Présidentielle.. Fin de la révision des listes électorales    Favorisant l'issue constitutionnelle et mettant en garde les «conspirateurs».. Les messages forts de Gaid Salah    Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Rebrab sous mandat de dépôt, les frères Kouninef entendus.. L'appareil judicaire mis en branle    Le ministre des Transports y a effectue une visite, Hier.. La nouvelle aérogare d'Alger inaugurée lundi    le président du snapo tire la sonnette d'alarme.. 244 médicaments en rupture    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET : Fin de la révision des listes électorales    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fausses statistiques, vraies subventions    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    "Tout le système doit partir"    Décès d'un supporter    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2019

Les inspecteurs ont, mardi dernier, à entamé les projets relatifs aux questions des épreuves du baccalauréat de l'année scolaire en cours, prévues du 16 au 20 juin prochain.
C'est ce qu'a déclaré, hier, Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l'Education nationale, invité d'une chaîne télévisée privée. Selon lui, la procédure de conception des questions est la même qui a été suivie l'année passée et il n'y aura pas de question piège ni d'ambiguïté ou de confusion dans l'élaboration de ces épreuves. Elles seront également puisées du programme donné aux élèves et peuvent changer si des perturbations sont déplorées dans le secteur pour quelque raison que ce soit.
Se penchant sur la question de la réorganisation de cette épreuve décisive pour le cursus scolaire de l'élève, M. Messeguem a annoncé que les premières évaluations des élèves commenceront l'année scolaire prochaine, soit 2020-2021. «Les élèves en 1re année secondaire seront les premiers à tester ce nouveau mode d'évaluation dans lequel nous voulons prendre en considération tous leurs efforts fournis au cours de l'année. Les notes des évaluations de leurs 2e et 3e années secondaires seront prises en considération dans la moyenne finale du baccalauréat.
Ces données seront conservées au niveau de l'Office national des examens et concours (ONEC)», déclare-t-il, avant de donner plus de détails sur ce mode de notation. Les deux moyennes d'évaluation de ces deux années secondaires seront additionnées puis divisées par deux. Celle de l'épreuve écrite du baccalauréat sera multipliée par quatre. Ces deux chiffres seront additionnés puis divisés par cinq, donnant ainsi la moyenne finale de l'élève lui permettant ou pas d'accéder à l'université.
Selon l'inspecteur, l'évaluation continue concerne toutes les matières sans exception. Ceci contrairement aux épreuves écrites où des matières seront appelées à disparaître, selon la filière. Il donne l'exemple de la filière lettres et sciences humaines où les candidats n'auront pas à passer les examens de mathématiques et de sport dans les épreuves finales du baccalauréat. Ceux de la filière mathématiques seront libérés des épreuves de langues française et anglaise, de géographie et de sport.
Toutefois, il y a des matières que toutes les filières auront à passer sans exception. Il s'agit de la langue arabe, l'histoire, les sciences islamiques et la philosophie. Ainsi, les jours d'examen seront réduits à 3 jours et demi au lieu de 5.
Pour les candidats libres, ils devront s'inscrire obligatoirement à l'Office national de l'enseignement et de la formation à distance (ONEFD) pour pouvoir participer aux épreuves du bac 2021. Ils suivront ainsi des cours de 2e AS et de terminal, comme ceux scolarisés normalement. L'appellation de ces candidats, qui représentent le tiers des inscrits au baccalauréat, va changer pour devenir les candidats scolarisés à distance.
– La ministre nie les accusations des syndicats
Face à la situation d'impasse que vit actuellement le secteur de l'éducation après l'annonce du mouvement de grève prévu pour ce lundi, la ministre, dans une déclaration à la presse à l'occasion de la Journée nationale de la commune, est revenue sur la nécessité de recourir au dialogue. Elle dit être engagée à veiller à associer tous les syndicats au dialogue autour des questions qui intéressent le secteur. Elle a nié toutes les accusations des syndicats concernant la prise de décision unilatéralement.
Elle argumente sa position en revenant sur les décisions et propositions pertinentes, où 98% d'entre elles étaient formulées par les syndicats et prises en considération par son département. De leur côté, les syndicats disent aujourd'hui que faire marche arrière quant à la protestation est «juste impossible».
La cause, assurent-ils, est le «manque de temps» pour la concertation après les réunions bilatérales, où les membres de l'Intersyndicale de l'éducation n'ont pas été «prioritaires». Ces derniers comptent se réunir dimanche au siège de l'Unpef pour analyser les résultats de ces réunions et préparer leur mouvement de protestation, qui aura lieu le lendemain sur le territoire national. A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.