Saisie de près de 10 quintaux de kif traité à Naâma    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    «Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Le MSP pour un régime parlementaire    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Deux PME préparent leur introduction    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Les 13 manifestants acquittés    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On vous le dit
Publié dans El Watan le 16 - 06 - 2019

– Secousse tellurique de magnitude 3,5 à Aïn Témouchent
Une secousse tellurique de magnitude 3,5 sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée hier à 0h34 (heure locale) dans la wilaya de Aïn Témouchent, a indiqué le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag). L'épicentre de la secousse a été localisé à 3 km au sud de Tamzoura (wilaya de Aïn Témouchent), a précisé la même source.
– Scanner et ascenseur en panne au service de neurochirurgie, à Tipasa
Le secteur de la santé dans la wilaya de Tipasa est malade : Fuite des médecins spécialistes, une véritable hémorragie, des équipements médicaux en panne et la liste des difficultés que rencontrent les patients dans ces infrastructures publiques est encore longue.
L'exemple du scanner du service de neurochirurgie de Cherchell illustre la carence. Cet équipement stratégique pour ce service est en panne depuis plus d'une année, bien que le DSP (directeur de la santé et la population) de la wilaya de Tipasa, fils du conseiller principal de Bensalah Abdelkader depuis le Sénat jusqu'à la présidence de la République, a reconnu les faits.
Il nous a promis que le problème sera résolu dans les plus brefs délais. Des mois sont passés. Notre dernière visite effectuée la semaine écoulée dans le service de neurochirugie de Cherchell, une infrastructure qui attend son nouveau statut, compte tenu de sa spécificité, nous a permis de découvrir que rien n'a changé.
Les patients doivent subir une pénible gymnastique pour aller faire un scanner ailleurs avant leur consultation auprès des médecins neurologues. L'autre point noir, est la panne de l'ascenseur, qui dure encore.
– Le cannabis comestible disponible à la vente en décembre au Canada
Le gouvernement canadien a annoncé, vendredi, que des produits comestibles à base de cannabis seront vendus dans le pays dès la mi-décembre, mais les produits susceptibles de plaire aux enfants, comme les bonbons ou les sucettes, ne pourront pas en contenir.
Les nouvelles réglementations, qui entreront en vigueur comme prévu un an après la légalisation du cannabis à usage récréatif le 17 octobre 2018, concernent également les extraits de cannabis et les produits à usage dermatologique.
Ces produits ne seront cependant pas disponibles en magasin ou en ligne avant décembre, en raison d'un délai réglementaire de 60 jours pour leur approbation, ont indiqué aux journalistes des responsables gouvernementaux lors d'un briefing téléphonique.
Des règles strictes pour limiter l'attractivité des produits dérivés du cannabis auprès des jeunes devront être respectées, parmi lesquelles l'obligation d'adopter des emballages neutres et difficiles à ouvrir, ou encore la restriction de certains ingrédients, colorants et parfums.
– Douze personnes décédées par noyade en mer depuis le 1er juin
Douze personnes sont décédées par noyade en mer durant la période du 1er au 14 juin 2018, dont 9 au niveau de plages interdites à la baignade, selon un bilan diffusé hier par la Protection civile.
Le bilan relève également que 1323 personnes ont été sauvées de la noyade, dont 363 ont été traitées sur place au niveau des postes de secours des plages pour différents types de blessures et 153 blessés ont été évacués vers les structures sanitaires.
Selon la même source, la principale cause des noyades reste la baignade dans des plages interdites ou en dehors des heures de surveillance, c'est-à-dire en l'absence des éléments de la Protection civile chargés de la surveillance des plages et des baignades.
Pour éviter les pertes en vies humaines, la Protection civile rappelle que «la règle d'or reste la prévention». C'est pourquoi, les services de la Protection civile multiplient les campagnes de sensibilisation menées à travers les plages par les dispositifs de surveillance mis en place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.