Installation des nouveaux président et procureur général à la Cour de justice d'El-Bayadh    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Belkecir risque le peloton d'exécution    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    10 millions de ventes pour RAV4    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Echos…
Publié dans El Watan le 21 - 06 - 2019

1 – Karima. 20 ans. En 3e année en licence architecture. représentante externe du département d'architecture d'Alger, une des représentantes du pole des étudiants algériens chargée de la cellule communication et médias
«Tous ceux qui pensaient que l'implication des étudiants dans la mobilisation va faiblir ont tout faux, et ce, pour plusieurs raisons. La première : l'année universitaire est loin d'être clôturée. Les examens sont prévus pour septembre. Les étudiants sont donc toujours présents. Ensuite, il faut savoir que la communication est le principal atout des étudiants.
On peut faire partie d'universités différentes mais on arrive tout de même à organiser des actions car la communication est en force. Je m'explique : à partir du 26 février, chaque établissement s'est organisé en comité interne. Suite à cela, nous avons coordonné les différentes promotions et départements de chaque établissement, ce qui a donné naissance au Pole des étudiants algériens qui regroupe des étudiants de 14 établissements (13 écoles en plus de la fac centrale).
Il est à noter que l'intégration du pole ne peut se faire que si l'établissement adhère au «guide d'organisation». Autrement dit, qu'il jouit d'une organisation interne. Ce guide a d'ailleurs permis à de nombreux établissements de s'auto-organiser et d'élire des portes paroles et des représentants légitimes. Finalement, le pole facilite la répartition des tâches et l'organisation de nos actions de sorte à optimiser le rendu du pole.
Il faut savoir que nous avons également réussi à lancer le Pole Ouest qui regroupe dix établissements d'Oran, Bel Abbès et Tlemcen, et travaille en étroite collaboration avec le pole du Centre. Ce qui est certain c'est qu'on va maintenir la pression jusqu'à ce que nos revendications soient arrachées. Désormais, nous sommes en discussions et avons pris part a de nombreuses séances de travail afin d'élaborer le programme du mouvement en cette saison estivale.»
2 – Cylia. 21 ans. En 4e année électronique à l'Ecole nationale polytechnique, coordinatrice chargée des relations externes
«A l'instar de plusieurs établissements, les étudiants de l'ENP étaient en grève depuis des mois. Il y a deux semaines que nous avons repris. Est-ce que le mouvement va s'arrêter ? Non ! Les étudiants engagés vont continuer à lutter jusqu'au bout. Il y aura peut-être une légère diminution du nombre des manifestants, mais cela ne va pas influencer le mouvement général. Pour l'heure, on essaye de tout mettre en œuvre afin de maintenir la pression, et ce, malgré la charge de travail qui nous attend. Notre objectif premier est de libérer les mardis et aménager les heures restantes pour rattraper le retard accumulé.
Nous sommes certains que notre détermination nous mènera jusqu'au bout de notre combat. On ne va pas lâcher en si bon chemin. De plus, nous sommes structurés et bien organisés. Chacun de nous connaît le rôle qu'il doit remplir. Et la communication entre les différents comités (internes et externes) est notre atout majeur. C'est suite à la marche du 26 février que nous avons décidé, à l'ENP, de créer un comité qui réunit des représentants de chaque spécialité (13 spécialités et deux classes préparatoires).
On a élu un représentant pour chaque année et chaque spécialité. Par la suite, nous avons opté pour une collaboration avec les autres écoles d'El Harrach. Cette coordination s'est étendue jusqu'à la création du Pole des étudiants algériens. L'organisation des manifestations se fait ainsi avec les établissements qui ne font pas partie du Pole, tels l'USTHB et la fac de Dély Ibrahim. Par ailleurs, il faut savoir que l'organisation dans le Pole n'est pas hiérarchique mais horizontale. Il existe plusieurs cellules : la cellule de communication, la cellule d'organisation des manifs, la cellule des relations extérieures, cellule de sensibilisation…
Et chaque cellule a un responsable et des coordinateurs afin de transmettre les informations entre les différentes cellules. De plus, toujours dans le cadre de nos actions, les étudiants de l'ENP ont créé plusieurs ateliers, comme l'atelier slogans pancartes et banderoles, atelier sensibilisation (qui fabrique des flyers distribués pendant les marches) et même un atelier vidéo qui a déjà réalisé plusieurs vidéos explicatives sur différentes thématiques telles que la loi électorale ou encore les prérogatives du président intérimaire. Ces vidéos sont publiées généralement sur la page ‘Fhamni Politic' gérée par une quinzaine d'étudiants de l'ENP.»
3 – Katia. 18 ans. En 1re année biologie. Etudiante à la fac centrale
«Le mouvement estudiantin n'est pas lié à l'année universitaire mais à l'étudiant lui-même. Preuve en est : nous avons eu droit aux vacances anticipées imposées par le ministre de l'Enseignement supérieur, mais nous avons tout de même poursuivi nos actions. Et si nous sommes toujours là, c'est par la force de la persévérance et du sens de l'organisation.
Il faut savoir qu'à la fac centrale, nous avons trois comités : le comité interne, le comité externe et le comité d'organisation d'événement. Chaque comité a ses prérogatives. A titre d'exemple, au sein du comité interne, des ateliers banderoles et pancartes ont lieu chaque lundi. Pourquoi je suis convaincue que le mouvement ne va pas s'essouffler ?
C'est parce que l'année universitaire n'est pas encore finie. Mais en plus, notre détermination est encore fortement présente. On ne compte pas nous arrêter jusqu'à est-ce que le slogan ‘Yatnahaw gaa' scandé depuis le 22 février dernier prenne tout son sens.»
4 – Mohamed. 22 ans. Diplômé de l'Ecole nationale polytechnique, étudiant en 1re année à l'USTHB, spécialité mathématiques et informatique.
«Le mouvement estudiantin est dissous dans le mouvement populaire. les étudiants sont d'abord des citoyens algériens, et donc les revendications du peuple sont similaires à celles des étudiants. Cela signifie que la condition d'arrêt imposée par le mouvement populaire,qui prévoit le départ de tous, ‘Yetnahaw gaa', est fortement adoptée par le mouvement estudiantin.
Et tant que cette condition n'est pas satisfaite, les étudiant resterons mobilisés quelque soit les circonstances, même après la clôture de l'année universitaire les étudiants continuerons leur contestation si il n'aura pas gain de cause. Personnellement j'ai participé à l'organisation du mouvement estudiantin dès son déclenchement, j'étais coordinateur du comité estudiantin indépendant de Bab Ezzouar, un comité légitimement élu par les étudiants de l'USTHB, mais actuellement je suis bénévole et je participe aux manifestations du mardi en tant qu'étudiant.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.