Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes
Publié dans El Watan le 20 - 02 - 2019

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a demandé l'ouverture d'une enquête sur les incidents qui ont entravé une conférence sur la liberté de la presse au Maroc organisée, vendredi soir à Paris, par l'Association de défense des droits de l'homme au Maroc (Asdhom).
A cette conférence devaient participer des militants des droits humains, dont Khadidja Radi, militante et lauréate de nombreux prix internationaux reconnaissant ses combats, et des journalistes Hassane Zerrouky et Hicham Mansouri. Un groupe d'une quinzaine d'individus, soupçonnés d'être envoyés par les services consulaires et de renseignements marocains, a fait irruption dans la salle pour interrompre brutalement la conférence en proférant des insultes et menaces envers les organisateurs et les intervenants.
La conférencière Khadidja Radi, militante surveillée de près au Maroc, a indiqué au journal L'Humanité avoir «reconnu au moins deux individus venus du Maroc». «Il est inconcevable que des journalistes et des militants marocains ne puissent librement et en toute sécurité se réunir à Paris pour aborder la question de la liberté de la presse au Maroc», a déclaré RSF dans un communiqué, demandant aux autorités françaises «d'identifier les responsables du sabotage de cette conférence et de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des journalistes et l'exercice de la liberté de la presse sur le sol français».
Des témoins présents sur place indiquent que «les organisateurs ont affronté la descente d'une quinzaine de baltaguia, horde de brutes payés pour casser et dont une majorité vit dans les obscurités de toutes sortes de trafics protégés et manipulés par les services consulaires et de renseignements marocains à l'étranger et dédiés aux basses œuvres contre les démocrates marocains en Europe». «Chaises jetées, personnes poussées, un blessé léger.
Ils ont saboté le réseau électrique et jeté des boules puantes avant de partir et avant l'arrivée de la police française», racontent-ils encore avant de préciser : «La DGED et la DGST nous ramènent aux années noires de Hassan II et de Basri… jusque sur le territoire français !» RSF rappelle que le Maroc se situe à la 135e place sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse en 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.