DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2019

La population de Tripoli a vécu une nuit d'horreur avant-hier soir. Les bombardements ne se sont arrêtés qu'à l'aube, alors que le Conseil de sécurité ne s'est pas entendu, pour la troisième fois depuis le début des combats, sur une proposition britannique condamnant les violences et demandant un cessez-le-feu.
Les camps de Haftar et Al Sarraj s'accusent d'être à l'origine des bombardements chaotiques subis par la capitale libyenne et ayant causé quatre décès à Bouslim, au sud de Tripoli. Les deux camps libyens ont condamné les bombardements de la nuit de mardi à mercredi à Tripoli.
Le commandement général de Haftar a condamné les milices, «habituées à de pareilles pratiques et cherchant la sympathie internationale pour obtenir un cessez-le feu au Conseil de sécurité». Al Sarraj a visité les quartiers bombardés.
Il a accusé Haftar d'être à l'origine de ces bavures et annoncé qu'il portera devant la Cour pénale internationale. L'envoyé spécial de l'ONU, Ghassen Salamé, a appelé à l'arrêt des bombardements chaotiques qui mettent les vies des citoyens en danger.
Les citoyens, joints par El Watan à Tripoli, se disent consternés par la tournure prise par les événements. Mohamed, un journaliste de 29 ans, résidant dans le quartier de l'aéroport international, à une vingtaine de kilomètres au sud de Tripoli, assure que «ce genre de bombardements rappelle la terreur des combats de l'été dernier». Mahmoud, un enseignant vivant dans le quartier de Souani, écarte la possibilité que «l'armée en soit à l'origine puisque les bombardements n'ont pas été accompagnés d'une avancée des troupes».
Dans tous les cas de figure, les citoyens condamnent cette montée des périls. Salama Ali, ancien membre de Tarhouna du Conseil national de transition, dit que «Haftar n'a aucun intérêt à faire de pareils bombardements puisqu'il veut obtenir la sympathie de la population de la ville». Il ajoute que «cela lui rappelle les montages concernant l'utilisation des gaz chimiques par l'armée syrienne, pour justifier une condamnation, voire même une intervention internationale».
Le vice-président du GNA, Fathi Bach Agha, n'a pas manqué de demander un soutien international dans une interview sur la chaîne Libya Al Ahrar. De son côté, Khaled Mechri, le président du Conseil de l'Etat, a réclamé la levée de l'embargo sur les armes, promulgué par le Conseil de sécurité, pour pouvoir résister à l'avancée de l'armée de Haftar.
Champs de bataille
Les informations en provenance des aires de combat indiquent que tous les affrontements se passent dans des zones situées entre 10 et 50 kilomètres au sud et à l'ouest de Tripoli, dans les zones d'El Azizia, l'aéroport international, Aïn Zara, Souani et l'avenue d'Ezzaouia. L'est de Tripoli, abritant l'aéroport de Myitiga et la route vers Misrata, est épargné par les combats.
Toutefois, la piste et l'aire d'atterrissage militaire dudit aéroport ont été attaquées et endommagées par l'aviation de Haftar au début des combats.
Les observateurs constatent que les lignes de front bougent lentement depuis le début des combats. L'armée de Haftar essaie d'attirer les milices dans des affrontements en dehors de la ville pour «épargner les civils», selon le porte-parole Mismari, qui a précisé que l'ANL n'est opposée qu'aux groupes armés proches des islamistes radicaux, disparus de la circulation depuis l'été 2016 et qui ont refait leur apparition dans les rangs d'Al Sarraj.
Par ailleurs, concernant les troupes de Misrata, «Al Bouniane Al Marsous» (le bloc soudé) celles qui ont libéré Syrte des mains de Daech, elles se préservent pour les mauvais jours. L'état-major du «bloc soudé» estime que la bataille sera longue. Il préfère envoyer, d'abord, les milices sur les premières lignes pour épuiser les forces de Haftar.
L'élite n'entrera dans les combats qu'en phase avancée et alors que l'adversaire est déjà à bout de souffle. L'autre raison évoquée par les observateurs, est d'ordre défensif. Les forces de Haftar sont à 50 kilomètres de Syrte.
L'avancée des forces de Misrata vers Tripoli va systématiquement pousser l'ANL à s'emparer de Syrte et faciliter ainsi ses approvisionnements. Les forces du «bloc soudé» ont donc deux soucis contradictoires, ce qui affaiblit potentiellement les forces soutenant Al Sarraj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.