire seront les premiers à tester ce nouveau mode d'évaluation dans lequel nous voulons prendre en considération tous leurs efforts fournis au cours de l'année. Les notes des évaluations de leurs 2e et 3e années secondaires seront prises en considération dans la moyenne finale du baccalauréat.
Ces données seront conservées au niveau de l'Office national des examens et concours (ONEC)», déclare-t-il, avant de donner plus de détails sur ce mode de notation. Les deux moyennes d'évaluation de ces deux années secondaires seront additionnées puis divisées par deux. Celle de l'épreuve écrite du baccalauréat sera multipliée par quatre. Ces deux chiffres seront additionnés puis divisés par cinq, donnant ainsi la moyenne finale de l'élève lui permettant ou pas d'accéder à l'université.
Selon l'inspecteur, l'évaluation continue concerne toutes les matières sans exception. Ceci contrairement aux épreuves écrites où des matières seront appelées à disparaître, selon la filière. Il donne l'exemple de la filière lettres et sciences humaines où les candidats n'auront pas à passer les examens de mathématiques et de sport dans les épreuves finales du baccalauréat. Ceux de la filière mathématiques seront libérés des épreuves de langues française et anglaise, de géographie et de sport.
Toutefois, il y a des matières que toutes les filières auront à passer sans exception. Il s'agit de la langue arabe, l'histoire, les sciences islamiques et la philosophie. Ainsi, les jours d'examen seront réduits à 3 jours et demi au lieu de 5.
Pour les candidats libres, ils devront s'inscrire obligatoirement à l'Office national de l'enseignement et de la formation à distance (ONEFD) pour pouvoir participer aux épreuves du bac 2021. Ils suivront ainsi des cours de 2e AS et de terminal, comme ceux scolarisés normalement. L'appellation de ces candidats, qui représentent le tiers des inscrits au baccalauréat, va changer pour devenir les candidats scolarisés à distance.
– La ministre nie les accusations des syndicats
Face à la situation d'impasse que vit actuellement le secteur de l'éducation après l'annonce du mouvement de grève prévu pour ce lundi, la ministre, dans une déclaration à la presse à l'occasion de la Journée nationale de la commune, est revenue sur la nécessité de recourir au dialogue. Elle dit être engagée à veiller à associer tous les syndicats au dialogue autour des questions qui intéressent le secteur. Elle a nié toutes les accusations des syndicats concernant la prise de décision unilatéralement.
Elle argumente sa position en revenant sur les décisions et propositions pertinentes, où 98% d'entre elles étaient formulées par les syndicats et prises en considération par son département. De leur côté, les syndicats disent aujourd'hui que faire marche arrière quant à la protestation est «juste impossible».
La cause, assurent-ils, est le «manque de temps» pour la concertation après les réunions bilatérales, où les membres de l'Intersyndicale de l'éducation n'ont pas été «prioritaires». Ces derniers comptent se réunir dimanche au siège de l'Unpef pour analyser les résultats de ces réunions et préparer leur mouvement de protestation, qui aura lieu le lendemain sur le territoire national. A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.