POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est inquiet de l'évolution du conflit palestino-israélien. Cette inquiétude découle précisément du fait que les Etats-Unis veulent imposer une solution qui foule aux pieds les droits des Palestiniens. «Je suis optimiste par nature.
Mais mon point de vue général sur le projet de plan de paix des Etats-Unis, proposé pour Israël et l'Autorité palestinienne (il est appelé le ‘‘deal du siècle'', ndlr) n'est pas optimiste», a-t-il déclaré dans un entretien accordé cette semaine à la chaîne de télévision koweïtienne Fajr Al Saeed.
A l'occasion, l'ancien président égyptien, aujourd'hui âgé de 91 ans, a prévenu que «toute solution qui serait imposée à la région sur la base du déséquilibre des pouvoirs ne durera pas et restera une solution temporaire pouvant exploser à tout moment».
Il a averti que tout ce que nous savions de l'accord vient principalement des fuites dans les journaux. Néanmoins, a-t-il ajouté, «ces éléments ne sont pas satisfaisants».
Hosni Moubarak explique, dans son entretien repris par le site d'informations israélien infos-israel.new, qu'il est opposé au «transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, à la reconnaissance par l'Amérique de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et à l'expansion continue des colonies de peuplement».
L'ancien chef de l'Etat égyptien accuse également l'actuel Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, de chercher à empêcher une solution à deux Etats. «Je connais très bien Netanyahu.
Il me connaît également et connaît ma franchise. Il ne veut pas d'une solution à deux Etats au nom de la paix. Il veut séparer Ghaza de la Cisjordanie», a-t-il confié.
Confidences et cynisme
Hosni Moubarak relate à ce propos que Netanyahu lui avait déjà parlé de ce problème. «Il m'a rendu visite fin 2010 et a demandé si les Palestiniens à Ghaza étaient capables de s'emparer d'une partie du Sinaï. Je lui ai dit d'oublier ce qu'il comptait entreprendre», a déclaré M. Moubarak. «Si tout le monde sur le terrain compromet la solution des deux Etats, quelle est l'alternative ? Quel est l'horizon politique ?» s'est alors interrogé Hosni Moubarak, qui a souligné le caractère dangereux de la solution du président Trump.
Et de poursuivre : «Projets, investissements et coopération ? Mais quelle est la voie politique ? Bien sûr, la voie politique est précisément ce que l'équipe Trump tente de contourner afin de renforcer l'économie de l'Autorité palestinienne et éventuellement de Ghaza.»
Le point de vue de l'ancien président égyptien sur Benyamin Netanyahu est similaire à celui de Meron Rapoport, journaliste et écrivain israélien. Meron Rapoport pense aussi que le Premier ministre israélien ne veut pas d'une solution à deux Etats.
Il rappelle dans un article intitulé «Pourquoi Netanyahu ne veut-il pas d'un affrontement total avec le Hamas à Ghaza ?» publié en novembre 2018 par la plateforme Charleroi-Palestine, que Benyamin Netanyahu est l'un des Premiers ministres israéliens à avoir mené le moins de guerres avec les Palestiniens. Pourquoi ? Meron Rapoport explique : «Pour la poursuite de sa politique d'annexion insidieuse mais obstinée, Benyamin Netanyahu a plus besoin de calme que d'une guerre.» «Netanyahu est un idéologue – un idéologue de la ‘‘Terre d'Israël''.
Depuis sa prise de fonction en 1996, et assurément depuis son retour au pouvoir en 2009, il est déterminé à empêcher l'établissement d'un Etat palestinien indépendant entre le Jourdain et la mer Méditerranée», souligne-t-il avant de préciser que «Netanyahu n'est toutefois pas un fanatique».
Gagner du temps
Meron Rapoport note à ce propos que le Premier ministre israélien «reconnaît la réalité». «Il sait que la communauté internationale n'acceptera pas l'annulation des Accords d'Oslo parallèlement au démantèlement de l'Autorité palestinienne (AP) et à l'annexion de la Cisjordanie par Israël.
Même sous Donald Trump, qui a fait plus pour encourager ce projet que tout président étatsunien avant lui, la reconnaissance internationale d'un processus conduisant à la destruction de la souveraineté palestinienne est pratiquement impossible», poursuit le journaliste israélien.
L'ancien directeur du service d'informations du journal Haaretz, aujourd'hui journaliste indépendant, se dit ainsi persuadé que Netanyahu cherche à gagner du temps «d'une part, pour s'engager dans un processus politique qui crée un gel profond, et, d'autre part, pour poursuivre la colonisation de peuplement et la création d'une réalité sur le terrain en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dans l'espoir que dans dix, vingt ou trente ans, il n'y aura plus d'autre choix qu'un Etat d'Israël disposant d'un pouvoir unique et exclusif sur (ce qu'il considère comme, ndlr) la Terre historique d'Israël».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.