Election présidentielle: "L'Algérie une chance pour tous et pour chacun"    ANIE: Installation des délégués de wilayas et début de leur formation    Dattes : Vers la création d'un système de contrôle pour faciliter l'exportation    Port d'Oran : exportation de 30.000 tonnes de béton armé vers le Canada    Le prix du pétrole termine la semaine en baisse    Iran/Turquie : Les ministres des AE iranien et turc discutent au téléphone des derniers développements en Syrie    Liban: Des rassemblements pour un 3e jour de manifestations    Brexit: Accord annoncé in extremis, feu vert du parlement britannique très incertain    Jeux mondiaux militaires (Gr.A/2e J): L'Algérie et le Qatar se neutralisent 1-1    Ligue 1 française: L'Algérien Islam Slimani 2e meilleur joueur du mois de septembre    Liga espagnole : Le Barça aurait souhaité disputer le Clasico à sa date initiale    Musique : Les ensembles d'Ukraine et de Chine animent la soirée de clôture du 11e Fcims    15ème FISAHARA : Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Un premier Smartphone fabriqué entièrement en Afrique    Livraison à domicile, la startup TemTem s'associe à Jumia Food    Un arsenal de guerre saisi à Bordj-Badji-Mokhtar    Les poids lourds pointés du doigt    Début des inscriptions le 22 octobre    Des associations tirent la sonnette d'alarme    L'UNPEF appelle à une grève le0 23 octobre    Le grand défi du gouvernement    14 pays élus    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Les défis de la gestion de la LFP en question    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    L'ANIE à pied d'œuvre    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Grève générale et manifestation à Barcelone    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Les joueurs mettent fin à la grève    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran : Un accusé de "crime contre l'humanité" nommé ministre de la Justice
Publié dans El Watan le 24 - 03 - 2019

Ebrahim Raissi, candidat malheureux de l'élection présidentielle en Iran, connu pour avoir été l'un des auteurs du terrible massacre des prisonniers politiques de 1988, vient de prendre sa nouvelle fonction à la tête du pouvoir judiciaire.
Né en 1960 en Iran a Machhad, le mollah Raissi a commencé très tôt ses études religieuses à Qom, le centre mondial du chiisme. Lors de la révolution de 1979, il a suivi l'ayatollah Khomeiny qui a accaparé cette révolution populaire. Prenant le camp du nouveau pouvoir, sans aucune expérience sur le terrain, il a été nommé procureur en chef de Karaj, la quatrième ville d'Iran mais aussi procureur de la province de Hamadan, dans l'ouest de l'Iran.
Tant du point de vue des mollahs au pouvoir que de l'establishment politique, Raissi a prouvé sa loyauté aux mollahs en tant que procureur dès les premières années de la révolution islamique n'hésitant pas à prononcer les verdicts les plus cruels. Il a fait taire de nombreux dissidents et groupes d'opposition. En coulisse, Raissi exerçait encore plus de pouvoir, communiquait directement avec l'ancien guide suprême Khomeiny et recevait des instructions de sa part.
Par la suite, il a été nommé au poste de procureur adjoint de Téhéran. Téhéran, la ville ou a eu lieu l'une des plus grandes exécutions au monde en 1988 où il a été nommé membre de la « Commission de la mort » chargée de superviser le massacre de 1988 de dizaines de milliers de prisonniers politiques.
Un rapport de l'ONU sur les droits de l'homme en Iran a récemment mis en lumière la portée et la nature de ce massacre massif, au cours duquel plus de 30 000 personnes, dont des enfants et des femmes enceintes, ont été exécutées. La résolution indique qu'en 1988, le gouvernement de la République islamique d'Iran a procédé sur une période de quatre mois à des exécutions massives barbares de milliers de prisonniers politiques et de nombreux groupes politiques dissidents. Selon les rapports d'Amnesty International et de l'Iran Human Rights, le massacre a été perpétré conformément à une fatwa publiée par le guide suprême de l'époque, l'ayatollah Ruhollah Khomeiny, qui visait surtout les militants des Moudjahidine du peuple d'Iran.
C'est le plus grand crime commis dans la République islamique depuis la révolution en 1979. Une action terrible sur laquelle Raissi n'a jamais exprimé de regrets ni fait d'excuses.
Après la mort de Khomeiny et la première décennie de répression de l'opposition, de facilitation des exécutions et de consolidation du pouvoir du régime islamiste, Raissi a rapidement gravi les échelons politiques. Il a été nommé procureur de Téhéran pendant cinq ans jusqu'en 1994, chef du bureau de l'inspection générale et procureur général d'Iran jusqu'en 2004, premier adjoint du pouvoir judiciaire jusqu'en 2014.
Poursuivant son ascension dans les rangs du régime, il a également été nommé procureur à la Cour des greffes spéciale du régime puis promu procureur en chef de l'Iran en 2014. Enfin il a finalement été nommé sous le gouvernement Hassan Rohani à la tête d'Astan-Qods Razavi, une des plus puissantes fondations religieuses qui génère des milliards de dollars de revenus pour le pouvoir théocratique.
Candidat à l'élection présidentielle en 2017, Ebrahim Raissi est un pur produit du régime médiéval instauré en Iran. Avec l'arrivée de Raissi a la tête de la justice iranienne, il y a une grande inquiétude dans les milieux des familles des prisonniers politiques qu'il y aurait une nouvelle vague d'exécutions parmi plus sept milliers opposants politiques arrêtés au cours de l'année écoulée.
Un criminel comme ministre de la Justice, des révoltes populaires toujours plus nombreuses, des tirs de missiles, le bruit de bottes, l'Iran plonge dans une situation hautement explosive. De là à conclure que la politique de complaisance des pays européens envers le régime des mollahs, garnis d'un mirage de modération, n'a fait qu'induire le monde dans un optimisme dangereux en ce qui concerne cette théocratie, il n'y a qu'un pas.
H.E
(*) Militant des droits humains et un analyste iranien


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.